Publié dans Questions existentielles

Comment allier sa passion pour la littérature sans assassiner son compte en banque : mes astuces radines

Cette année, j’ai décidé de limiter mes achats de livres pour plusieurs raisons. Par conséquent, il m’a fallu déployer des trésors d’imagination pour continuer à assouvir ma passion tout en évitant une confrontation avec mon banquier. En voici le résultat…

1. Lire les livres qu’on a déjà

Quand j’ai déménagé sur Lyon en Juin, j’ai constaté que sur mes 10 cartons de livres, je n’en avais pas lu au moins 3. Ce qui représente environ 45 livres ! J’ai donc commencé par lire ces derniers avant d’en accueillir de nouveaux. Et ce n’est pas désagréable car après tout, si je les ai acheté un jour, c’est qu’ils me plaisaient, non ?

2. Emprunter à des amis, collègues de bureau, voisins, famille…

Le problème quand on aime lire et partager ses lectures, c’est qu’il arrive que l’on rencontre des gens qui aiment partager les leurs. J’ai ainsi pu emprunter et échanger des livres avec mes nouveaux collègues et à mes nouveaux amis à partir de septembre. Donc ma PAL à la maison à commencé à faire la tronche, mais je gardais mon objectif en tête : pas d’achat !

3. Devenir Jurée pour un prix littéraire… et bénéficier de livres gratuits

A la base, je me suis inscrite au Prix Littéraire de l’Imaginaire Booktuber App par curiosité car j’adore la littérature de l’imaginaire et l’idée de participer à l’élaboration d’un prix littéraire me semblait intéressante. Le premier avantage, est qu’en matière de livres sélectionnés, j’en avais certains dans ma PAL, ce qui m’a poussé à les lire. Le second avantage est que j’ai eu accès à de nouveaux livres en format numérique…ce qui a agrandi ma PAL à nouveau ! En revanche, l’inconvénient principal est que je ne possède pas l’ensemble des livres sélectionnés pour le prix. Par conséquent, pour m’éviter des achats, j’ai dû trouver d’autres astuces.

4. Profiter d’ebook gratuits

Avec le PLIB, j’ai découvert les ebooks et je me suis penchée sur les plateformes de distribution de livres gratuits. Ainsi, j’ai lu les 8 premiers tomes du manga The Promised Neverland sur une application pour smartphone sous android gratuite appelée Manga Master. Cependant, même si le manga était topissime, j’ai moins apprécié de scroller en continu sur mon écran pour lire les bulles de texte. Sur papier, c’est plus facile je trouve.

Il existe de multitudes de plateformes d’ebooks gratuits sur ordinateur, tablette ou smartphone. Personnellement, comme je débute dans ce format, je ne connais que le site de la Bibliothèque Nationale de France qui recense et mets en accès des livres tombés dans le domaine public, autrement dit de la littérature classique. Mais vous pouvez en trouver un sacré paquet juste en tapant dans google « Ebook gratuit ». Par ailleurs, certains éditeurs comme Bragelonne proposent des opérations flash d’ebook pas chers. Il faut juste se tenir au courant sur leurs pages facebook.

5. Emprunter à la bibliothèque

Comme je n’avais pas en stock l’ensemble des livres pour le PLIB, et que je ne comptais pas les acheter, j’ai décidé de me réinscrire à la bibliothèque. Cela m’a permis d’emprunter aussi d’autres livres qui m’intéressaient, mais que je ne comptais pas garder. L’abonnement m’a coûté 18 euros pour l’année et je peux emprunter dans les 16 médiathèques de Lyon. Le top ! Il y a des bibliothèques dans pratiquement toutes les villes, mais si vous ne disposez que d’une toute petite bibliothèque là où vous habitez,  et que vous n’y trouvez pas votre bonheur, n’hésitez pas à faire des suggestions d’achat (ou à réserver des documents si elle est approvisionnée par la Bibliothèque Départementale de votre secteur.) 😉

7. Se faire offrir des livres

La période de Noël approchant, en bonne radine, j’ai demandé des livres en cadeaux (liste à l’appui, hein !), ce qui m’a permis de compléter ceux du PLIB qui n’étaient pas en bibliothèque ou même d’assouvir une envie irrésistible concernant certaines nouveautés. J’en ai donc récupéré deux de plus. Ma PAL a continué de me regarder d’un air de reproche, mais mon stock est resté assuré pour l’année.

8. Profiter des boîtes à livres / du Bookcrossing

En me promenant dans le premier arrondissement de Lyon, j’ai vu place Satonnay qu’une boîte à livres était installée. Elle est souvent vide, aussi, il m’est arrivé d’y mettre deux ou trois romans dont je ne voulais plus pour la remplir. Une autre est installée à la station Bellecour en direction du métro D, que je prend tous les jours pour aller travailler. J’y ai déniché un roman que j’avais envie de lire : La fille du train de Paula Hawkins et un recueil de contes japonais. La boîte est souvent pleine et je pense qu’elle est gérée par les médiathèques de Lyon. Le fait est, pour avoir moi-même installé ce genre de dispositif quand j’étais bibliothécaire, qu’il s’agit d’un bon moyen pour faire bénéficier gratuitement de livres les gens qui n’en ont pas les moyens, et de faciliter les échanges. Peut-être qu’il y en a une dans votre ville ? Si ce n’est pas le cas, parlez-en avec la bibliothécaire du secteur ou montez la vôtre ! Le mieux étant de l’installer dans un endroit sec, à l’abri du vent et de la pluie, et dans un lieu de passage.

9. Récupérer des livres avec l’application Geev

Geev est une application pour smarphone et un site internet qui permet de donner, entre particuliers, des objets ou des meubles, voire…des livres. Le principe est simple : vous donnez un objet à quelqu’un, vous récupérez des bananes virtuelles. Ces bananes vous permettent d’échanger avec quelqu’un concernant un objet que vous souhaitez acquérir. Je n’ai pas encore eu personnellement à utiliser Geev pour récupérer des livres, mais je l’ai fait pour me débarrasser de vaisselle et de petits meubles. L’inconvénient concernant les livres proposés, est qu’ils sont souvent vieux ou dans un sac sans que l’on puisse voir les titres.

Négocier que l’on est la personne la plus appropriée pour l’échange (plus flexible, plus sympa…), fait aussi partie du jeu. Et si on récupère un sac, un tri s’impose. Mais je souhaitais quand même en parler car c’est un bon moyen de récupérer des livres gratuits, ou d’en donner.

10. Bénéficier de services presse.

Alors oui, j’avais bien dit que je ne demanderai plus de service presse (cf mon article sur le sujet), mais il se trouve qu’un nouveau roman steampunk vient de sortir et que de toute façon, j’allais acheter ce livre. Disons que j’ai pris de l’avance…

Dans tous les cas, quand vous êtes bloggueur littéraire et que vous souhaitez parler d’un livre qui vient ou va sortir en librairie, le plus facile pour ne pas avoir à l’acheter est de demander un service presse à l’éditeur qui vous fournit gratuitement ledit livre soit en version papier mais de plus en plus en version numérique. La seule contrainte reste de parler du livre une fois lu. Sans revenir à ce que j’ai déjà évoqué sur le sujet, cela peut s’avérer une contrainte. Donc, astuce à manier avec précautions.

Bien évidemment, si vous êtes lecteur lambda, il ne vous sera pas possible de demander un service presse. Sinon les éditeurs ne vendraient jamais rien. Restons logiques.

11. Faire une liste des livres que l’on souhaite acheter dans une PAL virtuelle

Pour éviter de craquer pendant l’année, j’ai réalisé une liste de ma future PAL à acheter, une fois écoulée celle que j’ai en stock. Pour cela, j’ai utilisé google drive, en configurant mon smartphone pour y accéder autant de fois dont j’ai besoin en journée ou pendant ma veille littéraire matinale sur les réseaux sociaux. Cela marche aussi avec votre liste d’envies Amazon, de Babelio ou de tout site proposant un catalogue de références à mettre en favoris.

Chaque mois, je regarde la liste à nouveau depuis mon ordinateur et parfois j’élimine des titres car ils ne m’intéressent plus. Cela me permet d’affiner mes achats plus tard et de mieux choisir mes lectures.

12. Se limiter à un salon littéraire par an ET se donner un budget

Armée de ma fameuse liste d’envies évoquée plus haut, ma PAL de l’année entièrement lue (nous sommes dans un monde idéal, si, si !), je me rends tous les ans au Festival des Imaginales dans les Vosges, pour lequel je me fixe un budget d’achat annuel. Comme je me suis retenue toute l’année, la frénésie est à son comble. C’est à la fois un moment d’échange avec les auteurs, de découverte de nouveaux, de conférences sur des sujets passionnants et de retrouvailles avec des amis lecteurs. Je dépasse toujours mon budget et je rapporte toujours 15 à 20 livres minimum, mais je n’en fais qu’un par an et cela me suffit. J’ai assez d’opportunités comme ça dans l’année pour me procurer des livres, il ne faut pas exagérer. Par ailleurs, Les Imaginales est l’un des rares festival littéraires encore gratuit, et rassemble 150 auteurs tous les ans. Je dis ça, je dis rien… 😉

13.  Acheter d’occasion

Entre Emmaüs, les bouquinistes (Gibert et autres), et les marchés de bouquinistes IRL, j’ai du choix pour dénicher les livres de ma fameuse liste. Mais bon, cela prend parfois du temps et de l’énergie d’aller sur place. Alors, quand j’ai la flemme, je regarde sur internet les sites qui proposent des livres d’occasion. J’ai recensé jusqu’ici Amazon, Fnac, Decitre, Momox, Gibert, Recyclivre, Kiwibook, abebooks, Leboncoin. Même Vinted dispose d’une section Livres pour revendre ses livres ! De quoi trouver la pépite pour compléter votre collection ou une sortie plus ou moins récente du dernier roman qui vous fait envie.

14. Attendre la sortie d’un livre grand format en poche ou en ebook

Vous avez vu un livre qui vous intéresse, mais il coûte 20 à 25 euros ? Attendez qu’il soit publié en format poche et vous gagnerez entre 10 et 15 euros sur l’achat. Pour rester à l’affût, Amazon est votre meilleure arme car le site fait apparaître pour une même notice de livre, ses différents formats…et donc prix !

Cependant, deux inconvénients sont à prendre en compte : cela ne fonctionne pas si le livre n’a pas de succès. Il ne sera pas édité en poche. Et surtout, il faut aimer le livre poche, qui s’il est léger, est parfois très fragile et publié avec une police de caractère assez petite.

15. Etre en couple avec un lecteur ou une lectrice

Comme je l’évoquais en préambule, j’ai déménagé sur Lyon… pour rejoindre mon conjoint qui est lui aussi lecteur. Je préfère la fantasy, l’uchronie historique, le steampunk et les thrillers. Lui est plutôt romans historiques, Science-Fiction et…fantasy ! Du coup, je vais piocher de temps en temps dans sa bibliothèque, ce qui m’évite de mettre la main au porte-monnaie, et j’ouvre mon horizon littéraire. Bien sûr, si vous êtes célibataire, cette astuce n’est pas utile. Mais vous pouvez revenir au point 2 (emprunter à des amis, collègues…) 😉

Voilà pour mes astuces radines en matière d’achats de livres. J’espère que vous en aurez bien profité. N’hésitez pas à me laisser vos propres astuces en commentaires pour alimenter cet article. Et n’oubliez pas : votre PAL vous regardera toujours avec d’un air accusateur si vous ramenez un nouveau roman à la maison ! 😀

Paillettes et chocolats,

A.Chatterton

Publié dans On joue ?

Ma sélection des 5 finalistes du PLIB 2020 et un Challenge lecture en duo : mon expérience de jurée #5

L’étau se resserre pour désigner les cinq finalistes du PLIB 2020! Comme d’habitude, j’ai voulu vous donner un petit aperçu en interne des votes mais aussi vous faire participer à un nouveau challenge lecture associé pour l’occasion qui commence le 15 février…

Il a fallu encore voter… mais pour 5 livres seulement ! 

Que le temps passe vite… J’ai commencé à être jurée pour ce prix littéraire en novembre et nous sommes déjà en février !

Des 20 sélectionnés du dernier vote, je n’ai lu à présent que 7 titres sur 20 pour me faire une idée avant de désigner mes 5 finalistes. Le vote a lieu du 3 au 16 février. J’ai dû renvoyer un formulaire google avec mes titres préférés et j’attends le résultat avec impatience pour voir si je suis tombée juste.

Voici donc les romans que je vois arriver en finale :

Le choix a été complexe car je n’ai pas eu le temps de lire certains des romans de ma sélection, je me suis fiée à mon intuition. C’est le cas pour Les Noces de la Renarde de Floriane Soulas et Je suis fille de rage de Jean-Laurent Del Socorro. Mais je compte bien les lire par la suite.

A l’inverse, j’ai lu des livres qui n’étaient pas dans ma sélection par curiosité et certains ont été une bonne surprise comme Le Phare au corbeau de Rozenn Illiano. D’autres une mauvaise surprise comme Vert de Lierre de Louise Le Bars.

J‘ai lu aussi des livres de ma sélection initiale qui se sont avérés un très mauvais choix. Comme quoi, les résumés et les belles couvertures peuvent facilement vous tromper. J’ai donc écarté de la sélection L’apprentie Faucheuse de Justine Robin, Cendres de Johanna Marines et Moitié d’âme d’Anthelme Hautecorne.

Enfin, pour les avoir sélectionnés et aimés, je suis restée sur certains choix avec Les héritiers d’Higashi de Clémence Godefroy, et L’arrache-mots de Judith Bouilloc.

Encore un challenge de lecture… oui mais en duo !

Pour patienter en attendant le résultat du vote des 5, à partir du 15 février, le PLIB lance un challenge lecture en duo intitulé « L’épreuve des Alliés« . Ce sera le dernier challenge lecture de ce prix pour l’année en cours, alors autant participer !

C’est un challenge auquel tu peux aussi t’inscrire, même si tu n’es pas juré du PLIB.

Pour cela, il suffit de t’inscrire via ce formulaire google. Tu rejoindras alors l’une des trois équipes : Mages, Dragonniers ou Guérisseurs. Et tu seras associé par tirage au sort à un autre lecteur de la même équipe.

Le but de ce challenge en duo est de lire des livres de ta PAL (tu sais, tous ceux qui traînent depuis un moment sur ta table de chevet, dans ta bibliothèque, voire tes toilettes…). La subtilité réside dans le fait que ce n’est pas toi qui choisit quel livre tu vas lire, mais ton coéquipier ! Et toi qui lui diras ce que lui doit lire dans sa PAL !

J’entends certains déjà dire : « Mais c’est sadique comme procédé ! » Alors, oui et non.

Oui, c’est sadique car tu n’as pas le contrôle de tes lectures et si tu es revanchard, tu peux choisir des livres qui te semblent bien pourris dans la PAL de ton coéquipier.

Non, ce n’est pas sadique si tu agis en bonne intelligence et dialogue avec ton partenaire car le but, je le rappelle, est de faire gagner des points à ton équipe.

La PAL de chacun devra faire 10 livres et comporter des romans de SFFF (Science Fiction Fantasy ou Fantastique) ou de la Romance. En matière de points, chaque livre rapporte 5 points et chaque pallier bonus franchi rapporte des points supplémentaires :

  • 3 romans lus : 2 points bonus
  • 5 romans lus : 4 points bonus
  • 7 romans lus : 6 points bonus
  • 10 romans lus : 10 points bonus

Si en plus, il se trouve que dans ta PAL et celle de ton partenaire se trouve un livre identique, que vous lisez chacun, cela rapporte 5 points bonus.

Ma stratégie pour ce challenge est de lire un maximum de livres pendant ces 15 jours (car le challenge a lieu du 15 février au 2 mars) en proposant une PAL simplifiée que j’ai actuellement en bibliothèque, regroupant des livres avec peu de pages. (Rire démoniaque !)

Parce que bon, soyons logiques, si je donne l’intégralité de ma PAL à mon coéquipier, déjà on en a pour 50 livres au moins, et dans le tas, il y a des pavés de 500 pages…

Certains jurés se sont déjà demandés comment envoyer sa liste de livres à son partenaire quand on a trop de livres dans sa PAL. Je dirais qu’il y a deux écoles : L’école Consciencieuse qui va faire un joli tableau excel de ses titres non lus, et l’école Flemme qui peut prendre une photo des dos des livres dans sa bibliothèque. Choisissez votre team !

A la fin du challenge, il vous faudra remplir à nouveau un google form pour valider vos livres lus et les points associés. Pour plus de détails sur le défi, c’est ici.

Quoi de neuf à venir pour le PLIB ?

J’en parlais dans mon dernier article sur mon expérience de jurée, le 22 février aura lieu l’annonce des 5 finalistes du PLIB 2020 à la librairie Furet du Nord de Lille. A cette occasion, quelques auteurs du Prix seront présents en dédicace. Si l’événement t’intéresse, tu peux t’inscrire ici ou venir en touriste, ça ne pose pas de problème !

La dernière étape, après cette sélection des 5, est l’élection du Grand Gagnant en Août.

D’ici là, je t’aurai certainement chroniqué d’autres livres du PLIB, dont les 5 finalistes (car c’est une étape obligatoire de mon rôle de jurée), et je te proposerai d’autres challenges sans lien avec le PLIB aussi. Parce qu’un prix littéraire c’est bien, mais il faut savoir en sortir aussi.

Si tu as des questions sur le prix ou le challenge lecture, n’hésite pas à me laisser un commentaire. Sinon, j’espère que cette immersion dans le PLIB t’auras plu. Si tu as raté mes articles précédents sur cette expérience de jurée, va cliquer sur le #plib2020présent sur le blog. (si, si, j’insiste ! :p )

Chocolat chaud et poils de chat 🙂

A.Chatterton

Publié dans Questions existentielles

Service presse or not service presse : pourquoi j’ai arrêté d’en demander.

Quand j’étais chroniqueuse pour French-Steampunk.fr ou Portdragon.fr, il m’est arrivé de recevoir ce qu’on appelle des Services Presse, autrement dit, des livres gratuits envoyés par des maisons d’édition soucieuses d’assurer leur promotion auprès des lecteurs. Depuis que j’ai commencé Les tribulations de Miss Chatterton, j’ai arrêté d’en demander. En voici les raisons…

Un service presse peut être une contrainte

Entre le moment où vous recevez le livre et le moment où vous publiez votre avis dessus, il faut maximum un mois.

Pourquoi un mois ? Parce que chaque jour, d’autres livres sortent en librairie, faisant oublier ceux de la veille. Le seul moyen pour un éditeur de mettre en avant sa publication est d’avoir pas mal de critiques dessus sitôt le livre en rayon. Sinon, pour lui, cela n’en vaut pas la peine.

Or, même s’il m’arrive de dévorer du livre pendant la semaine et pire, pendant mes vacances, je suis plutôt lente à l’écriture. J’aime réfléchir à ma lecture, livrer l’essence du livre, ma compréhension de l’histoire, mon interprétation, créer des liens avec d’autres lectures… et cela prend du temps.

Un mois, c’est tenable, mais peut-être que je n’aurai pas envie de lire le service presse au moment où je le reçois, parce qu’un autre roman m’attire.

La lecture et l’écriture pour ce blog restent un plaisir, et m’imposer des « devoirs » ne m’intéresse pas.

Alors, certes cela ne fait pas de moi une blogueuse tendance qui propose des livres récents toutes les semaines, mais cela m’est égal. Mon but est de vous faire part de mes découvertes, pas de suivre les dernières parutions littéraires.

Une forme de travail déguisée 

J’esquisse ici une théorie selon laquelle les blogueurs assument le rôle de commerciaux littéraires… rémunérés en livres par les éditeurs. (oui, je cherche à le faire taper sur les doigts).

Il est difficile pour certaines maisons d’édition de réaliser de la publicité autour de leurs dernières sorties, ou de posséder un budget suffisant pour le faire. Les blogueurs littéraires et autres booktubeurs apparaissent souvent comme un bon moyen pour réaliser cette publicité sans que cela leur coûte beaucoup.

Un livre gratuit, ce n’est parfois pas cher payé en échange de visibilité.

J’ai souvenir d’un concours des éditions Bragelonne une année, pour devenir « ambassadeur Bragelonne ». En gros, le gagnant avait accès pendant an a des livres gratuits, des rencontres avec des auteurs de la maison d’édition en vue d’interviews, et surtout la possibilité de voir ses avis de lecture mis en avant. J’appelle cela un stage non rémunéré déguisé.

Alors, certes dans le service presse, l’avis du blogueur lui apporte autant que à l’éditeur au niveau visibilité : en plus de gagner un livre gratuit, il accède à un livre récent, et parfois il est le premier à en parler. Et toutes les maisons d’édition ne sont pas des monstres, elles sont là pour vendre, c’est tout.

Je soulève juste l’idée qu’il s’agit d’une forme de travail, même si cela relève du hobby, que d’écrire des avis sur des livres, surtout s’ils sont lus et influent sur l’achat d’un ouvrage. Rappelons que le métier de critique littéraire existe encore.

J’ai les moyens de me payer des livres

J’ai parlé à plusieurs reprises du coût des livres et de ma radinerie.  Mais je tiens à préciser que j’ai les moyens, en tant qu’adulte disposant d’un salaire, d’acheter mes livres.

Et de choisir ceux dont je vais parler, en sortant du panel des services presse auquel je pourrais avoir accès.

Par ailleurs, quand j’étais bibliothécaire, j’avais le gros avantage d’avoir à ma disposition plus de livres qu’un lecteur lambda. Donc, pourquoi se cantonner seulement aux services presse?

J’ai envie de rémunérer les auteurs

La culpabilité de posséder un livre qui n’a pas été payé me donne presque envie de le rendre à l’auteur quand je vais à un salon. (si, si, j’y pense encore quand je vais aux Imaginales).

Déjà qu’ils ne gagnent qu’entre 6% et 14% du prix TTC d’un livre, si en plus ils donnent leur oeuvre gratuitement en échange de pub, je trouve ça exagéré.

En général, je donne mon service presse à la bibliothèque. La bibliothèque est censée reverser une sorte de taxe en lien avec ses droits de prêts, à une caisse des auteurs, pour les livres qu’elle achète tous les ans. Les données sont croisées avec celles des libraires à qui elle commande ses livres. L’Etat reverse aussi un montant lié aux inscrits en bibliothèque toujours en lien avec cette caisses des auteurs. (Je mets l’explicatif barbant ici, si cela vous intéresse).

Alors, techniquement mon service presse n’est pas acheté par la bibliothèque, mais j’ai bon espoir, quand c’est une série, que la suite soit demandée par un lecteur, et qu’elle soit achetée. Et puis, les collègues ne crachent pas sur des livres récents et neufs en littérature de l’imaginaire. Cette dernière est très peu développée en bibliothèque parfois par manque de professionnels connaisseurs ou tout simplement motivés, ou ce n’est pas une priorité budgétaire. Alors, si je peux aider à rafraîchir une collection de SF ou Fantasy vieillissante et faire venir des lecteurs, pour moi c’est bingo !

Le danger du côté gratuit

Quand tous les mois, on vous envoie un email pour vous indiquer les livres à paraître, vous êtes forcément tenté, comme dans toute bonne société de consommation, de prendre ce qu’on vous propose.

Quitte à avoir les yeux plus gros que le ventre et ne pas pouvoir tenir vos délais de publication et de lecture.

Cela m’est arrivé une seule fois, avec L’échiquier de Jade d’Alex Evans. J’en ai honte, mais cela fait au moins un an que je l’ai reçu pour le site Portdragon.fr, et je l’ai chroniqué seulement il y a deux semaines. Pire ! Trois mois en amont, j’avais donné mon avis sur le livre suivant de cet auteur, paru en 2019 (la méga honte !). Bref, je me suis dit que ce n’était pas correct du tout envers l’éditeur d’avoir reçu le livre gratuitement, donc, malgré le retard, j’ai fait le boulot.

Les éditeurs qui finalement ne publient pas ta critique

Cest rare, mais il arrive que je rédige un avis sur un livre qui n’est pas republié ensuite par l’éditeur à l’origine du service presse. Jusqu’à présent, j’ai mis cela sur le compte de mon faible niveau d’écriture et cela m’a poussé à progresser.

Après, tout éditeur a le droit de publier ou non ce que je propose.

Je ne lui en tient pas rigueur vu qu’il m’envoie un livre gratuit (faut pas exagérer ! ), mais cela peut faire mal au coeur pour un blogueur espérant une retombée positive sur ses statistiques de fréquentation de blog.

La pression sous-jacente pour réaliser une critique positive

Je n’aime pas critiquer négativement un auteur juste pour le plaisir de d’indiquer que son livre est nul. D’une part c’est mon avis personnel…et subjectif.

D’autre part, j’estime qu’il y a toujours quelque chose de positif à dire sur un livre, même s’il ne m’a pas plu.

Par ailleurs, s’il est publié, c’est qu’un éditeur a dû déceler son potentiel.

 Donc, j’ai pour principe, si je ne trouve pas un livre très bon, soit de ne PAS en parler, soit de relever quand même les quelques qualités que j’ai pu lui trouver dans mon avis. Mais dans tous les cas, je reste honnête quoi qu’il arrive.

Parfois, je ne trouve pas de choses positives à dire, car le livre fait écho à mon vécu ou à une autre lecture.  Le premier roman ne sera pas à la hauteur du second ou il lui ressemblera trop.

Pour revenir au service presse, même si cela n’est pas formulé de manière explicite, l’éditeur espère toujours une critique positive. Je préfère éviter l’embarras de cette situation ou de trop édulcorer mon avis par souci de plaire. Je ne veux pas faire de fausse publicité.

J’aime choisir les maisons d’édition dont je parle

Vous avez peut-être dû le constater, mais je suis très fan de deux maisons d’édition de l’imaginaire : Les éditions du Chat Noir et Les éditions ActuSF.

Cela est dû au fait que j’apprécie leurs publications et que j’aime promouvoir des petites structures. Les importants éditeurs ont déjà bien assez de ventes comme ça et les moyens de se faire de la publicité. C’est un parti pris de ma part, et j’espère continuer à le faire avec d’autres maisons d’éditions.

Je ne reçois rien en échange, si ce n’est des commentaires des auteurs sur mes publications qui me font bien plaisir.

Admettons que vous recevez une proposition de service presse sur un livre qui ne vous intéresse pas ? Allez-vous l’accepter quand même ? Moi non, je préfère éviter le malaise.

Pour conclure sur le sujet, je dirais que je reste ouverte aux services presse, mais avec circonspection. Si j’ai une demande d’une maison d’édition, j’indique toujours que je resterai honnête vis à vis du livre, par respect pour mes lecteurs, et que je publierai de mon côté ma critique qu’elle convienne ou non.

J’estime que le blog reste une activité de loisir et non une course à la notoriété. Si vous êtes blogueur débutant, posez-vous les bonnes questions avant de demander des services presse, et avisez en conséquence…

Cet article m’a été inspiré d’un autre sur le même sujet écrit par Hailey et Brooke de Abookafterbook. Si cela t’intéresse, n’hésite pas à aller visiter leur blog 😉

Papier et crayon,

A.Chatterton

Publié dans On joue ?

Bilan du challenge lecture « L’épreuve des Stratèges » avec le #PLIB2020 et la suite de mes aventures de jurée #4

Passé les vacances de Noël, j’ai voulu faire un point sur le mini-challenge auquel j’ai participé en lien avec le Prix littéraire de l’imaginaire Booktuber App (ou PLIB2020) et vous raconter la suite de mes aventures en tant que Juré PLIB 2020…

Un mini-challenge de 15 jours, c’est plutôt hardcore !

Une fois n’est pas coutume, j’ai encore été trop ambitieuse. Le challenge durait 15 jours, du 16 au 29 décembre 2019. Et, me croyant super forte, j’ai décidé de commencer à lire mes 5 livres sélectionnés… 4 jours après qu’il ait commencé !

Dans ma petite tête de procrastineuse,  je m’étais dit que j’avais le temps, vu qu’en plus, je restais chez moi pour les fêtes.

ERREUR FATALE ! Il faut toujours commencer un challenge dès le premier jour, sinon pour rattraper le retard, cela devient un readathlon !

Me voilà partie à lire mes deux premiers livres confiante, engloutissant chapitre après chapitre, comme de délicieuses pâtisseries. Au bout d’une semaine, j’ai eu un coup de mou et j’ai commencé à faire des siestes en journée. Bah oui, lire fatigue les yeux !

Arrive l’avant-dernier jour, et je me rends compte qu’il reste encore un livre à lire et ce n’est pas le plus simple : Les voiles de Frédégonde de Jean-Louis Fetjaine, un roman historique bien dense ! Je commence à regretter mon choix au vu du temps restant et je vais voir où en sont mes camarades Mages dans leur défi sur le Discord dédié à ce challenge.

Et là ! Miracle, survient une règle qui me sauve la mise : On peut valider son challenge si on a lu au moins 75% du dernier livre ! La lecture de cette histoire à l’époque mérovingienne devient tout à coup moins indigeste et je me promets pour le prochain défi lecture de commencer par les romans les plus denses.

Au final, je suis venue à bout du challenge et j’ai pu envoyer mon formulaire de validation pour faire gagner 6 points à mon équipe : 1 par livre et 1 bonus car j’avais lu un livre du PLIB 2020, L’apprentie Faucheuse de Justine Robin.

J’ai terminé de lire mon dernier roman deux jours après le challenge (comme quoi, commencer de lire dès le premier jour ça compte !).

Les résultats sont tombés le 2 janvier : On est deuxième dans l’équipe des mages, mais rien n’est perdu, il reste l’épreuve des alliés pour gagner des points en février !

Mon nouveau hobby : les livres numériques !

Pour ce challenge, j’avais décidé de lire un ebook pour la première fois, en vue d’économiser l’achat d’un livre. Et cela a été une sacrée découverte !

Moi, l’amoureuse de l’objet-livre et du papier, je me suis vite prise au jeu de l’électronique, d’autant que j’ai un nouveau super-smartphone-de-la-mort-qui-tue. Mais les débuts ont été plutôt laborieux.

J’étais en train d’essayer en vain de télécharger L’apprentie Faucheuse sur mon téléphone quand j’ai décidé de lancer un SOS sur le Discord du jury PLIB. Heureusement, quelqu’un de sympathique est venu à mon secours (on a vraiment une super communauté) et j’ai découvert la magie de Google Play Books !

Certes, il existe d’autres applications, et Google enregistre toutes vos données, mais comme mon nouveau smartphone est un Google-phone,  je me suis dit qu’au point où j’en étais, autant utiliser une appli déjà installée. (Flemme quand tu nous tiens…)

Et là, s’est ouvert à moi un monde de possibilités : fini le transport du bouquin dans le sac, il est sur mon smartphone ! Fini l’achat de livres, j’ai des ebooks gratuits du PLIB et en bonus, je peux transporter ma bibliothèque sur moi et lire à tout instant.

Ma seule limite ? La batterie dudit téléphone. Mais à part ça, je me suis habituée à l’écran (qui n’est pas si petit), au fait de tourner les pages avec le pouce et surtout, je trouve ça plus pratique dans le métro.

Et oui ! Avant, dans le métro, je sortais mon livre papier de mon sac, j’essayais de me faire une place entre un coude et un dos, et je lisais. Maintenant, hop, une main suffit !

En plus, pas besoin de marque-page ! On reprend là où on a arrêté l’application.

Le seul bémol que j’ai trouvé pour le moment, c’est évaluer le nombre de pages restantes. Il y a bien une jauge, mais je me fais avoir à chaque fois.

Et vous allez rire, mais j’ai encore un vieux réflexe du livre papier : quand je ne me souviens plus du titre ou de l’auteur, je retourne mon téléphone… sauf que la première de couverture n’est pas dessus…(Facepalm)

Quoi de neuf côté PLIB ?

Pour lire les 20 romans sélectionnés avant le vote de février pour nos 5 chouchous, j’ai accès à des livres voyageurs et des ebooks (comme évoqué précédemment).

Pour les livres voyageurs, il faut s’inscrire sur une liste. Le but étant que les livres circulent entre les membres du jury. On ne peut prétendre à un livre si on n’a pas rendu un autre livre avant. L’envoi postal reste à nos frais.

Comme j’ai souhaité réaliser des économies (les livres ça coûte cher), j’ai privilégié les ebooks et je pense me réinscrire à la bibliothèque.

Cela a été un long débat avec moi-même, mon porte-monnaie, et mon conjoint car j’avais promis de ne plus acheter de livres avant d’avoir terminé ceux que j’ai déjà à la maison. Se réinscrire à la bibliothèque signifie s’éloigner de cet objectif, mais en même temps, ne pas acheter de livres. Donc, le compromis est de n’emprunter que les livres du PLIB. On est accro à la littérature ou on ne l’est pas…

L’info du jour est que la date pour le vote final a été avancée de 15 jours car… nous avons été invités à rencontrer trois des auteurs à la  librairie Furet du Nord à Lille le 22 février !

Habitant Lyon, je ne compte pas y aller car c’est trop loin, mais je suivrai certainement le live et je vous enverrai le lien sur la page Facebook du blog. Si vous habitez dans le coin, n’hésitez pas à vous y rendre. C’est à 15h et Anthelme Hauchecorne, Georgia Caldera et Louise le Bars seront présents pour une dédicace.

Ce changement de calendrier m’oblige à revoir ma stratégie de lecture des 20 titres en lice et surtout des 5 finalistes pour mieux décider ou confirmer mon choix.

Je pense lire un maximum de titres courts, dont en priorité ma sélection personnelle, et lire les critiques des autres membres du jury des livres sur lesquels je n’aurai pas le temps de me pencher.

Je réaliserai également des critiques des livres lus de mon côté pour vous donner une idée de la sélection. 😉

Marque-pages et chocolats,

A.Chatterton

Publié dans Questions existentielles

Mini-bilan 2019 et projets 2020 pour le blog

A l’aube de 2019, je me suis dit qu’un petit bilan s’imposait sur les trois mois d’existence de ce blog, mais aussi mes envies et perspectives à son sujet pour l’année 2020. C’est parti mon kiki !

Trois mois d’existence…6 ans d’expérience !

Certes, Lestribulationsdemisschatterton est récent mais il est l’aboutissement de 6 ans « d’errances bloggesques ».

Je n’ai pas trop l’habitude de m’épancher sur internet car je pense que cela ne passionne personne. Cependant, il m’a semblé intéressant de  vous expliquer comment est né ce projet.

Il y a 6 ans, je venais de décrocher un travail dans une bibliothèque jurassienne et j’avais envie d’avoir un hobby littéraire. J’ai créé le site Portdragon.fr avec mon compagnon de l’époque. Il s’agit d’un site sur le médiéval-fantastique regroupant des articles sur la littérature, la cuisine, les jeux de société, des interviews d’artistes. Je gérais les articles et lui s’occupait de la partie graphique et technique du site. Ce projet m’a permis de mettre un doigt dans l’univers du blog, mais aussi de m’ouvrir des portes et de découvrir des communautés, des gens sympas… et surtout de sortir de ma timidité. Il est toujours plus facile d’aller voir un artiste ou un auteur pour lui dire que tu aimes son travail et que tu aimerais bien en savoir plus sur comment il procède, si tu lui proposes d’écrire un article pour en faire sa promo. Du moins, cela a été mon moteur.

Puis, j’ai découvert la communauté steampunk au hasard des rencontres et je suis devenue chroniqueuse pour le site French-Steampunk.fr. J’ai écrit pas mal d’articles sur les costumes et quelques chroniques littéraires. L’ambiance était différente : d’écrire seule dans mon coin, j’ai découvert le travail en équipe. Dans le comité de rédaction, il y avait une entraide sur l’écriture, la programmation des articles pour améliorer la fréquentation du site, une concertation. A un moment donné, j’ai même assuré l’interim de la rédac-chef et accédé à une autre forme de travail : réaliser une programmation d’articles pour l’équipe, assurer une veille sur les événements liés au steampunk, motiver les troupes, réaliser une charte de rédaction, réfléchir à une ligne éditoriale…

En parallèle, j’ai commencé à développer mon personnage steampunk : Miss Chatterton la bibliothécaire de l’extrême. J’ai créé une page facebook, où j’ai commencé à écrire ses aventures pour lui donner de la consistance. J’ai fait aussi réaliser un costume que je porte encore aux conventions auxquelles j’assiste, afin de l’incarner.

Ma vie a changé brutalement quand j’ai fait un burn out à cause de mon travail. A trop s’investir professionnellement, surtout dans un domaine qui est aussi un hobby, on en oublie de prendre soin de soi. J’ai donc demandé un congé sabbatique et j’ai déménagé à Lyon où je ne voulais plus entendre parler de livres, de bibliothèques et ce qui va avec.

Pendant deux mois, je me suis demandée ce que j’allais faire de ma vie. Et petit à petit, l’idée m’est venue de donner de retourner vers Miss Chatterton.

Facebook a beau être un réseau social efficace, je voulais un site à moi, pour parler d’elle et apprendre à gérer le côté technique de wordpress. J’avais accumulé assez d’expérience en blogging. Je me suis dit qu’il était temps de faire entendre ma voix, plutôt que de me cacher derrière la ligne éditoriale d’autres sites et de me recentrer uniquement sur les sujets que j’apprécie.

Ainsi est né Les tribulations de Miss Chatterton. C’est plus qu’un complément à l’histoire de mon personnage imaginaire. J’y ai ajouté ce qui me passionne depuis toujours (et qui restait caché des mes cartons à projets) : les ateliers d’écriture, mes propres essais d’écriture, des chroniques littéraires détaillées, des jeux autour de l’écriture, des rencontres d’auteurs, etc…

Ce site est une manière d’exprimer mon amour pour la littérature, un guide pour ceux qui aimerait découvrir l’univers littéraire tout en sortant des sentiers battus, et une forme de reconstruction personnelle.

Pour le moment nous en sommes à 6 abonnés wordpress et 145 abonnés facebook pour seulement 3 mois d’existence ! Je ne cours personnellement pas après le succès vu que ce n’est pas le but de ce blog, mais je trouve cela encourageant pour un premier démarrage.

Jusqu’à présent, je me suis beaucoup concentrée sur les chroniques de livres et challenges de lecture mais j’espère faire évoluer favorablement le blog en 2020 pour au moins remplir un peu plus les autres rubriques !

Quoi de neuf en 2020 pour le blog ?

Comme j’ai tendance à partir dans tous les sens (Il n’y a qu’à voir mon implication sur Portdragon.fr pour s’en rendre compte…), je me suis dit que j’allais apprendre de mes erreurs et proposer peu d’éléments nouveaux, mais les faire bien.

Au niveau des contenus 

J’ai pour projet de remplir la rubrique « Questions existentielles » avec des réflexions moins littéraires, parfois liées à l’actualité sans pour autant tomber dans le politique. Cette rubrique est une forme de fourre-tout, où j’ai envie de vous faire part de mes interrogations face au monde et de vous inviter à vous interroger également, sans être pour autant juge.

La rubrique « Le roman de Miss Chatterton«  a été délaissée un peu depuis le début du blog. J’ai un projet d’écriture avec Pedro de la Vega, un ami qui fait du steampunk lui aussi, pour croiser les aventures d’Amélia Chatterton avec celles de son personnage. Ce sera lié à Cthulhu mais je n’en dirai pas plus…

J’ai envie de créer mon propre challenge lecture. J’étudie ceux existant pour le moment afin d’en comprendre les mécanismes et j’ai déjà quelques idées de thèmes qui n’ont pas été abordés jusqu’à présent. 😉

Je vais tenir un journal de mes lectures de l’année 2020 pour vous proposer un bilan l’année prochaine de mes tops niveau lecture. Je n’ai pas eu l’occasion de le faire cette année et il ne m’a pas semblé intéressant d’en faire un juste pour 3 mois.

Au niveau de la communication du blog

Je vais acheter un nom de domaine chez un hébergeur qui n’est pas wordpress. Pour ceux qui viennent consulter mon blog depuis facebook, c’est assez compliqué car la plateforme n’accepte pas que je mette directement les liens URL de mes articles dans des post, ni même renseigner l’URL de mon site internet. Je suis considérée comme un spam qui ne « respecte pas les standards de la communauté ». Après recherches sur des forums, questions à des amis informaticiens et dialogues infructueux avec Facebook, il s’est avéré que les algorithmes de Facebook me considéraient comme un spam car j’utilise un compte wordpress gratuit sans hébergeur. Ainsi, il me sera plus facile de communiquer sur mon blog et d’envoyer les informations à l’ensemble de mes abonnés.

Au niveau de ma vie de lectrice

J’ai envie de rejoindre une communauté littéraire pour discuter en live de mes lectures. Je suis déjà membre de Babelio, et du PLIB (et de son Discord), et j’échange parfois avec le peu d’abonnés que j’ai. J’aimerais à terme rencontrer des blogueuses ou des lectrices tout simplement, dans ma ville autour d’un apéro ou d’une tasse de thé pour parler bouquins. Ceci est un appel du pied !

Je souhaite remplacer ma veille facebook par une veille littéraire. J’ai remarqué que j’étais devenue accro à facebook depuis mon burn out et que ce n’était pas ce qui m’enrichissait le plus dans la vie, d’autant que je ne supporte plus les publicités ciblées qu’il propose. J’aimerais trouver quelque chose de similaire qui en même temps, me propose des lectures ou des articles de blog intéressants. Pour le moment, je suis les fils d’actus de wordpress liés à mon blog, mais si vous avez des idées, je suis preneuse !

Je veux lire plus et terminer ma PAL avant le festival des Imaginales de 2020. Pari lancé avec une amie en mai dernier, j’ai bien entamé mes livres. Il me reste une étagère et demi pleine et je me suis interdite d’acheter de nouveaux livres d’ici là. Mais c’est compliqué quand vous êtes juré du PLIB et que vous avez accès à des livres numériques gratuits…

Voilà pour les projets de l’année. J’espère tous les tenir et continuer à progresser dans ma manière d’écrire mes articles. Si vous avez des envies sur ce blog, n’hésitez pas à m’en faire part en commentaire ! 😉

Je vous souhaite en tout cas, une très belle année 2020, pleine de lectures et de projets intéressants.

A. Chatterton

Publié dans On joue ?

Prix littéraire de l’imaginaire Booktube 2020 #PLIB2020 : Mini-challenge Lecture pour Noël, Mon expérience de jurée #3

Le temps passant, nous voici en décembre, synonyme de nouveau challenge littéraire en lien avec le PLIB : le tournoi des élites et son épreuve des stratèges. Petit tour d’horizon du fonctionnement de ce défi lecture pas comme les autres.

Le challenge a lieu du 16 décembre au 29 décembre 2019. Un challenge court mais intense pour pimenter les fêtes de Noël.

Tout le monde peut participer, ce n’est pas réservé aux seuls jurés du PLIB. Par contre, il faut se dépêcher de s’inscrire pour être réparti dans une des équipes. Et oui ! Ce n’est pas un challenge ordinaire : on lit en équipe !

En équipe tu seras

Pour participer, il faut remplir un formulaire d’inscription disponible sur le site du PLIB. Il te faudra choisir ton équipe, et une équipe de secours au cas où il n’y a plus de places dans celle de ton premier choix.

Puis tu recevras un gentil email de confirmation concernant ton équipe avec quelques règles de fonctionnement ou une notification sur Discord.

Niveau organisation, toutes les discussions et questions en lien avec le challenge ont lieu sur Discord. Il te faudra créer un compte, avec un pseudo et te faire inviter sur le salon du PLIB en lien avec le challenge.

La page du règlement du challenge est disponible sur le site, si souhaites plus de détails. Cela t’évitera aussi de poser des questions à ton groupe alors que les réponses sont déjà disponibles dans ce règlement. 😉

Chaque équipe dispose d’une couleur différente sur Discord : il y a les Dragonniers en rouge, les guérisseurs en bleu et les mages en violet. Les équipes soutiennent chacune une princesse  (en réalité des bloggueuses liées à l’orga du PLIB 😉 ).

Chaque menu validé avec les lectures que tu auras faites rapportera 5 points à ton équipe. Mais il faudra être stratégique pour faire gagner un maximum de points !

Des menus tu choisiras

Quatre menus sont proposés pour ce Mini challenge :

menu scintillant PLIB2020 #PLIB2020

Menu Gourmand PLIB2020 #PLIB2020

Menu Chaleureux PLIB2020 #PLIB2020

Menu authentique PLIB2020 #PLIB2020

A ceux ci viennent s’ajouter quelques règles complémentaires :

Si tu lis un livre sélectionné pour le PLIB2020, tu fais gagner 1 point supplémentaire à ton équipe.

Seuls les romans et recueils de nouvelles sont acceptés, s’ils sont lus en intégralité.

Un même roman lu peut valider plusieurs item de menus.

Les romans de Science-Fiction, Fantasy, Fantastique, et contemporains (ou littérature blanche) sont les seuls romans acceptés.

Les mangas ne sont pas acceptés dans ce challenge, contrairement au Pumpkin Autumn Challenge.

Pour le reste des indications, je te réfère au règlement complet du challenge 😉

A noter que lorsque tu auras choisi ton menu, et déterminé ta sélection de livres, tu dois renvoyer un formulaire pour indiquer tes lectures à ton équipe. Le même formulaire est à remplir une fois le challenge terminé.

De la stratégie de lecture tu déploieras

Tu l’auras compris, le but est de lire un maximum de pages en 15 jours et valider un maximum de menus.

Mais pour cela, il est nécessaire d’être stratégique.

Par exemple, tu peux sélectionner des romans courts pour aller plus vite.  Ou mieux : choisir des livres qui te permettent de valider plusieurs menus en même temps.

Tu peux aussi choisir des livres de la sélection du PLIB si tu es juré. En plus de rapporter des point bonus, cela peut t’aider à avancer dans tes lectures d’ici le nouveau vote des finalistes !

Et moi dans tout ça ?

Je fais partie de l’équipe des Mages et j’ai choisi le Menu Authentique avec les livres suivants :

  • Rubrique « Il était une fois » ( Le roman se déroule dans un contexte historique)

Les voiles de Frédégonde, Jean-Louis Fetjaine

J’ai choisi Les voiles de Frédégonde, de Jean-Louis Fetjaine, éditions Belfond, un roman historique autour d’une figure féminine au temps des rois francs de la dynastie mérovingienne. Il sera question de complots politiques et d’histoire d’amour (et de jalousie). J’avais déjà lu La Trilogie des Elfes, et Guinevere (Guenièvre) du même auteur et beaucoup apprécié son style et sa manière de revisiter la Légende arthurienne. J’espère que ce roman historique sera à la hauteur autant au niveau de l’intrigue que de respect de la réalité historique.

Son résumé : Née esclave, Frédégonde était destinée à devenir courtisane dans un village gaulois. Mais un abbé la place comme servante chez l’un des fils de Clotaire, le roi des Francs. Très vite, la jeune femme découvre les secrets de la cour mérovingienne et devient la confidente d’Audowère, l’épouse du fils cadet de Clotaire. Novembre 561, le roi meurt. Ses quatre fils se partagent le royaume. Chilpéric, violent et impulsif, se débarrasse d’Audowère et prend Frédégonde pour maîtresse. Son frère Sigebert, lui, chef de guerre talentueux qui emporte le respect de tous, épouse Brunehilde, fille du roi wisigoth d’Espagne, aussi belle qu’instruite. Chilpéric, à la fois ébloui par cette alliance prestigieuse et rongé par la jalousie, décide alors d’épouser la sœur de Brunehilde, Galswinthe. Mais Frédégonde n’est pas de celles que l’on peut impunément délaisser…

Lire ma chronique suite à sa lecture ici 😉

  • Rubrique « Noël Mécanique » (un roman steampunk) :

realm of broken faces marianne stern

Ce roman clôt la trilogie des Récits du Monde Mécanique de Marianne Stern dont j’ai déjà lu et chroniqué les deux tomes précédents (Smog of Germania et Scents of Orient), publiés aux éditions du Chat Noir. Realm of Broken Faces est un récit uchronique autour d’un monde où la France, l’Allemagne et l’Angleterre sont en guerre. Nous suivrons les aventures des frères Maxwell et Jérémiah autour d’animaux mécaniques et de dirigeables. Même si chaque tome peut se lire de manière indépendante, il est utile, ne serait-ce que pour suivre l’évolution des deux personnages, de commencer par Smog of Germania.

Le résumé : Automne 1917, Nord-Est de la France. La Blitzkrieg du Kaiser a dévasté les environs, mais une petite communauté de malfrats règne désormais sur ce no man’s land. À sa tête, Monsieur, chef auto-proclamé. Un personnage à la gueule cassée, lunatique et mystérieux. Comme on dit aux alentours, personne ne sait qui il est véritablement et d’ailleurs, tout le monde s’en fout, d’autant plus que l’ignorance est gage de survie. Le Quenottier, armé de sa fidèle pelle, suit cette ligne de conduite sans dévier d’un pouce. Il a bien d’autres ennuis à gérer que les lubies de Monsieur. À commencer par cette mioche, débusquée dans les vestiges des tranchées, bien décidée à lui pourrir la vie… Entre corbeau agaçant, Veuve acerbe et gamine insupportable, qui aura les nerfs du vieux Quenot’ ?

Lire ma chronique suite à sa lecture ici 😉

  • Rubrique « Petits meurtres en famille » (une enquête dans un roman SFFF) : 

echiquier de jade alex evans_

J’ai aussitôt pensé à L’échiquier de Jade d’Alex Evans, qui dort dans ma PAL depuis un moment. Il s’agit de la suite de Sorcières Associées du même auteur, aux éditions ActuSF dont j’ai déjà réalisé la chronique. Le roman est court et les aventures des deux sorcières Tanit et Padmé sont hilarantes et pleines de rebondissements. Ce sera une vraie lecture bonbon pour les fêtes.

Le résumé : Retour dans la cité de Jarta. La ville est en pleine ébullition. Les manifestations des opposants à la visite de l’ambassadrice d’un Empire fermé et agressif provoquent de sérieux remous. Dans le même temps, tous les sorciers de la ville sont réquisitionnés pour combattre un démon qui a dévoré deux personnes. Résultat, les forces de l’ordre confient deux nouvelles enquêtes aux sorcières Tanit et Padmé, et notamment le vol d’un antique échiquier en jade que la ville comptait offrir en cadeau à l’ambassadrice. L’incident diplomatique n’est pas loin…

Lire ma chronique suite à sa lecture ici 😉

  • Rubrique « Retour en arrière » (Lire un livre finaliste des éditions antérieures) :

la fille qui tressait les nuages celine chevet

Il se trouve que j’ai dans ma PAL de table de nuit le roman de Céline Chevet, La fille qui tressait les nuages, éditions le Chat Noir, gagnante du PLIB2019. Je me suis dit que c’était l’occasion de le lire, d’autant que l’histoire, un brin fantastique, se déroule au Japon à notre époque. (En ce moment, je suis dans une phase littéraire « Japon »)

Le résumé : Saitama-ken, Japon. Entre les longs doigts blancs de Haru, les pelotes du temps s’enroulent comme des chats endormis. Elle tresse les nuages en forme de drame, d’amour passionnel, de secrets. Sous le nébuleux spectacle, Julian pleure encore la soeur de Souichiro Sakai, son meilleur ami. Son esprit et son coeur encore amoureux nient cette mort mystérieuse. Influencée par son amie Haru, Julian part en quête des souvenirs que sa mémoire a occultés. Il est alors loin de se douter du terrible passé que cache la famille Sakai… Fable surréaliste, la Fille qui tressait les nuages narre les destins entrecroisés d’un amour perdu, une famille maudite et les tragédies d’une adolescence toujours plus brève.

Lire ma chronique suite à sa lecture ici 😉

  • Rubrique « C’est la fin » (Le personnage de la faucheuse est présent dans l’histoire) :

Copie de 9791094173374 (1)

Présent parmi les 20 sélectionnés du PLIB2020, L’apprentie Faucheuse de Justine Robin aux éditions Le Héron d’Argent me faisait de l’oeil depuis les votes de novembre. J’ai décidé de le lire pour m’essayer à la lecture numérique avec l’ebook fourni gracieusement par l’éditeur aux jurés, dans le cadre du Prix. Le roman a l’air amusant et court. C’est de la littérature Young adult, donc cela me changera de sujets plus sérieux comme Les voiles de Frédégonde évoqué plus haut.

Le résumé : « Aujourd’hui, je suis morte. » Amélia Pratt était une simple domestique, pauvre et sans avenir. Mais par une froide nuit d’hiver de l’année 1850, un homme la précipite dans la mort. Elle renaît alors sous les traits de Red Death, l’une des sept petites faucheuses. Désormais, son rôle est de pourchasser les esprits errants et les fantômes. Et à ce petit jeu-là, elle est la meilleure ! Pourtant, elle n’a pas choisi l’Ankou le plus docile pour la seconder dans sa tâche. En effet, le beau Rain n’est autre que son propre meurtrier, désormais contraint de lui obéir pour l’éternité… Entre complots, dangers et trahisons, parviendra t-elle à accomplir son rêve : devenir la prochaine Grande Faucheuse du Sanctuaire de la Mort ?

Lire ma chronique suite à sa lecture ici 😉

J’annonce une lecture de 1552 pages d’ici la fin du défi.

Ma stratégie personnelle pour ce challenge (et mes objectifs):

Lire des romans courts ou dont le style est léger. Nous sommes en période de fêtes et de vacances. Exit donc Les Piliers de la terre de Ken Follett. Tu resteras encore un moment sur mon étagère de PAL !

Avancer sur les lectures du PLIB2020 et vous proposer des chroniques littéraires les concernant. En plus, ça fait des points en plus pour l’équipe.

Réutiliser certains romans lus dans le Menu Authentique pour valider d’autres menus.  Par exemple, je peux réutiliser L’échiquier de Jade dans le Menu Scintillant et sa rubrique « C’est toujours mieux à deux ».

Vider ma PAL (=Pile à Lire) achetée au Festival des Imaginales. Il s’agit d’un défi avec une amie d’ici le mois de Mai 2020. Nous avons décidé de ne plus dépenser d’argent pour de nouveaux livres avant ce festival. En effet, chaque année nous en revenons avec environ 15 livres chacune et un gros trou dans le porte-monnaie. Lire ce que nous avons déjà nous permet par ailleurs de réaliser des économies !

M’essayer à la lecture numérique ! Adepte du papier, j’éprouve des difficultés à passer à la tablette ou la liseuse. Ce sera une bonne occasion d’essayer.

Et surtout, prendre plaisir la lecture et faire gagner mon équipe. Allez les Mages !

D’autres challenges sont à venir par la suite, jusqu’en août, que tu peux rejoindre aussi ! Alors n’hésite pas à consulter  la page concernant les challenges du PLIB et rejoindre une équipe !

Publié dans On joue ?

Prix littéraire de l’imaginaire Booktube 2020 #PLIB2020: Mon expérience de jurée #2

Le 17 novembre, les résultats des 20 livres sélectionnés pour le prix sont tombés, l’occasion pour moi de revoir mes pronostics et de vous parler de la suite des événements…

Le vote des 20 tu approuveras…même si tu n’aimes pas le résultat !

Sur l’ensemble des 20 sélectionnés après le vote, j’ai retrouvé 6 de mes choix initiaux (petit récap ici pour ceux qui n’ont pas suivi). Ce n’est pas triste, je n’ai pas eu tout juste du premier coup, mais c’était sympa de réaliser des pronostics.

Voici les grands gagnants de la présélection :

Je suis un peu déçue de l’apparition de certains livres dans ce classement. Bien que le prix ne soit pas uniquement orienté livres adultes, j’ai une nette préférence pour cette littérature et certains choix me semblent un peu puérils comme Wicca.

Je n’approuve pas non plus quelques livres adultes qui ont déjà été mis souvent en lumière dans des défis lectures ou par certains éditeurs.

A mon sens, cela fait de l’ombre à quelques pépites qui auraient pu gagner en notoriété. Par exemple, Magic Charly a été beaucoup cité ces derniers temps dans les salons jeunesse et dans le Pumpkin Autumn Challenge. Idem pour Engrenages et Sortilèges qui a gagné déjà quelques prix, même si j’apprécie beaucoup Adrien Tomas.

Mais bon, il faut jouer le jeu, et c’est déjà pas mal de participer à un prix sur la littérature de l’imaginaire. Pour le moment, malgré les demandes, les organisatrices n’ont pas la possibilité de réaliser un prix adulte et un prix jeunesse. Peut-être dans les années à venir s’il prend de l’ampleur. Il n’en est qu’à sa troisième édition.

Mes chouchous qui sont restés du vote initial

Comme je le disais, seulement 6 livres sont restés de ma première sélection. Les voici :

Je pense réaliser une chronique de chacun d’ici mars, puis aviser de réaliser celles des romans de mon pronostic des 5 vainqueurs de la dernière sélection. Pour les résumés, je vous renvoie à ma première chronique de jurée du PLIB. 🙂

Sur le papier, en tant que juré, nous nous sommes engagés à réaliser seulement des articles sur les 5 finalistes. Mais j’ai envie d’aller plus loin… 😉

Mon pronostic sur le top 5

Compliqué de se prononcer sur le vainqueur…

je suis fille de rage #plib2020Personnellement, je pencherais fortement pour Je suis fille de rage de Jean-Laurent Del Socorro car je suis une groupie incontestée de son style d’écriture incisif et des thèmes qu’il aborde (souvent sur la révolte intérieure/extérieure).

Cependant, puisqu’il faut un top 5, car en mars, nous devrons voter à nouveau pour élire ces 5 élus, je proposerais les livres suivants :

Je suis fille de rage de Jean-Laurent Del Socorro : Parce que Jean-Laurent ! Et qu’il s’agit d’une histoire de liberté sur fond de réalité historique.Les noces de la renarde #plib2020

Les noces de la renarde de Floriane Soulas : Floriane est la grande vainqueure du Prix Imaginales des Lycéens de 2019 et elle était déjà dans le top 5 du PLIB 2019. Et bon, c’est une de mes auteures préférées 🙂

Le phare et le corbeau de Rozenn Illiano : Curieusement, c’est un livre qui semble faire grand bruit depuis un moment tant par son intrigue que par son style d’écriture. Et même si je ne l’ai pas encore lu, il s’annonce prometteur.

Mers mortes wellensteinMers mortes d’Aurélie Wellenstein : Aurélie était aussi dans le top 5 du PLIB 2019, et le sujet écologique qu’elle aborde dans ce roman de science-fiction est très contemporain.

Lames vives d’Ariel Holtz : Ariel était le grand gagnant du PLIB 2018 avec le tome 1 de ses Soeurs Carmines, dont il faudra que je vous parle un jour. Deux de ses livres étaient dans la sélection de cette année. Celui-ci fera sans doute mouche, et c’est un autre de mes auteurs préférés pour son humour noir.ariel holtz lames vives

Et j’ajouterais  deux optionnels parce que j’hésite pas mal :

Sortilèges et engrenages d’ Adrien Tomas : Adrien est un auteur de médiéval-fantasy pour adultes reconnu. Ici, il signe un roman steampunk jeunesse qui a gagné déjà des prix. Une valeur sûre donc (même si oui, j’ai taclé plus haut sa sélection).

Chroniques des cinq trônes, Moitié d’âmes, d’ Anthelme de Hautecorne : Anthelme avait surpris tout le monde avec son premier livre Journal d’un marchand de rêves, lauréat du prix imaginales 2017. Il revient ici avec un roman young adult sur la magie avec son style d’écriture inimitable.

What’s next ?

Je vais lire la plupart des titres proposés dans cette grande sélection et en chroniquer certains. Je ne promet pas de tout lire, mais au moins ceux que je possède déjà et ceux qui me font envie. J’ai déjà commencé avec Les Héritiers d’Higashi de Clémence Godefroy que vous pouvez retrouver dans ma rubrique Lectures avec les autres chroniques à venir sur le PLIB.

Pour cela, les organisateurs du PLIB mettent à la disposition des jurés des ebooks que les éditeurs partenaires ont bien voulu prêter. Sinon, nous pouvons pratiquer l’échange de livres physiques, mais je n’ai pas encore eu l’occasion de regarder son fonctionnement de plus près.

Nous avons la possibilité de discuter de nos livres dans le cadre de Lectures Communes organisées, et d’échanger avec les organisateurs sur un Discord spécifique en cas d’interrogations sur le PLIB.

J’ai aussi envie d’interviewer certains auteurs ! Pour cela, il suffit de s’inscrire à un tableau d’interview créé par les organisateurs et ceux-ci nous mettent en relation avec les écrivains concernés, notamment lors du Salon du livre jeunesse de Montreuil. L’interview peut être écrite ou en vidéo. Attendez-vous donc à des surprises !

La suite au prochain épisode ! 😉

Plume et encre,

A.Chatterton