Publié dans Lectures

Grimoire de sorcières, Sébastien Pérez et Benjamin Lacombe, Seuil jeunesse

Pour valider un menu du Pumpkin Autumn Challenge 2020, catégorie Automne des enchanteresses / Sarah Bernardt monstre sacré, j’ai choisi cet album/conte/ Beau-livre illustré par Benjamin Lacombe. Son côté artistique et son approche féministe des sorcières de légende m’ont particulièrement séduite.

Revisiter les mythes et légendes des sorcières célèbres

Dans son Grimoire de sorcières, Sébastien Pérez nous présente des figures féminines fortes, qui ont toutes un passé de souffrance ou du moins des raisons d’en vouloir aux hommes. Il s’amuse avec les contes, les mythes, les légendes pour inventer des histoires plus élaborées et nous montrer des sorcières beaucoup plus humaines. Derrière les atrocités commises, il y a souvent une jeune femme victime de discrimination de la part des autres qui cherche à se venger par désespoir ou vengeance.

Nous rencontrerons au fil des pages de ce grimoire une Lilith, trahie par Adam à cause de son envie d’émancipation et qui cherchera vengeance auprès de Belzébuth. Il y aura aussi Méduse, transformée en femme à chevelure de serpent pour avoir été admirée par un Dieu dans le temple d’une Athéna jalouse. Nous connaîtrons la véritable histoire de la sorcière d’Hansel et Gretel, de la Reine et belle-mère de Blanche-Neige, ou encore de la sorcière à l’origine du naufrage du Titanic…

De façon surprenante et audacieuse, d’autres femmes fortes sans connotation vraiment maléfique sont également évoquées avec des histoires tout aussi tragiques : Jeanne d’Arc, La Joconde et une version siamoise de la pirate Anne Bonny…

Jonglant à travers les époques, les histoires et les pays, la réalité et la fiction, Sébastien Pérez nous emporte dans le sillon de ses sorcières d’hier et d’aujourd’hui, et c’est particulièrement réussi.

Jouer avec la forme

Pour illustrer ce grimoire de sorcellerie, Benjamin Lacombe n’a pas fait les choses à moitié ! L’objet-livre se présente sous la forme d’un vrai livre de sorcière avec couverture entoilée et reliée au fil, gravures dorées sur la première et quatrième de couverture, tranche dorée, pages jaunies. Il y a même un avertissement au lecteur dès les premières pages sur ce qu’il risque de découvrir à l’intérieur !

Chaque sorcière est représentée par une illustration magnifique de Benjamin dans son style si particulier, à la fois délicat et effrayant. Les histoires sont constellées d’objets ayant appartenu à chaque sorcière, à la manière d’une boîte à souvenirs. Cela m’a rappelé L’herbier des fées, des mêmes auteurs, dans sa construction : une fable autour d’objets et d’éléments imaginaires. Je rapproche leur travail de celui de Camille Renversade, illustrateur et metteur en scène d’expositions imaginaires.

J’ai pu lire dans d’autres critiques que cet album était lié à l’histoire La Petite Sorcière du même duo. On retrouve ladite sorcière en fin de Grimoire : Il s’agit de Lisbeth, une jeune sorcière qui découvre ce grimoire dans un grenier. Si vous voulez éviter de vous spoiler avec le Grimoire, je vous conseille de lire La Petite Sorcière bien avant. En tout cas, cela m’a donné envie de lire l’autre album de mon côté !

En conclusion : Un album qui m’a à la fois émue vis à vis des drames vécus par ces sorcières, mais aussi émerveillée devant tant d’imagination déployée pour écrire leurs histoires. C’est une belle leçon sur la différence et l’acceptation de soi qui nous est proposée à travers cet objet-livre qui saura, j’en suis sûre, vous enchanter autant que moi, ainsi que votre bibliothèque.

Publié dans Lectures

Peau d’Homme, Hubert et Zanzim, Glénat

Le Mois Américain n’est pas terminé et je commence ma première lecture du Pumpkin Autumn Challenge ! Lu en un après-midi, ce conte/Bande-dessinée/roman graphique m’a interpellée par sa couverture étrange et son intrigue féministe. Voici mon retour sur cette ode à la liberté et à l’amour

Résumé : Dans l’Italie de la Renaissance, Bianca, demoiselle de bonne famille, est en âge de se marier. Ses parents lui trouvent un fiancé à leur goût : Giovanni, un riche marchand, jeune et plaisant. Le mariage semble devoir se dérouler sous les meilleurs auspices même si Bianca ne peut cacher sa déception de devoir épouser un homme dont elle ignore tout. Mais c’était sans connaître le secret détenu et légué par les femmes de sa famille depuis des générations : une « peau d’homme » ! En la revêtant, Bianca devient Lorenzo et bénéficie de tous les attributs d’un jeune homme à la beauté stupéfiante. Elle peut désormais visiter incognito le monde des hommes et apprendre à connaître son fiancé dans son milieu naturel. Mais dans sa peau d’homme, Bianca s’affranchit des limites imposées aux femmes et découvre l’amour et la sexualité.La morale de la Renaissance agit alors en miroir de celle de notre siècle et pose plusieurs questions : pourquoi les femmes devraient-elles avoir une sexualité différente de celle des hommes ? Pourquoi leur plaisir et leur liberté devraient-ils faire l’objet de mépris et de coercition ? Comment enfin la morale peut-elle être l’instrument d’une domination à la fois sévère et inconsciente ?

Mon avis : 

Attention lecteur ! La troisième partie de cette critique comprend des spoilers. Si tu ne veux pas connaître trop de détails sur le dénouement, je t’invite à aller directement à la conclusion. 😉

PS : je n’évoquerai pas les dessins très beaux, et avec des couleurs joliment contrastées car je ne suis pas spécialiste de la Bande-dessinée. Mon avis portera donc uniquement sur l’histoire. 🙂

Une critique de la société sous la Renaissance, mais pas que…

L’intrigue de départ de cette histoire est l’histoire d’une femme et de son mariage arrangé sous la Renaissance Italienne.

Le mariage est vu ici comme une réelle transaction où la jeune femme n’a pas son mot à dire. L’amour est prohibé mais peut se développer pendant le mariage.

Bianca, notre héroïne, regrette seulement de ne pas faire connaissance avec son mari avant le mariage et ses amies se moquent d’elle : pourquoi faire ? Découvrir qu’il est effrayant ou pathétique et annuler les noces ? Les amies sont déjà blasées par leur propre mari, car elles n’ont pas eu le choix non plus.

Seule sa marraine lui propose une alternative, comme une échappatoire avant une vie en cage : essayer, avant le mariage une peau d’homme afin de découvrir comment se conduisent les hommes et en apprendre un peu plus sur son futur époux. C’est le début d’une grande aventure qui va emmener Bianca très loin.

Mais tandis qu’elle découvre ce nouvel univers, la morale se renforce contre les lieux de mauvaise vie, ou l’Art. Son propre frère, devenu moine, devient plus virulent dans ses prêches contre les femmes. Il fait éclore un effrayant mouvement religieux qui nie toute liberté et en particulier envers la gent féminine, accusée de susciter le péché. Il condamne aussi l’homosexualité chez les hommes et les transgenres. Et cherche à cacher les corps, la nudité en vue d’une vie plus chaste qui nie la sexualité de manière générale, sauf pour la procréation.

A travers cette histoire semi-fantastique, on voit poindre de la part de l’auteur une forme de critique envers la liberté de moeurs assez prononcée qui réprime l’amour, ceci dans le but de faire valoir une seule forme de pensée. Et cela est plutôt bien amené avec le personnage du peintre transgenre ou Bianca elle-même qui essaie d’ouvrir les yeux à son frère ou sa famille sur les dangers de cette forme de pensée.

Une ode à la femme

Peau d’homme, c’est aussi un clin d’oeil au conte Peau d’âne de Charles Perrault où une jeune fille cache sa beauté sous une peau d’âne pour passer incognito. Bianca cherche à comprendre son mari puis les hommes en général : Quels sont leurs préférences sexuelles ? Pourquoi se vantent-ils de leurs conquêtes ? Qui sont-ils vraiment derrière le paraître ?Mais surtout, elle découvre une forme liberté à devenir un homme.

Cette liberté est d’abord physique car la peau est vivante, ainsi que son pénis, et elle vit des expériences qu’elle n’aurait pu connaître en tant que femme, satisfaisant ainsi ce désir féminin enfoui de comprendre ce que ressentent physiquement les hommes qui n’ont pas les mêmes attributs. Elle n’a plus honte de son corps sous la peau, qui devient un déguisement renforçant son assurance.

Puis, la liberté devient mentale, car Bianca s’enhardit, devient conquérante, invite les autres hommes à rassembler leur courage plutôt que de se cacher, devient un modèle masculin. La peau lui donne le courage de devenir elle, si la société ne lui avait pas imposé un carcan et une éducation de fille.

Elle devient héroïne face aux maris qui trompent leur femme en toute impunité alors que l’inverse est sévèrement réprimé. Une fois redevenue femme, elle a acquis assez de répondant pour se battre contre la société et la place qu’on lui impose.

Et si le secret de la peau d’homme reste bien caché, c’est qu’il servira à d’autres filles, qui auront besoin elles aussi de se mettre à la place des hommes pour se définir une identité sans réfléchir à une question de genre ou de sexualité. Car elles auront essayé les deux.

Par là, l’auteur nous offre une belle leçon de féminisme car c’est de cela qu’il s’agit : si toutes les femmes avaient la possibilité d’enfiler une peau d’homme pour vivre cette expérience, peut-être réagirions-nous différemment face à notre environnement ? Peut-être aurions-nous plus de facilités à comprendre les hommes ?

Une ode à l’amour (attention spoilers)

L’homosexualité se veut ici joyeuse, proche parfois d’une camaraderie plus poussée face à des filles enfermées sous clé jusqu’à leur mariage. Mais Giovanni, le mari de Bianca, aime sincèrement les hommes et ne considère les filles que comme un devoir conjugal en vue de procréer et donner un héritier à la famille.

Or, ce que Bianca souhaite avant tout, c’est d’être aimée de lui. Or, l’affaire tourne vite au vinaigre quand elle comprend qu’il préfère les garçons. Aimée mais uniquement quand elle porte la peau d’homme, sa vie va être plus compliquée que prévue. Et elle se fera prendre à son propre piège.

Cependant l’auteur lui propose une alternative : créer son propre bonheur en réinventant son couple. Et cela passera par l’amour et la liberté liberté d’être mariés mais aussi d’avoir chacun un amant, liberté d’inventer son propre bonheur en dehors des cases de la société, liberté pour Bianca de trouver un homme qui l’aime et d’être audacieuse sexuellement…

Hubert pousse les cases de la Morale en nous invitant à un autre modèle de couple et de sexualité. Qu’il puisse exister dans cette Renaissance fictive nous laisse l’espoir qu’il est également possible à notre époque actuelle, même sous le seau du secret.

En conclusion : Hubert et Zanzim signent une bande-dessinée audacieuse qui pose des questions actuelles sur la place de l’amour et le mariage, le rôle de la morale, le courage d’être soi, le féminisme, l’homosexualité. Un joli conte à découvrir, à travers les yeux de la charmante et courageuse Bianca, qui s’épanouira au fil des pages pour devenir elle-même.

Publié dans On joue ?

Le challenge littéraire de l’automne : Pumpkin Autumn Challenge 2020

Voici venir l’automne et le retour de mon challenge littéraire préféré : le Pumpkin Autumn Challenge ! Et pour cela j’ai prévu une PAL de dingue que je t’invite à découvrir…

Mais qu’est ce que le Pumpkin Autumn Challenge ? 

Le PAC (pour les intimes), est une création de la blogueuse Guimause Terrier. Il s’agit d’un challenge littéraire sur le thème de l’Automne et d’Halloween qui se déroule de début septembre à fin novembre. Il est constitué de menus qui sont cette année, au nombre de trois : Automne des enchanteresses, Automne Frissonnant et Automne douceur de vivre. Chaque menu est constitué de 4 catégories avec des thèmes et des mot-clés pour t’aider dans le choix de tes lectures.

Pour valider ce challenge, tu as plusieurs options : lire un livre associé à chaque catégorie de chaque menu, lire deux catégories par menus, te contenter d’un seul menu… c’est toi qui détermine la manière dont tu veux t’approprier ce challenge.

Voici les règles en images ainsi que les menus de cette année : 

Tu peux aussi retrouver la présentation du challenge 2020 par Guimause en vidéo sur sa chaîne Youtube, ainsi que des idées de lecture avec sa PAL. Le challenge se relaie sur instagram et facebook avec le Hashtag #PAC2020 ou #PALDUPAC2020 ou encore #Pumpkinautumnchallenge2020

Quelle est ma Pile A Lire pour ce challenge ?

Comme je participe déjà au Mois Américain en septembre, j’ai décidé de commencer le Pumpkin Autumn Challenge début octobre, pour mieux profiter des deux challenges. Aussi, j’ai dû revoir un peu ma pile de livres que j’avais sélectionnée cet été pour l’occasion. 

J’ai également revu les thématiques des romans que j’avais sélectionnés au départ à cause du nouveau menu : l’automne des enchanteresses, absent au challenge de l’an dernier, et qui m’a donné bien du fil à retordre, notamment dans la catégorie Sarah Bernhardt, un monstre sacré. J’aime le théâtre, mais je préfère le voir sur scène plutôt qu’en lire. Donc je me suis focalisée sur la notion d’Art.

Contrairement à l’an dernier, j’ai décidé de trouver un livre pour chaque catégorie de chaque menu. Je suis ambitieuse pour cette édition 2020 ! Même si je ne pense pas tout lire, je me dis que j’aurai des idées de lecture pour l’an prochain et le PAC 2021. 

Mes choix se sont portés prioritairement sur des petites maisons d’édition ou des livres peu connus afin de sortir de ma zone de confort mais aussi de vous les faire découvrir.

Sans plus attendre, voici ma PAL :

Automne Frissonnant

Je suis Médée, vieux crocodile ! (trahison, thriller, policier, horreur, épouvante)

Les aventures occultes de Lady Bradsley, Olivier Saraja, éditions du 38

Mon choix : Une aventure avec une Indiana Jones féminine avec des histoires de fantômes, voilà qui m’a semblé idéal. J’avais d’autres idées avec des romans portés sur la thématique de l’horreur, mais j’ai décidé de les recaser dans une autre catégorie. Et cela me donne l’occasion de découvrir la maison d’édition du 38.

Résumé : Lady Bradsley est une jeune veuve douée de talents particuliers : elle parle aux morts, elle décrypte les souvenirs qui imprègnent les lieux qu’elle visite. Que ce soit au service de la Couronne britannique, du British Museum ou encore pour ses intérêts personnels, elle sillonne le monde du début du XXe siècle, en proie aux rivalités coloniales entre l’Angleterre, la Belgique et la France, pour résoudre les mystères occultes qui s’offrent à elle. Mais tandis que le spectre de la première guerre mondiale se profile, comment gérera-t-elle sa malédiction personnelle ? En effet, Lady Bradsley est elle-même hantée par Henry, le fantôme de son mari, dont l’amour est si fort qu’il transcende les frontières entre les mondes.

Les chimères de la Sylve rouge (gothique, vampire, créature de la nuit)

La maison de Londres, Lydie Blaizot, éditions du Petit Caveau

Mon choix : L’intrigue m’a fait énormément penser au film et à la série de vampire What we do in the shadows qui évoque une coloc de vampires. Ce ne sera peut-être pas identique, mais le clin d’oeil est là. Et je découvre également les éditions du Petit Caveau, orientés gothique.

Résumé : Londres, 1895. Ruppert Haversham, Arthur Ruterford et Hubert Michel, trois vampires aux caractères aussi différents que marqués, tentent de vivre normalement malgré la malédiction dont ils s’estiment victimes. Affiliés à la puissante Maison de Londres, ils se retrouvent chargés de l’éducation d’un nouveau collègue, Donald Crump. Malheureusement, ce dernier se révèle être une véritable calamité qui va mettre en péril l’organisation dont il est censé faire partie. Par sa faute, la guerre avec la Maison de Cardiff prend des proportions alarmantes et ses camarades sont contraints de rattraper ses bêtises.

Les supplices de la Belladone (livre à couverture noire)

Le syndrôme de la Malemort, Esther Brassac (Octavie d’Urville t2), éditions Le Chat Noir

Mon choix : J’ai déjà lu le tome 1 de la série et j’avoue m’être bien amusée. Octavie est une fée passemuraille maigrichonne qui n’arrive pas à grossir. Et elle est amoureuse d’un vampire par-dessus le marché ! Une saga très drôle avec quand même quelques rebondissements savoureux.

Résumé : « Parfois, croiser les doigts, c’est utile. Du moins, c’est ce qu’on dit et Octavie applique cette thérapie avec détermination. Seulement, voilà, les ennuis continuent de s’enchaîner. Et pas un ou deux, non ! Des bataillons entiers qui s’approchent en rangs serrés. Oui, parce que sinon, ça serait trop facile. Les Supranaturels londoniens meurent comme des mouches, victimes d’un étrange syndrome. Et comme si ça ne suffisait pas, Arthur de Strangewell, l’archivampire ressuscité par Swann, adopte un comportement aberrant. Difficile à vivre quand on sait qu’il représente le principal espoir contre la menace des extrémistes humains. Heureusement, tout n’est pas négatif. Octavie s’apprête à fêter son anniversaire. Même avec des mois de retard, c’est une bonne occasion d’oublier le désastre de sa vie. Reste un dernier point noir : James, le charmant et mystérieux rouquin dont elle est amoureuse, va-t-il répondre à son invitation ? »

Esprit es-tu là ? (fantôme, fantôme du passé, famille, historique, classique)

Ce qui hante les bois, Dawn Kurtagich, éditions du Chat Noir

Mon choix : J’avoue, ma PAL comprenait au moins 5 livres d’horreur pour ce challenge et je n’ai réussi à en caser que deux. J’ai envie de frissonner pendant le mois d’Octobre, que voulez-vous ?! Ce roman était déjà dans ma PAL lors d’un challenge précédent, aussi j’aimerais beaucoup le lire cette fois-ci. On verra si les frissons seront au rendez-vous.

Résumé : Fuyant un père qui les maltraite, Silla et Nori arrivent à « La Baume », le manoir de leur tante, une vieille bâtisse couleur de sang. Pour la première fois, les deux sœurs se sentent enfin en sécurité. Mais peu à peu une sombre réalité se dévoile… Le bois qui entoure la propriété n’est-il pas trop silencieux ? Tant de questions restent sans réponse : qui est cet homme que seule Nori peut voir ? Tante Cath n’est-elle pas en train de sombrer dans la folie ? Et pourquoi les arbres semblent-ils se rapprocher ?

Automne douceur de vivre

Il fait un temps épouvantail ! (Halloween, Samhain, Automne)

La Santa Muerte, Justine Robin, (L’apprentie Faucheuse tome 2), éditions le Héron d’Argent

Mon choix : J’ai déjà lu et chroniqué le tome 1 de cette série en deux volumes : L’apprentie Faucheuse, Rouge sang et noir corbeau dans le cadre du PLIB2020. J’avais envie de connaître la suite, et comme je trouvais difficile de trouver un livre pour cette catégorie, il m’a semblé logique d’inclure un clin d’oeil à la fête des morts mexicaine. Pari tenu donc, tout en découvrant un nouveau volume de la maison d’édition Le Héron d’argent.

Résumé : S’il ne doit rester qu’une dernière chose dans ce monde, ce sera nous. Ce sera la Mort?! » Le Sanctuaire n’est désormais plus que ruines. Chassées par les Semeurs de Vie, les Faucheuses ont soif de vengeance. Mais les ennemis d’Amélia et de Rain sont légion…Que dissimule véritablement cette attaque soudaine contre l’ordre du trépas ? Que désire exactement la Santa Muerte, cette mystérieuse entité macabre mexicaine qui semble tant s’intéresser à la faucheuse rouge ? L’étau se resserre. Les langues se délient. Les rivalités font rage et les trahisons sont nombreuses.Existe-t-il des secrets plus dangereux que ceux de la Mort ?

Siroter un chocolat chaud sous les saules (anthropomorphisme, Enfance, feel good, cocooning)

Feux follets, Mandragore et cadavre frais, Ariel Holtz, (Fingus Malister tome 1),Rageot jeunesse

Mon choix : Pour cette catégorie, je me suis concentré sur le mot Enfance car je souhaitais lire deux livres sur les sorcier(e)s. Il s’agit également d’un coup de coeur lecture car écrit par Ariel Holzl, l’auteur des Soeurs Carmines, que j’ai adorées. J’en attends une bouffée d’air frais dans le challenge et une bonne dose d’humour noir.

Résumé : « Préparez une soupe de mandragore avec 120 g de sève de mandragore et 80 g d’or des fous. Mélangez les ingrédients dans un bocal à élixir et faites mijoter une journée à feu follet. Une fois la soupe terminée, il suffit de la répandre sur tout cadavre frais pour qu’il revienne à la vie en quelques minutes. Et le rituel de zombification est accompli ! » Apprenti seigneur maléfique, Fingus Malister sait comment il va éblouir les jurés de sa future académie de magie. Mais il a besoin de l’aide d’une sorcière plus têtue que lui…

Retrouve ma chronique à son sujet ici 🙂

Fafnir ton assiette sinon pas de piécette ! (Créatures légendaires et fantastiques, petit peuple, féérie, conte, légende, Mythe)

Trois contes de fantômes, Guy de Maupassant, illustré par Camille Garoche, éditions Soleil

Mon choix : Hasard des choses, Guimause présente aussi ce livre dans sa PAL. J’avais repéré les illustrations magnifiques de Camille Garoche cet été et relire du Maupassant m’a semblé judicieux car il excelle dans le genre fantastique. Qui plus est, ce sera rapide à lire.

Résumé : Trois contes de fantômes propose trois nouvelles fantastiques écrites par Guy de Maupassant, choisies et illustrées par Camille Garoche, véritable orfèvre du papier découpé. Apparition s’intéresse à une histoire étrange survenue au marquis de la Tour-Samuel, alors qu’il était âgé d’une vingtaine d’années, et qui le hante depuis… Le Tic est le récit d’un père, affligé d’un tic singulier, qui raconte les mystérieuses raisons qui incitent sa fille à porter un gant à la main gauche… Enfin, La Mort nous immerge dans les souvenirs du narrateur dont la femme est morte, lorsque d’étranges phénomènes se produisent…

A window to the past (Sorcier, sorcière, magie, SFFF)

Waterwitch, Alex Bell, éditions du chat noir

Mon choix : Un livre de sorcière avec une malédiction qui fait froid dans le dos ! Comme j’ai déjà lu Le Phare au Corbeau de Rozenn Ilianno dans le même genre, je me suis laissée tentée par celui-ci. Les éditions du Chat Noir sont une valeur sûre pour l’horreur et le gothique.

Résumé : Certaines malédictions deviennent de plus en plus puissantes avec le temps… Suite à un accident, Emma a perdu l’usage de ses jambes. Sept ans plus tard, l’adolescente revient en Cornouailles, sur les lieux du drame : l’auberge familiale du Waterwitch, gérée par sa grand-mère mourante. Ce bâtiment a été construit avec le bois d’une épave, celle d’un navire au passé trouble, maudit raconte la légende. Parmi les sombres secrets qui hantent l’auberge se cachent des fantômes du passé. Et l’un d’eux est particulièrement en colère.

Automne des enchanteresses

Les rêves d’Aurore (LGBTQI+, militantisme)

Félin, histoires plurielles, collectif, Yby éditions

Mon choix : Dur de trouver un livre dans cette catégorie, car je lis peu d’ouvrages de militantisme ou LGBT. J’avais déjà présenté la nouvelle Derniers Battements de Emrys aux éditions Yby, spécialisés LGBT. Donc, j’ai décidé de retenter l’expérience. Cela tombe à pic : ils m’ont proposé ce recueil de nouvelles en service presse. Donc je vais faire une pierre deux coups avec ce challenge. 

Résumé : Miaou miaou miaou ! Pour ceux·elles qui ne parlent pas le chat, et n’ont donc pas compris Fripon, ceci est un recueil de nouvelles polyfélin. Cet ouvrage ne contient pas de croquettes. Vous y trouverez, en revanche, un seigneur dragon, une poisse incommensurable, des griffons guerriers, un shamisen mélodieux, des sorcières féministes, un détective en Marilyn Monroe, des souvenirs perdus, des dieux égyptiens en colère, une réincarnation inattendue, des ocelots aux yeux vairons et des croissants sur un banc. Les héros·ïnes de ces histoires, félidés ou non, vous emmèneront dans des aventures à vous hérisser le poil, qui vous feront peut-être feuler d’angoisse, mais surtout ronronner de plaisir.

Sarah Bernardt, monstre sacré (Dramaturgie, pièce de théâtre, Arts)

Grimoire de sorcières, Benjamin Lacombe et Sébastien Perez

Mon choix : Je n’aime pas lire de théâtre, je préfère assister à des pièces. Alors je me suis concentrée sur le mot Art et j’ai sorti un beau-livre de ma bibliothèque que je n’ai jamais lu. En plus d’être beau, j’en apprendrai plus sur les sorcières célèbres et cela me fera une pause lecture dans ce challenge.

Résumé : Ce beau-livre développe, chapitre par chapitre l’histoire et les légendes autour de sorcières illustres, le tout magnifiquement illustré par Benjamin Lacombe. Une oeuvre d’art sublime !

Les écailles de mélusine (Féminisme, transformation, Métamorphose)

Peau d’homme de Hubert et Zanzim, éditions Glénat

Mon choix : En plus de coller à tous les mots de la catégorie, Peau d’homme est une BD qui me fait beaucoup envie depuis sa sortie pour le message qu’elle véhicule. Je verrai s’il est possible de l’emprunter en bibliothèque. Sinon, je me rabattrai sur Mortal Song de Megan Crewe aux éditions du Chat Noir. Une histoire de métamorphose dans un japon féodal magique.

Résumé : Dans l’Italie de la Renaissance, Bianca, demoiselle de bonne famille, est en âge de se marier. Ses parents lui trouvent un fiancé à leur goût : Giovanni, un riche marchand, jeune et plaisant. Le mariage semble devoir se dérouler sous les meilleurs auspices même si Bianca ne peut cacher sa déception de devoir épouser un homme dont elle ignore tout. Mais c’était sans connaître le secret détenu et légué par les femmes de sa famille depuis des générations : une « peau d’homme » ! En la revêtant, Bianca devient Lorenzo et bénéficie de tous les attributs d’un jeune homme à la beauté stupéfiante. Elle peut désormais visiter incognito le monde des hommes et apprendre à connaître son fiancé dans son milieu naturel. Mais dans sa peau d’homme, Bianca s’affranchit des limites imposées aux femmes et découvre l’amour et la sexualité.La morale de la Renaissance agit alors en miroir de celle de notre siècle et pose plusieurs questions : pourquoi les femmes devraient-elles avoir une sexualité différente de celle des hommes ? Pourquoi leur plaisir et leur liberté devraient-ils faire l’objet de mépris et de coercition ? Comment enfin la morale peut-elle être l’instrument d’une domination à la fois sévère et inconsciente ?

Mon avis est à retrouver ici 🙂

Nausicäa de la vallée du vent (nature writing, écologie, nature, Post-apocalyptique)

Sauvage de Jamey Bradbury, éditions Galmeister

Mon choix : J’ai eu envie de Nature Writing pour changer un peu de la Fantasy et du Gothique. Ce roman est parfait pour cela, en ajoutant bien sûr une point de fantastique.

Résumé : À dix-sept ans, Tracy Petrikoff possède un don inné pour la chasse et les pièges. Elle vit à l’écart du reste du monde et sillonne avec ses chiens de traîneau les immensités sauvages de l’Alaska. Immuablement, elle respecte les trois règles que sa mère, trop tôt disparue, lui a dictées : «ne jamais perdre la maison de vue», «ne jamais rentrer avec les mains sales» et surtout «ne jamais faire saigner un humain». Jusqu’au jour où, attaquée en pleine forêt, Tracy reprend connaissance, couverte de sang, persuadée d’avoir tué son agresseur. Elle s’interdit de l’avouer à son père, et ce lourd secret la hante jour et nuit. Une ambiance de doute et d’angoisse s’installe dans la famille, tandis que Tracy prend peu à peu conscience de ses propres facultés hors du commun.

Quoi d’autre autour du challenge ?

Si tu n’as pas d’idées pour ta PAL, tu peux rejoindre le groupe Pumpkin Autumn Challenge sur Facebook. On y discute beaucoup livres. Sinon, il y a le groupe moins officiel : Pumpkin Autumn Challenge, ça discute consacré aux recettes, idées déco et boissons chaudes à déguster pendant l’automne pour accompagner le challenge.

Personnellement, je compte réaliser un nouveau quizz spécial Halloween d’ici Octobre comme l’an dernier, histoire de pimenter ma soirée d’Halloween entre amis.

J’ai aussi envie de constituer une liste de films d’horreur à voir pour la Toussaint, et j’ai commencé à réaliser des sucreries : confiture de Figue, roulés à la cannelle, Tchai Latte… afin d’accompagner mon challenge en douceur. 

Et qui sait, peut-être qu’on pourrait combiner ce challenge avec un bingo pour des actions autour de nos lectures afin de pimenter tout ça ? Mais je m’emballe peut-être un peu trop… 😉

Citrouille et Chaï Latte,

A.Chatterton

Publié dans Lectures

Le passageur, Andoryss, éditions Lynks

Achat imprévu lors des Imaginales 2019, j’ai été attirée par la couverture du Passageur similaire à celle de Miss Peregrine et les enfants particuliers de Ransom Riggs. Puis, après avoir entendu son auteure en conférence parler du rôle de ses recherches historiques sur Paris dans son écriture, j’ai été tout à fait convaincue. Si vous êtes adepte de fantômes, de dons inexpliqués et de voyages temporels, venez prendre place auprès du passageur ! Mais attention, ce sera à vos risques et périls, car son don est dangereux !

Résumé : Matéo Soler sait que les fantômes existent. Il le sait parce que sa mère en a aidé des dizaines à trouver le repos, jusqu’à ce qu’elle-même meure, des années auparavant. Ce que le jeune garçon ne pouvait pas deviner, par contre, c’est qu’il hériterait de son pouvoir. Devenu Passageur à son tour, le voilà contraint de lutter contre un trushal odji, une âme affamée. Pour s’en libérer, Matéo n’a d’autre choix que de rejoindre l’âme dans son époque d’origine afin d’y apaiser sa mort. Mais alors qu’il est propulsé au temps de la Commune et au milieu des horreurs de la semaine sanglante, il comprend que sa tâche ne sera pas si facile…

Mon avis : 

Une ode à la discrimination pas larmoyante

En voilà un personnage principal malmené ! Mattéo est un adolescent membre d’une famille Rom sédentarisée en banlieue parisienne. Il ne trouve sa place nulle part :  ni à l’école car il est brimé par ses camarades, ni dans la communauté gitane du fait de sa sédentarisation, ni dans sa propre famille où ses rapports avec son père se sont détériorés suite au décès de sa mère et de sa sœur.

Élevé par son grand frère Diego, il lui arrive de passer la nuit dehors quand son père est à la maison et de se faire raquetter au petit matin par des camarades racistes.

La maladie respiratoire dont il a réchappé (au contraire de sa mère et sa soeur), lui a laissé des séquelles physiques qui l’empêchent de courir correctement sans faire l’objet de crises d’asthme violentes.

L’arrivée de son don, hérité de sa mère, va lui compliquer encore plus la vie : seules les femmes sont des passageuses dans la communauté gitane, et la vieille Inma ne veut pas l’aider à maîtriser son don. Un don qui peut lui apporter la folie sur le long terme…

A travers ce personnage, Andoryss nous met face à un drame social concernant la société d’aujourd’hui, réticente à intégrer les gens du voyage ou peu regardante sur l’avenir des jeunes de banlieue. Matéo le dit lui même : il a peur du futur et se demande à quel moment la limite sera franchie entre sa vie et celle des sdf qu’il croise lors de ses nuits dehors.

Mais c’est aussi une réflexion concernant un héritage que l’on n’a pas souhaité et qu’il faut apprivoiser. Ce don d’accompagner les morts n’ayant pu trouver le repos est une contrainte qui aurait dû être légué à sa petite soeur. Malheureusement pour lui, ce n’est pas le cas et les voyages dans le temps demanderont courage, détermination et recherches historiques de la part du jeune garçon, afin de mener à bien sa tâche.

En cela, le livre se rapproche d’un roman d’apprentissage, d’autant que Matéo est dans sa période d’adolescence, âge ingrat rempli de questionnements et de changement du corps. Voir les morts et les aider va l’amener à se découvrir des qualités qu’il ne soupçonnait pas, faire le deuil de sa mère et sa soeur, et lui redonner confiance en l’avenir.

Je trouve que sans être larmoyante, l’intrigue aborde de manière juste ces faits de société et met en valeur le courage de Matéo qui se bat malgré ses doutes et le drame familial dans lequel il évolue.

Une plongée dans l’Histoire (et la géographie) de la Commune

Dans ce premier tome, notre passageur découvre ses pouvoirs, comment les utiliser et nous emmène avec lui à Paris sous La Commune.

Du conflit, l’auteure ne nous épargne aucun détail : les morts sanglantes, le danger des combats, les odeurs des corps brûlés, l’espoir des révoltés, l’absurdité d’une lutte déjà perdue.

Matéo nous plonge au coeur de l’action, utilisant des déguisements pour mieux coller à l’époque, et nous faisant réaliser des allers-retours intéressants entre le passé et le présent dans la géographie parisienne.

On sent qu’Andoryss s’est beaucoup documentée sur les lieux des combats comme le cimetière du Père Lachaise, et pour celui qui connaît Paris, vous pouvez tout à fait réaliser une visite touristique  à travers la lecture de ce livre.

Petit détail supplémentaire qui rend le voyage réaliste : elle utilise du vocabulaire rom et explique certaines coutumes de ce peuple ostracisé, à travers les visites de Matéo à sa famille nomade et aux roms qu’il rencontre dans le passé. Le titre du roman, Le coq et l’enfant, fait référence au médaillon rom de Matéo, symbolisant un coq et censé le protéger de la Dévoreuse (ou Tushal odji).

Un roman fantastique très bien construit

Outre son côté roman d’apprentissage, l’histoire alterne le quotidien du passageur avec ses visions de fantômes, et ses retours dans le passé. De ce fait, nous apprenons avec lui à apprivoiser ce don… et cela est très compliqué et effrayant.

Le personnage de la Dévoreuse, présente à chaque pas, et pouvant à tout moment emporter Matéo provoque une sorte d’angoisse latente pendant la lecture. Elle m’a fait faire bien des cauchemars et je me suis demandée à plusieurs reprises si nous allions nous en sortir ! Un livre à ne pas lire la nuit, si vous croyez un peu aux fantômes !

De multiples rebondissements, jusqu’à la fin du roman ajoutent encore plus de suspense à cette intrigue déjà bien ficelée. J’ai hâte de lire le second tome pour voir comment Matéo réussit à vivre normalement avec son don. Car ce n’est pas un super héros, juste un garçon ordinaire et cela est d’autant plus intéressant car cela le rend plus proche de nous.

En conclusion : Un roman fantastique très réussi, mené par un héros discriminé, qui vous fera voir Paris et la communauté gitane autrement, tout en vous faisant faire de bons cauchemars !

 

Publié dans On joue ?

Pumpkin Autumn Challenge 2019

Suite à la découverte de ce challenge de littérature organisé par le Terrier de Guimause (que je vous invite fortement à consulter tant pour ses conseils lecture que pour sa fraîcheur de présentation), je me suis lancée cet automne dans le Pumpkin Autumn Challenge.

Mais c’est quoi le « Pumpkin Autumn Challenge » ?

C’est un challenge de lecture autour de l’automne qui a lieu du 1er septembre au 30 novembre depuis 3 ans maintenant, organisé par Le Terrier de Guimause.

Il consiste à lire autant de livres possibles selon des menus de lecture créés par Guimause, avec des jeux de mots littéraires dont voici les différents titres (avec l’aimable autorisation de sa créatrice) :

menus-2019PACGuimauseterrier
Menus du PAC par Guimause

Comment ça marche ?

Chaque menu comporte des sous-catégories. Ces catégories comprennent un ou plusieurs mots-clés auxquels doivent correspondre les livres que vous choisissez pour le challenge.

Pour valider le challenge de cette année 2019, vous avez le choix entre deux options :

  • Choisir des livres correspondant à deux sous-catégories par menu choisi. Ex : Dans le menu Automne Enchanteur, je choisis des livres correspondant aux sous-catégories Mon voisin le Kodama, et Misty Day.
  • Débloquer des paliers en choisissant un livre d’une sous catégorie par menu, ou de deux sous catégories par menu, etc…

Pour les détails, je vous invite à lire les détails du challenge sur le blog de Guimause, ou encore à regarder sa vidéo youtube concernant sa Pile A Lire pour cette année. Vous pouvez aussi essayer les versions de ce challenge des années précédentes proposées par Guimause qui comportent des menus différents.

Vous pouvez aussi étendre le challenge à des films et des séries tv comme le propose Guimause avec le Hashtag #VideoCLUBduPAC

Le but de ce challenge est de s’amuser, donc n’hésitez pas à l’utiliser comme bon vous semble et surtout à changer de lecture si vous n’accrochez pas avec un livre choisi au départ.

Quelle est ma PAL (Pile à Lire) pour ce challenge ?

Comme je commence tout juste ce challenge, je reste une petite joueuse cette année.

J’ai donc décidé de débloquer un palier en choisissant un livre par sous-catégorie, dans chaque menu.

Ce qui donne la liste suivante :

  • Automne Frissonnant, Sous catégorie « Tu n’en reviendras pas ! » :

soul of london
couverture via Amazon

Soul of London de Clémence Perrin-Guillet, édition Milady.

Résumé : Londres, 1892. Des cadavres de chiens sont retrouvés mutilés, le crâne ouvert, dans les tunnels du métro. L’enquête est confiée à Henry Wilkes, flic accidenté et handicapé, relégué loin du terrain depuis qu’il doit marcher avec une canne. Le dossier ne l’enchante guère, mais quand le corps d’une enfant est à son tour retrouvé, au même endroit et mutilé, il prend une autre dimension.
William Bennet, un gamin des rues qu’il a recueilli un an plus tôt, l’assiste dans sa tâche. Alors qu’ils explorent les tunnels crasseux du métro, Alice Pickman, une jeune femme issue de la haute société, s’adresse à Henry pour qu’il rouvre l’enquête du meurtre de sa soeur dans le quartier malsain de Lisson Grove, qu’elle estime avoir été bâclée. Au coeur d’une ville en pleine révolution, où se disputent la science et la religion, Henry et Billy, en dignes représentants des Lumières, cherchent à faire éclater la vérité au milieu du fog londonien, mélange de charbon, de mensonge et de perversion…

Lire ma chronique ici 😉

  • Automne Enchanteur, Sous catégorie « Mon voisin le Kodama » :

les héritiers d'Higashi
couverture via Amazon

Les héritiers d’Higashi, tome 1 (Okami-Hime) de Clémence Godefroy, édition Le Chat Noir.

Résumé : Il y a bien longtemps à Higashi, les différentes lignées de bakemono, ces humains porteurs d’esprits animaux et dotés de pouvoirs incroyables, vivaient en harmonie. Mais la guerre les a décimés, et depuis un siècle le clan Odai et les descendants des renards règnent sans partage sur l’archipel, reléguant les autres bakemono aux brumes du passé. Ayané, jeune disciple de l’Ordre de la Main Pure, se soucie bien peu de ces légendes. Pleine d’énergie mais peu disciplinée, elle aimerait surtout faire ses preuves au combat. Jusqu’au jour où ses supérieures lui assignent une mission très spéciale : partir au service d’un clan prestigieux dans le nord du pays et veiller sur leur hôte, Numié Dayut, une princesse exilée qui cache un lourd secret.

Lire ma chronique ici 🙂

  • Automne douceur de vivre, Sous catégorie « Un Cinnamon roll et un chaï Latte à emporter s’il vous plaît ! » :

derniers battements

Derniers battements, Emrys chez Yby éditions.

Résumé : Apprentie auprès du plus grand alchimiste de son temps, Elexia ne vit que pour une chose : l’instant où son maître lui ouvrira les portes de son laboratoire secret. Lorsque ce moment arrive enfin, elle découvre avec fascination que ses activités dépassent de loin tout ce qu’elle avait pu imaginer. Mais dans le sous-sol obscur, elle sent ses convictions vaciller à l’instant où elle croise le regard jaune du sujet n°6. Si votre conscience s’opposait à tout ce en quoi vous croyez, quelle voie choisiriez-vous ?

Lire ma chronique ici 😉

  • Automne astral, Sous catégorie « Rêvons-nous de moutons électriques »

le club des érudits hallucinés
couverture via Amazon

Le club des érudits hallucinés de Marie Lucie Bougon, éditions le Chat Noir.

Résumé : Quand la jeune Eugénia trouve refuge dans la maison du professeur Brussière, physicien en retraite dirigeant un petit cercle d’érudits, elle ne révèle pas immédiatement son extraordinaire nature : elle n’est pourtant autre que l’andréïde, la première femme artificielle, prodige d’une mystérieuse technologie décrite par Villiers de l’Isle-Adam dans L’Ève future. Avec l’aide du professeur et des membres du cénacle, un étudiant passionné, un dandy mélomane, un aventurier aguerri et une voyante excentrique, Eugénia part en quête des secrets de sa conception, car une question obsessionnelle occupe son esprit : une machine peut-elle posséder une âme ?

Lire ma chronique ici 😉

Envie d’en discuter et d’échanger sur ce challenge ?

Je n’ai pas inventé l’eau chaude, des groupes de discussion facebook existent déjà autour de ce challenge auxquels vous pouvez adhérer (en prenant soin de lire leur règles de fonctionnement).

Il s’agit de Pumpkin Autumn Challenge qui aborde plutôt les PAL des adhérents et leurs retours sur les livres lus.

Mais aussi Pumpkin Autumn Challenge ça discute ! plutôt orienté sur des questions autour du Challenge, des échanges de recette automnales ou encore des photos de paysages.

Vous pouvez aussi retrouver ce challenge et/ou le diffuser sur Twitter avec le Hashtag #PumpkinAutumnChallenge et présenter votre Pile A Lire sous le Hashtag #PALduPAC.

Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi m’envoyer votre liste en commentaire, ça me donnera des idées de lecture.

Je vous fais un retour sur mes lectures via des chroniques littéraires d’ici la fin du challenge que vous pourrez dans ma rubrique Lectures.

D’ici là, amusez-vous bien et bonnes lectures !