Publié dans Lectures

Soul of London, Gaëlle Perrin-Guillet, édition Milady, #PAC2019

J’ai eu le plaisir de rencontrer Clémence Perrin-Guillet aux Rencontres littéraires autour du Polar et du Roman Noir 2019 et de découvrir son univers policier centré sur le Londres du XIXème siècle. En bonne fan de Sherlock Holmes, je n’ai pas pu résister à la tentation de vous en parler. Par ailleurs, Soul of London clôt ma participation au Pumpkin Autumn Challenge 2019, dans la catégorie « Tu n’en reviendras pas » dans le thème « Automne Frissonnant ».

Résumé : Londres, 1892. Des cadavres de chiens sont retrouvés mutilés, le crâne ouvert, dans les tunnels du métro. L’enquête est confiée à Henry Wilkes, flic accidenté et handicapé, relégué loin du terrain depuis qu’il doit marcher avec une canne. Le dossier ne l’enchante guère, mais quand le corps d’une enfant est à son tour retrouvé, au même endroit et mutilé, il prend une autre dimension. William Bennet, un gamin des rues qu’il a recueilli un an plus tôt, l’assiste dans sa tâche. Alors qu’ils explorent les tunnels crasseux du métro, Alice Pickman, une jeune femme issue de la haute société, s’adresse à Henry pour qu’il rouvre l’enquête du meurtre de sa soeur dans le quartier malsain de Lisson Grove, qu’elle estime avoir été bâclée. Au coeur d’une ville en pleine révolution, où se disputent la science et la religion, Henry et Billy, en dignes représentants des Lumières, cherchent à faire éclater la vérité au milieu du fog londonien, mélange de charbon, de mensonge et de perversion…

Mon avis

Une plongée saisissante dans le Londres victorien.

Bienvenue dans un Londres typique de la fin du XIXème siècle avec son brouillard, ses meurtres, ses rues crasseuses, ses mendiants, son métro et ses méthodes douteuses d’enquêtes de police.

On y suivra Henry Wilkes, policier à la canne, relégué aux affaires classées au vu d’une jambe défectueuse, et Billy Bennet, son protégé et assistant, qui tente de se faire une place respectable malgré ses origines modestes.

Les deux enquêtes menées conjointement nous entraîneront dans les bas-fonds de la ville, entre les égouts et les quartiers pauvres afin de dénicher le tueur en série des chiens mutilés et l’assassin d’une jeune infirmière issue des classes aisées.

L’auteure est très attachée à Londres et cela se ressent dans son roman. Elle s’attache à nous plonger dans une ambiance de la capitale britannique par des descriptions très réalistes des rues de la capitale, surtout du côté des bas-quartiers qu’elle met en lumière  à la manière de Charles Dickens.

Pour l’anecdote, elle visite les lieux dont elle parle dans ses romans pour plus d’authenticité et elle a déjà organisé par le passé des visites guidées de la capitale britannique pour ses fans, afin de retracer les lieux de ses histoires. C’est dire son amour pour la ville !

Un gros clin d’oeil à notre ami Sherlock Holmes

En plus d’être une grande admiratrice de Londres, Gaëlle Perrin-Guillet est une grande fan de Sherlock Holmes et cela se ressent à plusieurs niveaux dans le récit.

Tout d’abord, la référence la plus évidente est le fait que Henry Wilkes lise le Strand Magazine où sont parues les aventures du célèbre détective. Pratique honteuse dont le policier se défendra en mettant en avant les clichés des histoires…

On notera ensuite que l’auteure utilise une intrigue identique à celles d’Arthur Conan Doyle : Un duo de détectives est sommé d’intervenir pour une sombre affaire irrésolue par des policiers incompétents. 

Au fil de l’histoire, le lecteur sera amené à relever les indices en même temps que les enquêteurs, mais… Henry, tel Sherlock aura un temps d’avance, et le lecteur, comme nous,  se sentira un peu benêt de ne pas avoir remarqué certaines choses…

Côté personnages, nos deux limiers ressemblent à ceux de Baker Street : l’un est plus intelligent que l’autre, prend de la drogue (Henry est accro au laudanum à cause de sa jambe), et utilise des déguisements pour rechercher les assassins. Le second l’assiste, mais reste en apprentissage.

Cependant, la grosse différence entre Gaëlle et Doyle reste dans sa manière de traiter ses personnages. Là où Sherlock reste froid, flegmatique et imperméable à tout sentiment, Henry Wilkes éprouve de la compassion, de la colère et de l’amour. Là où le Docteur Watson apparaît comme un benêt pétri de conventions sociales,  Billy Bennett se moque des conventions car il se souvient d’où il est issu, malgré son envie de se faire une place dans le monde.

De ce fait, les aventures d’Henry Wilkes et Billy Bennet nous touchent plus que celles de Sherlock, car ils sont plus humains, et donc plus proches du lecteur.

On pourrait envisager ces enquêtes comme un récit parallèle, où Sherlock plus empathique et moins intelligent, aurait recueilli un gamin des rues dont il sollicite l’aide par moments (les regulars irregulars), et travaillerait pour la police. Mais cela ne serait pas rendre hommage au travail sur la psychologie des personnages développé par l’auteure.

Une double enquête 

Gaëlle Perrin-Guillet ne vous propose pas une mais deux enquêtes croisées au sein du même livre, agrémentées de secrets autour de certains personnages principaux.

Le récit est haletant et  les descriptions des morts font froid dans le dos avec des détails très sordides. Âmes sensibles d’abstenir !

Les chapitres alternent les points de vue des personnages, rendant le lecteur actif dans l’enquête. On notera des personnages emblématiques comme la belle et impertinente Alice Pickman, soeur de la défunte infirmière, un mendiant fou vivant dans les égouts et témoin de meurtres, une folle internée dans un hôpital suite au vol imaginaire de son bébé, et surtout des policiers du genre brutes épaisses, particulièrement incompétents.

Le seul petit défaut que l’on pourra trouver vis à vis de l’enquête est que l’auteure a favorisé le développement de la psychologie de ses personnages au détriment de l’intrigue. Sans doute parce qu’il s’agit de la première enquête du duo, et qu’elle a  a choisi de poser le cadre de son univers. On s’attend à découvrir d’autres aventures du duo d’enquêteurs qui se concentrent l’enquête dans ses prochains romans.

En conclusion : Ce roman convient autant aux amoureux du Londres victorien qu’aux nostalgiques des enquêtes du détective de Baker Street. Si vous aimez les bas-fonds, le fog et les meurtres sordides, ce thriller est fait pour vous.

Publié dans Lectures

Le club des érudits hallucinés, Marie-Lucie Bougon, éditions du Chat Noir #PAC2019 #PLIB2020

Dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge 2019, j’ai pensé à ce roman pour valider la catégorie « Rêvons-nous de moutons électriques ? » dans le thème Automne astral. Pourquoi donc ? On va parler d’automates (comme le veut la référence à Blade Runner), parfois de rêves, et beaucoup de science-fiction, ou plutôt ici, de steampunk…

 

Résumé : Quand la jeune Eugénia trouve refuge dans la maison du professeur Brussière, physicien en retraite dirigeant un petit cercle d’érudits, elle ne révèle pas immédiatement son extraordinaire nature : elle n’est pourtant autre que l’andréïde, la première femme artificielle, prodige d’une mystérieuse technologie décrite par Villiers de l’Isle-Adam dans L’Ève future. Avec l’aide du professeur et des membres du cénacle, un étudiant passionné, un dandy mélomane, un aventurier aguerri et une voyante excentrique, Eugénia part en quête des secrets de sa conception, car une question obsessionnelle occupe son esprit : une machine peut-elle posséder une âme ?

Une suite directe de l’Eve future de Villiers de l’Isle-Adam

C’est annoncé dès le départ, Eugénia est l‘Eve Future décrite par Villiers de l’Isle-Adam.

Pour ceux qui n’auraient pas lu ce roman qui date de 1886, il relate l’histoire d’un aristocrate très riche, amoureux d’une cantatrice belle mais stupide. Il engagera Thomas Edison pour lui fabriquer une andréïde ressemblant trait pour trait à la belle et censée lui être supérieure en intelligence.

Marie-Lucie Bougon part du principe que cet automate existe et imagine ce qui aurait pu lui arriver après le roman de Villiers. Elle se permet quelques fantaisies quant à l’histoire initiale, en lui ajoutant des amis, une interrogation sur ses origines, et surtout sur son âme, ce qui l’assimilerait à une humaine, par le principe de biomutation.

La grande quête de sa conception va rassembler tous les personnages du cénacle dont elle fait partie et être sujette à rebondissements.

Un roman steampunk qui renoue avec Jules Verne

Après lecture, j’ai l’impression de m’être retrouvée devant une combinaison de plusieurs choses.

Tout d’abord, le roman m’a rappelé les romans scientifiques de Jules Verne, ancêtre du steampunk, avec l’introduction d’un mystère autour d’un objet mécanique ou d’un fait scientifique qu’il faudra résoudre permettant ainsi la vulgarisation de la science auprès du lecteur.

Cependant, même si le roman part de ce principe, on se rend vite compte que Marie Lucie Bougon s’éloigne rapidement de la vulgarisation pour entrer dans le fantastique.

En effet, bien que décrivant la Biomutation comme un mystère à élucider, son fonctionnement reste vague et elle rejoint la pensée de Villiers de l’Isle-Adam qui préférait évoquer un sujet scientifique « sans le charabia qui l’entoure ».

Ainsi, l’introduction d’une société de voyance, puis de fantômes pour expliquer l’âme d’Eugénia,  dilue cet aspect de roman scientifique présenté au départ.

En ce sens, elle entre plutôt dans la lignée loufoque du roman steampunk et des oeuvres de Tim Powers. Comme dans Les voies d’Anubis, un cénacle de membres hétéroclites mais éclairés, seront liés par la résolution d’un mystère, zombies et golems en moins. Et son histoire en remplit tous les codes du genre.

Malgré cela, l’auteure n’en reste pas moins originale comparée aux autres romans steampunk existants, en nous emmenant non pas uniquement à Londres, mais surtout à Héraclite, ville imaginaire et utopique située dans une zone désertique des pôles en Outrie, où des scientifiques du monde entiers sont réunis pour résoudre des problèmes mondiaux. On passera aussi par Ceylan avec l’expédition du dandy Alcibiade et de l’explorateur Victor Castieux, en Angleterre pour des séances de spiritisme avec Barberine, et à Paris, lieu de résidence d’Eusèbe et du professeur Brussière.

Le récit est émaillé de lettres entre les personnages sur les différents voyages réalisés, mais aussi de notes sur les recherches du Professeur Brussière sur la Biomutation qui font avancer l’enquête.

De nombreux questionnements sur l’andréïde et d’autres choses

A travers Eugénia et son existence, l’auteure soulève des questions autour des automates notamment sur la nature de l’âme et surtout ce qui distingue la machine de l’humain : Est-elle capable de ressentir des émotions ? Peut-elle avoir des décisions propres et non pas programmées par son créateur ?

De manière, étendue, le personnage de Honoré de Froimont va évoquer ce qui sera les prémices de l’industrialisation : peut-on remplacer les humains par des robots pour des tâches subalternes afin de pouvoir réfléchir en toute tranquillité au fonctionnement de l’humanité ? Si les robots sont des machines sans âmes, peuvent-il aussi être des serviteurs destinés aux plaisirs sexuels?

L’auteure émets aussi des interrogations sur la liberté féminine, à travers le personnage de Sidonie. Cette dernière habite à Héraclite, ville prônant l’égalité hommes-femmes, à la différence des autres pays. De ce fait, elle peut piloter un avion et assister aux cours de l’université, chose impensable pour d’autres personnages féminins du roman, reléguées au rang de plante verte. Avec ce personnage fort, ainsi que celui de Barberine qui a décidé de sa vie et de son identité, Marie-Lucie Bougon montre que d’autres destins sont possibles pour les filles, et provoque une petite rébellion dans la société conservatrice du XIXème siècle, qui trouve écho à notre époque.

Quelques bémols 

Il manque un je ne sais quoi pour que l’intrigue décolle alors que tous les personnages sont bien construits et intéressants. On a l’impression que l’auteure fait tarder les événements pour tout précipiter vers la fin, comme si elle avait prévu d’écrire un second tome qui n’a pu voir le jour.

De ce fait, le roman traîne en longueur et il m’a fallu toute ma volonté pour le terminer. Par exemple, les passages où l’andréïde se pose des questions sur son existence sont trop nombreux et nuisent à fluidité de la narration.

Par ailleurs, des intrigues sont tronquées, comme le décès soudain de la vieille Grégoria entre le prologue et le chapitre 1, un personnage qu’il aurait été intéressant d’exploiter.

De plus, certaines intrigues apparaissent comme un cheveu sur la soupe. L’histoire du passé de Barberine la voyante, en est un bon exemple.

Au niveau de la mise en forme du texte, j’ai dénombré une dizaine de coquilles de l’imprimeur (des mots collés ensemble principalement) dans le roman, qui je l’espère, seront corrigées à la réimpression.

Enfin, je n’ai pas compris tout de suite que la préface était la nouvelle à l’origine du roman, ce qui provoquait des redondances dans des paragraphes entiers du chapitre 1 et m’a fait pester (inutilement) contre une mauvaise relecture de l’éditeur (qui avait fait son job !).

Donc, attention lors de votre lecture ! (Pas faute d’être prévenue au début de la préface en plus !)

En conclusion : Je suis un peu mitigée vis à vis de ce livre, qui est d’une grande qualité de style, pose des questionnements intéressants, mais manque de dynamisme. Un premier roman prometteur mais qui nécessite une évolution de la part de l’auteur dans sa prochaine intrigue.

Si vous souhaitez retrouver mes autres propositions dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge 2019, je vous invite à lire mon article sur le sujet, rubrique On Joue ?

A noter que Le club des érudits Hallucinés était dans la sélection du PLIB2020.

Quoi, tu ne connais pas le PLIB ? Viens découvrir ici  ce merveilleux prix littéraire destiné aux romans de l’imaginaire…

Publié dans Lectures

Les Héritiers d’Higashi, Clémence Godefroy, éditions du Chat Noir #PLIB2020 #PAC2019

Pour moi, 2019 est synonyme de littérature young adult autour du thème du japon et des yokai. En ce sens, il m’a paru naturel de lire et proposer Les héritiers d’Higashi au Pumkin Autumn Challenge pour la catégorie Mon voisin le Kodama dans Automne Enchanteur, mais aussi dans la sélection du PLIB 2020. Mais pourquoi ce roman a-t-il retenu mon attention ? 

Résumé :  Il y a bien longtemps à Higashi, les différentes lignées de bakemono, ces humains porteurs d’esprits animaux et dotés de pouvoirs incroyables, vivaient en harmonie. Mais la guerre les a décimés, et depuis un siècle le clan Odai et les descendants des renards règnent sans partage sur l’archipel, reléguant les autres bakemono aux brumes du passé. Ayané, jeune disciple de l’Ordre de la Main Pure, se soucie bien peu de ces légendes. Pleine d’énergie mais peu disciplinée, elle aimerait surtout faire ses preuves au combat. Jusqu’au jour où ses supérieures lui assignent une mission très spéciale : partir au service d’un clan prestigieux dans le nord du pays et veiller sur leur hôte, Numié Dayut, une princesse exilée qui cache un lourd secret.

Mon avis :

Une plongée dans un Japon médiéval-steampunko-magique et de Bakemono.

Dans ce récit, vous trouverez une intrigue à plusieurs voix, (à l’image du Trône de Fer de George R.R. Martin), qui se rejoignent à différents moments de l’histoire.

Les personnages principaux sont soit des bakemono (esprit d’animaux qui ont forme humaine), soit des humains.

On suivra Ayané, présentée dans le résumé, la princesse Numié Dayut, mais aussi Yoriko, une Bakemono chat, Tanuki un Bakemono chien raton-laveur et pleins d’autres : des loups (Okamis), serpents (orochis) et des araignées (jorogumo)… et surtout le clan Odai, et les Bakemono renards, les nogitsune.

On sent que l’auteure s’est beaucoup documentée concernant les Bakemono afin de créer une vision réaliste de son univers. Par ailleurs, la ville d’Higashi d’où est tirée le nom du lieu principal de l’intrigue, existe réellement au Japon. Elle est située sur l’île d’Okinawa et est présentée comme un village d’eau, de fleurs et de pins, ce qui rejoint la nature très luxuriante décrite dans le roman.

L’époque d’Higashi est une forme de Japon médiéval où les Bakemono se mêlent aux humains en secret pour les minorités qui se sont faites écraser, ou en plein jour pour les renards grands vainqueurs de la guerre.

Cependant, quelques éléments viennent perturber ce côté moyen-âge très ancré dans le folklore. Tantôt nous rencontrons une touche steampunk par des palanquins à hélices autonomes, tantôt il s’agit de magie avec des armures de pouvoir qui décident seules de leur porteur ou des serrures en « métal flottant » réagissant à la magie pour mieux se refermer, voire des objets qui prennent vie, les tsukumogami.

J’ai personnellement beaucoup apprécié de rechercher à quels animaux ressemblent les Bakemono mentionnés et si le récit s’ancrait dans une forme de réalité historique.  Mais la présence des noms de ces Yokaïs en japonais, même s’il apporte une forme d’authenticité, pourra peut-être gêner certains lecteurs.

C’est un roman d’apprentissage féminin… mais pas que !

Les trois personnages principaux sont Ayané, Numié et Yoriko, trois femmes d’âges et de profils différents.

Ayané est une jeune orpheline servant l’Ordre de la Main-Pure. Elle est une sorte de garçon manqué plus préoccupée par les arts-martiaux que par son apparence et a des difficultés à respecter les notions d’humilité et de chasteté de l’Ordre. Elle est ignorante de ses origines et n’a pas de futur qui l’attend. C’est un personnage jovial, empathique et un peu maladroit par moments, mais toujours respectueuse de sa mission.

Numié Dayut est une princesse qui était destinée à un grand avenir, avant de tomber aux mains des renards.  C’est une jeune femme aux abords froids, soucieuse de l’étiquette,  méprisante avec son entourage, mais qui possède un bon fond, voire…un coeur !

Quant à Yoriko, il s’agit d’une bakemono chat âgée, qui adore les jeux d’argent. Elle est plutôt roublarde, paresseuse et dotée d’un pouvoir de persuasion très utile pour se libérer de ses créanciers. Ses dettes et son statut de bakemono vont l’obliger à se recréer une nouvelle identité et à faire preuve d’ingéniosité pour se sortir du pétrin dans lequel elle s’est fourrée.

Bien que classé dans la collection Neko, dédiée aux mythologies asiatiques, aux éditions du chat noir, le roman explore les premiers émois amoureux avec les personnages d’Ayané et Numié, sujet cher au coeur de Clémence Godefroy, qui l’aborde dans pratiquement l’ensemble de ses romans.

En ce sens, l’histoire suit l’intrigue d’un roman d’apprentissage classique féminin, où l’amour permet à l’héroïne d’évoluer.

Cependant, ce n’est pas le sujet principal du roman.

En effet, la mythologie reprend rapidement le dessus avec de manière sous-jacente, le conflit qui oppose l’ensemble des bakemono survivants, au clan des renards. Ce qu’on retrouve avec l’histoire de Yoriko, puis des deux autres.

De ce fait, d’un roman d’apprentissage féminin, on bascule brusquement dans une épopée fantastique sur fond révolte. L’origine du titre de la série prendra tout son sens dans le dernier chapitre, permettant d’assembler les différentes pièces du puzzle qu’aura disséminés ça et là l’auteure.

Il m’a fait penser aux romans de Jean-Laurent Del Socorro présentant une attente latente qui ne demande qu’à exploser.

Vous l’aurez compris, difficile de parler de cette histoire sans en dévoiler trop sur l’intrigue car tel un roman policier, si l’on connaît la fin, à quoi bon le lire ?

Note pour ceux qui seraient déjà séduits : Okami-Hime est le premier tome d’une trilogie. La deuxième partie est censée être publiée au printemps prochain.

Par ailleurs, il est en lice pour le PLIB 2020 dont j’ai déjà parlé dans un précédent article, parmi une liste de 20 romans présélectionnés.

En conclusion : Okami-Hime est un roman young adult mêlant destins féminins et folkore japonais, qui vous captivera autant pour ses romances que son exploration des mythes asiatiques, le tout sur fond de révolte clanique.

Publié dans Lectures

Derniers battements, Emrys, Yby éditions

Dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge, j’ai décidé de relire cette nouvelle écrite par Emrys, une de mes amies, afin de valider la catégorie Automne douceur de vivre, Sous catégorie « Un Cinnamon roll et un chaï Latte à emporter s’il vous plaît ! » qui est une catégorie dédiée aux nouvelles.

Avant tout, voici le résumé de la nouvelle : Apprentie auprès du plus grand alchimiste de son temps, Elexia ne vit que pour une chose : l’instant où son maître lui ouvrira les portes de son laboratoire secret. Lorsque ce moment arrive enfin, elle découvre avec fascination que ses activités dépassent de loin tout ce qu’elle avait pu imaginer. Mais dans le sous-sol obscur, elle sent ses convictions vaciller à l’instant où elle croise le regard jaune du sujet n°6. Si votre conscience s’opposait à tout ce en quoi vous croyez, quelle voie choisiriez-vous ?

Mon avis : 

Une réflexion sur les expériences scientifiques

Dès le départ, l’auteure met en avant le conflit intérieur de la jeune apprentie alchimiste, tiraillée entre sa curiosité scientifique, et ses sentiments envers le sujet numéro 6 qu’elle connaissait avant sa transformation.

Un jeu de séduction subtil se met en place entre les deux protagonistes mais pour des raisons différentes : Elexia, timide scientifique éprouve des difficultés à cacher son émoi, tandis que le sujet numéro 6, aux abois, emploie ses charmes comme une stratégie pour s’échapper.

A travers cette nouvelle, on s’interroge sur le bien-fondé des expériences scientifiques sur les êtres humains, ou tout autre créature, car numéro 6 n’est pas seule : un elfe et un chien viennent compléter ce musée des horreurs.

Plusieurs questions sont soulevées : Peut-on tout s’autoriser sous prétexte de faire avancer la science ? A quel moment perd-on son humanité ? Sur ce sujet, Elexia et le professeur, du fait de leurs convictions opposées, permettent de comprendre les deux points de vue sur ce sujet.

Un clin d’oeil à FMA et l’alchimie en général

Pour les connaisseurs du manga Full Metal Alchemist, on notera une petite référence à la série à travers la chimère que le professeur créé à partir de son propre chien.

En effet, dans le manga, un autre professeur crée une chimère à partir de son animal de compagnie et de sa propre fille.

Dans Derniers Battements, il sera plutôt question d’un chien qui a des pouces réversibles et tient sur ses jambes… tout en ayant conservé un caractère de fidèle canidé.

Par ailleurs, l’alchimie est présentée dans la nouvelle comme un outil de protection : on verra élève et professeur utiliser des symboles alchimiques pour verrouiller un coffre comprenant des données importantes. Le reste des expériences relèvera lui de la science de manière plus directe.

Une maîtrise d’écriture remarquable [SPOILERS]

Emrys possède une technique d’écriture saisissante : à travers son récit en chapitres courts, elle réussit à retranscrire les battements de coeur du sujet numéro 6 dont la santé va déclinant.

On comprend mieux pourquoi la nouvelle s’intitule Derniers Battements car l’on vit les derniers jours de la chimère féline.

En conclusion : Une nouvelle à portée philosophique portée par une technique d’écriture remarquable qui vous fera voyager au pays des alchimistes et des chimères. 

Publié dans On joue ?

Pumpkin Autumn Challenge 2019

Suite à la découverte de ce challenge de littérature organisé par le Terrier de Guimause (que je vous invite fortement à consulter tant pour ses conseils lecture que pour sa fraîcheur de présentation), je me suis lancée cet automne dans le Pumpkin Autumn Challenge.

Mais c’est quoi le « Pumpkin Autumn Challenge » ?

C’est un challenge de lecture autour de l’automne qui a lieu du 1er septembre au 30 novembre depuis 3 ans maintenant, organisé par Le Terrier de Guimause.

Il consiste à lire autant de livres possibles selon des menus de lecture créés par Guimause, avec des jeux de mots littéraires dont voici les différents titres (avec l’aimable autorisation de sa créatrice) :

menus-2019PACGuimauseterrier
Menus du PAC par Guimause

Comment ça marche ?

Chaque menu comporte des sous-catégories. Ces catégories comprennent un ou plusieurs mots-clés auxquels doivent correspondre les livres que vous choisissez pour le challenge.

Pour valider le challenge de cette année 2019, vous avez le choix entre deux options :

  • Choisir des livres correspondant à deux sous-catégories par menu choisi. Ex : Dans le menu Automne Enchanteur, je choisis des livres correspondant aux sous-catégories Mon voisin le Kodama, et Misty Day.
  • Débloquer des paliers en choisissant un livre d’une sous catégorie par menu, ou de deux sous catégories par menu, etc…

Pour les détails, je vous invite à lire les détails du challenge sur le blog de Guimause, ou encore à regarder sa vidéo youtube concernant sa Pile A Lire pour cette année. Vous pouvez aussi essayer les versions de ce challenge des années précédentes proposées par Guimause qui comportent des menus différents.

Vous pouvez aussi étendre le challenge à des films et des séries tv comme le propose Guimause avec le Hashtag #VideoCLUBduPAC

Le but de ce challenge est de s’amuser, donc n’hésitez pas à l’utiliser comme bon vous semble et surtout à changer de lecture si vous n’accrochez pas avec un livre choisi au départ.

Quelle est ma PAL (Pile à Lire) pour ce challenge ?

Comme je commence tout juste ce challenge, je reste une petite joueuse cette année.

J’ai donc décidé de débloquer un palier en choisissant un livre par sous-catégorie, dans chaque menu.

Ce qui donne la liste suivante :

  • Automne Frissonnant, Sous catégorie « Tu n’en reviendras pas ! » :
soul of london
couverture via Amazon

Soul of London de Clémence Perrin-Guillet, édition Milady.

Résumé : Londres, 1892. Des cadavres de chiens sont retrouvés mutilés, le crâne ouvert, dans les tunnels du métro. L’enquête est confiée à Henry Wilkes, flic accidenté et handicapé, relégué loin du terrain depuis qu’il doit marcher avec une canne. Le dossier ne l’enchante guère, mais quand le corps d’une enfant est à son tour retrouvé, au même endroit et mutilé, il prend une autre dimension.
William Bennet, un gamin des rues qu’il a recueilli un an plus tôt, l’assiste dans sa tâche. Alors qu’ils explorent les tunnels crasseux du métro, Alice Pickman, une jeune femme issue de la haute société, s’adresse à Henry pour qu’il rouvre l’enquête du meurtre de sa soeur dans le quartier malsain de Lisson Grove, qu’elle estime avoir été bâclée. Au coeur d’une ville en pleine révolution, où se disputent la science et la religion, Henry et Billy, en dignes représentants des Lumières, cherchent à faire éclater la vérité au milieu du fog londonien, mélange de charbon, de mensonge et de perversion…

Lire ma chronique ici 😉

  • Automne Enchanteur, Sous catégorie « Mon voisin le Kodama » :
les héritiers d'Higashi
couverture via Amazon

Les héritiers d’Higashi, tome 1 (Okami-Hime) de Clémence Godefroy, édition Le Chat Noir.

Résumé : Il y a bien longtemps à Higashi, les différentes lignées de bakemono, ces humains porteurs d’esprits animaux et dotés de pouvoirs incroyables, vivaient en harmonie. Mais la guerre les a décimés, et depuis un siècle le clan Odai et les descendants des renards règnent sans partage sur l’archipel, reléguant les autres bakemono aux brumes du passé. Ayané, jeune disciple de l’Ordre de la Main Pure, se soucie bien peu de ces légendes. Pleine d’énergie mais peu disciplinée, elle aimerait surtout faire ses preuves au combat. Jusqu’au jour où ses supérieures lui assignent une mission très spéciale : partir au service d’un clan prestigieux dans le nord du pays et veiller sur leur hôte, Numié Dayut, une princesse exilée qui cache un lourd secret.

Lire ma chronique ici 🙂

  • Automne douceur de vivre, Sous catégorie « Un Cinnamon roll et un chaï Latte à emporter s’il vous plaît ! » :

derniers battements

Derniers battements, Emrys chez Yby éditions.

Résumé : Apprentie auprès du plus grand alchimiste de son temps, Elexia ne vit que pour une chose : l’instant où son maître lui ouvrira les portes de son laboratoire secret. Lorsque ce moment arrive enfin, elle découvre avec fascination que ses activités dépassent de loin tout ce qu’elle avait pu imaginer. Mais dans le sous-sol obscur, elle sent ses convictions vaciller à l’instant où elle croise le regard jaune du sujet n°6. Si votre conscience s’opposait à tout ce en quoi vous croyez, quelle voie choisiriez-vous ?

Lire ma chronique ici 😉

  • Automne astral, Sous catégorie « Rêvons-nous de moutons électriques »
le club des érudits hallucinés
couverture via Amazon

Le club des érudits hallucinés de Marie Lucie Bougon, éditions le Chat Noir.

Résumé : Quand la jeune Eugénia trouve refuge dans la maison du professeur Brussière, physicien en retraite dirigeant un petit cercle d’érudits, elle ne révèle pas immédiatement son extraordinaire nature : elle n’est pourtant autre que l’andréïde, la première femme artificielle, prodige d’une mystérieuse technologie décrite par Villiers de l’Isle-Adam dans L’Ève future. Avec l’aide du professeur et des membres du cénacle, un étudiant passionné, un dandy mélomane, un aventurier aguerri et une voyante excentrique, Eugénia part en quête des secrets de sa conception, car une question obsessionnelle occupe son esprit : une machine peut-elle posséder une âme ?

Lire ma chronique ici 😉

Envie d’en discuter et d’échanger sur ce challenge ?

Je n’ai pas inventé l’eau chaude, des groupes de discussion facebook existent déjà autour de ce challenge auxquels vous pouvez adhérer (en prenant soin de lire leur règles de fonctionnement).

Il s’agit de Pumpkin Autumn Challenge qui aborde plutôt les PAL des adhérents et leurs retours sur les livres lus.

Mais aussi Pumpkin Autumn Challenge ça discute ! plutôt orienté sur des questions autour du Challenge, des échanges de recette automnales ou encore des photos de paysages.

Vous pouvez aussi retrouver ce challenge et/ou le diffuser sur Twitter avec le Hashtag #PumpkinAutumnChallenge et présenter votre Pile A Lire sous le Hashtag #PALduPAC.

Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi m’envoyer votre liste en commentaire, ça me donnera des idées de lecture.

Je vous fais un retour sur mes lectures via des chroniques littéraires d’ici la fin du challenge que vous pourrez dans ma rubrique Lectures.

D’ici là, amusez-vous bien et bonnes lectures !