Publié dans Veille littéraire du net

And my watch begins #14

Au sommaire de cette veille littéraire du net : Un appel à textes pour un roman fantasy Young Adult, un article qui interroge la place des réseaux sociaux dans notre quotidien, un salon littéraire virtuel, des nouvelles des Imaginales, un podcast sur Xena la guerrière, un financement participatif sur un artbook de dinosaures, un challenge de littérature sur des nouvelles et une créatrice qui te fait vivre Halloween toute l’année.

 

L’article de la semaine 

LD_logo-02-0.22

…est de Lionel Davoust, auteur de Fantasy mais aussi créateur du podcast Procastination où il donne des conseils d’écriture. Lionel a décidé de quitter Facebook cette semaine pour de multiples raisons mais surtout pour se recentrer sur le blogging et l’écriture. Il a écrit un article assez long et complet sur le pourquoi du comment qui m’a remuée un peu vis à vis de la place des réseaux sociaux dans ma vie.

Je passe peut-être un peu trop de temps sur Facebook et Instagram, juste pour le plaisir de voir se rafraîchir les actualités. Et que cela m’apporte-t-il ? Pas grand chose en enrichissement personnel. Je ne peux pas dire que c’est inutile, sinon cette veille n’aurait pas vu le jour. J’utilise les réseaux sociaux comme moyen de veille. Mais j’avoue que parfois, la saturation de la publicité, les contenus inutiles m’agacent.

Comme Lionel Davoust, je suis partisane d’un internet où la qualité prime à l’inverse du bruit inutile, où un vrai sens du partage et de la solidarité existe, et où surtout rester sain d’esprit prime sur le reste.

L’article évoque une conférence Tedx réalisée par Cal Newport qui répond de manière efficace aux arguments des gens qui disent ne pas pouvoir arrêter les réseaux sociaux. Efficace et instructif. Moi, cela m’a donné à réfléchir. Affaire à suivre  😉

Le challenge littéraire de l’année

les lectures de Maki Maki project

Fan de nouvelles en tout genre ? Le Maki Project est fait pour toi ! Vu en post sur le blog de Bulledelivre, ce challenge littéraire a été lancé par Les lectures du Maki depuis décembre 2019 ! Il s’étend sur 52 semaines et consiste à lire une nouvelle par semaine sur toute une année. Il y a plusieurs paliers basés sur des noms de lémuriens : Hapalémur doré (13 semaines de lectures), Lémur Fauve (26 semaines), Lémur Vari (39 semaines), Maki Catta (une nouvelle par semaine toute l’année). Pour jouer, il suffit de poster en commentaire de son article de blog le palier atteint. La fin du challenge est prévue en février 2021. Un chouette challenge pour mettre à l’honneur les nouvelles. Et si tu n’as pas d’idées, Les lectures du Maki t’en proposent pleins sur son blog, avec une préférence pour la SF.

L’appel à textes de la semaine 

téléchargement

Les éditions Lamartinière, Babelio et Librinova s’allient pour te proposer un appel à texte sous forme de concours pour l’écriture d’un roman de fantasy Young Adult. Pour participer, il faut s’inscrire sur la plateforme Librinova, prendre connaissance du règlement du concours et renvoyer son projet en format numérique comprenant :  un synopsis, les trois premiers chapitres et un texte descriptif expliquant l’univers et les personnages principaux. Le concours se termine le 30 septembre 2020. Le gagnant obtiendra un accompagnement éditorial avec un éditeur, un contrat d’édition avec les éditions Lamartinière J.fiction,  et une présentation de son livre au Salon Livre Paris 2021. Les cinq autres finalistes remporteront la publication de leur livre en format numérique, une invitation au Salon et à une masterclass personnalisée. Si l’aventure te tente, n’hésite pas à aller consulter les modalités sur le site de Librinova.

Le podcast de la semaine

Xena Princesse guerrière

Cette semaine, j’ai écouté une émission de France Inter sur Xena la guerrière montrée comme figure LGBT mais aussi comme femme forte et indépendante. Et cela m’a donné envie de revoir la série, malgré son côté nanard. 🙂

Dans ce podcast de 58 minutes, on te fait découvrir cette pépite de la pop culture issue des années 90, spin off de la série Hercule où l’utilisation de la mythologie grecque est plus qu’approximative. Xena est une méchante cheffe de guerre qui remet en cause le bien et le mal et qui parcourt le monde en quête de rédemption. Elle est accompagnée de Gabrielle, jeune paysanne qui fuit un mariage arrangé. La série est une des rares où les femmes sont toutes puissantes, jamais chapeautées par un homme (à l’inverse de Buffy), avec un des premiers couples lesbiens plus ou moins revendiqués.

A côté de ça, l’ensemble des 6 saisons a un côté pulp et kitch dans l’esthétique car les moyens étaient limités, et le scénario te promets parfois une tambouille mythologique imbuvable.

En bref, un podcast qui interroge la série et qui reste à voir avec du recul vis à vis des années 90.

Si le sujet t’intéresse, les 10 premières minutes du podcast sont à passer car il s’agit du répondeur téléphonique de France Inter avec des messages random de gens obsédés par James Bond. Et l’émission est ponctuée de passages musicaux parfois chelous, mais cela vaut la peine de s’y attarder. Attention, il y a aussi quelques spoilers pour ceux qui ne connaissent pas la série !

Les événements littéraires à ne pas rater

Les Imaginales sont annulées en mai ? Pas grave, tu pourras découvrir la version light du festival cet automne à Epinal du 16 au 18 octobre 2020 avec la remise des prix littéraires de cette année et des rencontres-dédicaces auprès d’une vingtaines d’auteurs présents. La liste des festivités n’est pas complète, mais tu peux retrouver les détails sur le site de la manifestation qui sera mise à jour sous peu.

Sinon, une nouvelle édition du salon littéraire Virtuel Virtua’Livres aura lieu du 24 au 26 juillet 2020 sur Discord. Comme d’habitude, le programme est disponible sur la page facebook de l’événement. Personnellement, j’ai hâte d’écouter celle du dimanche à 18h30 sur comment bien écrire ses personnages. Petite nouveauté : tu peux participer à du jdr sur des thématiques Harry Potter ou Cthulhu. Pour info, certaines des conférences des éditions précédentes sont à présent disponibles en audio sur leur page facebook également. Une occasion de plus de rattraper une table-ronde autour d’un sujet intéressant. 😉

Le financement participatif du moment

dimitry dimetrodon

Tu aimes les dragons et le dinosaures ? Tu es familier du travail de Camille Renversade qui réalise de faux carnets d’expéditions ? Tu vas apprécier ce financement participatif !

Il est dédié à un art-book dans lequel on suit les aventures de Dimitry le Dimetrodon et de sa maîtresse la paléo-botaniste et voyageuse temporelle Eleonora Brooks. De jolis dessins, une histoire d’animaux de compagnie et de voyages… moi je dis oui !

Le premier pallier est à 17 euros pour acquérir le livre et un A4 de dessin original issu de l’Artbook. L’objectif est déjà atteint mais tu peux encore participer jusqu’au 4 Août. 

Attention aux allergiques à l’anglais, le projet est expliqué dans la langue de Shakespeare car l’illustratrice, Melissa est sûrement britannique. 😉

La créatrice de la semaine

74880444_692276031299237_796088126937235456_n(1)

J’avais envie de parler depuis longtemps de The Bat in the Hat parce qu’il s’agit d’une créatrice de talent et que j’adore son travail. Il était temps ! Stéphanie vit en Picardie et sa passion, c’est Halloween. Toute l’année, elle crée des objets de décoration mi-magiques, mi-cabinet de curiosité afin de prolonger l’ambiance si particulière de l’automne et des sorcières et t’apporter un peu de rêverie chez toi.

Cela fait peut-être trois ans que je la suis, entre sa boutique Etsy puis son nouveau site internet tout neuf. J’adore ses sacs ou pulls aux messages à l’humour noir, ses planches de ouija décoratives, ses jupons en dentelle, ses bougies qui sentent divinement bon dans des tasses en porcelaine vintage ou des mini-chaudrons… Elle s’inspire de la wicca, de Harry Potter et des séries sur les sorcières comme Sabrina.

Les créations de The bat in the hat sont limitées car tout est fait à la main. Aussi, quand elle publie de nouveaux articles sur son site, il faut être très réactif !

Dernièrement, j’ai réussi à shopper une tasse sorcière et une petite planche ouija qui parfaireront le bureau de Miss Chatterton… Photos à venir !

En plus, la fée/sorcière est dotée d’un humour noir décapant qui personnellement me fait hurler de rire et un sens de la mise en scène dans ses photos très inspirant.

Pour avoir un aperçu de son univers, je vous invite à la retrouver sur son compte instagram, sa page facebook et son site internet.

Que l’esprit d’Halloween t’accompagne ! Moi, je suis parée pour l’automne et je prépare déjà mon futur Pumpkin autumn challenge, c’est dire ! 😉

 

Voilà, ma veille littéraire de la semaine est terminée. N’hésite pas à m’indiquer en commentaire tes propres trouvailles pour la beauté du partage. Si tu as raté mes autres watch, tu peux les retrouver ici.

Chaudron de sorcière et girl power,

A.Chatterton

Publié dans Lectures

Love in 56K, Clémence Godefroy, éditions du Chat noir

L’amour est souvent au coeur des romans de Clémence Godefroy. Dans Love in 56K, il en sera question mais pas seulement : amitié, problèmes d’adolescence et quête de soi seront également au rendez-vous. Bienvenue dans les années 1998 !

Résumé : A la rentrée de septembre de Westbridge High, Erika Schmidt est bien déterminée à faire de cette année scolaire 1997-1998 la meilleure de sa vie : de bonnes notes, de bons moments avec ses deux meilleures amies, et une place dans la rédaction du journal du lycée, voilà tout ce qu’elle désire. C’était sans compter sur Scott Peterson, qui est devenu hyper craquant en l’espace d’un été, et tous les déboires qui s’ensuivent quand on est plutôt timide avec les garçons et plutôt vue comme une nerd par les élèves populaires du bahut. Heureusement, Erika vient de commencer une nouvelle série de livres, Les Sorciers de Bellwood, qui lui fait oublier ses problèmes. En attendant le prochain tome, elle trouve sur Internet un forum de fans, puis des sites de fanfic, et bientôt sa connexion 56K est à la fois son seul réconfort et son secret le mieux gardé…

Mon avis :

Bienvenue dans un lycée américain

J’ai commencé ce livre sans jeter un oeil au résumé.  Ce qui m’a surprise le plus pendant les premiers chapitres, a été la sensation de lire un roman se déroulant en France, jusqu’à ce que des détails viennent perturber l’intrigue : aucun lycéen français ne possède  de voiture pour se rendre en cours avec ses amis !

Clémence Godefroy est française, mais elle a recrée avec brio cette ambiance lycée américaine qui regroupe pas mal de clichés, et qu’on retrouve dans certaines séries tv. Cependant, elle y a ajouté sa touche personnelle pour que ces clichés ne nuisent pas à la qualité de l’intrigue.

Par exemple, au niveau des personnages, on retrouve les différents groupes typiques : les nerds du club d’informatique, l’équipe de sport (basket, football), les pom-pom girls populaires, la peste de service, la bande de copines intellos, le meilleur ami gay.

Les nuances interviennent dans la construction des personnages. Ainsi, dans l’équipe de basketball, Scott est aussi un geek qui a du mal à s’intégrer;  dans le club informatique,  on compte une future diplômée de grande université très sûre d’elle, … Chacun n’est pas celui qu’il semble être et c’est ce qui fait la richesse de ce récit.

L’auteur aborde plusieurs sujets sur cette période charnière de Première-Terminale propres aux américains : les fêtes entre élèves, le souci d’aller s’inscrire ou non dans une université après la remise des diplômes, les virées au centre-commercial, les jobs d’appoint, le sous-sol aménagé en antre d’ado, le fait d’avoir ou non une voiture, et surtout la sexualité naissante.

Tout contribue à recréer cette époque de liberté surveillée, de désir d’émancipation, de rêves à venir de ces adolescentes américaines mais qui s’étend aussi aux françaises sur certains points comme la sexualité.

Premiers émois amoureux dans la vie d’une lycéenne

Erika est le personnage principal de cette histoire. cette année, elle a décidé avec sa bande de copines qu’elle se montrerait plus adulte. Mais voilà, elle a développé une passion pour une saga littéraire empruntée à sa  petite soeur. C’est un secret honteux qu’elle préfère garder pour elle. Et il est d’autant plus honteux car elle écrit de la fanfiction dessus ! Ses amies ont aussi des secrets, mais on les découvrira plus tard…

Clémence Godefroy sait évoquer avec finesse, à travers le portrait de ces trois amies, les interrogations sur ce qu’est grandir, les expériences sexuelles et amoureuses, le bouillonnement intérieur hormonal, la métamorphose de son corps, la peur d’être soi face au regard des autres et les hobbys honteux.

A travers l’histoire d’Erika surtout, elle propose une ode au courage d’être soi, la volonté d’aimer et de vivre ses passions, ce qui n’est pas donné à tout le monde. Car le lycée est impitoyable : on abordera le harcèlement scolaire, la timidité amoureuse et ses maladresses, la jalousie maladive.

Le seul bémol que j’ai pu trouver est une fin de roman qui m’a semblée un peu abrupte ou du moins, j’aurais apprécié un récit  plus long.

Une ode à la fin des années 1990

Ce roman est destiné à deux publics, je dirais : l’adolescent lambda qui découvre des sujets qui le touchent mais dans le contexte de la fin des années 90. Mais aussi, l’adulte qui a vécu cette période et se remémore la saveur de certains détails (ce qui est mon cas).

L’auteure a parfaitement réussi, par petites touches à nous plonger dans la vie d’un ado de cette période. On aborde le style musical très pop, la mode un peu flashy par moments, les débuts d’internet et des connexions incertaines, les cours d’éducation sexuelle foireux, les boybands, le coût important d’un ordinateur, la quasi absence des téléphones portables, et surtout la saga des sorciers de Bellwood qui ressemble un peu à celle d’Harry Potter.

Le plus gros clin d’oeil réside dans les forums de fanfiction, véritable refuge pour les timides, nerds, intellos de l’époque, où l’on peut échanger autour d’un sujet qui vous passionne sans être jugé et retrouver des gens intéressés par les mêmes centres d’intérêts. Pour certains, c’est aussi un moyen de développer leurs talents d’écrivain.

En conclusion : un roman Young adult mode d’emploi sur comment avoir le courage d’être soi au lycée, qui traite également avec finesse le sentiment amoureux. Un petit bijou à découvrir autant pour les ados que pour les nostalgiques de la fin des années 90.

 

 

 

Publié dans Veille littéraire du net

And my watch begins #1

Quoi de neuf en matière de littérature sur internet ? Telle une patrouilleuse de la Garde de Nuit, j’inaugure une nouvelle rubrique consacrée à mes découvertes littéraires sur la toile, à l’image de Babitty Lapina et de sa série « La littérature s’empare du net » sur son blog Histoire naturelle de bibliophiles.

Peut-être as-tu vu passer certains sujets que je vais évoquer, ou pas ! Pour ce premier opus, j’aborde la liberté d’expression, la Science-Fiction et bien d’autres choses.

Littérature et politique : Une bibliothèque de livres censurés sur Minecraft

01_Uncensored_Library_island2

Quoi de mieux que d’utiliser un jeu vidéo pour faire circuler des livres censurés dans d’autres pays ? C’est le pari qu’à lancé Reporter sans Frontières en créant une bibliothèque de livres censurés sur Minecraft, en libre-accès. On peut évoluer à l’intérieur du bâtiment et lire quelques articles en anglais représentés dans chaque pièce par des pictogrammes « i » pour Information. Un article du Monde décrit un peu plus les origines de ce projet si cela  t’intéresse. Pour ma part, j’ai trouvé la visite interactive très ludique et le concept novateur pour ce qui concerne la liberté d’expression.

Monde littéraire : La Fantasy Gay 

rainbowtheque logo

Le Monde diplomatique propose un article sur le roman d’Ellen Kushner intitulé A la pointe de l’épée, remettant en cause le héros masculin viril et… hétérosexuel ! L’article est un peu creux, mais il m’a fait réfléchir sur le sujet, et je me suis interrogée sur le nombre romans de fantasy gay qui existaient. Coïncidence, j’ai découvert peu après la Rainbowthèque, un site participatif qui recense l’ensemble de la littérature LGTBT en français. De belles découvertes en perspective ! Et si tu veux allier l’utile à l’agréable, tu peux proposer de nouveaux titres que tu connais au site pour gagner des livres. Un concours est organisé jusqu’au 1er avril. 😉

L’instant artistique : Les Paysages de papier d’Ayumi Shibata

Ayumi-shibata

Bewaremag.com consacre un article sur l’artiste japonaise Ayumi Shibata qui réalise des paysages de papier époustouflants. Une approche artistique mais aussi spirituelle du papier car au Japon, dans la religion Shinto, il est considéré comme un matériau sacré. Une invitation à la méditation mais aussi à une dimension poétique du papier. Si tu veux en savoir plus, je t’invite à visiter son site internet, qui bien qu’en anglais et japonais présente de multiples photos de ses réalisations.

Fiction Audio : La chaîne du Stryge

Parce qu’il n’y a pas que les livres papiers dans la vie, laisse moi te faire découvrir la chaîne youtube du Stryge, un mec qui écrit, raconte, crée les bruitages et monte des histoires audio, dans le style des romans-feuilletons du XIXème siècle. Pour le moment, j’ai découvert sa première histoire en 24 vidéos de 12 à 15 minutes : Votre grâce est sur les dents, une enquête policière mêlant vampires et section secrète de police sur le paranormal dans un Paris Belle-Epoque / steampunk. L’auteur propose deux autres séries tout aussi intéressantes : La Tour de Nesle et Le Titanic en Troisième Classe. Personnellement, j’écoute ses histoires dans le métro ou à la salle de sport, ce qui me permet de me cultiver tout en passant le temps. Je dis ça, je dis rien 😉

Le podcast du mois : SF, une littérature de genre ?

Image par <a href="https://pixabay.com/fr/users/024-657-834-51581/?utm_source=link-attribution&amp;utm_medium=referral&amp;utm_campaign=image&amp;utm_content=3010309">024-657-834</a> de <a href="https://pixabay.com/fr/?utm_source=link-attribution&amp;utm_medium=referral&amp;utm_campaign=image&amp;utm_content=3010309">Pixabay</a>

Peu après la journée de la femme, France Culture a développé un Podcast consacré à la Science-fiction féministe, interrogeant la place de la femme dans ce genre si masculin au départ. Le podcast s’intitule : SF, une littérature de genre ? Il dure 58 minutes et regroupe trois autrices interrogées sur l’évolution du genre : Jeanne A Débats, Ian Larue et Catherine Dufour. Le débat est assez intéressant, expliquant comment la femme est passée de cruche sans cervelle proche d’un robot, à celle d’un personnage à part entière qui ne soit pas décrit de façon sexiste. Même si le sujet concerne la littérature de Science-fiction, il vaut le détour vis à vis des autres genres littéraires. Je te conseille de passer directement à la 14ème minute pour éviter le journal scientifique du jour, qui n’a aucun rapport avec le podcast.

L’instant éducatif : Un Mooc consacré à la littérature de Science-Fiction

mooc Science-fiction université artois 2020

Si tu souhaites découvrir ou approfondir tes connaissances sur la littérature de Science-fiction, je te conseille le Mooc gratuit intitulé La Science-Fiction, explorer le futur au présent. Il est organisé par l’université d’Artois et débute le 28 avril. Il suffit de s’inscrire avant le 12 juin. Une page facebook est en ligne pour se tenir au courant des dernières actualités. J’avais déjà participé à celui d’avant que j’avais trouvé très intéressant et assez ludique. Je me suis déjà inscrite pour ce dernier volet, notamment parce qu’il aborde l’uchronie (entre autres). Un bon moyen de découvrir la science-fiction du point de vue littéraire et scientifique, depuis chez toi, avec des professionnels des deux secteurs.

Voilà pour cette première Watch, j’espère que tu as découvert des trucs intéressants.

N’hésite pas à m’indiquer tes trouvailles du mois en commentaire. 😉

Grumpy et Lolcat,

A.Chatterton