Publié dans Lectures

Elle est le vent furieux, collectif, éditions Flammarion

Lu dans le cadre du #ProjetOmbre visant à mettre en avant le genre de la nouvelle, ce recueil de 8 nouvelles, toutes écrites par des autrices met en scène des catastrophes naturelles sur Terre, suite à une punition de Dame Nature. Un joli recueil young adult qui interroge notre rapport à l’écologie.

Mon avis général sur le recueil :

Ce recueil a été écrit par 6 auteures spécialisée jeunesse ou young adult : Marie Pavlenko, Sophie Adriansen, Coline Pierré, Cindy Van Wilder, Marie Alhinho, Flore Vesco. C’est donc un recueil 100% féminin, chose rare. Personnellement, je n’ai lu que les récits de Marie Pavlenko, j’ai donc découvert complètement les autres.

L’ouvrage est très cohérent dans sa construction : Il est composé d’un récit d’introduction et de conclusion mettant en scène Dame Nature affligée par le comportement des hommes et qui a décidé de les punir. Chaque nouvelle présente une punition de la déesse et par là, un sujet écologique différent qui est d’actualité : déforestation, montée des eaux, catastrophes naturelles, dérèglement climatique. Certains récits touchent au fantastique, d’autres sont plus réalistes.

Par ailleurs, même si chaque auteure utilise un style propre, toutes réussissent à s’homogénéiser de façon cohérente. Il n’y a que Flore Vesco et Marie Alhinho qui se démarquent un peu, mais cela n’enlève rien au reste.

Mon avis sur chaque nouvelle :

Comme il s’agit d’un recueil de nouvelles, j’ai pris le parti donner mon avis sur chaque histoire de façon individuelle et d’en rédiger chaque résumé en évitant les spoilers.

Qui sème le vent – Colère, Marie Pavlenko

Résumé : Dame nature décide d’aller incognito sur Terre voir ce que font les hommes et s’ils respectent un peu plus les cadeaux qu’elle leur a fait.

Mon avis : Cette nouvelle est le préambule de l’ensemble du recueil. Elle introduit le personnage de Dame Nature, représentée par Marie Pavlenko sous les traits d’une petite vieille mi-hippie mi-sdf constamment en train de ruminer. Et pour cause ! Les humains ne la respectent plus ! Son périple à travers la ville semble une épreuve, les gens vraiment indifférents à son égard ou totalement horrifiés face à son allure misérable. Son regard extérieur nous éclaire sur nos pratiques : manque de considération pour la nature au sens général avec une bétonisation importante, l’extension des villes au mépris du bon sens, massacre des animaux. De retour dans son Eden, elle décide de donner une leçon aux humains : ce seront les nouvelles suivantes. Marie Pavlenko a pris plaisir à écrire cette nouvelle, cela se sent. Malgré le thème dramatique, elle a su y ajouter des touches d’humour comme le personnage du majordome de Dame Nature ou certains personnages qui jalonnent le voyage de la petite vieille. Le repaire de la mamie promet des descriptions enchanteresses et contraste totalement avec la ville visitée plus tôt. En dehors du personnage personnifié, on pourrait tout aussi bien être face à l’histoire d’une mamie retirée du monde qui essaie de retourner en ville pour se distraire et voir si le monde à changé. C’est du moins l’impression que j’ai eu au début, avant d’arriver à la chute. Une jolie introduction aux nouvelles suivantes qui pousse déjà à la réflexion.

Monkey Palace, la revanche des singes, Sophie Adriansen

Résumé : Une famille avec deux adolescents est en vacances dans un complexe touristique sur l’île de Bornéo, en Indonésie quand des singes expulsés de leur forêt décident de faire de même avec les touristes du complexe en s’installant dans leurs résidences…

Mon avis : Des vacances qui tournent au cauchemar, tel est le sujet de cette nouvelle qui m’a fait frémir jusqu’à sa chute et m’a interrogée sur ma propre réaction face à cette invasion de singes. On suit la fuite de cette famille qui croit d’abord à une blague avant de se rendre compte que toute l’île est envahie et qu’aucune échappatoire n’est possible. Cette histoire m’a également interpellée sur la déforestation et sur la légèreté avec laquelle nous traitons ce sujet au quotidien. L’héroïne ado qui nous raconte son histoire, évoque le Nutella, le bois tropical utilisé pour faire du mobilier de jardin et acheté partout dans le monde. Cela prive les singes de maison et les force à se rapprocher de zones habitées pour trouver de la nourriture. Si les rôles sont inversés, si les singes décident de nous prendre nos maisons, on se retrouverait dans le livre de Pierre Boule : La Planète des singes. Sophie Adriansen a su marquer avec ce récit en imaginant un scénario réaliste qui permet de se mettre à la place des animaux, et c’est assez efficace.

Nos corps végétaux, Coline Pierré

Résumé : Assia et Solveig sont colocataires. L’une est étudiante en économie sociale, l’autre en médecine. Un jour, elles découvrent sur leur peau les marques d’une forme d’allergie : les végétaux en elles ont décidé de germer et de sortir de leurs corps…

Mon avis : Voici venir une épidémie mondiale avec des végétaux pas ordinaires. Coline Pierré nous propose une revanche des végétaux sur les humains, en poussant sur leur corps. Les arracher équivaut à s’épiler ou se couper des membres, avec la douleur qui l’accompagne. L’auteure montre bien l’attitude différente des deux jeunes filles face à la propagation de la « maladie » et les incertitudes qu’elle occasionne. Si Solveig accepte avec philosophie les végétaux qui sortent peu à peu de son corps, il n’en est pas de même pour Assia, hypocondriaque et soucieuse de son apparence. Les végétaux vont bouleverser le quotidien de tous, les rapports entre les gens, la manière d’envisager sa vie. Une jolie lueur d’espoir clôt la nouvelle, bienvenue parmi l’ensemble de ces micro-dystopies composant ce recueil. Pour l’anecdote, la maladie des plantes m’a fait penser au rapport que nous entretenons avec nos poils, et de manière plus large avec notre corps. Si nous l’acceptons et avons un rapport plus sain avec lui, nous serions plus heureux. Cela éclipse un peu la question des plantes qu’il est dommage d’éradiquer pour des raisons esthétiques également alors qu’elles sont nécessaires à notre planète de manière générale.

Extinction games, Cindy Van Wilder

Résumé : Dame Nature peu convaincue par les efforts des humains envers elle décide de lancer des jeux d’éradication de l’espèce humaine : les extinction games.

Mon avis : Cette nouvelle propose le point de vue de deux duos situés à deux endroits différents de la planète face à des catastrophes provoquées par une Dame Nature/ Gaïa en colère. D’abord perplexes face au message de la mystérieuse déesse, les humains vont devoir prendre au sérieux ses avertissements et redoubler d’efforts pour la convaincre qu’ils peuvent changer. Cindy Van Wilder s’inspire un peu des jeux de survie comme Battle Royale pour cette nouvelle, tout en glissant quelques faits d’actualité : les confinements dûs au Covid-19 qui ont permis à la nature de reprendre ses droits notamment à Venise, les avertissements des scientifiques peu écoutés face à une catastrophe écologique imminente, la pollution des îles provoquée par l’afflux massif de touristes (comme à Majorque où vit Soledad, une des héroïnes), la décharge géante de Costa Brava à côté de Beyrouth… Au fil des épisodes de jeu, la tension monte entre Gaïa et les terriens. Elle va de plus en plus loin dans ses frappes punitives, utilisant même le chaos provoqué par les humains pour le retourner contre eux de manière ironique. Il faudra toute l’intelligence d’un personnage et sa force de persuasion pour apaiser la déesse et trouver un terrain d’entente. Cette fois aussi, malgré les catastrophes et massacres, la nouvelle se termine sur une touche d’espoir. J’ai beaucoup aimé le fait que l’auteure relève des faits du quotidien face aux problèmes écologique, qui sont assez réalistes comme le fait que le facteur économique est toujours plus important que le reste. C’est un sujet assez éclairant qui fait réfléchir sur nos pratiques et sur la nécessité d’avoir le courage de faire changer les choses, comme le fait Soledad.

Naître avec le printemps, mourir avec les roses, Marie Pavlenko

Résumé : Maxine, Roman et Lucille sont lycéens à Paris. Cette année, ils passent leur bac. Cette année aussi, quelque chose cloche : le printemps tarde à arriver…

Mon avis : Marie Pavlenko nous plonge dans le quotidien d’ados ordinaires confrontés à une catastrophe qui les dépasse. Cela commence par une inquiétude devant l’arrivée tardive du printemps, et cela se termine en émeute face à une crise alimentaire sans précédent. On ne se rend pas compte à quel point cette saison nous manque avant d’en être privée ! Et combien elle est importante pour nous nourrir ! Face à la situation, chacun réagit comme il peut : dévalisage des magasins, migrations à la campagne, confinement forcé, état d’urgence, rationnement alimentaire. Certains auront le courage de protester et de monter des barricades pour subir une répression policière féroce qui m’a rappelée celle des gilets jaunes. Cette nouvelle, toute en tension, alerte sur le dérèglement climatique et ce qu’il pourrait occasionner au niveau des saisons. Le fait de montrer le point de vue de lycéens apporte une proximité avec le lecteur mais aussi un message d’espoir : si les plus jeunes y croient encore et réagissent contrairement aux adultes, nous avons peut-être une chance de réussir à changer les choses.

Sauvée des eaux, Marie Alhinho

Résumé : Trois générations de femmes de la même famille ont fui la Havane submergée par les eaux pour La Louisiane. Réfugiée climatiques, elles trouvent asile chez un homme qui a profité de la situation pour diriger la ville et l’approvisionnement en eau potable. Mais toute faveur nécessite une faveur en retour…

Mon avis : Marie Alhinho s’attaque à un sujet d’actualité et a su imaginer l’ensemble des conséquences possibles : le dérèglement climatique et la montée des océans. A travers ces trois femmes, toutes victimes de plusieurs manières de cette catastrophe se dessine un avenir bien sombre. Celui où l’eau potable devient un luxe, ainsi qu’un endroit habitable au sec, une vie sans maladie. Bien sûr, certains en profitent, et d’horribles façons. On voit se dessiner avec horreur ce qui a pu arriver à la plus jeune au fur et à mesure de son récit. Mais comment de simples femmes peuvent-elles se protéger ? Au niveau du style, l’histoire est racontée à travers des dialogues entre mère et fille et des monologues intérieurs de la plus jeune ce qui tranche avec les récits précédents. La fin du récit tourne au fantastique avec une note d’espoir : et si cette montée des eaux s’accompagnait d’une évolution du genre humain ? Une nouvelle un peu différente des autres, avec un ton plus sombre et aux idées plus réalistes.

Le récit recyclé, Flore Vesco

Résumé : Les arbres ont disparu, rongés de l’intérieur par un insecte. Avec eux disparaît aussi le papier et l’impression de nouveaux livres. On commence à faire le trafic de papier, à le conserver sous clé. Arrive le moment fatal : il n’existe qu’un nombre fini d’histoires dans le monde, et l’héroïne à l’identité inconnue a pratiquement tout lu. Un collectionneur de papier crée alors un comité ayant pour mission de créer du nouveau papier, puis d’écrire de nouveaux récits à partir des textes déjà existant avec un procédé d’écritissage…

Mon avis : La plume de Flore Vesco est particulière dans ce récit, et pour cause ! L’ensemble de cette nouvelle a été créé à partir de morceaux des autres nouvelles ainsi que d’autres récits existants comme le réalise l’héroïne de son histoire. Mieux ! L’auteure nous propose de créer notre propre histoire en fin de récit à partir de morceaux de textes du recueil ! Au-delà du procédé de création très original, Flore nous interpelle de son côté sur la déforestation et l’industrie du livre grosse consommatrice de papier. Une manière de faire réfléchir le lecteur sur l’impression en masse de livres tous les ans et peut-être d’y inclure une notion de publication raisonnée actuellement inexistante. Si le procédé d’écriture et la thématique m’ont paru très intéressants, j’ai moins accroché au récit qui m’a semblé manquer de rythme, et l’héroïne de profondeur. Néanmoins, cette nouvelle reste une de mes favorites du recueil, peut-être parce qu’elle me touche en tant que lectrice ou qu’elle met en avant la puissance de l’imagination malgré les difficultés à trouver un support d’écriture.

Qui sème le vent- Espoir, Marie Pavlenko

Résumé : Depuis son Eden, Dame Nature a terminé de punir les hommes pour leur ouvrir les yeux sur le mal qu’ils font à la planète. Elle espère qu’ils auront compris la leçon.

Mon avis : Une jolie conclusion pour ce recueil, à nouveau avec Marie Pavlenko qui l’a introduit. On sent que Dame Nature est apaisée, mais chagrinée d’avoir été aussi dure avec les humains. A nouveau, on retrouve son refuge apaisant, symbole de la nature dans toutes ses formes, avec une description éveillant tous nos sens. Ce récit de fin apporte une note d’espoir vis à vis de l’être humain, mais semble bien fragile. Une conclusion en demi-teinte, à l’image de notre engagement actuel vis à vis de l’écologie.

En conclusion : Un recueil de nouvelles young adult engagé qui met l’accent sur l’écologie et le féminisme en développant plusieurs scénarios catastrophes déclenchés par une Dame Nature en colère. Malgré plusieurs récits dystopiques assez sombres, le recueil lance plusieurs pistes de réflexions vis à vis du réchauffement climatique qu’il serait intéressant d’exploiter. Une lueur d’espoir termine le recueil, preuve qu’il est toujours possible au lecteur de faire le premier pas du changement.

Publié dans Lectures

Mers mortes, Aurélie Wellenstein, éditions Scrinéo

Roman moitié post-apocalyptique, moitié fantastique, Mers Mortes nous fait réfléchir sur des notions d’écologie et de survie humaine autour d’une belle utopie : faire revenir les océans. C’est aussi l’un des cinq finalistes du PLIB 2020. Petit tour d’horizon d’un roman à portée philosophique…

Résumé : Mers et océans ont disparu. L’eau s’est évaporée, tous les animaux marins sont morts. Des marées fantômes déferlent sur le monde et charrient des spectres avides de vengeance. Requins, dauphins, baleines…, arrachent l’âme des hommes et la dévorent. Seuls les exorcistes, protecteurs de l’humanité, peuvent les détruire. Oural est l’un d’eux. Il est vénéré par les habitants de son bastion qu’il protège depuis la catastrophe. Jusqu’au jour où Bengale, un capitaine pirate tourmenté, le capture à bord de son vaisseau fantôme. Commence alors un voyage forcé à travers les mers mortes… De marée en marée, Oural apprend malgré lui à connaître son geôlier et l’objectif de ce dangereux périple. Et si Bengale était finalement la clé de leur salut à tous ?

Mon avis :

Un univers entre Post-apocalyptique et Fantastique

Ce qui frappe au premier abord dans les premiers chapitres de Mers Mortes, c’est l’omniprésence de la chaleur, de la désertification terrestre. Tout est installé pour nous rappeler la catastrophe écologique qui a fait disparaître les océans. Au milieu de ce cimetière marin, quelques bastions d’humains résistent encore et tentent de survivre sous ces conditions climatiques dévastatrices, mais pour combien de temps ?

Passé le climat aride, une autre menace gronde : celle des fantômes des poissons disparus. Tous les jours, ils reviennent se venger des humains sous forme de marées imaginaires, afin d’aspirer leurs âmes. Pour se protéger, un seul remède : les exorcistes. Humains doués d’un talent pour tuer ces monstres marins, ils sont tantôt vénérés, tantôt traités en esclaves. Leur but premier est de protéger les autres vies, comme Oural, le héros de notre histoire, grâce à leur magie qui permet de détruire les fantômes des poissons morts.

Si vous pensiez être tranquille une fois à l’abri de la chaleur et aux fantômes, détrompez-vous ! Ce seront peut-être les hommes qui auront raison de vous, ou encore des zombies, ces hommes dont les poissons ont aspiré l’âme ! Post-Apo oblige, au fil du roman, nous serons confrontés à des profils et des modes de survie divers : société hiérarchisée où les exorcistes sont considérés comme le haut de la caste, équipage de pirates qui pille les ressources des autres, réfugiés parqués en un bidonville en première ligne pour protéger les aisés, … Ce qui compte, ce n’est pas le côté juste de ses actions, mais de rester vivant malgré tout, voire au détriment des autres.

Une ambiance angoissante vous accompagnera dans ce roman au rythme haletant et au style fluide. Aurélie Wellenstein joue la carte de l’originalité, en dehors du sujet abordé, en alliant deux genres différents : le post-apocalyptique et le fantastique, et c’est plutôt réussi.

Un roman d’apprentissage 

Le roman est tourné comme une quête d’apprentissage pour Oural, jeune exorciste puéril et orgueilleux, qui n’a jamais quitté son bastion où il vivait avec sa garde du corps/compagne et d’autres réfugiés. En rejoignant l’équipage de Bengale bien malgré lui, il va remettre en cause tout ce qu’on lui a appris sur son statut d’exorciste vénéré et découvrir d’autres exorcistes et surtout des modes de survie beaucoup moins recommandables. Il apprendra aussi à développer ses pouvoirs et se retrouvera confronté à des choix importants qui l’aideront à grandir.

Le lecteur est invité à découvrir cet univers avec lui et à prendre part à la quête de Bengale et de son équipage : retrouver des âmes puissantes pour les offrir en sacrifice au Léviathan, seul cachalot vivant restant réfugié dans le Grand Nord, aux allures de Chtulhu. En échange, le cétacé à promis de rendre les océans. Mais va-t-il tenir parole ? En attendant, le temps presse car sans eau, l’air se raréfie sur terre, et ce n’est qu’une question de temps avant que l’humanité soit condamnée. Le suspens va tout tenir en haleine jusqu’au bout du récit…

Pour moi, Bengale est le vrai héros de cette histoire. S’il est abordé dès le départ comme quelqu’un d’abject, parce qu’il tue des innocents pour aspirer leur âme, et capture des exorcistes afin de protéger son vaisseau, peu à peu, on découvre un personnage plus nuancé. C’est un homme torturé par ses démons intérieurs, vénéré comme un prophète par ses hommes, mais surtout terriblement seul à porter cette quête. Pour Oural, il sera un geôlier, un chef, un ami, un père, voire plus…

Leur duo complémentaire mène le récit et éclipse les autres protagonistes. Cela est un peu dommage, car les personnages secondaires, tous avec un passé de survivant différent, sont très intéressants.

J’ai personnellement été déçue par l’achèvement de cette quête, qui, sans vouloir en dévoiler plus, m’a semblé plus fantastique que post-apocalyptique. Ceci dit, sa conclusion est logique, malgré un retournement de situation de dernière minute, et elle est soignée.

Mon personnage préféré reste Trellia, la delphine fantôme d’Oural, qui l’aide à exorciser les autres animaux marins. Elle est la note d’espoir du récit, qui se veut sombre et très réaliste.

Une réflexion écologique

Au delà de cette fiction, Aurélie Wellenstein nous offre une réflexion plausible pour notre avenir en 2050. Elle aborde des sujets qui sont déjà présents de nos jours, dans les actualités concernant l’écologie marine : la surpêche, le réchauffement climatique, les rejets d’engrais et d’hydrocarbures, la fonte des glaciers, le destin des réfugiés climatiques… Et essaie d’imaginer une vie sans océans. Et ce n’est pas très joli !

Par ailleurs, on sent que l’auteure est engagée concernant la préservation des océans, notamment à travers ses descriptions très réalistes de morts d’animaux marins. Car Oural fait des cauchemars d’animaux qu’il a tué, mais en étant à leur place : suffocation d’un Phoque avec des sacs plastiques, engluement des oiseaux dans une nappe de pétrole, harponnage de dauphins pour le plaisir ou leurs nageoires, pêche des requins pour leurs nageoires.  Les images et sensations décrites de la souffrance de ces animaux ne laissent pas le lecteur indifférent. Ils sont présents de manière sous-jacente pour sensibiliser à la cause écologique… et je dois dire que c’est assez efficace.

La conclusion que l’on peut tirer de ce roman est que même dans un univers ou les hommes n’ont plus rien, il ne leur reste que deux possibilités : survivre en gardant une note d’espoir ou devenir le prédateur des autres. Oural nous proposera une troisième alternative…

En conclusion : Un récit noir et palpitant sur la survie sans les océans, mené par un  exorciste adolescent et un capitaine aux allures de Barbarossa. Une belle leçon sur la nécessite de protéger l’écologie marine, sur fonds de roman post-apocalyptique.