Publié dans On joue ?

Hanami Book Challenge : ma PAL de séries tv, films et anime pour ce challenge

Pour faire suite à la PAL de livres et au mode d’emploi du Hanami Book Challenge, voici ma PAL spécial écrans pour ce challenge !

Préambule

Les écrans étant moins ma tasse de thé, j’ai quand même épluché les catalogues Netflix, Amazon Prime vidéo et Arte vidéo afin de vous trouver des propositions accessibles. A chaque fois, j’indique en fin de résumé où vous pouvez trouver le film ou la série et si vous cliquez sur le lien du titre, vous trouverez la bande annonce en vidéo. Si je n’ai pas indiqué de plateforme pour regarder le film, c’est que j’ai fait appel aux DVD empruntés à ma médiathèque. Cela reste une solution économique et accessible si vous souhaitez rester dans la légalité.

Je précise que je suis pas partenaire des plateformes de vidéos mentionnées pour éviter toute confusion. Si vous voyez par exemple beaucoup de propositions Netflix, c’est tout simplement parce que j’ai trouvé plus de films ou séries en lien avec le challenge dessus.

N’hésitez pas à m’indiquer en commentaire vos trouvailles, surtout si vous avez eu un coup de coeur ! 🙂

Bon challenge spécial écrans à tous et toutes !

Voici mes menus écrans pour ce challenge :

Au temps des traditions

Pour la gloire de l’Empereur (intrigue politique, samouraïs, arts-martiaux)

Les 7 samouraïs, Akira Kurosawa, 1954

Résumé : Las des incursions répétées des brigands qui s’emparent de leurs récoltes et de leurs femmes, les paysans d’un petit village décident, sur les conseils de l’ancien Gisaku, de faire appel à des samouraïs… Il leur faudra trouver des samouraïs suffisamment pauvres pour accepter de combattre pour de la nourriture. Quatre villageois sont chargés de les rechercher. Ils réussissent à convaincre le samouraï Kambei de les aider : celui-ci va recruter ses compagnons en leur faisant passer des épreuves. C’est finalement six samouraïs et Kikuchiyo, un jeune paysan qui veut se faire passer pour tel, qui arrivent dans le village. Là, lis vont apprendre aux villageois à se battre, à fortifier leur village…

Mon choix : Un film de de 1954 par un des grands maîtres du cinéma japonais. Il a l’air vieux et un peu kitch au premier abord, mais il ne faut pas oublier qu’il a inspiré un western très connu : Les sept mercenaires de John Sturge (1960).

Autres propositions :

  • Zatoichi, de Takeshi Kitano, 2003 : XIXè siècle, un voyageur aveugle, joueur pro et masseur s’engage dans un combat avec un gang qui tient sous sa coupe un village de paysans.
  • Le temps des samouraïs, les origines sanglantes du Japon : Documentaire historique en 6 épisodes qui raconte les luttes de pouvoir dans le Japon féodal du XVIème siècle (Netflix)
  • Yasuke, le samouraï noir, 2021 : Série animée sur l’histoire d’un samouraï noir dans le Japon du XVIème siècle.(Netflix)

Le temple abandonné (Religion, esprits, moine, fantastique)

Le Voyage de Chihiro, Hayao Miyazaki, 2002 (Netflix)

Résumé : Chihiro, dix ans, a tout d’une petite fille capricieuse. Elle s’apprête à emménager avec ses parents dans une nouvelle demeure. Sur la route, la petite famille se retrouve face à un immense bâtiment rouge au centre duquel s’ouvre un long tunnel. De l’autre côté du passage se dresse une ville fantôme. Les parents découvrent dans un restaurant désert de nombreux mets succulents et ne tardent pas à se jeter dessus. Ils se retrouvent alors transformés en cochons. Prise de panique, Chihiro s’enfuit et se dématérialise progressivement. L’énigmatique Haku se charge de lui expliquer le fonctionnement de l’univers dans lequel elle vient de pénétrer. Pour sauver ses parents, la fillette va devoir faire face à la terrible sorcière Yubaba, qui arbore les traits d’une harpie méphistophélique. (Disponible sur Netflix)

Mon choix : Un des films de Hayao Miyazaki que je préfère ! On y trouve une petite fille capricieuse, des amis étranges et surtout ce gigantesque village dédié à la purification et aux loisirs des esprits, aux airs de parc d’attraction, sur lequel règne en maître la terrible sorcière Yubaba. Au-delà d’un simple film sur les esprits, on y croise des valeurs écologiques, familiales et surtout une réflexion sur l’acceptation du passé pour se projeter vers l’avenir. Car, rappelons-le, au début de son aventure, Chihiro vient de déménager et s’accommode mal de cette situation. La beauté des décors et du dessin ajoutent à la magie du film.

Autres propositions :

  • Ju-on, origins, 2021 : une série d’horreur en 6 épisodes autour d’une maison hantée à notre époque contemporaine. Inspirée du film The grudge.(Netflix)
  • Bleach : Version anime du manga du même nom où un jeune homme investi des pouvoirs d’un Shinigami doit récupérer des âmes errantes. Série en 63 épisodes. Un film est également disponible (Netflix).
  • Mon voisin Totoro, Hayao Miyazaki : Film animé où une famille déménage à la campagne parce que leur mère est malade. Dans les bois, les deux petites filles vont rencontrer le gentil Totoro, l’esprit de la forêt.(Netflix)
  • Inunaki, le village oublié, 2020 : Film d’horreur autour du village d’Inunaki surnommé le « village hurlant ». Lors d’une expédition nocturne Yuma et Akina réveillent la malédiction qui frappe le village. Film payant (Amazon prime Vidéo)

Le sourire de la Geisha (Erotique, Art, écrit par une femme)

Mémoires d’une Geisha, Rob Marshall, 2006

Résumé : Quelques années avant la Seconde Guerre mondiale, Chiyo, une petite fille japonaise, est arrachée à sa famille pauvre pour aller travailler comme servante dans une maison de geishas.
En grandissant, elle se plie avec docilité à l’initiation difficile qui fera d’elle une vraie geisha. Elle triomphe des pièges que lui tend sa rivale, la fourbe Hatsumomo et devient, après des années de travail, la légendaire geisha Sayuri. Très belle, épanouie dans son art, Sayuri fascine les hommes les plus puissants. Mais celle qui n’a plus le droit d’aimer reste hantée par l’amour qu’elle porte, en secret, au seul homme qu’elle ne peut atteindre…

Mon choix : Ce film est l’adaptation du roman éponyme par Arthur Golden. Même s’il est basé approximativement sur la vie d’une geisha célèbre et qu’il comprend des inexactitudes historiques (comme la prostitution et le Mizuage, don de virginité), il n’en reste pas moins très magnifique et montre bien l’éducation des Geishas, leur quotidien et leur évolution suite à la deuxième guerre mondiale. Un beau film porté par des actrices chinoises et malaisiennes dont Michelle Yeoh (vue dans Tigre et Dragon et The Lady, le biopic de Aung San Suu Kyi.

Autres propositions :

  • The Naked Director, Yoshitatsu Yamada, 2019 : série biopic en 16 épisodes sur l’évolution du cinéma porno japonais dans les années 80 par Toru Muranishi qui a révolutionné le genre et remis en question la morale japonaise au sujet du sexe.(Netflix)
  • 37 seconds, Mitsuo Miyazaki, 2020 : Aux prises avec ses obligations sociales et familiales, une jeune artiste de manga handicapée s’engage contre toute attente sur la voie de l’émancipation et de la liberté sexuelle. Film dramatique (Netflix)
  • Little Miss Sumo, 2021 : Dans ce documentaire biographique, une jeune championne de sumo interdite de compétition professionnelle se bat pour faire évoluer les traditions et redéfinir les règles de son sport. (Netflix)
  • Japon, les reines de la mer, Geo Reportage, 2009 : Documentaire autour des pêcheuses traditionnelles de mollusques appelée Ama. Le film met l’accent sur neuf femmes de la presqu’île japonaise de Shima qui se partagent le même bateau, ce qui fait d’elles une famille très soudée. Kazu Yamamoto, 80 ans bientôt, est la doyenne, une Ama de cinquième génération qui n’envisage pas une seconde de raccrocher. (Amazon Prime Vidéo, Youtube)

Quand les cerisiers sont en fleurs (Fêtes traditionnelles, nature, écologie)

Japanese Style originator, 2021, Netflix

Résumé : une série en 54 épisodes qui vous fera découvrir la culture japonaise traditionnelle (cuisine, objets traditionnels, cérémonies, lieux incontournables).

Mon choix : J’ai éprouvé beaucoup de difficultés à trouver un film ou une série pour cette catégorie. Ce documentaire permet d’approfondir l’aspect traditionnel du Japon et c’est que j’ai voulu faire ressortir dans ce choix. Mais il peut aussi entrer dans la catégorie Tokyo By Night pour l’aspect culinaire abordé à de nombreuses reprises au fil des épisodes.

Autres propositions :

  • Princesse Mononoké, Hayao Miyazaki, 2000 : La plupart des films animés de Hayao Miyazaki traitent d’écologie, mais celui-ci tout particulièrement avec des humains qui détruisent la forêt et les animaux pour s’enrichir. Seule Mononoké, fille élevée par des animaux, se dresse contre eux et c’est le début d’un long combat. (Netflix)
  • Pompoko, Isao Takahata, 2006 : Un film animé des studio Ghibli sur l’adaptation des Tanukis, (esprits de la forêt à l’apparence de chiens-ratons laveurs), face à la destruction de leur habitat par les humains. Une réflexion sur la destruction des ressources naturelles et des croyances populaires. (Netflix)
  • Your Name, Makoto Shinkai, 2016 : Deux adolescents, que tout oppose échangent de corps pendant leur sommeil sans d’explication logique. Entre la ville et la campagne, au gré des saisons, une relation s’instaure entre eux, jusqu’à se qu’ils décident de se rencontrer en vrai Peut aussi entrer dans le menu Fly me to Saitama. Film animé (Netflix)
  • Japon, la voie du thé, Geo reportages, 2019 : Au printemps, le Japon tout entier attend le first Flush, la première cueillette du noble Sencha, thé vert cultivé dans l’île de Kyushu. Kazuo Watanabe lui a consacré toute sa vie et caresse le rêve de produire le meilleur thé du Japon. Documentaire payant. (Amazon Prime vidéo)

Japan Pop

Monter sur scène avec les idols (musique, amitié, Otaku)

Carole et Tuesday, Shin’ichirô Watanabe, 2020 (Netflix)

Résumé : Adaptation du manga éponyme en série animée de 24 épisodes. Dans un monde futuriste où la population a émigré vers la planète Mars, Carole rencontre la riche Tuesday. Les deux jeunes filles que tout oppose réalisent qu’elles forment le duo ..

Mon avis : Je n’ai pas lu le manga, mais j’ai été séduite par ce duo musical. Même si je sens que cela ne va pas être très joyeux, j’ai envie de les suivre dans leur route vers le succès.

Autres propositions :

  • Back Street Girls Gokudolls, 2019 : Série animée de 10 épisodes. En punition d’une grosse erreur, trois Yakuzas sont contraints de se transformer physiquement pour former un girls band et investir la scène J-Pop underground. Mais s’ils ont changé de corps, ils n’en restent pas moins des yakuzas, et des hommes, ce qui occasionne des scènes hilarantes. (Netflix)
  • Reframe, Theater experience with you, 2019 : retransmission du concert du groupe de J-Pop Perfume au Line Cube Shibuya, recrée sous forme de film. (Netflix)

Sangoku, Cat’s eyes et les autres ( Rétro, adapté en anime, manga des années 80)

Cobra Kai, Josh Heald, 2018 (Netflix)

Résumé : Dans le retour très anticipé de deux personnages emblématiques, les rivaux de la saga légendaire Karate Kid sont réunis 30 ans après les événements du Tournoi de Karaté All Valley de 1984. Habitant à présent dans le quartier aisé d’Encino, Daniel LaRusso (Ralph Macchio) mène une vie enviable avec sa superbe famille, tout en étant à la tête d’une chaîne de concessions automobiles à succès dans la vallée. De son côté, son adversaire du lycée, Johnny Lawrence (William Zabka), dont la vie a basculé dans la précarité, cherche à se racheter en rouvrant le célèbre dojo de karaté Cobra Kai. Leurs vies se croisent inévitablement et la rivalité est relancée, mettant en place la nouvelle génération de “karate kids”

Mon choix : Certes, c’est nanardesque et ça touche de loin le Japon avec le Karaté. Mais cela joue à fond sur les années 80 et le culte d’un film, et cela interroge la pseudo-spiritualité du karaté pour les occidentaux. Rien que pour ça, je vais regarder cette série en 30 épisodes. 🙂

Autres propositions :

  • City Hunter, La mort de City Hunter : Un film animé sur la série Niki Larson, je dis Oui. Netflix en propose 6 à son catalogue. Dans celui-ci, Niki et Laura héritent d’une grosse affaire concernant une célébrité locale, mais les apparences vont s’avérer trompeuses… (Netflix)
  • Niki Larson, la série animée, 1987 : Nicky Larson est un détective privé qui se charge de résoudre les affaires les plus impossibles et dangereuses qui soient : protection, filatures… de préférence si la commanditaire est une femme. Ce redresseur de tort obsédé mais néanmoins efficace, est assisté de Laura, la petite soeur de son défunt partenaire. Série animée (Amazon prime vidéo)
  • Olive et Tom le retour, 2001 : Série animée issue du manga Captain Tsubasa. Olivier, qui est devenu joueur professionnel de football au Brésil, se remémore sa jeunesse. Il se souvient comment, lorsque sa passion dévorante pour le football a commencé, il a intégré l’équipe de Nankatsu. (Amazon Prime Vidéo)

C’est l’heure du duel ( affrontement, jeux-vidéos, robots)

Ghost in the Shell, Rupert Sanders, 2017 (Amazon Prime)

Résumé : Dans un futur proche, le Major est unique en son genre: humaine sauvée d’un terrible accident, son corps aux capacités cybernétiques lui permet de lutter contre les plus dangereux criminels. Face à une menace d’un nouveau genre qui permet de pirater et de contrôler les esprits, le Major est la seule à pouvoir la combattre. Alors qu’elle s’apprête à affronter ce nouvel ennemi, elle découvre qu’on lui a menti : sa vie n’a pas été sauvée, on la lui a volée. Rien ne l’arrêtera pour comprendre son passé, trouver les responsables et les empêcher de recommencer avec d’autres.

Mon choix : Basé sur le manga et l’anime éponyme, le film de Rupert Sanders a fait scandale parmi les fans à sa sortie car il propose une actrice occidentale pour jouer une héroïne japonaise. Ayant vu l’anime, je suis curieuse de découvrir cette version avec Scarlett Johansson dans le rôle titre.

Autres propositions :

  • Violet Evergarden, Kana Akatsuki, 2017 : Série animée en 13 épisodes sur une héroïne amnésique et dont on a remplacé les bras par des prothèses mécaniques, qui cherche à retrouver un sens à sa vie après la guerre en devenant rédactrices de lettres. (Netflix)
  • Final Fantasy XIV Dad of Light, 2017 : Série en 8 épisodes sur un père et son fils qui tentent de renouer des liens en jouant ensemble à Final Fantasy XIV. Basée sur une histoire vraie. (Netflix)
  • Gambling School, 2017 : Série animée en 24 épisodes où une nouvelle élève ambitieuse arrive dans une école spécialisée dans les jeux d’argent. Son objectif : faire sauter la banque ! Une pure comédie japonaise. Et si vous voulez en voir plus, il y a même un film tourné en mode réel. (Netflix)
  • Food Wars, Yuuto Tsukuda, 2015 : Série animée en 86 épisodes tirée du manga éponyme, où un ado cuisinier intègre une école de chefs prestigieuses. De combats de chefs en recettes de cuisine, une série comique à savourer aux petits oignons (Netflix). Peut aussi entrer dans le menu Tokyo By Night pour la partie culinaire.

Cosplay à Harajuku

Atelier, 2015 (Netflix)

Résumé : Tokita Mayuko se prépare à entrer dans la vie active. C’est un travail dans le monde de la lingerie qui l’attend et lors de son premier jour de travail, un magnifique défilé est organisé par la direction. Elle s’aperçoit rapidement qu’elle ne pourra pas tenir longtemps dans ce nouveau travail si elle ne reçoit pas d’aide de ses collègues de bureau, d’autant que la patronne Mayumi Nanjō est très exigeante…

Mon choix : Drama japonais en 13 épisodes, Atelier est une forme de Diable s’habille en Prada version japonaise dans l’univers de la lingerie artisanale de luxe. On y suit une jeune stagiaire, obsédée par les tissus, qui doit s’intégrer dans la petite entreprise familiale et tout apprendre d’une patronne digne d’Anna Wintour. La série montre également combien il est difficile pour les femmes japonaises de monter sa propre entreprise dans une société très patriarcale. Peut aussi convenir pour le menu Gambate ! sur le monde du travail.

Autres propositions :

  • Queer Eye, Bienvenue au Japon, 2019 : La Dream Team se rend au Japon afin de relooker des Japonais un peu perdus dans leur style et leur vie. Série en 4 épisodes à ne pas regarder avec sérieux (Netflix) 😉

Le Japon d’Aujourd’hui

Fly me to Saitama (Vie à la campagne, village, vieillesse)

Fly me to the Saitama, Hideki Takeuchi, 2019

Résumé : Dans un Japon alternatif, les personnes originaires de Saitama sont persécutées et cachent leur origine. Tous espèrent l’abolition des visas pour parvenir à la métropole sans être arrêtés. À Tokyo, Momomi Hakuhodo (Fumi Nikaidō) est un lycéen très populaire, fils du gouverneur de la ville et président du conseil des élèves de la prestigieuse académie Hokuhodo. Il rencontre un jour Rei Asami (Gackt Camui), de retour de ses études aux États-Unis. Ils sont attirés l’un envers l’autre mais Asami est originaire de Saitama.

Mon choix : Je ne pouvais pas aborder ce sous-menu sans expliquer son titre ! Ce film est une comédie nanardesque japonaise autour de la préfecture de Saitama, autrement dit, la campagne située après Tokyo, où il n’y a absolument rien à faire. Forçant sur les clichés plouc de la région, on suivra deux histoires en parallèle : celle du Japon alternatif indiquée dans le résumé et celle d’une famille arrivée à Saitama qui écoutent ladite histoire à la radio. Un film jubilatoire.

Autres propositions :

  • Souvenirs de Marnie, HirosamaYonebayashi, 2015 : Anna, jeune fille solitaire, vit en ville avec ses parents adoptifs. Un été, elle est envoyée dans un petit village au nord d’Hokkaïdo. Dans une vieille demeure inhabitée, au coeur des marais, elle va se lier d’amitié avec l’étrange Marnie…Film animé du Studio Ghibli (Netflix)
  • Souvenirs goutte à goutte, Isao Takahata, 2007 : Taeko, une jeune femme de 27 ans, critique littéraire dans un journal à Tokyo décide de prendre un congé sabbatique en retournant dans sa campagne natale afin d’aller à la recherche des souvenirs de son enfance. Film animé (Netflix)
  • L’été de Kikujiro, Takeshi Kitano, 1999 : Masao a 9 ans et s’ennuie. Ce sont les grandes vacances et tous ses copains sont partis. Même le club de foot a fermé ses portes. Dans la maison vide de sa grand-mère qui l’élève, Masao trouve une photo de sa mère, qu’il ne connaît pas. Il se met alors en tête de partir à sa recherche. Son sac sur le dos, il prend la route et rencontre Kikujiro, quinquagénaire cabotin et roublard. Commence alors un voyage peu ordinaire, émaillé de rencontres insolites (Arte vidéo, Film disponible jusqu’au 29/04)
  • I wish (Nos voeux secrets), Hirokazu Kore-Eda, 2012 : Sur l’île de Kyushu, deux frères sont séparés après le divorce de leurs parents. L’aîné, Koichi, âgé de 12 ans, part vivre avec sa mère chez ses grands-parents au sud de l’île. Son petit frère, Ryunosuke, est resté avec son père, guitariste rock, au nord de l’île. Lorsqu’un nouveau TGV relie enfin les 2 régions, Koichi et son jeune frère organisent clandestinement un voyage avec quelques amis jusqu’au point de croisement des trains, où un miracle pourrait, dit-on, se produire… Film payant (Amazon prime vidéo)

Gambatte ! (vie d’entreprise, harcèlement, racisme)

Aggretsuko, Rarecho, 2017 (Netflix)

Résumé : Insatisfaite de son travail de bureau ingrat, Retsuko la petite Panda rousse surmonte les tracas du quotidien en chantant du death metal à tue-tête dans un bar karaoké

Mon choix : Série animée en 30 épisodes, Aggretsuko nous montre l’envers du décor de l’entreprise japonaise pour les femmes : patrons sexiste, heures supplémentaires à n’en plus finir. Alors quand elle commence à péter un plomb, Aggretsuko se rend discrètement dans un karaoké et chante du heavy métal, ce qui lui permet de relâcher la pression. Au fil des jours, son travail de comptable va lui peser et elle va s’efforcer de trouver une sortie de secours, ce qui ne va pas aller sans heurts… Ce dessin animé tout mignon soulève avec justesse de nombreux problèmes des employés japonais et invite à la réflexion sur ce qu’est la définition du bonheur, tout en restant drôle.

Autres propositions :

  • Kantaro, the sweet tooth salaryman, 2019 : Commercial dans une maison d’édition haut de gamme, Kantaro ne s’attarde jamais chez ses clients. Sa seule passion : la quête secrète de sucreries exquises…Série en 12 épisodes. (Netflix)

Souvenirs de lycée (Univers scolaire, adolescence, romance, light novel)

Loin de moi, près de toi, Junichi Sato, 2020 (Netflix)

Résumé : Une collégienne se transforme en chat pour attirer l’attention d’un garçon, sans se rendre compte que la frontière entre l’humain et l’animal s’estompe peu à peu.

Mon choix : Dans le même esprit que Le Royaume des chats, une romance toute douce entre deux collégiens avec une pointe de fantastique.

Autres propositions :

  • Je veux manger ton pancréas, Shin’ichirô Ushijima, 2018 : Sakura est une lycéenne populaire et pleine de vie. Tout l’opposé d’un de ses camarades solitaires qui, tombant par mégarde sur son journal intime, découvre qu’elle n’a plus que quelques mois à vivre… Unis par ce secret, ils se rapprochent et s’apprivoisent. Adaptation du manga éponyme, film animé.(Netflix)
  • Good morning call, 2016 : Une lycéenne s’installe enfin dans son appartement, mais elle a pour colocataire le garçon le plus populaire du lycée, et personne ne doit savoir qu’ils vivent ensemble. Série comique en 27 épisodes. (Netflix)
  • Great Teacher Onizuka, Nishizono Satoru, 1999 : Un jeune enseignant de lycée, ancien voyou, se retrouve responsable d’une classe particulièrement difficile dont les élèves ne respectent plus aucun professeur. Parce qu’il parvient à les comprendre et à se mettre à leur niveau, il arrivera non seulement à leur tenir tête, mais aussi à les aider…Série animée en 43 épisodes, tirée du manga éponyme.
  • One step, Michael williams, 2020 : Tadashi, voyant une fille de son école assise seule sur la plage tout les jours devient déterminé à savoir pourquoi. Un drama japonais très réaliste, portrait de la vie de millers de jeunes écolières au Japon. Film drame (Amazon prime vidéo)

Tokyo by night (Mafia, gastronomie, prostitution, LGBTQIA+)

Tokyo Girl, Yuki Tanada, 2016 (Amazon Prime)

Résumé : La vie d’Aya, de son arrivée à Tokyo, à l’âge de 23 ans, jusqu’à ses 40 ans. Entre sa carrière professionnelle et ses amours, la jeune femme a sans cesse dû s’adapter au fil des années aux multiples situations difficiles auxquelles elle a été confrontée.

Mon choix : Je suis tombée par hasard sur cette série en 11 épisodes et malgré les sous-titres en anglais, je l’ai dévorée en deux soirées. C’est en toute connaissance de cause que je vous conseille ce petit bijou. A travers l’histoire d’Aya, on retrouve le rêve de toutes les femmes de province de monter à la capitale pour trouver une vie parfaite : job de rêve, appartement luxueux, petit-ami puis mari et surtout la vie effrénée et dynamique de Tokyo, bien différente de la campagne. Aya, va vouloir toutes ces choses, en obtenir certaines mais s’interrogera surtout sur ce qui la rend heureuse. La série propose une réflexion universelle sur ce qui fait notre bonheur, tout en nous montrant les différents quartiers de Tokyo et les difficultés éprouvées par les femmes japonaises à allier vie de famille et vie professionnelle dans une société fortement patriarcale.

Autres propositions :

  • Midnight dinner, Tokyo stories, 2016 : adaptation en série du manga La cantine de Minuit. On suit le quotidien du chef d’un restaurant de quartier ouvert la nuit et la vie de ses différents clients dans une ruelle de Tokyo. Outre les recettes de cuisine, l’ambiance est douce et amusante. Série en 20 épisodes (Netflix).
  • Samurai gourmet, 2017 : Jeune retraité, Takeshi retrouve son appétit de vivre et sa passion pour la nourriture en se connectant à son guerrier intérieur et en écoutant ses désirs. Mais son guerrier intérieur va aussi sortir lui donner un coup de main quand cela est nécessaire. Série comique en 12 épisodes (Netflix)
  • Sonatine, mélodie mortelle, Takeshi Kitano, 1996 : Bras droit du chef yakuza Kitajima, Murakawa est un homme brutal, éliminant froidement ceux qui se dressent en travers de sa route. Sans pitié, mais aussi sans passion, il aspire à une nouvelle vie. Appelé sur l’île d’Okinawa, il part avec ses hommes pour venir en aide au clan Nakamatsu en guerre contre le gang rival Anan. Film dramatique.
  • Tokyo Godfathers, Satoshi Kon, 2003 : A Tokyo, pendant les fêtes de Noël, trois amis sans abri trouvent un bébé abandonné et une mystérieuse clé annonciatrice de folles aventures. Un film anime très humain dans la ville capitale tentaculaire japonaise.
  • Big in Japan Tokyo edition, Lachlan McLeod, 2018 : Trois cinéastes australiens se lancent dans une mission visant à se faire connaître à Tokyo. En chemin, ils rencontrent plusieurs personnes excentriques qui sont devenues célèbres au Japon en tant qu’étrangers. Un film documentaire qui décrypte le principe de popularité et d’originalité au Japon. (Amazon Prime video)

Publié dans Veille littéraire du net

And my watch begins #28

Au sommaire de cette veille littéraire du net : un challenge pour vider ta PAL, un documentaire sur une peintre féministe, une série sur le Préfet Lépine, deux challenges littéraires sur le Japon, un appel à textes gourmand, un financement participatif à poils et plumes, des ressources gratuites pour Instagram…

L’évènement du Weekend

Le site Fantastiqueer, spécialisé en lectures LGBTQIA+, te propose un weekend de Pâques spécial : Vide ta PAL ! A l’occasion de ces trois jours, tu pourras en profiter pour lire une partie des livres qui traînent dans ta PAL, terminer cette série que tu as commencée ou attaquer ta relique suprême de PAL, tout en croquant du chocolat ! Un évènement facebook a été créé pour partager tes lectures prévisionnelles et tu peux aussi retrouver le mode d’emploi sur leur page facebook ci-dessous :

Les challenges littéraires de la saison

C’est le printemps, et deux nouveaux challenges sur le thème et le Japon ont vu le jour :

J’ai lancé le 1er avril mon challenge consacré au Japon et à la littérature japonaise: Le Hanami Book Challenge. Si tu es curieux, tu pourras aller voir son fonctionnement sur l’article qui y est consacré, et glaner des idées de livres dans ma PAL personnelle ou sur la page Instagram que j’ai ouverte pour l’occasion.

A côté, j’ai découvert un autre challenge sur le même thème : Un mois au Japon, organisé par les blogueuses Hilde de lelivroblog, et Lou de Myloubook. Le challenge dure un mois, du 1er au 30 avril et est plutôt libre : pas de menus imposés, mais des thèmes généraux chaque semaine et des rendez-vous thématiques. Pour participer, il suffit de s’inscrire sur l’un des deux articles présentant le challenge sur leurs blogs, ou sur leur compte instagram. Elles ont créé également un groupe facebook privé pour échanger entre participants.

Le documentaire du mois

J’ai regardé le documentaire : Le Montmartre libéré de Suzanne Valadon, sur Arte car je ne connaissais pas cette peintre complètement punk vis à vis de l’époque et j’ai été très étonnée d’une telle modernité au début du XXème siècle. Comment une femme, partie de rien et qui jouait dans un cirque en plein Paris a pu s’imposer dans le monde de la peinture ?

Le documentaire retrace sa vie et son style de peinture : habitante de Montmartre à une époque où la campagne existait encore sur la butte et les cabarets étaient récents, elle a su réinventer le nu féminin mais sans fioritures, dans sa réalité la plus crue. Elle a aussi osé représenter les nus masculins, alors qu’elle était une femme, transgression ultime !

Le film te propose une visite historique de la Butte de Montmartre, et tu en apprendras beaucoup sur l’évolution du quartier. Tu visiteras également l’atelier de la peintre qui est devenu maintenant un musée accessible au public. Personnellement, cela m’a donné envie de retourner à Paris faire une visite guidée de la Butte sur le thème des peintres !

Si cela t’intéresse, le documentaire dure 15 minutes et est visible gratuitement jusqu’au 17/02/2023 sur le site d’Arte Vidéo.

La série du moment

Paris Police 1900 sur Canal + est la série française sortie le mois dernier. Elle a pour principal personnage le Préfet Lépine, confronté à une série de meurtres et à l’affaire Dreyfus. Tout en cherchant à moderniser la Police avec des inventions et de nouvelles techniques, dans une ambiance parisienne assez noire. Il y sera aussi question de féminisme dans une époque assez patriarcale.

La série propose actuellement une saison de 8 épisodes de 52 minutes chacun. Elle a déjà de bonnes critiques en ligne sur Allociné et le Youtubeur spécialisé en Histoire Nota Bene a réalisé une vidéo sur l’Histoire de Paris et une critique intéressante sans spoilers. De mon côté, je trouve que l’ambiance se rapproche de la série en deux tomes La 25e heure de FeldriK Rivat qui évoque aussi les méthodes d’identification des criminels et la même époque.

Hâte de pouvoir la visionner ailleurs que sur Canal+ (seul réseau sur lequel je ne suis pas abonnée !).

Le financement participatif du mois

Férocités est un projet des éditions Sillex afin de publier en financement participatif un recueil de 10 nouvelles de fantasy animalière pour adultes. Il est en cours de réalisation jusqu’au 7 mai prochain et le dernier palier est presque atteint. Pour participer, c’est ici, et le premier palier est à 8 euros pour la version numérique du recueil.

La maison d’édition a la particularité de proposer un circuit court du livre et une juste rémunération des auteurs. Ici, pas d’intermédiaires mais le lecteur qui choisit d’intervenir directement par financement participatif pour obtenir son livre. Et une augmentation de la rémunération des auteurs : de 8% dans le système classique, on passe à 30% chez Sillex, en ayant supprimé les intermédiaires. Les fondateurs de la maison d’édition l‘expliquent bien sous forme de BD ici.

L’appel à textes du mois

Les éditions Yby, proposent un appel à textes de nouvelles sur Le plaisir gustatif jusqu’au 19 décembre 2021. Le texte devra comporter entre 20 000 et 60 000 caractères, espaces compris et suivre la ligne éditoriale de la maison d’édition : l’un des personnages principaux doit être queer et l’histoire doit comporter des personnages favorisant la diversité.

Pour plus de détails sur cet appel à textes, je t’invite à consulter le site internet de la maison d’édition.

Les ressources gratuites du moment

Si tu cherches des templates pour réaliser des story ou des post instagram qui soient jolis et gratuits, je t’invite à t’abonner à la newsletter de Jennifer Daïna. En plus d’être une auteure de livres d’Urban Fantasy et jeunesse, c’est une illustratrice talentueuse qui propose des ressources gratuites qu’elles a créées. De jolies créations pour une jolie créatrice ! Moi je suis fan de ses créations sur le Japon ! 🙂

Voilà, ma veille est terminée. Elle est plus courte que d’habitude car la création de mon challenge littéraire m’a pas mal accaparée ce mois-ci… N’hésite pas à m’indiquer en commentaire tes propres trouvailles pour la beauté du partage. Si tu as raté mes autres watch, tu peux les retrouver ici.

Fleurs de prunier et tasse de thé,

A. Chatterton

Publié dans On joue ?

Hanami Book Challenge 2021 : le challenge littéraire dédié au Japon et au printemps

En dehors de mon engouement pour la littérature steampunk, j’ai une passion dévorante pour la culture japonaise. L’idée de créer mon propre challenge m’est venue depuis un an à force de participer à ceux des autres. Et comme je ne trouvais pas de challenge littéraire qui englobait l’ensemble de la culture du soleil levant, j’ai pensé que ce serait une bonne idée de commencer par ce sujet. Bienvenue dans le Hanami Book Challenge, ou encore le challenge des Cerisiers en fleurs !

Hanami Book Challenge : mode d’emploi

Ce challenge s’adresse à tous ceux qui souhaitent découvrir la culture japonaise, où qui souhaitent faire descendre leur Pile A Lire de livres en lien avec ce thème.

Je l’ai pensé pour un public adulte, mais il est possible de le réaliser avec des plus jeunes, en fonction des intitulés de menus, avec des mangas ou des light novels par exemple.

Il se déroule du 1er avril au 30 juin, le temps d’une floraison de cerisiers, pour marquer le printemps et l’arrivée de l’été et à pour principal sujet le Japon. Les livres doivent évoquer le Japon ou être écrit par un auteur Japonais.

Ce challenge plébiscite les documents suivants. : Romans, nouvelles, mangas, Bande-dessinée, romans graphiques ou documentaires sur le Japon. Vous pouvez aussi le réaliser avec des films, séries TV et animes.

Il n’est pas orienté vers un genre littéraire particulier, sauf indication dans les menus. Libre à vous d’y inclure des romans contemporains, comme de la littérature de l’imaginaire par exemple.

Pour ma part, je vais réaliser deux PAL : une avec des livres et l’autres avec des films et séries pour vous donner des idées. Elles feront l’objet d’un article qui suivra la publication de celui-ci.

Hanami Book Challenge : les menus

Afin de créer ces menus, je me suis inspirée de plusieurs thèmes relatifs à la culture japonaise. J’ai essayé de vous proposer un panorama assez vaste et qui par moments peut correspondre à des clichés sur ce pays. Je m’en excuse d’avance, mais je souhaite que ce challenge soit ouvert le plus possible à tous et ne pas le réduire à un public de connaisseurs.

Pour faire rentrer un livre ou un film dans une catégorie, libre à vous d’utiliser un élément du titre, ou les petits détails que j’ai indiqués entre parenthèses. L’important est de s’amuser ! A vous de vous approprier ce challenge !

Il y a donc 3 menus comportant chacun 4 sous-menus :

Hanami Book Challenge : Comment valider son challenge ?

Sur le modèle du Pumpkin Autumn Challenge, je vous propose de valider votre challenge par paliers car je trouve le système de points trop compliqué :

  • Niveau Disciple : Vous avez lu un livre de chaque menu, soit 3 livres au total
  • Niveau 6ème Dan : Vous avez lu deux livres par menu, soit 6 livres au total
  • Niveau 9ème Dan : Vous avez lu trois livres par menu, soit 9 livres au total
  • Niveau Sensei : Vous avez lu un livre de chaque sous-menu, soit 12 livres au total
  • Niveau Trésor Vivant : Vous avez lu un livre de chaque sous-menu, soit 12 livres au total, sans utiliser de Joker.
  • Etoile d’honneur : pour chaque livre entrant dans un sous menu, lu après avoir validé le niveau Trésor Vivant.

Il est possible d’abandonner un livre/ film en cours de route, et ce n’est pas grave ! Si toutefois vous souhaitez le faire valider dans votre challenge, il faudra en avoir lu/vu au moins 50%.

Vous avez aussi la possibilité d’utiliser une fleur de Sakura (un joker) pour vous éviter une lecture.

Hanami Book Challenge : où trouver des livres adaptés au challenge ?

Pour vous aider, en plus de ma PAL associée au challenge, voici quelques maisons d’éditions où trouver des livres traitant du Japon :

  • Editions Philippe Picquier : spécialisé dans la littérature japonaise et asiatique. Il propose des romans contemporains, historiques, policiers, érotiques. Mais aussi des mangas, romans graphiques, beauc-livres et recueils de poésie.
  • Editions Actes Sud : La collection Exofictions peut être intéressante pour des romans fantastiques par des auteurs japonais, mais il faut trier un peu parmi les documents. A l’inverse, la collection Lettres japonaises propose un panel de romans japonais contemporains de qualité, portant sur de nombreux thèmes actuels.
  • Planète BD : Site spécialisé dans les dernières actualités manga, bd et roman graphique avec des critiques sur les parutions. Utile pour vous éviter de chercher l’ensemble des éditeurs de mangas en France. Vous pouvez aussi y feuilleter les premières pages des dernières parutions.
  • Manga news : Site identique au précédent mais qui propose un classement par thème des mangas japonais, ce qui est pratique pour le challenge. Il y a également la liste complète des éditeurs de mangas japonais rubrique manga/éditeurs mangas.
  • La Rainbowthèque : Site participatif qui recense les parutions LGBTQIA+ en littérature. Si vous tapez Japon en recherche, vous trouverez quelques références.
  • Editions du Lézard noir : un de mes éditeurs chouchou. Vous y trouverez des mangas plutôt drame social ou historique, des artbooks, des livres sur l’architecture japonaise, …
  • Editions du Chat noir : la collection Neko comporte peu de titres, mais ce sont des entrées Young adult intéressante en terme de romans, fantastiques ou contemporaines.
  • Editions du chêne : éditeurs de documentaires pour les adultes avec de nombreux beaux-livres illustrés sur le Japon dans sa rubrique Tourisme.

Ce ne sont que quelques exemples, vous pouvez bien sûr compléter cette liste en commentaire de cet article si vous souhaitez partager vos trouvailles. 😉

Hanami Book Challenge : Communication

Le challenge sera diffusé sous le Hashtag #Hanamibookchallenge sur Instagram et Facebook. Je vous invite à l’utiliser quand vous réalisez une publication afin de pouvoir la relayer.

Pour cette première édition, je ne souhaite pas créer de groupe Facebook car cela supposerait de réaliser de la modération. Or, je travaille seule et je n’ai pas beaucoup de temps pour cela. Je l’envisagerai peut-être les années suivantes selon la manière dont ce challenge est accueilli sur la blogosphère.

En revanche, j’ai réalisé un compte Instagram qui vous permettra de découvrir les PALS des autres participants via le Hastag #Hanamibookchallenge, et de découvrir mes propres publications, ainsi que quelques jeux que je vous proposerai tout au long du challenge.

Enfin, parce que je suis généreuse de nature, je vous propose quelques visuels que vous pouvez réutiliser sur vos blogs, et réseaux sociaux que vous trouverez en fin d’article.

J’espère que ce challenge vous plaira autant que j’ai eu plaisir à le réaliser. Je reste à votre écoute par messagerie sur les réseaux sociaux et en commentaire à cet article si vous avez des questions à me poser. Bon challenge à tous !

Fleur de cerisier et matcha,

A.Chatterton

Publié dans Veille littéraire du net

And my watch begins #26

Au sommaire de cette veille littéraire du net : un article qui interroge la republication d’un livre nazi, une série remake sur Arsène Lupin, une plateforme solidaire de vente, une opération pour mettre en valeur des petits éditeurs, un documentaire sur une aventurière du XXème siècle, un prix littéraire qui met en avant de petits éditeurs par des blogueurs, un challenge littéraire printanier et une chaîne Youtube spécialisée en Gangs parisiens de la Belle Epoque.

L’article du mois

Faut-il republier Mein Kampf ? C’est la question posée dans l’article d’Actualitté que j’ai lu l’autre jour, devant l’annonce des éditions Fayard qui publient cette année une version augmentée du livre d’origine avec son contexte historique destinée aux chercheurs et universitaires travaillant sur le totalitarisme.

Cette nouvelle publication enrichie servirait à mettre en garde les générations futures contre les dérives du nazisme et de toute politique basée sur la discrimination raciale, religieuse, etc… Il est publié à titre de document historique et pédagogique.

Le sujet pose polémique, vis à vis de la mémoire des victimes du nazisme ou par crainte d’attiser un regain néo-nazi à qui pourrait profiter cette publication.

Personnellement, je suis partisane d’éduquer les gens pour éviter de reproduire les mêmes erreurs, et donc je vois un intérêt à cette nouvelle publication. Cependant, je reste perplexe quant aux motivations de Fayard qui publiait déjà une version de ce titre en 1938, supervisée par l’Allemagne nazie selon l’article d’Actualitté. Il lui sera également difficile d’écouler ses exemplaires sur Amazon qui a renforcé son interdiction de vente de livres sur le nazisme sur sa plateforme. Bref, restons optimistes…

La série du moment

Ce mois-ci, j’ai regardé la dernière série adaptée d’un roman (ou plutôt inspirée de) : Lupin, dans l’Ombre d’Arsène réalisée pour Netflix avec Omar Sy dans le rôle titre. J’en ressors un peu mitigée…

L’intrigue ressemble un peu à celle du Collier de la reine de Maurice Leblanc avec pour thème le vol d’un collier ayant appartenu à Marie-Antoinette, propriété des employeurs de la mère d’Arsène Lupin alors enfant. Si dans le livre, c’est sa mère qui est accusée de vol, et le jeune Arsène qui en est l’auteur, dans l’adaptation en série, il s’agit du père du héros, mais ni lui, ni son père ne sont à l’origine du larcin. L’affaire laisse le jeune garçon de 13 ans aux services sociaux alors que son père est mis en prison.

Derrière cette tragique histoire, on sent tout le racisme latent des employeurs petit-bourgeois, le manque d’assiduité de la police à résoudre l’affaire et l’injustice dans laquelle est plongée Assan jusque là heureux avec son père.

Le garçon devenu orphelin se trouve un modèle dans Arsène Lupin, livre fétiche offert par son père. Il l’aidera à grandir et à se forger une identité, pour le meilleur comme pour le pire. Assan est charmant, manipulateur, épris de justice, mais aussi voleur, arnaqueur, père lui-aussi à ses heures perdues et a des difficultés à garder les femmes qu’il rencontre.

L’intrigue est assez divertissante, les décors parisiens un peu clichés mais toutefois intéressants (nous irons au Louvre tout de même !) et la mise en valeur des petites gens plutôt importante.

En revanche, j’ai trouvé que le jeu d’acteur et la direction artistique manquaient de profondeur. Si tu as vu Omar Sy dans le film Intouchables, tu sais qu’il peut beaucoup mieux jouer. Dans Lupin, il semble toujours pressé de débiter sa réplique. Je dirais que l’action a été privilégiée au détriment du jeu des acteurs, même si ces derniers auraient été capables de faire le job si on en leur avait laissé le temps.

Dans l’ensemble la série est assez intense et l’intrigue digne d’un film de braquage, quoiqu’un peu cousue de fil blanc, avec de nombreuses références au gentleman cambrioleur de Maurice Leblanc. J’attends la deuxième partie de la saison avec impatience pour voir mes hypothèses confirmées sur la suite de l’histoire. 😉

Le challenge littéraire du moment

La version 2021 du PIF (=Printemps de l’Imaginaire Francophone) a été lancée il y a peu par la blogueuse Zahardonia du site Monde-fantasy.com sur son compte Instagram. C’est la sixième édition de ce challenge qui fait la promotion de la Littérature de l’Imaginaire écrite en Français, peu importe la nationalité de l’auteur(ice). L’idée est de défendre cette littérature et de combattre les préjugés qui l’accompagnent (ex : la meilleure littérature de Fantasy est anglosaxonne).

Le challenge se déroulera sur trois mois : du 1er mars au 1er juin avec 4 menus présentant chacun 4 sous-catégories. Seuls les ouvrages de fiction de la littérature de l’Imaginaire comptent : romans, nouvelles, bd, mangas, théâtre, albums… en Science-Fiction, Fantasy et Fantastique. Tu peux déterminer un palier de lecture en fonction de tes objectifs et partager tes avis lecture sur Instagram ou Facebook avec les Hashtag  #PrintempsImaginaireFR#ImaginaireFR. Si tu souhaites plus d’informations sur ce challenge, tu peux déjà trouver les menus ci-dessous sur le compte instragram de la blogueuse et lire son article détaillé sur son site internet.

L’initiative solidaire du mois

Emmaüs vient de lancer une plate-forme solidaire de vente dont le produit des ventes sera reversé sous forme de dons mais à des associations pour aider à l’insertion sociale, ou au développement de projets solidaires.

La plate-forme s’appelle Trëmma et est très simple d’utilisation : il suffit de mettre en vente comme sur Vinted l’article que tu souhaites donner avec photo et description. Elle est ensuite validée par un modérateur et apparaît sur le site Label Emmaüs, la plateforme de vente de l’association.

En somme, c’est une bonne façon de vider ses placards pour la bonne cause et de vendre (ou d’acheter) solidaire.

Pour retrouver les articles sur le site d’Emmaüs, coche la case Trëmma quand tu réalises une recherche ou que tu ouvres une rubrique de produits. Par contre, accroche toi bien pour les recherches de livres d’occasion au catalogue : c’est un peu compliqué ! Personnellement, je trouve le moteur de recherche de leur site désespérant…

La mobilisation du mois

Les blogueuses belges du site Recto-Verso remettent en marche leur projet « 1 week-end, 1 mise en avant, 1 mobilisation » afin de mettre en valeur de petites maisons d’édition et des auteurs parfois auto-édités face à la crise sanitaire.

Elles proposent chaque semaine des interviews en live et des chroniques littéraires, ciblées sur une maison d’édition à chaque fois, pour les faire découvrir à un vaste public et favoriser des ventes.

Pour février par exemple, ce sont les éditions Plume Blanche et Caravelle qui sont invitées, ainsi que les auteures Ielenna et Maud Cordier. C’est l’occasion d’élargir son horizon et de découvrir de nouveaux moyens d’augmenter ta PAL !

Tu trouveras plus d’informations sur leurs programmes mensuels sur leur page facebook.

Le Prix littéraire du moment

Vu sur le compte instagram de Lamousme et aussi sur un article d’actualitté, le Vleel ou « Varions Les Editions En Live » est un prix littéraire qui récompense des ouvrages issus de maisons d’éditions moins médiatisées via Instagram et Youtube.

Ce prix est l’aboutissement d’interviews réalisées depuis avril 2020 par le blogueur Anthony Lachegar, alias Serial Lecteur Nyctalope. Il a pour but de récompenser un auteur et une maison d’édition moins connus en faisant participer la blogosphère littéraire.

Le principe est simple : si tu as un compte instagram, tu peux voter jusqu’à Dimanche 7 février 21h, pour l’un des 10 auteurs et maisons finalistes présents dans la liste ci-dessous en utilisant le formulaire présent sur le site du Lecteur Nyctalope.

Si tu n’as pas lu les livres ou que tu ne connais pas les maisons d’édition présentées, pas de panique ! Tu peux retrouver les critiques des livres et présentations des éditeurs sur le site de Serial Lecteur Nyctalope et sa chaîne youtube pour te faire une idée.

Le documentaire du moment

Connais-tu Alexandra David Neel ? Il s’agit de la première femme a avoir voyagé jusqu’au Tibet et à avoir pénétré Lhassa, interdite aux occidentaux. C’était en 1924.

Orientaliste, tibétologue, chanteuse d’opéra lyrique, féministe, journaliste, anarchiste, exploratrice, bouddhiste, écrivaine et franc-maçonne, elle a multiplié les casquettes mais toujours avec cette envie furieuse de voyager et de découvrir l’Orient qui a donné lieu à de nombreux livres de sa part.

Arte consacre un documentaire synthétique de 5 minutes, intitulé Une occidentale sur le toit du monde, qui retrace l’histoire de cette grande voyageuse qui souhaitait encore renouveler son passeport à 103 ans.

Une belle manière de découvrir son état d’esprit, complètement inconcevable pour une femme de son époque, et de se familiariser avec ses aventures. 😉

La chaîne youtube du moment

Je suis assez fan de la Belle-Epoque et de Paris en général, aussi, quand j’ai découvert la chaîne Gang de Paris, mon excitation était à son comble ! Dans des vidéos assez courtes, Jérémy te raconte des anecdotes autour des gangs qui ont régné sur Paris à la Belle-Epoque. Code vestimentaire, langage, mode de vie, tout y passe ! Les vidéos sont rythmées, les explications claires, le texte travaillé et documenté. Bref, un petit plaisir de 2 minutes dont je ne me lasse pas.

Si tu apprécies ses dessins, tu peux aussi commander des vêtements à l’effigie des Apaches et autres gangs sur son site internet 😉

Voilà, ma veille est terminée. N’hésite pas à m’indiquer en commentaire tes propres trouvailles pour la beauté du partage. Si tu as raté mes autres watch, tu peux les retrouver ici.

Crêpes et chocolat chaud,

A.Chatterton

Publié dans On joue ?

Bilan anticipé du Ho Ho Ho Challenge 2020-2021

A un mois et une semaine avant la fin du Hohoho Challenge, j’ai décidé de l’arrêter pour me consacrer à mes projets 2021. Voici un petit bilan sur ce challenge atypique avec mes tops et mes flops, en espérant le recommencer l’an prochain.

Comment j’ai vécu le challenge

J’avais besoin d’évacuer une grosse pression entre le boulot et le blog pendant les fêtes de Noël. Réaliser une pause blog pendant 15 jours m’a redonné l’envie de lire sans avoir besoin de chroniquer chaque livre. Et j’ai vraiment beaucoup lu pendant ces 15 jours ! Dont des romances de Noël, un type de livre jusque là absent de ma PAL car je jugeais les histoires peu digne d’intérêt car pas assez sérieuses. J’ai revu ma copie par la suite (comme quoi, les préjugés…). En y réfléchissant, je pense que j’ai aussi le droit de m’accorder des lectures de divertissement au lieu de chercher des intrigues parfois lourdes. Et les romances de Noël, ce sont un peu comme des bonbons : parfois on a besoin de sucreries pour se remonter le moral !

Le mois de Décembre a été une course entre le boulot, les cadeaux de Noël et le blog. Je n’ai donc pas eu l’occasion de faire d’autres activités à part lire. De ce fait, je regrette de ne pas avoir participé aux missions associées au challenge, même si elles avaient l’air assez amusantes. Et puis, passé Noël, les réaliser n’avait plus de sens car elles tournaient beaucoup autour de cette fête. Pourtant, j’aurais beaucoup apprécié m’impliquer plus dans le challenge si j’avais eu plus de temps et d’énergie. Je pense recommencer l’aventure l’an prochain, au moins pour cela.

Passé janvier, comme j’avais des préparations à réaliser pour mon projet sur le Steampunk et que de nouveaux challenges pointaient le bout de leur nez, je me suis dépêchée de finir de lire ma PAL, afin de passer à autre chose, mais cela n’a pas été possible. Je n’étais plus motivée pour lire les livres restants et beaucoup plus encline à me lancer dans de nouvelles lectures hors PAL.

Avec le recul, je dirais que cela a été un très bon challenge, malgré quelques flops lecture. Je pense qu’il gagnerait en efficacité en se cantonnant au mois de décembre, car passé les fêtes, on n’est plus vraiment dans l’esprit de Noël, à l’inverse du Cold Winter Challenge (qui a l’Hiver comme connotation dans son titre). S’il était seulement engagé sur Décembre, la PAL serait plus réduite mais on s’amuserait plus autour des missions. Mais cet avis n’engage que moi…

Mes lectures favorites du challenge

Pour une fois, je n’ai pas souhaité faire un retour détaillé avec des articles très longs sur chacune de mes lectures car ce sont des lectures plaisir. Toutefois, c’est le cas pour certains livres dont le titre est souligné. Pour les autres, j’indique à chaque fois ce qui m’a plu dans le roman pour te donner un aperçu. 😉

L’année de Grâce, de Kim Liggett, éditions Casterman : un vrai coup de coeur et une lecture coup de poing ! A l’inverse de Félines de Stéphane Servant qui m’avait agacée par son côté fourre-tout d’idées diverses (génocide, féminisme, discriminations, épidémie, LGBTQI+, adolescence…), le roman de Kim Liggett aborde pratiquement les mêmes thèmes, épidémie en moins, mais de manière plus subtile, sur fond de dystopie. J’ai vraiment adoré ce livre pour les réflexions développe. Tu pourras retrouver mon avis complet en cliquant sur le titre.

La petite boulangerie du bout du monde de Jenny Colgan, éditions Prisma : Le tome 3 était dans ma PAL pour ce challenge, mais je n’avais pas lu les deux premiers tomes. J’ai donc lu l’ensemble de la trilogie et je n’ai pas été déçue. Jenny Colgan est une vraie amoureuse de la pâtisserie et de la Cornouailles. Elle met tout son cœur à nous faire aimer ses deux passions à travers l’histoire de Polly, une jeune anglaise qui cherche à se reconstruire après une déception amoureuse et qui décide d’habiter sur une île des Cornouailles. J’ai beaucoup apprécié le cheminement du personnage principal qui s’efforce de se trouver un nouveau travail, de nouveaux amis, une nouvelle maison, et qui ne baisse jamais les bras devant les difficultés. J’ai aimé l’accompagner dans son intégration dans la communauté atypique de l’île, découvrir des recettes qui donnent l’eau à la bouche, visiter sa maison balayée par les vents marins. J’ai adoré l’île de Mount Polbearne, son charme d’antan, ses habitants réfractaires à la modernité qui viendrait bouleverser la quiétude de leur quotidien. Au fil des trois tomes, l’entreprise de Polly grossit et s’étoffe et cela fait du bien au moral. Derrière son histoire, l’auteure introduit la recette du bonheur : faire ce que l’on aime, même si cela ne nous rend pas très riche. L’important étant de trouver sa place. Même si j’ai aimé les intrigues des trois tomes, je trouve celle du premier plus aboutie. Une lecture doudou que je recommande fortement en cas de blues et plus réussie que d’autres romans dans la veine Feel Good. 😉

Brexit Romance, Clémentine Beauvais, éditions J’ai lu : Je ne connaissais pas l’univers de Clémentine Beauvais mais j’en avais l’image d’une auteure pétillante dont j’admirais la vie : l’auteure est traductrice et enseignante-chercheuse à l’université de York en Angleterre, une ville que j’ai eu l’occasion de visiter par le passé. Elle tient également un blog sur l’écriture. Commencer l’œuvre littéraire de Clémentine avec Brexit Romance m’a semblé une évidence : on y parle de la France, de l’Angleterre et des clichés sur les différences culturelles. Sa plume mordante et son ton bourré d’humour et de fantaisie m’a particulièrement séduite. Les quiproquos associés aux différences linguistiques m’ont fait hurler de rire. Les réflexions sur le Brexit et ses conséquences, du point de vue anglais m’ont ouvert les yeux sur l’avenir de nos voisins d’Outre-Manche et surtout la jeune génération. On sent que l’auteure s’est efforcée de proposer un panel complet des réactions britanniques sur le sujet qui est très intéressant à lire. Si l’intrigue semble digne d’un marivaudage sur fond politique (une agence de mariages blancs franco-britanniques mené par une jeune britannique très orientée gauche), elle ne m’a pas tout à fait convaincue. La remise en question du mariage comme un arrangement entre pairs était intéressante, mais sa mise en œuvre dans l’histoire reste assez fantaisiste. J’ai détesté Justine, l’anglaise à l’origine du projet, pour sa tendance à la manipulation, Marguerite pour son côté jeune ingénue en crise d’ado, Pierre pour son penchant communiste exacerbé. La fin m’a semblée un peu convenue. Mais j’ai tout de même passé un bon moment de lecture car j’adore les romans qui parlent des différences culturelles et l’histoire reste assez drôle.

Noël et préjugés, la TeamRomCom, éditions Charleston : Il s’agit d’un recueil de 6 nouvelles- Romances de Noël par 6 auteures différentes, avec pour point commun le roman de Jane Austen dans chacune des histoires. L’ensemble a été très distrayant sans être pour autant un coup de coeur absolu. J’ai apprécié les cinq premières nouvelles, beaucoup moins la dernière intitulée Amour, tempête et Best-Seller, pour son style assez spécial et son personnage principal ultra-stressé qui m’a donné envie de faire une séance de méditation. Plusieurs sujets intéressants sont abordés et de manière positive : la grossophobie, la romance du point de vue masculin, le premier amour, le manque d’amour maternel, les apparences trompeuses, le manque de confiance en soi, l’agoraphobie. Je ferai un retour plus détaillé dans un prochain article car ce livre fait également partie de ma PAL spécial nouvelles pour le Projet Ombre.

Les flops du challenge

L’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de Pèlerinage, Haruki Murakami : J’admire beaucoup Haruki Murakami en tant qu’écrivain car c’est un coureur au long court, au sens propre comme au figuré : il met beaucoup de temps à écrire un livre et il pratique la course à pied. Son autobiographie, Profession Romancier, est une mine de conseils pour les écrivains débutants. J’avais lu auparavant la trilogie 1Q84 qui m’avait laissé une impression mitigée : l’envie de continuer à s’imprégner de l’atmosphère qui se dégage du livre après l’avoir terminé, mais aussi d’obtenir des réponses face à l’irruption d’évènements fantastiques sans queue ni tête. Avec L’incolore Tsukuru, j’ai retrouvé la même atmosphère cotonneuse, jonchée de descriptions parfois inutiles sur ce que font ou pas les personnages, des passages fantastiques dont on ne sait que faire, et surtout une fin ouverte où c’est au lecteur d’imaginer la suite. Quel était le message derrière ce livre ? A travers les péripéties du personnage principal qui cherche à retrouver ses amis d’enfance pour comprendre pourquoi ils l’ont rejeté il y a des années, j’ai cru discerner une sorte de morale : parfois on se fait de fausses idées sur l’opinion des autres envers soi. Avec Tsukuru, j’ai revu le personnage de Tengo de 1Q84, qui ne sait pas bien ce qu’il veut dans la vie à part quelques satisfactions matérielles simples, et qui essaie de se trouver une identité (mais bloque face à ce rejet d’adolescence). J’avoue que les différences culturelles entre la France et le Japon m’ont peut-être empêchée de comprendre le livre. J’ai l’impression que le rejet est une chose très exacerbée au Japon et que la difficulté d’intégration dans un système où faire comme les autres est la norme, doit être compliqué. Le sujet n’est donc pas très joyeux, il y a beaucoup de longueurs, mais ce sont les passages fantastiques qui m’ont le plus dérouté : parfois le personnage ne sait plus qui il est, et il lui semble plausible qu’il ait pu faire certaines choses dont il ne se souvient pas. Il y a également une scène de sexe issue d’un rêve du personnage principal, complètement ubuesque et dont j’ai eu du mal à trouver la place dans l’histoire. Bref, j’ai mené ma lecture jusqu’au bout, mais j’en suis ressortie abasourdie. Je ne suis pas sûre de retenter l’expérience…

Le diable danse à Bleeding Heart Square, Andrew Taylor : J’ai lâché ce livre au bout de 50-100 pages ! J’ai été attirée par la couverture et le résumé mystérieux, mais je me suis pas mal ennuyée. L’intrigue met beaucoup trop de temps à se mettre en place avec de nombreux personnages dont il faut retenir les noms. Le rythme est lent et on a envie parfois de réaliser des coupures tellement certains passages sont inutiles. L’enquête policière menée en même temps que la nouvelle vie de Lydia chez les pauvres, est plutôt lente à se mettre en place aussi. Et je n’ai pas accroché du tout au personnage principal malgré un début prometteur : une jeune épouse des beaux quartiers qui se fait battre part son mari et qui essaie de gagner son autonomie en habitant chez son père dans les bas quartiers, alors qu’elle n’a jamais travaillé. J’ai quand même lu les dernières pages pour connaître le meurtrier de la vieille dame disparue en début d’histoire et je pense que je n’aurais jamais deviné, tellement peu d’indices laissaient deviner son identité. Mise à part ces points négatifs, les seuls aspects positifs que j’en retiens sont une description assez précise et prenante de la vie des gens pauvres fin 1930 dans Londres et la montée du fascisme dont j’avais déjà eu un aperçu à travers la série TV Peaky Blinders. Mais cela ne m’a pas pour autant donné envie d’aller plus loin. Une très grosse déception.

Ceux que je n’ai pas lus

Comme je l’ai expliqué plus haut, je n’étais plus très motivée par la lecture de ces livres mais je compte les recaser dans d’autres challenges à venir. Par exemple, Y aura-t-il trop de neige à Noël ? sera parfait pour le Projet Ombre ou le prochain Hohoho challenge car c’est un recueil de nouvelles de Noël. Le tome 2 du Passageur d’Andoryss pourra coller au prochain Pumpkin Autumn Challenge car il évoque des fantômes. Je vais aussi parler du Manuel du Steampunk lors de ma Session de Mai de mon projet Steampunk consacrée aux guides et livres fondateurs du Steampunk. Bref, j’aurai l’occasion de les lire à un autre moment de l’année, tout n’est pas perdu 🙂

Mes résultats pour ce challenge

Sur les 12 livres que comprenait ce challenge, j’ai lu 5 livres + 2 livres hors PAL et j’ai abandonné une lecture. Je m’en tire avec une moyenne de 7 livres et demi ! Je pense faire mieux l’année prochaine avec plus de lectures doudous comme des romans feel Good ou des romances qui me semblent assez adaptées à ce challenge et la période qui l’accompagne. Je remercie les créatrices du projet, A book and a cup et Disorder Reef pour le mal qu’elles se sont données et j’espère qu’elles continueront l’année prochaine !

Publié dans Veille littéraire du net

And my watch begins #25

Au sommaire de cette veille littéraire du net : plusieurs challenges littéraires pour bien commencer l’année, mon retour sur Les chroniques de Bridgerton, un podcast sur Hayao Miyazaki, un article sur Stephen King et ses adaptations de livres au cinéma, un concours d’écriture sur la romance, une créatrice de créatures magiques

L’article de la semaine

Sur Actualitté, j’ai repéré fin décembre un article amusant traduit du New York Times, dans lequel Stephen King donnait son avis sur les adaptations en films ou en série de ses livres. J’ai ainsi appris que le Maître du Fantastique détestait la version de Shining réalisée par Stanley Kubrick, et le film Tommyknockers de John Power. J’ai découvert que la série Under the Dome a été arrêtée parce que CBS qui produisait le show voulait du remplissage pour tenir ses cases horaires… Bref, quelques anecdotes bien sympathiques agrémentées des bande-annonces des films pour te donner l’envie de revoir certains films comme ça, la version de 1980, emblématique et la préférée de l’auteur.

Cela a été aussi l’occasion pour moi de découvrir qu’il y avait des adaptations que je ne connaissais pas, comme celle de Mr Mercedes, visiblement assez confidentielle aux Etats-Unis, même si elle est de qualité. Ou encore de Castle rock par Canal + en série, dont la deuxième saison n’a pas abouti au grand regret de King. Si tu aimes le Fantastique et Stephen King cela pourra t’intéresser. 🙂

La série TV du moment

J’en parlais dans ma watch #24 avant les fêtes, La Chronique des Bridgerton est LA série à ne pas rater sur Netflix en ce moment si tu aimes l’univers de Jane Austen et Gossip Girl. Je l’ai regardé en deux jours pendant les vacances de Noël et j’en suis ressortie mitigée.

En soi, c’est un très bon divertissement. La série bénéficie de somptueux décors intérieurs et extérieurs dont la ville anglaise de Bath, théâtre de la vie aristocratique et de certains romans de Jane Austen. Les costumes sont magnifiques pour certains, un peu exagérés pour d’autres mais toujours très pimpants. Il ne faut pas considérer la série dès le départ comme une reconstitution historique fidèle de l’époque régence, mais plutôt comme une uchronie qui s’en inspire. Ce qui explique que les costumes ne sont pas d’époque et que la reine est noire. Car c’est un autre des points forts de la série : proposer des héros qui sont noirs et plusieurs couples interraciaux parfaitement assortis. C’est plutôt rare, et cela se justifie aussi dans la fiction : La reine noire a épousé le roi blanc et les anciens esclaves se sont vus attribuer des titres et monter les échelons de l’aristocratie dans cette Régence uchronique. J’ai trouvé cela plutôt ingénieux. Un autre point fort est l’enquête pour deviner qui est Lady Whistledown, sorte de corbeau narrant les potins de l’aristocratie dans des gazettes digne de Voici, et influençant par ses commérages l’avenir de certaines familles bien nées. Certains passages sont drôles, d’autres plus dramatiques. Pour finir, la fratrie Bridgerton est intéressante car chacun a une personnalité propre, dont les frères tiraillés entre devoir et envies ou une soeur versée dans la libération féminine.

Cependant, malgré une qualité de réalisation et le plaisir que cela m’a procuré, j’ai tiqué sur certains détails comme des scènes de sexe qui n’en finissent pas dans un ou deux épisodes, nous faisant plonger dans un Cinquante Nuances de Grey pour adolescents. J’ai aussi peu apprécié l’intrigue aux grosses ficelles qui nous est servie autour de l’histoire d’amour des deux héros et surtout le thème du féminisme abordé pas très finement par la soeur de l’héroïne et l’héroïne elle-même. On sent qu’il s’agit bien d’une adaptation de livres de la Collection Aventures et Passion chez J’ai lu.

En conclusion, si tu as envie de regarder cette série, prend la comme un divertissement et rien d’autre, tu t’amuseras bien. Si par contre, tu es fan de reconstitution historique, passe ton chemin, tu vas faire une crise cardiaque !

Les challenges littéraires du mois

De nombreux challenges littéraires ont fleuri depuis le 1er janvier, aussi j’ai dû faire un choix pour t’en proposer quelques uns auxquels je vais participer par la suite :

Le Projet Ombre, qui prend la relève du projet Maki, centré sur la lecture de Nouvelles, novella et novelettes. Il est mené par la blogueuse et écrivain Manon d’Ombremont du blog Ombrebones. Le but est de mettre en avant et de lire le plus de nouvelles possibles en un an. Il n’y a pas de menus mais quatre paliers en fonction de l’objectif que l’on souhaite atteindre : L’ombre du Palmier, L’ombre à la douzaine, Le doublé de l’ombre et L’ombre acharnée. Des missions mensuelles agrémentent le challenge si l’on est joueur sur des thématiques de lecture : lire une nouvelle de Science-Fiction, ou qui parle du Carnaval ou du cirque, ou d’un auteur/rice francophone, etc… L’ensemble du challenge est complété par un concours pour gagner des livres en lien avec le nombre de lectures et les missions réalisées. Le challenge se valide par diffusion d’une chronique sur sa lecture ou un commentaire sur un réseau social littéraire (ex : Babelio, livraddict…) et en signalant sa lecture sur un google form prévu par Manon afin de compter les points. Si le challenge t’intéresse, tu peux t’inscrire sur le blog d’Ombrebones en déposant un commentaire sous son article de présentation qui recense les détails que je n’aurais pas mentionnés. Manon a également réalisé un article qui recense les éditeurs de nouvelles si tu ne sais pas où les chercher. Le challenge début le 3 janvier 2021 et se termine le 3 janvier 2022.

Le challenge des Littéravores organisé par Justine, fondatrice du club Lecture Les littéravores, sur le blog Un coin de bouquin se déroule également sur une année. Mais il n’est pas question de mettre en avant un genre. Il s’agit plutôt de s’amuser autour de thématiques littéraires et de sortir de sa zone de confort de lecture. Le challenge s’articule autour de 100 idées de lecture allant d’un genre, à un thème ou encore des trucs farfelus comme « Un livre dont la page 100 finit par un point » ou « un livre trouvé dans une cabane à livres ». Il comporte deux niveaux de difficultés : mettre un livre dans plusieurs catégories ou dans une seule. Tu dois choisir le nombre de livres que tu penses lire dans l’année sur la base de ces 100 propositions pour te donner une idée de palier à atteindre. Je le trouve intéressant car les thèmes sont faciles et il permet par la suite d’être croisé avec son bilan de lectures annuelles. En plus, Justine propose un tableau excel récapitulatif avec les 100 thèmes du challenge pour suivre tes lectures ! Pas besoin d’inscription pour ce challenge, mais tu peux laisser un commentaire sur son article de présentation et tagguer #Challengeleslitéravores si tu publies sur Instagram pour lui faire un peu de pub. 😉

Enfin, j’ai découvert sur Instagram plusieurs challenges de lectures jeunesse qui s’adressent à des enfants, des parents d’enfants ou des enseignants (je ne sais pas trop à vrai dire). La plupart des challenges proposent des thématiques de lecture d’albums ou de livres jeunesse mensuelles et sur toute l’année. Il y a le challenge 52 albums jeunesse de Labibliodegabichou, mené par l’instagrammeuse et ancienne libraire Lamousme pour son fils « Gabichou » avec 52 propositions d’albums jeunesse et trois à quatre thèmes par mois. Mais aussi le défi #Lireenmaternelle2021 par les instagrammeurs LecturesdeKik et Lespetitsliserons orienté aussi sur 52 semaines, avec 4 à 5 thèmes par mois. Il est spécialisé pour les classes de maternelles car Lespetitsliserons est enseignante. Enfin, le challenge 1 mois/1 thème 2021 de l’instagrammeuse Chuutpetitslecteursoccupés propose comme son nom l’indique un thème de lecture par mois autour de la littérature jeunesse pour les 0-10 ans.

Pour ma part, n’ayant pas d’enfants, et n’étant ni enseignante ni bibliothécaire en contact direct avec le public, je vais participer aux deux premiers challenges mentionnés. Attends-toi à voir apparaître mes PAL dans les prochains articles. Cela te donnera peut-être des idées de lecture !

Le podcast de la semaine

France Culture consacre une série de 4 podcasts autour de la philosophie des films d’animations japonais Hayao Miyazaki. Il s’agit d’expliquer un peu le sens et l’inspiration de certains films du Maître de l’animation japonaise comme Ponyo sur la falaise, Porco Rosso, Princesse Mononoké et Nausicaä.

Dans chaque podcast, un invité différent est convié afin de décrypter un peu les films à travers le prisme de la philosophie, ponctué d’extraits audios des films. On y abordera des thèmes transversaux à l’oeuvre de Miyazaki : la transformation, l’animisme, l’écologie, la nature humaine, l’amour de l’Europe et du Japon…

Mais ce sera l’occasion aussi d’aller plus en détails dans l’analyse : Ponyo est une version revisitée de la Petite Sirène qui évoque l’écologie des mers, Porco Rosso aborde le fascisme italien et l’amour de Miyazaki pour les avions…

J’ai découvert que chaque détails des films étaient réfléchis comme l’utilisation du parapluie par Totoro comme instrument de musique, ou le bruitage qui apporte l’ambiance particulière.

J’ai trouvé dans le premier podcast que l’analyse du philosophe invité était très juste : Miyazaki nous propose des films qui peuvent avoir une vision japonisante avec une recherche d’un mode de rapport équilibré à la nature qui renoue avec l’animisme. Mais aussi une vision universelle, car ses films réussissent à nous toucher, au-delà du côté animisme, avec l’introduction d’éléments européens notamment ou les réflexions sur la nature humaine.

Chaque podcast dure 58 à 59 minutes chacun et est disponible jusqu’au 29 avril 2021 pour le premier podcast. Je t’invite à t’arrêter à la minute 53 en général, pour éviter d’écouter le journal de la philosophie, si cela ne t’intéresse pas.

Le concours d’écriture du moment

Si tu écris actuellement une romance, le concours organisé par les éditions Harper et Collins / Harlequin et sa Collection&H, pourrait t’intéresser ! Pour participer, ton histoire devra comporter les éléments suivants :

  • Etre une romance et avoir une fin heureuse (mais aussi quelques obstacles)
  • Il doit appartenir au sous-genre New Adult (=avec des héros âgés entre 25 et 35 ans)
  • Le manuscrit doit comprendre entre 300 000 et 500 000 signes.
  • Et il doit être envoyé avant le 15 mars sur le site de Harper et Collins, rubrique Manuscrits.
  • L’objet de l’email doit être « Concours Serieously »

Qui a-t-il à gagner ? Tout simplement une publication de ton histoire en version papier ou numérique chez l’éditeur Harper et Collins / Harlequin ! Alors si tu as l’envie et l’inspiration, n’hésite pas à participer ! 🙂

L’artiste de la semaine

J’ai fait la connaissance de la boutique Le Petit Peuple Caché la semaine dernière, via l’illustratrice Juliette Amadis (dont je t’ai déjà parlé dans une veille précédente). Il s’agit d’une créatrice de petites créatures magiques réalisées en pâte polymère qui débute sur Etsy, mais qui propose déjà un univers amusant et sympa, agrémenté d’histoires sur ses personnages. Ses réalisations ont l’air de qualité et ont de bons retours sur sa boutique.

Sur sa page instagram, elle a commencé à raconter l’histoire de chacun de ses personnages, tout en décrivant son entreprise et c’est très amusant. Tu apprendras ainsi concernant les champignons que « Pour accéder au rang de Maître, le Chiampi se doit de commettre un fait d’arme approuvé par le Manitou Suprême de sa Confrérie, entraînant par conséquent divers incidents et catastrophes «  (extrait du post sur les champignons). Ou encore que le Gragül, mi-troll mi-gnome est « plutôt affectueux et timide malgré sa tête de bouledogue patibulaire… »

Personnellement, je suis très fan de ses pousses de bébé mandragores qui sont absolument mignonnes et des champignons Maîtres Chiampis espiègles !

Si son travail t’intéresse, n’hésite pas à consulter sa page Instagram ou sa boutique Etsy. 😉

Voilà, ma veille est terminée. N’hésite pas à m’indiquer en commentaire tes propres trouvailles pour la beauté du partage. Si tu as raté mes autres watch, tu peux les retrouver ici.

Galette des rois et challenges littéraires,

A.Chatterton

Publié dans On joue ?

Le challenge de Noël : Le Ho Ho Ho Challenge !

Voici venir l’Hiver et je me lance dans un nouveau Challenge littéraire dédié à Noël ! Tout nouveau, tout beau, voici le Ho Ho Ho Challenge plein de chocolat chaud, de neige et (entre autres) de romances de Noël, histoire d’égayer un peu cette fin d’année morose. Tu ne connais pas ? Viens, je t’explique !

Qu’est-ce que le Ho Ho Ho Challenge ?

Evoqué dans ma veille #23, il s’agit d’un challenge littéraire centré sur Noël et la saison de l’Hiver. Il a été créé cette année par les blogueuses et bookstagrameuses A Book and A cup et Disorder Reef, comme une alternative au traditionnel Cold Winter Challenge.

Ce challenge a lieu du 1er décembre 2020 au 28 février 2021 et comprend les trois menus suivants, composés chacun de 4 sous-catégories :

Tous les livres sont autorisés, il n’y a pas de restriction sauf quand cela est proposé dans le menu (ex : romance de Noël).

Le challenge comprend aussi des actions bonus à réaliser en plus des lectures comme décorer sa bibliothèque, réaliser des biscuits de Noël, etc… En voici la liste :

Un compte Instagram a été créé pour suivre le challenge et répondre aux questions des participants, avec le Hashtag #Hohohochallenge. Des nouvelles régulières et des live sont organisés pour proposer des suggestions de PAL depuis son lancement. Tu peux aussi consulter la vidéo de lancement réalisée par A book and a cup si tu souhaites plus d’informations.

Les blogueuses organisent un concours à l’issue du challenge pour faire gagner 50 euros de livres. Dans le cadre du concours, un système de points a été mis en place pour valider le challenge, mais tu n’es pas obligé de l’utiliser si tu participes uniquement au challenge et pas au concours.

J’ai choisi de réaliser ce challenge après être sortie d’un Pumpkin Autumn Challenge un peu morose, dans l’espoir d’être un peu plus positive en cette fin d’année. Lire des romans légers et amusants est un bon moyen de me changer les idées et de m’ouvrir à d’autres univers, au lieu de mes histoires-qui-font-réfléchir habituelles.

Je trouve que je lis beaucoup trop de romans de l’imaginaire sérieux parce que j’y trouve un intérêt réflexif. Mais parfois, il faut aussi savoir lâcher prise. C’est bon pour le cerveau !

Ma Pal pour ce challenge

Voici la liste des livres que je prévois pour ce challenge avec leurs résumés et des raisons pour lesquelles je les ai choisis. J’ai essayé de diversifier ma PAL, mais il y a quand même beaucoup de romans.

Menu Froid Polaire

Let it snow (un livre dont le titre contient un mot hivernal : froid, neige, flocon, etc…)

Y aura-t-il trop de neige à Noël ?, collectif Teamromcom, éditions Charleston

Résumé : 12 nouvelles drôles et romantiques pour un Noël magique ! C’est le soir du réveillon. Catherine a oublié le brie aux truffes, Valentine est coincée dans la cabine d’essayage d’un grand magasin, déguisée en mère Noël. Pauline déprime en Toscane, seule et célibataire. À New York, le Dr Sam Miller se rend à un énième rencard de Noël organisé par sa sœur Imogene. Nina se retrouve enfermée chez elle, sous les toits de Montmartre, avec un inconnu et Audrey est en garde à vue pour avoir manifesté contre un abattoir. Tous ces personnages ont un point commun : malgré les apparences, ils vont passer le réveillon le plus féerique de leur vie !

Mon choix : Un recueil de nouvelles par le collectif TeamRomCom composé de plusieurs autrices connues comme Marie Vareille, je me devais d’essayer. Je l’ai acheté en ebook sur Emaginaire.com, suite à une promo et un gros craquage. Le titre fait un peu Kitch, mais je sens que je vais bien m’amuser.

Frisson glacial (un livre qui vous donne froid dans le dos : thriller, policier)

Le diable danse à Bleeding Heart Square, Andrew Taylor, éditions le Cherche Midi

Résumé : A Londres, en 1934, Lydia Langstone fuit la société aristocratique et son mari violent pour une petite pension de famille. Elle tente de renouer avec une vie plus modeste et plus indépendante. Elle se trouve rapidement confrontée à d’étranges événements : une disparition inexpliquée, un rôdeur autour de la maison, etc.

Mon choix : Ce livre, je l’ai récupéré auprès d’un membre de mon Club Lecture, qui souhaitait le donner. J’ai craqué pour la magnifique couverture, puis pour son intrigue qui m’a donnée envie d’en savoir plus. Il s’agit d’un thriller sur fond historique dont l’action se déroule en Angleterre. Je lis peu de policiers, mais je suis prête à prendre le risque !

Banquise Arctique (un roman en pleine nature : forêt, océan,etc…)

L’année de grâce, Kim Liggett, Casterman

Résumé : « Personne ne parle de l’année de grâce. C’est interdit. Nous aurions soi-disant le pouvoir d’attirer les hommes et de rendre les épouses folles de jalousie. Notre peau dégagerait l’essence pure de la jeune fille, de la femme en devenir. C’est pourquoi nous sommes bannies l’année de nos seize ans : notre magie doit se dissiper dans la nature afin que nous puissions réintégrer la communauté. Pourtant, je ne me sens pas magique. Ni puissante. » Un an d’exil en forêt. Un an d’épreuves. On ne revient pas indemne de l’année de grâce. Si on en revient.

Mon choix : ce roman young adult fantastique me fait de l’oeil depuis peu. Je n’arrête pas de le voir sur Instagram et j’ai l’impression que ce sera une histoire comme dans le film Le Village. Mais je peux me tromper. Du suspense, peut-être de la magie, et beaucoup de mystères …

Moment Hygge (un livre cocooning qui réchauffe le coeur et le corps)

L’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage, Haruki Murakami, éditions Belfond

Résumé : Depuis le mois de juillet de sa deuxième année d’université jusqu’au mois de janvier de l’année suivante, Tsukuru Tazaki vécut en pensant presque exclusivement à la mort. À Nagoya, ils étaient cinq amis inséparables. L’un, Akamatsu, était surnommé Rouge ; Ômi était Bleu , Shirane était Blanche et Kurono, Noire. Tsukuru Tazaki, lui, était sans couleur. Tsukuru est parti à Tokyo pour ses études ; les autres sont restés. Un jour, ils lui ont signifié qu’ils ne voulaient plus jamais le voir. Sans aucune explication. Lui-même n’en a pas cherché. Pendant seize ans, Tsukuru a vécu comme Jonas dans le ventre de la baleine, comme un mort qui n’aurait pas encore compris qu’il était mort. Il est devenu architecte, il dessine des gares. Et puis Sara est entrée dans sa vie. Tsukuru l’intrigue mais elle le sent hors d’atteinte, comme séparé du monde par une frontière invisible. Vivre sans amour n’est pas vivre. Alors, Tsukuru Tazaki va entamer son pèlerinage. À Nagoya. Et en Finlande. Pour confronter le passé et tenter de comprendre ce qui a brisé le cercle.

Mon choix : Quand on lit Haruki Murakami, on tombe dans un univers étrange, cotonneux, mélancolique mais qui vous enveloppe comme un édredon qu’on n’aimerait garder. Il y a un an, j’ai lu la trilogie 1Q84 et j’avais à la fois détesté les longueurs mais adoré les livres, sans me l’expliquer pourquoi. J’ai eu envie de retrouver cette sensation en essayant un autre livre du romancier japonais dont je connais à présent les techniques d’écriture après avoir disséqué son autobiographie. Un nouveau voyage avec un personnage qui m’emmènera dans plusieurs pays. J’ai hâte !

Menu Féérie des fêtes

Magie des fêtes (un livre avec des êtres du folklore hivernal)

L’inventaire mondial des lutins, Pierre Dubois, éditions Hoëbeke

Résumé : Qui n’a pas rêvé de partir à la recherche des Lutins ? Essayer de les débusquer, découvrir leur biotope, les identifier, les regarder évoluer? Le mieux pour cela serait d’avoir un guide pratique qui se glisserait dans une poche. C’est la prétention de cet Inventaire mondial des Lutins. Tout savoir en quelques lignes sur leur habitat, leur nourriture, leur aspect, leurs moeurs et leurs activités peut en effet être utile pour ne pas commettre de bévues et s’assurer que la rencontre éventuelle se fera dans de bonnes conditions. Certains peuvent se montrer susceptibles voire carrément hostiles et ce que vous imaginiez être un instant féerique pourrait se transformer en cauchemar. Ne sortez donc jamais sans lui. A la manière d’une flore, plus de 80 espèces sont répertoriées dans cet ouvrage abondamment illustré, agrémenté de doubles thématiques précisant leurs origines, une carte pour les localiser, et autres surprises.

Mon choix : voici un documentaire jeunesse/ encyclopédie d’êtres merveilleux que j’ai dans ma PAL depuis trois ans au moins. Acheté aux Imaginales, j’avais espéré voir Pierre Dubois, l’elficologue à l’origine de ce petit chef d’oeuvre, pour une dédicace. Malheureusement, cela n’a pas été possible et de dépit, j’ai remisé le livre dans ma bibliothèque. Ce n’est pas le livre le plus connu de l’auteur, mais il rentre tout à fait dans le thème : je vais découvrir tous les secrets des lutins de Noël, de tous les pays !

Lumières enchantées (Un livre avec une couverture qui brille : dorures, paillettes)

Le passageur tome 2, le journal et le serpent, Andoryss, éditions Lynks

Résumé : C’est bientôt Noël et les enfants Soler ont déménagé à Paris. Mais entre cartons et fantômes, les vacances de Matéo ne vont pas être un cadeau. Ce n’est pas comme si une âme affamée particulièrement puissante l’avait convoqué au cœur de l’été 41, en pleine occupation nazie. Pas comme si cette âme, incontrôlable, jetait des ponts à travers le temps, pour l’envoyer en mission dans sa propre époque auprès d’une camarade de classe pas comme les autres. Pas comme si cette dernière avait aux trousses des types dangereux. Non vraiment, Matéo n’est pas prêt de se reposer. Et ça, c’est sans compter un ennemi bien plus banal et insidieux qui menace sa propre sœur…

Mon avis : Je n’ai pas pu trouver d’exemplaire pour le mettre dans ma PAL du Pumpkin Autumn Challenge malgré une forte envie de le lire. J’avais déjà chroniqué le tome 1 : Le journal et le serpent et j’étais restée sur ma faim. Je vais pouvoir à nouveau retrouver Matéo, ses fantômes, ses voyages dans le temps grâce au tome 2 trouvé à la bibliothèque pour ce challenge ! Je pense que la lecture ne sera pas facile au vu des sujets abordés déjà dans le tome 1 (= discrimination envers les gitans, père violent, décès de la mère et de la soeur), mais je suis prête à prendre le risque.

Village en fête ( Un livre qui vous en mets plein les yeux : Illustrations, roman graphique, visuel…)

Le manuel du steampunk, Jeff Vandermeer, Bragelonne

Résumé : Il a suffi de quelques années au mouvement rétrofuturiste du steampunk pour devenir une source d’inspiration majeure dans les domaines de la Fantasy et de la science-fiction. Beaucoup attribuent sa popularité à son caractère artisanal et à ses créations aux antipodes de la technologie et de l’esthétique minimaliste de notre société. Fondamentalement, le steampunk consiste à fabriquer quelque chose de ses mains, à s’inspirer du passé en gardant un esprit innovant. Conçu par deux spécialistes du genre, Desirina Boskovitch et Jeff VanderMeer, cet ouvrage superbe et très complet offre de nombreux conseils et sources d’inspiration aux lecteurs souhaitant explorer cette culture riche et fertile. A travers des chapitres consacrés à l’art, la mode, l’architecture, l’artisanat, la musique, aux spectacles et à l’écriture, le manuel steampunk est un guide théorique et pratique destiné à motiver et à impressionner les passionnés débutants tout comme les créateurs acharnés.

Mon choix : J’ai ce livre dans ma PAL depuis au moins 6 ans, mais je n’ai jamais pris vraiment le temps de le lire vraiment. C’est un documentaire pratique et esthétique sur le mouvement steampunk dans son ensemble. J’ai souvent feuilleté les pages car c’est un très beau livre : il est rempli d’illustrations splendides, la couverture et la tranche sont dorées, la reliure est au fil. J’ai même son grand-frère : la Bible du Steampunk qui subit le même sort. Le fait est que je fais partie du mouvement steampunk depuis 8 ans et qu’il était temps de réparer cette infamie ! Par ailleurs, j’ai un projet en lien avec ce livre dont je parlerai ultérieurement, donc je n’ai pas le choix. Je vais devoir mettre mes goggles et m’atteler à cette lecture !

Feu d’artifice de fin d’année (un roman explosif : romance, guerre, post-apo, fusée, coup de coeur, etc…)

Brexit Romance, Clémentine Beauvais, éditions J’ai lu

Résumé : Juillet 2017. Marguerite Fiorel, 17 ans, jeune soprano française, se rend à Londres avec son professeur Pierre Kamenev, pour chanter dans Les noces de Figaro. Ils croisent Justine Dodgson, créatrice d’une start-up secrète nommée Brexit romance dont l’objectif est d’organiser des mariages blancs entre Français et Anglais, afin que ceux-ci obtiennent le passeport européen.

OU Les chevaliers du tintamarre, Raphaël Bardas, éditions Mnémos

Résumé : Silas, Morue et Rossignol rêvent d’aventures et de grands faits d’armes tout en vidant chope de bière sur chope de bière à la taverne du Grand Tintamarre, qu’ils peuvent à peine se payer. Alors que Morguepierre devient le théâtre d’enlèvements de jeunes orphelines et que des marie-morganes viennent s’échouer sur ses plages, les trois compères se retrouvent adoubés par un vieux baron défroqué et chargés de mener l’enquête. Les voilà lancés sur les traces d’un étrange spadassinge, d’un nain bossu et d’un terrible gargueulard, bien décidés à leur mettre des bâtons dans les roues… et des pains dans la tronche.

Mon choix : Je sais. Tu te dis que je me suis trompée. Il y a deux livres dans cette catégorie. Le fait est que je n’arrive pas à me décider entre ces deux pépites humoristiques. Entre la romance et le médiéval fantastique mon coeur balance. Donc je me suis dit, soyons fous ! Allons y pour deux livres et advienne que pourra ! Et si je n’ai pas lu l’un des deux, j’aurai au moins validé la catégorie.

Noël à 200%

Deck the Hall (Un livre avec une couverture rouge ou verte)

Age tendre, Clémentine Beauvais, Sarbacane

Résumé : La présidente de la République ayant décidé que tout élève doit accomplir une année de service civique entre sa troisième et sa seconde, Valentin a posé ses voeux. Malheureusement pour lui, ils n’ont pas été respectés et l’adolescent est envoyé dans un centre pour personnes âgées atteintes d’Alzheimer, situé dans le Pas-de-Calais, conçu pour ressembler à un village des années 1960.

Mon choix : Encore Clémentine Beauvais ? Oui, Madame ! Je découvre l’auteure, donc j’ai décidé de lire plusieurs de ses bouquins pour le challenge. Et franchement, le résumé donne envie de se taper des barres de rire, non ?

Mon beau sapin (un livre avec un sapin sur la couverture)

Noël à la petite boulangerie, (tome 3 de La petite boulangerie du bout du monde), Jenny Colgan, éditions Prisma

Résumé : Polly Waterford ne voit pas le temps passer… Sa petite boulangerie l’occupe du matin au soir, au désespoir d’Huckle, son compagnon, qui rêve de profiter d’une simple grasse matinée avec elle. À l’approche des fêtes de fin d’année, Huckle rêve aussi d’un Noël en amoureux, bien au chaud dans leur grand phare, avec leur petit macareux Neil. Mais quand Kerensa débarque à Mount Polbearne pour dévoiler à sa meilleure amie un terrible secret sur son passé, Polly voit soudain son avenir s’assombrir. D’autant que la révélation de Kerensa menace la belle histoire qu’elle a construite avec Huckle. Jusqu’à présent, Polly a toujours réussi à surmonter les épreuves en cuisinant. Pourtant, cette fois-ci, préparer de bons petits pains risque de ne pas suffire à la sortir d’affaire. Polly est-elle prête à affronter son passé ? Réussira-t-elle à remettre sa vie sur de bons rails pour passer un joyeux Noël auprès de ceux qu’elle aime ?

Mon avis : Difficile de trouver un roman avec un sapin sur la couverture ! Il me fallait du roman feel good dans ma PAL, donc j’ai opté pour Jenny Colgan, où miracle, il y a un sapin sur le tome 3 de sa série La petite boulangerie du bout du monde. Je pense lire les deux premiers tomes si j’ai peur d’être larguée. En plus cela va parler de pâtisseries…

Le royaume du Père Noël (un conte/ une légende de Noël)

Le Solstice spécial de William Longway, Morgan of Glencoe (nouvelle de Noël extraite de l’univers du roman Dans l’Ombre de Paris, lu par l’auteure).

Mon choix : ce n’est pas un roman papier, ni un ebook, mais un conte de Noël en vidéo sur plusieurs épisodes que l’auteure Morgan of Glencoe a publié l’an dernier en décembre comme un calendrier de l’Avent. J’avais trouvé que c’était une bonne idée mais je n’avais pas tout écouté. Je vais pouvoir rattraper mon retard. L’histoire se déroule dans l’univers de la trilogie Dans l’Ombre de Paris et peut spoiler certains éléments pour ceux qui ne l’ont pas lus. Mais pour ceux qui l’ont déjà lu, c’est une bonne manière de rester dans l’univers sous un autre format, genre lecture au coin du feu. J’ai chroniqué le premier tome et je vais bientôt chroniquer le second, si cela t’intéresse. 😉

Love is all around (une romance de Noël)

Noël et préjugés, collectif Teamromcom, éditions Charleston

Résumé : Noël, cette fête qu’on adore détester ou qu’on déteste adorer ! Réunion familiale ou tête-à-tête ratés, de Paris à New-York en passant par l’Italie, on peut y vivre des crush ou des clash, qu importe ! Et si la figure tutélaire de Jane Austen vient y apporter sa petite touche de magie pour faire basculer les situations les plus inextricables, l’esprit de Noël promet d’être au rendez-vous !

Mon choix : Encore des nouvelles de Noël de la TeamRomCom… mais autour de Jane Austen ! Je suis faible, ma passion pour l’auteure anglaise m’a emportée. J’espère que cela sera aussi amusant que l’autre tome de ma PAL semble l’être.

Voilà pour ce challenge et ma PAL. J’espère t’avoir donné des idées si toi aussi tu participes au Ho ho ho challenge ! N’hésite pas à m’indiquer en commentaire si tu connais certains titres ou lesquels tu aurais choisi pour ce challenge.

Sucre d’orge et pain d’épice,

A.Chatterton

Publié dans Veille littéraire du net

And my watch begins #23

Au sommaire de cette veille littéraire du net : un article détaillé sur la place des autrices dans les prix littéraires de l’imaginaire, un site de BD gratuites, un podcast sur Disney, deux concours pour gagner des livres, deux challenges littéraires d’hiver et un marché de Noël steampunk virtuel.

L’article de la semaine

L’article de la semaine provient du blog Chut maman lit ! Rédigé par la blogueuse Anne-Laure, il évoque la place des autrices dans les Prix littéraires de l’Imaginaire en France et à l’Etranger et part de ce constat : Pourquoi les femmes apparaissent en minorité parmi les nominés des Prix ? Est-ce parce qu’elles écrivent moins bien que les hommes ou existe-t-il une discrimination que l’on ignore à ce sujet ?

J’ai beaucoup apprécié la lecture de cet article car il est extrêmement bien documenté. Anne-Laure a passé du temps à étudier les principaux prix littéraires de l’imaginaire français, britanniques, belges et américains entre 2000 et 2019. Elle a établi des statistiques à partir du nombre d’auteures présentes dans chaque prix et à partir de ces constats a proposé des hypothèses. L’article est ouvert à la discussion et invite à la réflexion. S’il t’intéresse, je t’invite à aller le lire en détail. Peut-être auras-tu d’autres hypothèses à proposer ?

Un article du même genre sur la place de la littérature noire ou LGBTQI+ serait aussi intéressant à lire pour se rendre compte des disparités. Si tu en connais un, je suis preneuse !

Le site d’ebook gratuit à aller consulter

Je suis abonnée aux newsletters d’Actualitté et hier, un article évoquait un site qui met en avant les publications de bande-dessinées tout en soutenant les auteurs de bd qui ne trouvent pas de maison d’édition pour être publiés en version papier. Il s’agit de Bayday. Le site reverse 70% du prix des oeuvres présentes dans leur catalogue aux auteurs, ce qui est assez généreux comparé à une maison d’édition classique.

J’ai visité le site, et j’y ai trouvé des bande-dessinées payantes.. et des gratuites, qui sont facilement consultables sur ordinateur, tablette ou smartphone. Le site a dernièrement procédé à des ajustements techniques pour rendre la lecture plus fluide.

Les auteurs du catalogue possèdent des styles et genres très différents, mais pour lire ou télécharger les BD, il te faudra créer un compte. Pour autant, on peut regarder les trois premières pages de chaque livre pour se donner une idée du contenu, ce qui est top. Je trouve que ce concept est une initiative formidable pour soutenir les auteurs et je t’invite à aller y faire un tour si tu es en panne de lectures. 😉

Le podcast du moment

Dans mon club lecture, on parle de livres… mais aussi de Podcasts ! Il y a peu, j’évoquais mon dernier achat de Phantom Manor à la Boutique Disney avec Babitty du blog Histoire Naturelle de Bibliophile et membre du club. Elle m’a parlé d‘un podcast consacré aux fans de Disney et leur communauté et j’ai eu envie d’en savoir plus…

Ce podcast intitulé Community Manager et présenté par Guillaume Natas, propose à chaque épisode de présenter une communauté à la marge qui a un fonctionnement et des règles assez particulières. Il existe déjà plusieurs épisodes dont un sur les fans d’Indochine, de poupées Reborn, de Second Life, etc…

Pour revenir au podcast Disney Fans, un monde à parcs, j’ai appris un tas de trucs sur : la manière dont la grande firme américaine propose un marketing, des accès privilégiés et un voyage différent à sa communauté, des fans qui sont vraiment très documentés sur le parc et les films, des collections de pin’s improbables, des passages secrets dans le parc connus seuls des fans… Bref, on part d’un livre sur une attraction de manoir hanté et on se retrouve à plonger au coeur d’une communauté de passionnés… tout ça pour expliquer pourquoi ce foutu livre est souvent en rupture de stock !

Sinon, j’ai passé 28 minutes passionnantes et pour le coup, cela m’a donné envie de retourner à Disneyland, juste pour vérifier des trucs énoncés dans le podcast… 😀

Les concours instagram de la semaine

Les éditions Mnémos te proposent de gagner un exemplaire du tome 2 de la série Charlotte Bousquet Shahra intitulé Les voiles d’Azara jusqu’à dimanche 29 novembre. Le concours est en ligne sur la page Facebook, le compte Instagram et le compte Twitter de Mnémos. Il suffit de s’abonner à un de leurs compte, de liker la publication et d’inviter deux amis en commentaire pour participer. Je te conseille de réaliser l’opération sur les trois comptes, si tu en possède trois, afin d’optimiser tes chances. 🙂

Sur le compte Instagram de Les lectures de Morgane, tu peux remporter un roman de Noël format poche jusqu’au 2 décembre. Pour gagner, il faut s’abonner à son compte, inviter des amis en commentaire sur sa publication et partager son concours en story en l’identifiant. Bonne chance à toi ! 🙂

Les challenges littéraires de la saison

On arrive en Hiver et la saison des fêtes de Noël. Et en ce moment mon coeur balance entre deux challenges littéraires :

Il y a le Cold Winter Challenge repris par la blogueuse l’Enluminée pour cette année 2020, centré sur l’Hiver en général, qui aura lieu du 1er décembre au 28 février. Il comprend 5 menus dont un menu bonus. Chaque menu comprend 3 sous-catégories. Il se valide par paliers en fonction du nombre de ses lectures. Au programme : du cocooning, de l’Hiver, de la romance de Noël, de la mythologie, du féminisme, de l’écologie, du thriller, etc… Il existe un groupe Facebook de discussion pour le challenge et un salon Discord. Si tu souhaites plus de détails, je te renvoie vers la vidéo de présentation de l’Enluminée.

Si tu préfères rester dans la thématique de Noël, tu peux essayer le tout nouveau Ho Ho Ho Challenge créé par les blogueuses A book and a cup et Disorder Reef, qui aura lieu aussi du 1er décembre au 28 février. Il comprend 3 menus avec 4 sous-catégories. Au programme : de l’Hiver, du thriller, du Nature Writing, du cocooning, du folklore de Noël, du beau-livre, des couleurs de Noël, du conte de Noël, de la romance de Noël, des films de Noël, de la cuisine de Noël… Le challenge comprend des actions à réaliser en lien avec Noël en plus des lectures. Il existe un compte Instagram spécialement dédié au challenge où tu peux retrouver les menus. Un concours sera organisé pour gagner 50 euros de livres sur ce compte Insta en lien avec tes lectures. Si le challenge t’intéresse, je te renvoie vers la vidéo de A book and a cup pour les détails. 😉

Je n’ai pas encore décidé lequel de ces challenges je vais essayer. C’est la première fois que je réalise un challenge en Hiver et j’hésite vraiment entre les deux. Je proposerai une PAL quand je me serai décidée dans ma publication de mercredi. 😉

L’évènement virtuel du weekend

Je ne sais pas si tu te souviens, mais je suis fan de littérature Steampunk. Or, ce weekend aura lieu le premier salon de Noël Virtuel steampunk organisé par le site Steampunk.fr !

Pendant deux jours, un live Facebook est organisé sur la page de l’évènement avec pleins d’activités : émissions littéraires sur romans et bd steampunk, jeux steampunk en direct, présentation de créateurs steampunk, et même un concert !

J’avais déjà évoqué les jeux steampunk dans ma veille #10, si tu souhaites en apprendre un peu plus avant le live, sur la manière d’affronter quelqu’un avec une tasse de thé ou une ombrelle. Ce sera l’occasion peut-être de voir des démonstrations en vidéo.

Une bonne manière de découvrir l’univers et des créateurs pour envisager quelques cadeaux de Noël !

Voilà, ma veille est terminée. N’hésite pas à m’indiquer en commentaire tes propres trouvailles pour la beauté du partage. Si tu as raté mes autres watch, tu peux les retrouver ici.

Bonnet de Noël et tasse de thé,

A.Chatterton

Publié dans Veille littéraire du net

And my watch begins #18

Au sommaire de cette veille littéraire du net : Trois concours pour gagner des livres, deux événements littéraires LGBT+, des box pour bien profiter de l’automne, un challenge d’écriture collaborative, un challenge littéraire amusant, une vidéo témoignage sur les débuts d’auteures connues en maison d’édition, un article choc sur Amazon et ses clubs lecture.

L’article de la semaine qui fait réfléchir 

Hier matin, lors de ma veille pro quotidienne, je suis tombée sur un article d’Actualitté qui évoquait le lancement de clubs de lecture par Amazon USA. L’information me semblant bizarre, j’ai cliqué ( oui, je suis un pigeon) et j’ai découvert avec effroi que le géant du commerce souhaitait effectivement lancer un nouveau service de club lecture qui pourrait concurrencer la plateforme Goodreads (l’équivalent américain de Babelio).

Or, Amazon possède Goodreads. N’est-ce pas un peu étrange de proposer un service qui existe déjà dans une autre filiale que l’on possède ? Pas si l’on considère que Goodreads, malgré sa prédominance du marché du réseau social littéraire est une grosse machine pleine de dysfonctionnements avec des recommandations sans queue ni tête.

Alors qu’apporte de plus ce nouveau service Amazon ? Rien de plus que des listes de livres à acheter. Quand un algorithme remplace un libraire, ce n’est pas forcément pour le meilleur. Et n’oublions pas que même si l’idée de créer son club de lecture sur Amazon reste séduisante, cela contribue une fois de plus à récupérer vos données à des fins commerciales.

La question que je me pose est de savoir si quelqu’un peut arriver à concurrencer le géant pour vendre des livres, maintenant qu’il dispose d’un réseau social littéraire de la taille de Facebook pour les liens d’affiliation et qu’il propose ce nouveau service ? Il y aurait un renforcement des propositions de librairies indépendantes à réaliser en France,  et peut-être un développement des clubs lectures par d’autres biais à mettre en avant.

Si le fonctionnement de ce club lecture Amazon t’intéresse, voici la FAQ américaine du futur service pour te faire une idée.

Les événements littéraires de la semaine

                         

Ce weekend a lieu le Festival Fantastiqueer à Strasbourg. En fait, ça a commencé hier, mais je m’en suis aperçue trop tard… Sur trois jours, tu pourras découvrir des auteurs LGBT+ de romans SFFF avec des rencontres, un atelier d’écriture, un atelier GN, une soirée jeux de rôle, etc… Le festival devait être plus élaboré mais pour des raisons sanitaires, le plus gros des activités est reporté à juin 2021. C’est donc en petit comité qu’il est maintenu. Pour plus de détails, je te renvoie au site dédié. Le petit + : le site du festival héberge une bibliothèque  qui recense les romans de SFFF à tendance LGBT+, en partenariat avec la Rainbowthèque, site collaboratif dont je t’ai déjà parlé. Tu peux soumettre des livres si tu souhaites participer au projet.

Autre événement en lien avec la communauté LGBT+ : Y/Men, la convention spécial Yaoi, le manga (érotique) gay se tiendra le 26 septembre prochain à Lyon. Pour 6 euros, tu pourras accéder à de nombreux jeux et quizz prévus sur place, un défilé cosplay, des ateliers créatifs, un karaoké géant, et des tables-ronde autour du manga incluant des sujets hot ! Si tu souhaites plus d’informations, je t’invite à consulter le programme de la convention.

Le challenge d’écriture du moment

Vu sur Instagram, sur le compte de Violainejaneau, un challenge d’écriture commune est en cours sur les réseaux sociaux, lancé par la blogueuse Jenniferdainaart. Le principe est simple : Jennifer a rédigé le premier chapitre et lancé le synopsis : il s’agit d’écrire une histoire autour d’une jeune femme réalise la réalité d’un monde magique lorsqu’elle hérite d’une mystérieuse clé au décès de son oncle.

26 auteures se sont inscrites pour continuer l’histoire chapitre par chapitre pendant tout le mois de septembre. A chaque fois, elles publient leur morceau d’histoire sur un post instagram dans la zone texte, en citant l’auteure précédente et la suivante pour qu’on puisse suivre l’histoire. Le post doit être court : 300 mots et il y a quelques règles à respecter que Jennifer a énoncé en Story.

A la fin du mois, le texte est réuni sur le compte de Jennifer et on y apporte quelques corrections si j’ai tout saisi. Pendant tout le challenge, les participants peuvent aussi échanger via un serveur Discord.

Si le sujet t’intéresse, je t’invite à suivre son projet et le texte du mois de septembre. Et si tu veux participer, il reste de nombreuses places pour le mois d’octobre dont l’histoire est la suivante : A l’approche de Samhain après une séance de spiritisme avec ses amis, un jeune homme est retrouvé mort chez lui. Bon challenge !

Les concours de la semaine

           

Beaucoup de concours sur Instagram cette semaine !

Si tu aimes la littérature contemporaine, la Kube box t’invite à gagner l’ensemble des romans sélectionnés pour le prix Goncourt de cette année, soit 15 livres !  Pour cela, il suffit de s’inscrire à leur jeu concours sur leur site internet et de le partager pour multiplier tes chances d’être tiré au sort. Le concours se termine mercredi 30 septembre.

Si tu préfères les romans gothiques, je te conseille le concours organisé par Livres enchantés sur son compte Instagram en partenariat avec les éditions Noir d’Absinthe. Pour fêter ses 4k abonnés, la blogueuse te propose de gagner un ebook de la maison d’édition. Pour cela, il suffit d’être abonné à son compte instagram et à celui de Noir d’Absinthe et de partager le concours dans sa story en la mentionnant. Les modalités se trouvent actuellement dans la story instagram de la blogueuse et le concours se termine d’ici 6 jours.

Enfin, si tu n’as pas d’idées précises, mon ancien binôme du challenge des alliés, Shury Lecture te propose de gagner le ou les livres de ton choix parmi ceux de sa bibliothèque. Il te suffit d’indiquer en commentaire de son post instagram ce qui t’intéresse. Pas de contrepartie à prévoir. Le tirage au sort aura lieu le 8 octobre et le jeu est ouvert à la France et la Belgique. 🙂

La vidéo de la semaine

La Charte des auteurs de littérature jeunesse lance une série de vidéos sur les femmes auteures. A travers 5 vidéos de 8 minutes, 8 auteures répondent à la question : Être une femme est-il un point de difficulté dans la pratique de son métier d’autrice ? Pour le moment deux vidéos sont en ligne sur le compte youtube de la Charte : Les débuts et Les difficultés. Voici la première vidéo pour te faire une idée :

Le sujet est intéressant car il est peu abordé, mais les discriminations liées au genre existent même dans le métier d’auteure. J’ai trouvé pertinent le choix des femmes interrogées car elles sont de milieux, couleur, âge et styles complètement différents. Certaines écrivent pour la jeunesse, d’autres pour les adultes, d’autres encore de la BD. Une série à suivre !

Les box de la saison

         

Je ne sais pas pour toi, mais en automne j’aime bien l’ambiance cocooning et quoi de mieux qu’un bon thé associé à une tablette de chocolat pour se remonter le moral quand il pleut dehors ? Bon, en ce moment, c’est plutôt la canicule. Mais j’anticipe sur les mauvais jours.

J’ai offert récemment une box spéciale chocolat noir à ma petite maman pour son anniversaire et j’ai trouvé l’offre tellement top que je souhaitais en parler. Il s’agit de la box Raconte moi un chocolat. J’ai pris la formule trois mois pour 70 euros environ. Elle comprend un envoi de trois tablettes de chocolats noirs différents par mois, accompagnés d’un fascicule explicatif sur l’origine des tablettes. Il y a une formule mensuelle à 20 eur et une autre également sur 6 mois. On reçoit le colis par voie postale directement chez soi. De quoi craquer avec un bon livre ! Ma mère est ravie et j’envisage de me prendre un abonnement moi aussi.

Pour se réchauffer, il y a aussi la thé Box, une box entièrement dédiée au thé et accompagnée de douceurs. Les boîtes sont jolies et à thématique : cuisine, jardin japonais, maison de famille, etc…Tu peux l’offrir ou te faire un cadeau. Pour cela, il existe plusieurs abonnements : 3 mois (65.70 euros), 6 mois (125 euros)… et tu reçois une box chaque mois comprenant 30 thés différents, quelques biscuits, des goodies comme des marque-pages ou des cartes, et un cahier de saveurs comprenant des recettes. Bref, je pense la commander pour passer mes soirées d’automne sous mon plaid devant la cheminée. Je ne sais pas pour toi, mais je me lasse souvent de mes thés et je suis très curieuse d’en découvrir de nouveaux. Cette box est un bon moyen de satisfaire ma curiosité.

Peut-être connais-tu ces box ? Si oui, n’hésite pas à me faire un retour en commentaire. 🙂

Le challenge littéraire du moment

Après le Mois Américain et le Pumpkin Autumn Challenge 2020 (je te renvoie vers mes PAL associées car je participe aux deux), j’ai découvert le #Challengefoireux sur le compte instagram de la Foire du livre de Bruxelles.

Mais qu’est-ce que c’est que ce truc me diras-tu ? C’est un challenge littéraire qui prend les autres à contre-pied en inventant trois types de livres à lire chaque mois, toujours dans l’objectif de te faire diminuer ta PAL.

Pour le mois de septembre, il faudra lire : un livre dont l’intrigue se situe dans un autre pays, un livre recommandé par un ami, et un livre que tu aurais dû lire pour l’école.

J’ai trouvé l’idée amusante et je pense réaliser mes propres challenges foireux pour les mois à venir. Peut-être même que je vais l’inclure dans ma version du Bookopoly que je prépare pour l’année 2021 pour les cartes chance. Affaire à suivre…

Si le challenge t’intéresse, je te renvoie au hashtag associé sur Instagram afin de retrouver les posts des mois précédents. Peut-être souhaiteras-tu créer les tiens ? N’hésite pas à me faire des propositions en commentaire. 😉

Tu l’auras remarqué, il n’y a pas d’article sur un artiste cette semaine. Je n’avais pas d’idées. Ce sera pour la prochaine veille ! 😉

Ma veille littéraire du net se termine. N’hésite pas à m’indiquer en commentaire tes propres trouvailles pour la beauté du partage. Si tu as raté mes autres watch, tu peux les retrouver ici.

Thé et plaid tout doux,

A.Chatterton

Publié dans On joue ?

Le challenge littéraire de l’automne : Pumpkin Autumn Challenge 2020

Voici venir l’automne et le retour de mon challenge littéraire préféré : le Pumpkin Autumn Challenge ! Et pour cela j’ai prévu une PAL de dingue que je t’invite à découvrir…

Mais qu’est ce que le Pumpkin Autumn Challenge ? 

Le PAC (pour les intimes), est une création de la blogueuse Guimause Terrier. Il s’agit d’un challenge littéraire sur le thème de l’Automne et d’Halloween qui se déroule de début septembre à fin novembre. Il est constitué de menus qui sont cette année, au nombre de trois : Automne des enchanteresses, Automne Frissonnant et Automne douceur de vivre. Chaque menu est constitué de 4 catégories avec des thèmes et des mot-clés pour t’aider dans le choix de tes lectures.

Pour valider ce challenge, tu as plusieurs options : lire un livre associé à chaque catégorie de chaque menu, lire deux catégories par menus, te contenter d’un seul menu… c’est toi qui détermine la manière dont tu veux t’approprier ce challenge.

Voici les règles en images ainsi que les menus de cette année : 

Tu peux aussi retrouver la présentation du challenge 2020 par Guimause en vidéo sur sa chaîne Youtube, ainsi que des idées de lecture avec sa PAL. Le challenge se relaie sur instagram et facebook avec le Hashtag #PAC2020 ou #PALDUPAC2020 ou encore #Pumpkinautumnchallenge2020

Quelle est ma Pile A Lire pour ce challenge ?

Comme je participe déjà au Mois Américain en septembre, j’ai décidé de commencer le Pumpkin Autumn Challenge début octobre, pour mieux profiter des deux challenges. Aussi, j’ai dû revoir un peu ma pile de livres que j’avais sélectionnée cet été pour l’occasion. 

J’ai également revu les thématiques des romans que j’avais sélectionnés au départ à cause du nouveau menu : l’automne des enchanteresses, absent au challenge de l’an dernier, et qui m’a donné bien du fil à retordre, notamment dans la catégorie Sarah Bernhardt, un monstre sacré. J’aime le théâtre, mais je préfère le voir sur scène plutôt qu’en lire. Donc je me suis focalisée sur la notion d’Art.

Contrairement à l’an dernier, j’ai décidé de trouver un livre pour chaque catégorie de chaque menu. Je suis ambitieuse pour cette édition 2020 ! Même si je ne pense pas tout lire, je me dis que j’aurai des idées de lecture pour l’an prochain et le PAC 2021. 

Mes choix se sont portés prioritairement sur des petites maisons d’édition ou des livres peu connus afin de sortir de ma zone de confort mais aussi de vous les faire découvrir.

Sans plus attendre, voici ma PAL :

Automne Frissonnant

Je suis Médée, vieux crocodile ! (trahison, thriller, policier, horreur, épouvante)

Les aventures occultes de Lady Bradsley, Olivier Saraja, éditions du 38

Mon choix : Une aventure avec une Indiana Jones féminine avec des histoires de fantômes, voilà qui m’a semblé idéal. J’avais d’autres idées avec des romans portés sur la thématique de l’horreur, mais j’ai décidé de les recaser dans une autre catégorie. Et cela me donne l’occasion de découvrir la maison d’édition du 38.

Résumé : Lady Bradsley est une jeune veuve douée de talents particuliers : elle parle aux morts, elle décrypte les souvenirs qui imprègnent les lieux qu’elle visite. Que ce soit au service de la Couronne britannique, du British Museum ou encore pour ses intérêts personnels, elle sillonne le monde du début du XXe siècle, en proie aux rivalités coloniales entre l’Angleterre, la Belgique et la France, pour résoudre les mystères occultes qui s’offrent à elle. Mais tandis que le spectre de la première guerre mondiale se profile, comment gérera-t-elle sa malédiction personnelle ? En effet, Lady Bradsley est elle-même hantée par Henry, le fantôme de son mari, dont l’amour est si fort qu’il transcende les frontières entre les mondes.

Les chimères de la Sylve rouge (gothique, vampire, créature de la nuit)

La maison de Londres, Lydie Blaizot, éditions du Petit Caveau

Mon choix : L’intrigue m’a fait énormément penser au film et à la série de vampire What we do in the shadows qui évoque une coloc de vampires. Ce ne sera peut-être pas identique, mais le clin d’oeil est là. Et je découvre également les éditions du Petit Caveau, orientés gothique.

Résumé : Londres, 1895. Ruppert Haversham, Arthur Ruterford et Hubert Michel, trois vampires aux caractères aussi différents que marqués, tentent de vivre normalement malgré la malédiction dont ils s’estiment victimes. Affiliés à la puissante Maison de Londres, ils se retrouvent chargés de l’éducation d’un nouveau collègue, Donald Crump. Malheureusement, ce dernier se révèle être une véritable calamité qui va mettre en péril l’organisation dont il est censé faire partie. Par sa faute, la guerre avec la Maison de Cardiff prend des proportions alarmantes et ses camarades sont contraints de rattraper ses bêtises.

Les supplices de la Belladone (livre à couverture noire)

Le syndrôme de la Malemort, Esther Brassac (Octavie d’Urville t2), éditions Le Chat Noir

Mon choix : J’ai déjà lu le tome 1 de la série et j’avoue m’être bien amusée. Octavie est une fée passemuraille maigrichonne qui n’arrive pas à grossir. Et elle est amoureuse d’un vampire par-dessus le marché ! Une saga très drôle avec quand même quelques rebondissements savoureux.

Résumé : « Parfois, croiser les doigts, c’est utile. Du moins, c’est ce qu’on dit et Octavie applique cette thérapie avec détermination. Seulement, voilà, les ennuis continuent de s’enchaîner. Et pas un ou deux, non ! Des bataillons entiers qui s’approchent en rangs serrés. Oui, parce que sinon, ça serait trop facile. Les Supranaturels londoniens meurent comme des mouches, victimes d’un étrange syndrome. Et comme si ça ne suffisait pas, Arthur de Strangewell, l’archivampire ressuscité par Swann, adopte un comportement aberrant. Difficile à vivre quand on sait qu’il représente le principal espoir contre la menace des extrémistes humains. Heureusement, tout n’est pas négatif. Octavie s’apprête à fêter son anniversaire. Même avec des mois de retard, c’est une bonne occasion d’oublier le désastre de sa vie. Reste un dernier point noir : James, le charmant et mystérieux rouquin dont elle est amoureuse, va-t-il répondre à son invitation ? »

Esprit es-tu là ? (fantôme, fantôme du passé, famille, historique, classique)

Ce qui hante les bois, Dawn Kurtagich, éditions du Chat Noir

Mon choix : J’avoue, ma PAL comprenait au moins 5 livres d’horreur pour ce challenge et je n’ai réussi à en caser que deux. J’ai envie de frissonner pendant le mois d’Octobre, que voulez-vous ?! Ce roman était déjà dans ma PAL lors d’un challenge précédent, aussi j’aimerais beaucoup le lire cette fois-ci. On verra si les frissons seront au rendez-vous.

Résumé : Fuyant un père qui les maltraite, Silla et Nori arrivent à « La Baume », le manoir de leur tante, une vieille bâtisse couleur de sang. Pour la première fois, les deux sœurs se sentent enfin en sécurité. Mais peu à peu une sombre réalité se dévoile… Le bois qui entoure la propriété n’est-il pas trop silencieux ? Tant de questions restent sans réponse : qui est cet homme que seule Nori peut voir ? Tante Cath n’est-elle pas en train de sombrer dans la folie ? Et pourquoi les arbres semblent-ils se rapprocher ?

Automne douceur de vivre

Il fait un temps épouvantail ! (Halloween, Samhain, Automne)

La Santa Muerte, Justine Robin, (L’apprentie Faucheuse tome 2), éditions le Héron d’Argent

Mon choix : J’ai déjà lu et chroniqué le tome 1 de cette série en deux volumes : L’apprentie Faucheuse, Rouge sang et noir corbeau dans le cadre du PLIB2020. J’avais envie de connaître la suite, et comme je trouvais difficile de trouver un livre pour cette catégorie, il m’a semblé logique d’inclure un clin d’oeil à la fête des morts mexicaine. Pari tenu donc, tout en découvrant un nouveau volume de la maison d’édition Le Héron d’argent.

Résumé : S’il ne doit rester qu’une dernière chose dans ce monde, ce sera nous. Ce sera la Mort?! » Le Sanctuaire n’est désormais plus que ruines. Chassées par les Semeurs de Vie, les Faucheuses ont soif de vengeance. Mais les ennemis d’Amélia et de Rain sont légion…Que dissimule véritablement cette attaque soudaine contre l’ordre du trépas ? Que désire exactement la Santa Muerte, cette mystérieuse entité macabre mexicaine qui semble tant s’intéresser à la faucheuse rouge ? L’étau se resserre. Les langues se délient. Les rivalités font rage et les trahisons sont nombreuses.Existe-t-il des secrets plus dangereux que ceux de la Mort ?

Siroter un chocolat chaud sous les saules (anthropomorphisme, Enfance, feel good, cocooning)

Feux follets, Mandragore et cadavre frais, Ariel Holzl, (Fingus Malister tome 1),Rageot jeunesse

Mon choix : Pour cette catégorie, je me suis concentré sur le mot Enfance car je souhaitais lire deux livres sur les sorcier(e)s. Il s’agit également d’un coup de coeur lecture car écrit par Ariel Holzl, l’auteur des Soeurs Carmines, que j’ai adorées. J’en attends une bouffée d’air frais dans le challenge et une bonne dose d’humour noir.

Résumé : « Préparez une soupe de mandragore avec 120 g de sève de mandragore et 80 g d’or des fous. Mélangez les ingrédients dans un bocal à élixir et faites mijoter une journée à feu follet. Une fois la soupe terminée, il suffit de la répandre sur tout cadavre frais pour qu’il revienne à la vie en quelques minutes. Et le rituel de zombification est accompli ! » Apprenti seigneur maléfique, Fingus Malister sait comment il va éblouir les jurés de sa future académie de magie. Mais il a besoin de l’aide d’une sorcière plus têtue que lui…

Retrouve ma chronique à son sujet ici 🙂

Fafnir ton assiette sinon pas de piécette ! (Créatures légendaires et fantastiques, petit peuple, féérie, conte, légende, Mythe)

Trois contes de fantômes, Guy de Maupassant, illustré par Camille Garoche, éditions Soleil

Mon choix : Hasard des choses, Guimause présente aussi ce livre dans sa PAL. J’avais repéré les illustrations magnifiques de Camille Garoche cet été et relire du Maupassant m’a semblé judicieux car il excelle dans le genre fantastique. Qui plus est, ce sera rapide à lire.

Résumé : Trois contes de fantômes propose trois nouvelles fantastiques écrites par Guy de Maupassant, choisies et illustrées par Camille Garoche, véritable orfèvre du papier découpé. Apparition s’intéresse à une histoire étrange survenue au marquis de la Tour-Samuel, alors qu’il était âgé d’une vingtaine d’années, et qui le hante depuis… Le Tic est le récit d’un père, affligé d’un tic singulier, qui raconte les mystérieuses raisons qui incitent sa fille à porter un gant à la main gauche… Enfin, La Mort nous immerge dans les souvenirs du narrateur dont la femme est morte, lorsque d’étranges phénomènes se produisent…

A window to the past (Sorcier, sorcière, magie, SFFF)

Waterwitch, Alex Bell, éditions du chat noir

Mon choix : Un livre de sorcière avec une malédiction qui fait froid dans le dos ! Comme j’ai déjà lu Le Phare au Corbeau de Rozenn Ilianno dans le même genre, je me suis laissée tentée par celui-ci. Les éditions du Chat Noir sont une valeur sûre pour l’horreur et le gothique.

Résumé : Certaines malédictions deviennent de plus en plus puissantes avec le temps… Suite à un accident, Emma a perdu l’usage de ses jambes. Sept ans plus tard, l’adolescente revient en Cornouailles, sur les lieux du drame : l’auberge familiale du Waterwitch, gérée par sa grand-mère mourante. Ce bâtiment a été construit avec le bois d’une épave, celle d’un navire au passé trouble, maudit raconte la légende. Parmi les sombres secrets qui hantent l’auberge se cachent des fantômes du passé. Et l’un d’eux est particulièrement en colère.

Automne des enchanteresses

Les rêves d’Aurore (LGBTQI+, militantisme)

Félin, histoires plurielles, collectif, Yby éditions

Mon choix : Dur de trouver un livre dans cette catégorie, car je lis peu d’ouvrages de militantisme ou LGBT. J’avais déjà présenté la nouvelle Derniers Battements de Emrys aux éditions Yby, spécialisés LGBT. Donc, j’ai décidé de retenter l’expérience. Cela tombe à pic : ils m’ont proposé ce recueil de nouvelles en service presse. Donc je vais faire une pierre deux coups avec ce challenge. 

Résumé : Miaou miaou miaou ! Pour ceux·elles qui ne parlent pas le chat, et n’ont donc pas compris Fripon, ceci est un recueil de nouvelles polyfélin. Cet ouvrage ne contient pas de croquettes. Vous y trouverez, en revanche, un seigneur dragon, une poisse incommensurable, des griffons guerriers, un shamisen mélodieux, des sorcières féministes, un détective en Marilyn Monroe, des souvenirs perdus, des dieux égyptiens en colère, une réincarnation inattendue, des ocelots aux yeux vairons et des croissants sur un banc. Les héros·ïnes de ces histoires, félidés ou non, vous emmèneront dans des aventures à vous hérisser le poil, qui vous feront peut-être feuler d’angoisse, mais surtout ronronner de plaisir.

Retrouve ma chronique à ce sujet ici 😉

Sarah Bernardt, monstre sacré (Dramaturgie, pièce de théâtre, Arts)

Grimoire de sorcières, Benjamin Lacombe et Sébastien Perez

Mon choix : Je n’aime pas lire de théâtre, je préfère assister à des pièces. Alors je me suis concentrée sur le mot Art et j’ai sorti un beau-livre de ma bibliothèque que je n’ai jamais lu. En plus d’être beau, j’en apprendrai plus sur les sorcières célèbres et cela me fera une pause lecture dans ce challenge.

Résumé : Ce beau-livre développe, chapitre par chapitre l’histoire et les légendes autour de sorcières illustres, le tout magnifiquement illustré par Benjamin Lacombe. Une oeuvre d’art sublime !

Retrouve ma chronique à ce sujet ici 😉

Les écailles de mélusine (Féminisme, transformation, Métamorphose)

Peau d’homme de Hubert et Zanzim, éditions Glénat

Mon choix : En plus de coller à tous les mots de la catégorie, Peau d’homme est une BD qui me fait beaucoup envie depuis sa sortie pour le message qu’elle véhicule. Je verrai s’il est possible de l’emprunter en bibliothèque. Sinon, je me rabattrai sur Mortal Song de Megan Crewe aux éditions du Chat Noir. Une histoire de métamorphose dans un japon féodal magique.

Résumé : Dans l’Italie de la Renaissance, Bianca, demoiselle de bonne famille, est en âge de se marier. Ses parents lui trouvent un fiancé à leur goût : Giovanni, un riche marchand, jeune et plaisant. Le mariage semble devoir se dérouler sous les meilleurs auspices même si Bianca ne peut cacher sa déception de devoir épouser un homme dont elle ignore tout. Mais c’était sans connaître le secret détenu et légué par les femmes de sa famille depuis des générations : une « peau d’homme » ! En la revêtant, Bianca devient Lorenzo et bénéficie de tous les attributs d’un jeune homme à la beauté stupéfiante. Elle peut désormais visiter incognito le monde des hommes et apprendre à connaître son fiancé dans son milieu naturel. Mais dans sa peau d’homme, Bianca s’affranchit des limites imposées aux femmes et découvre l’amour et la sexualité.La morale de la Renaissance agit alors en miroir de celle de notre siècle et pose plusieurs questions : pourquoi les femmes devraient-elles avoir une sexualité différente de celle des hommes ? Pourquoi leur plaisir et leur liberté devraient-ils faire l’objet de mépris et de coercition ? Comment enfin la morale peut-elle être l’instrument d’une domination à la fois sévère et inconsciente ?

Mon avis est à retrouver ici 🙂

Nausicäa de la vallée du vent (nature writing, écologie, nature, Post-apocalyptique)

Sauvage de Jamey Bradbury, éditions Galmeister

Mon choix : J’ai eu envie de Nature Writing pour changer un peu de la Fantasy et du Gothique. Ce roman est parfait pour cela, en ajoutant bien sûr une point de fantastique.

Résumé : À dix-sept ans, Tracy Petrikoff possède un don inné pour la chasse et les pièges. Elle vit à l’écart du reste du monde et sillonne avec ses chiens de traîneau les immensités sauvages de l’Alaska. Immuablement, elle respecte les trois règles que sa mère, trop tôt disparue, lui a dictées : «ne jamais perdre la maison de vue», «ne jamais rentrer avec les mains sales» et surtout «ne jamais faire saigner un humain». Jusqu’au jour où, attaquée en pleine forêt, Tracy reprend connaissance, couverte de sang, persuadée d’avoir tué son agresseur. Elle s’interdit de l’avouer à son père, et ce lourd secret la hante jour et nuit. Une ambiance de doute et d’angoisse s’installe dans la famille, tandis que Tracy prend peu à peu conscience de ses propres facultés hors du commun.

Quoi d’autre autour du challenge ?

Si tu n’as pas d’idées pour ta PAL, tu peux rejoindre le groupe Pumpkin Autumn Challenge sur Facebook. On y discute beaucoup livres. Sinon, il y a le groupe moins officiel : Pumpkin Autumn Challenge, ça discute consacré aux recettes, idées déco et boissons chaudes à déguster pendant l’automne pour accompagner le challenge.

Personnellement, je compte réaliser un nouveau quizz spécial Halloween d’ici Octobre comme l’an dernier, histoire de pimenter ma soirée d’Halloween entre amis.

J’ai aussi envie de constituer une liste de films d’horreur à voir pour la Toussaint, et j’ai commencé à réaliser des sucreries : confiture de Figue, roulés à la cannelle, Tchai Latte… afin d’accompagner mon challenge en douceur. 

Et qui sait, peut-être qu’on pourrait combiner ce challenge avec un bingo pour des actions autour de nos lectures afin de pimenter tout ça ? Mais je m’emballe peut-être un peu trop… 😉

Citrouille et Chaï Latte,

A.Chatterton