Publié dans Lectures

Le marchand de sable, Nixi Turner contre les Croquemitaines T4, Fabien Clavel, éditions du Chat noir

Retour à Gustave-Caillebotte où Kylian essaie de se rapprocher du Scooby Gang, attiré par la gothique Chora. Un tome qui laisse voir un autre visage du tortionnaire-harceleur de la classe, en lien avec l’adoption. Une lecture agréable et fine dans la psychologie du personnage que j’ai beaucoup appréciée.

Résumé : Kylian aimerait bien rejoindre la bande de Nixi, mais il se rend compte que cela risque d’être compliqué après tout le mal qu’il leur a fait. Il faut dire que pour lui, c’est plus facile de frapper et d’injurier que de se livrer à cœur ouvert. Quand sa mère biologique le contacte, il voit là l’occasion d’être enfin aimé et accepté comme il est.

Mon avis :

Quand le gros dur tombe le masque

Le quatrième tome est centré sur le personnage de Kylian, harceleur d’Hugo et de Nawel dans le premier tome de la série, qui commence à fréquenter le groupe par le biais de Chora. Car le jeune ado en pince pour la miss gothique du Scooby Gang et aimerait percer les mystères qui entourent Nixi…

On découvre un jeune garçon sensible et intelligent malgré son masque de tortionnaire, qui souffre de l’absence de sa mère biologique. Enfant adopté, il est élevé par deux pères homosexuels, avec qui il se sent en décalage car ils sont plus âgés que les parents de ses camarades. Malgré leur amour, il n’arrive pas à combler le vide qu’il ressent en lui, rattaché au fait de ne rien connaître de sa mère.

Son attitude de rebelle va peu à peu s’effacer grâce à l’amour de Chora. Mais les deux ados vont avoir du mal à se comprendre et à se faire confiance… Et la rencontre avec la mère biologique du jeune garçon ne va pas arranger les choses.

Fabien Clavel nous donne à voir un personnage complexe qui prouve que derrière une façade de monstre peut se cacher quelqu’un en manque de contact et d’amour. Kylian éprouve des difficultés à exprimer ses émotions et a peur de l’abandon. Nouer une relation avec Chora va s’avérer compliqué, car même s’il y met beaucoup de bonne volonté, il restera sur la défensive.

Un croquemitaine doué pour la manipulation

Dans ce nouvel opus, le Scooby Gang se rend compte que le secret de l’identité de Nixi est dévoilé et qu’elle est en danger vis à vis de sa mission. Cela donnera lieu à une enquête autour de Jennifer, la cinglée de la classe, qui agit vraiment de façon bizarre…

Le groupe aura aussi affaire à un croquemitaine rusé : le marchand de sable. Il aura recours au mensonge et à la manipulation afin d’atteindre Nixi. La tueuse passera pour un monstre destructeur de familles et le marchand de sable pour un saint. Il faudra toute l’énergie et l’intelligence du groupe pour en venir à bout, et cela ne sera pas aussi facile que prévu car des sentiments entreront en jeu.

A travers ce renversement de situation, on sent que l’auteur essaie de donner une humanité aux monstres malgré leurs mauvaises actions et de faire douter son héroïne. Il est peu courant de se retrouver dans ce cas de figure. Cela apporte au récit un côté non manichéen très intéressant à étudier, même si au final, le monstre reste le méchant de l’histoire.

En conclusion : Un quatrième tome moins centré sur le croquemitaine et sa représentation que sur le personnage de Kylian, la grosse brute en manque d’amour. Fabien Clavel réussit à nous faire ressentir le désarroi d’un enfant adopté qui a tout pour être heureux mais n’arrive pas à trouver le bonheur. Et c’est plutôt réussi.

Publié dans Lectures

Moi, le Minotaure, Sylvie Baussier, éditions Scrineo

Premier tome de la collection « La mythologie vue par les monstres », ce récit raconté par la créature mythique m’a apporté un regard différent sur la légende de Thésée.Voici mon retour sur le Minotaure alias le prince Astérios de Crète…

Résumé : Je suis Astérios, Prince de Crète. Je vis dans un grand palais et mon lit est en or. Mais tout le monde me fuit ! Je viens de découvrir ma véritable apparence : celle d’un enfant à tête de taureau ! On m’appelle désormais le Minotaure. Comment cela a-t-il pu arriver ? Voici mon histoire…

Mon avis :

Où comment naquit le Minotaure…

L’auteure part aux origines du mythe en commençant par l’enfance du monstre afin de nous expliquer comment il est devenu le célèbre Minotaure assoiffé de sang.

Ainsi, nous faisons connaissance avec Astérios, Prince de Crète, fils du Roi Minos et de la Reine Pasiphaé. L’enfant grandit dans la solitude la plus totale, servi par une vieille domestique, rejeté par sa famille sans qu’il sache pourquoi. Ses soeurs Arianne et Phèdre trouvent toujours des prétextes pour l’éviter, sa mère ne lui rend presque jamais visite et tous les domestiques du Palais le fuient.

L’adolescence arrivant, le jeune Prince force les choses et tente de se rapprocher de sa mère pour une banale activité de filage de laine. Mais il surprend une conversation qui le fait douter de sa nature. Il faudra qu’il voit son reflet dans un étang pour comprendre qu’il est différent des autres.

De là, l’enfant cherchera des réponses : qui l’a transformé ? Est-il né ainsi ? Pourquoi le Roi ne veut pas qu’il l’appelle Père et reste froid avec lui ? Pourquoi sa mère, qui semble l’aimer, le fuit ou pleure à sa vue ?

De fil en aiguille, il remontera le fil de l’histoire de ses origines, jusqu’au moment où il est enfermé dans le Labyrinthe : un palais qu’il prendra au départ pour sa nouvelle maison, construite à la demande du Roi, afin de le couronner comme descendant légitime.

Sylvie Baussier introduit quelques éléments fictionnels dans le récit de l’enfance du monstre, mais c’est pour mieux comprendre ce qu’il endure. Elle réalise avec brio l’introspection profonde de l’enfant, dérouté par le comportement des adultes, et qui cherche profondément à se faire aimer des autres. Elle explique aussi brillamment la folie qui s’empare de cet être, à force de solitude et de privations, au sein du labyrinthe, le transformant en monstre.

Monstre ou victime ?

Souvent, dans la mythologie grecque, les enfants paient pour les erreurs de leurs parents. Et c’est ce qui est arrivé au jeune Prince, victime de l’orgueil du Roi Minos.

Tout l’enjeu de cette histoire est qu’Astérios est le fruit d’une erreur du Roi et de la Reine, qu’ils ne peuvent effacer. Son existence leur rappelle cette erreur chaque jour, et la honte qu’elle occasionne, alors que le Prince n’y est pour rien.

Si Minos avait sacrifié comme prévu le taureau envoyé par les Dieux, Poséïdon n’aurait pas insufflé à Pasiphaé de l’amour pour cette bête et le prince ne serait pas né avec des cornes. Minos regrette ce sacrifice manqué et cache son enfant bâtard et difforme car il en a honte. Pasiphaé aime son fils mais elle est faible devant le Roi et ne peut le protéger de sa fureur.

Peut-être que l’histoire du Minotaure aurait été différente s’il avait été accepté pour ce qu’il est et non l’erreur qu’il représente. Ou qu’il ne serait pas né difforme si le Roi avait été moins orgueilleux avec les dieux.

A force d’acharnement contre lui, il est normal que l’enfant, devenu adulte, s’en prenne au monde entier et laisse éclater sa fureur. La description de son enfermement solitaire dans le labyrinthe et la privation de nourriture pour le pousser à manger des humains est particulièrement atroce et pourrait rendre fou n’importe qui. Quoi de plus étonnant qu’il attende la mort comme une délivrance ?

Une partie documentaire très complète

En plus de l’histoire du Minotaure, qui fait une centaine de pages, le roman est accompagné d’une partie documentaire sur la Crète, les origines du Labyrinthe à travers le Palais de Cnossos, les tributs de guerre, les différentes versions de la naissance du monstre et un quizz sur le récit pour tester ses connaissances.

Cette partie documentaire est très intéressante et très simple, mais apporte les éléments essentiels pour compléter l’histoire. Elle conviendra parfaitement aux enfants à partir de 10 ans.

L’auteure explique également sa démarche, ses sources pour écrire le récit et ses choix de récit par rapport à l’histoire initiale. Car il y a peu de récits sur l’enfance du Minotaure, mais beaucoup plus sur son origine et sa rencontre avec Thésée !

J’ai trouvé cette initiative très intéressante, car nous avons souvent affaire aux récits présentant la version « finale » des monstres et la manière dont ils sont tués, mais très peu sur comment ils ont vécu leur difformité et se sont construits. En ce sens, le récit prend une tournure assez moderne car les monstres pourraient être métaphoriquement des criminels, nous expliquant le moment de basculement de leur humanité vers leur monstruosité. Mais je m’avance peut-être un peu…

Pour avoir lu et chroniqué Moi, Ligia, Sirène de la même auteure, je vous conseille de commencer la collection par le récit du Minotaure. L’histoire est beaucoup plus prenante et intéressante, à mon sens.

En conclusion : Un récit court mais riche, qui nous dévoile avec finesse la psychologie du Minotaure et comment s’est construit son mythe. Sylvie Baussier nous invite à rendre à la bête son humanité et nous fait réfléchir sur le véritable monstre de cette histoire. Elle réussit à apporter une touche de modernité à ce récit millénaire. Et c’est une vraie réussite !

Publié dans On joue ?

Le challenge de Noël : Le Ho Ho Ho Challenge !

Voici venir l’Hiver et je me lance dans un nouveau Challenge littéraire dédié à Noël ! Tout nouveau, tout beau, voici le Ho Ho Ho Challenge plein de chocolat chaud, de neige et (entre autres) de romances de Noël, histoire d’égayer un peu cette fin d’année morose. Tu ne connais pas ? Viens, je t’explique !

Qu’est-ce que le Ho Ho Ho Challenge ?

Evoqué dans ma veille #23, il s’agit d’un challenge littéraire centré sur Noël et la saison de l’Hiver. Il a été créé cette année par les blogueuses et bookstagrameuses A Book and A cup et Disorder Reef, comme une alternative au traditionnel Cold Winter Challenge.

Ce challenge a lieu du 1er décembre 2020 au 28 février 2021 et comprend les trois menus suivants, composés chacun de 4 sous-catégories :

Tous les livres sont autorisés, il n’y a pas de restriction sauf quand cela est proposé dans le menu (ex : romance de Noël).

Le challenge comprend aussi des actions bonus à réaliser en plus des lectures comme décorer sa bibliothèque, réaliser des biscuits de Noël, etc… En voici la liste :

Un compte Instagram a été créé pour suivre le challenge et répondre aux questions des participants, avec le Hashtag #Hohohochallenge. Des nouvelles régulières et des live sont organisés pour proposer des suggestions de PAL depuis son lancement. Tu peux aussi consulter la vidéo de lancement réalisée par A book and a cup si tu souhaites plus d’informations.

Les blogueuses organisent un concours à l’issue du challenge pour faire gagner 50 euros de livres. Dans le cadre du concours, un système de points a été mis en place pour valider le challenge, mais tu n’es pas obligé de l’utiliser si tu participes uniquement au challenge et pas au concours.

J’ai choisi de réaliser ce challenge après être sortie d’un Pumpkin Autumn Challenge un peu morose, dans l’espoir d’être un peu plus positive en cette fin d’année. Lire des romans légers et amusants est un bon moyen de me changer les idées et de m’ouvrir à d’autres univers, au lieu de mes histoires-qui-font-réfléchir habituelles.

Je trouve que je lis beaucoup trop de romans de l’imaginaire sérieux parce que j’y trouve un intérêt réflexif. Mais parfois, il faut aussi savoir lâcher prise. C’est bon pour le cerveau !

Ma Pal pour ce challenge

Voici la liste des livres que je prévois pour ce challenge avec leurs résumés et des raisons pour lesquelles je les ai choisis. J’ai essayé de diversifier ma PAL, mais il y a quand même beaucoup de romans.

Menu Froid Polaire

Let it snow (un livre dont le titre contient un mot hivernal : froid, neige, flocon, etc…)

Y aura-t-il trop de neige à Noël ?, collectif Teamromcom, éditions Charleston

Résumé : 12 nouvelles drôles et romantiques pour un Noël magique ! C’est le soir du réveillon. Catherine a oublié le brie aux truffes, Valentine est coincée dans la cabine d’essayage d’un grand magasin, déguisée en mère Noël. Pauline déprime en Toscane, seule et célibataire. À New York, le Dr Sam Miller se rend à un énième rencard de Noël organisé par sa sœur Imogene. Nina se retrouve enfermée chez elle, sous les toits de Montmartre, avec un inconnu et Audrey est en garde à vue pour avoir manifesté contre un abattoir. Tous ces personnages ont un point commun : malgré les apparences, ils vont passer le réveillon le plus féerique de leur vie !

Mon choix : Un recueil de nouvelles par le collectif TeamRomCom composé de plusieurs autrices connues comme Marie Vareille, je me devais d’essayer. Je l’ai acheté en ebook sur Emaginaire.com, suite à une promo et un gros craquage. Le titre fait un peu Kitch, mais je sens que je vais bien m’amuser.

Frisson glacial (un livre qui vous donne froid dans le dos : thriller, policier)

Le diable danse à Bleeding Heart Square, Andrew Taylor, éditions le Cherche Midi

Résumé : A Londres, en 1934, Lydia Langstone fuit la société aristocratique et son mari violent pour une petite pension de famille. Elle tente de renouer avec une vie plus modeste et plus indépendante. Elle se trouve rapidement confrontée à d’étranges événements : une disparition inexpliquée, un rôdeur autour de la maison, etc.

Mon choix : Ce livre, je l’ai récupéré auprès d’un membre de mon Club Lecture, qui souhaitait le donner. J’ai craqué pour la magnifique couverture, puis pour son intrigue qui m’a donnée envie d’en savoir plus. Il s’agit d’un thriller sur fond historique dont l’action se déroule en Angleterre. Je lis peu de policiers, mais je suis prête à prendre le risque !

Banquise Arctique (un roman en pleine nature : forêt, océan,etc…)

L’année de grâce, Kim Liggett, Casterman

Résumé : « Personne ne parle de l’année de grâce. C’est interdit. Nous aurions soi-disant le pouvoir d’attirer les hommes et de rendre les épouses folles de jalousie. Notre peau dégagerait l’essence pure de la jeune fille, de la femme en devenir. C’est pourquoi nous sommes bannies l’année de nos seize ans : notre magie doit se dissiper dans la nature afin que nous puissions réintégrer la communauté. Pourtant, je ne me sens pas magique. Ni puissante. » Un an d’exil en forêt. Un an d’épreuves. On ne revient pas indemne de l’année de grâce. Si on en revient.

Mon choix : ce roman young adult fantastique me fait de l’oeil depuis peu. Je n’arrête pas de le voir sur Instagram et j’ai l’impression que ce sera une histoire comme dans le film Le Village. Mais je peux me tromper. Du suspense, peut-être de la magie, et beaucoup de mystères …

Moment Hygge (un livre cocooning qui réchauffe le coeur et le corps)

L’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage, Haruki Murakami, éditions Belfond

Résumé : Depuis le mois de juillet de sa deuxième année d’université jusqu’au mois de janvier de l’année suivante, Tsukuru Tazaki vécut en pensant presque exclusivement à la mort. À Nagoya, ils étaient cinq amis inséparables. L’un, Akamatsu, était surnommé Rouge ; Ômi était Bleu , Shirane était Blanche et Kurono, Noire. Tsukuru Tazaki, lui, était sans couleur. Tsukuru est parti à Tokyo pour ses études ; les autres sont restés. Un jour, ils lui ont signifié qu’ils ne voulaient plus jamais le voir. Sans aucune explication. Lui-même n’en a pas cherché. Pendant seize ans, Tsukuru a vécu comme Jonas dans le ventre de la baleine, comme un mort qui n’aurait pas encore compris qu’il était mort. Il est devenu architecte, il dessine des gares. Et puis Sara est entrée dans sa vie. Tsukuru l’intrigue mais elle le sent hors d’atteinte, comme séparé du monde par une frontière invisible. Vivre sans amour n’est pas vivre. Alors, Tsukuru Tazaki va entamer son pèlerinage. À Nagoya. Et en Finlande. Pour confronter le passé et tenter de comprendre ce qui a brisé le cercle.

Mon choix : Quand on lit Haruki Murakami, on tombe dans un univers étrange, cotonneux, mélancolique mais qui vous enveloppe comme un édredon qu’on n’aimerait garder. Il y a un an, j’ai lu la trilogie 1Q84 et j’avais à la fois détesté les longueurs mais adoré les livres, sans me l’expliquer pourquoi. J’ai eu envie de retrouver cette sensation en essayant un autre livre du romancier japonais dont je connais à présent les techniques d’écriture après avoir disséqué son autobiographie. Un nouveau voyage avec un personnage qui m’emmènera dans plusieurs pays. J’ai hâte !

Menu Féérie des fêtes

Magie des fêtes (un livre avec des êtres du folklore hivernal)

L’inventaire mondial des lutins, Pierre Dubois, éditions Hoëbeke

Résumé : Qui n’a pas rêvé de partir à la recherche des Lutins ? Essayer de les débusquer, découvrir leur biotope, les identifier, les regarder évoluer? Le mieux pour cela serait d’avoir un guide pratique qui se glisserait dans une poche. C’est la prétention de cet Inventaire mondial des Lutins. Tout savoir en quelques lignes sur leur habitat, leur nourriture, leur aspect, leurs moeurs et leurs activités peut en effet être utile pour ne pas commettre de bévues et s’assurer que la rencontre éventuelle se fera dans de bonnes conditions. Certains peuvent se montrer susceptibles voire carrément hostiles et ce que vous imaginiez être un instant féerique pourrait se transformer en cauchemar. Ne sortez donc jamais sans lui. A la manière d’une flore, plus de 80 espèces sont répertoriées dans cet ouvrage abondamment illustré, agrémenté de doubles thématiques précisant leurs origines, une carte pour les localiser, et autres surprises.

Mon choix : voici un documentaire jeunesse/ encyclopédie d’êtres merveilleux que j’ai dans ma PAL depuis trois ans au moins. Acheté aux Imaginales, j’avais espéré voir Pierre Dubois, l’elficologue à l’origine de ce petit chef d’oeuvre, pour une dédicace. Malheureusement, cela n’a pas été possible et de dépit, j’ai remisé le livre dans ma bibliothèque. Ce n’est pas le livre le plus connu de l’auteur, mais il rentre tout à fait dans le thème : je vais découvrir tous les secrets des lutins de Noël, de tous les pays !

Lumières enchantées (Un livre avec une couverture qui brille : dorures, paillettes)

Le passageur tome 2, le journal et le serpent, Andoryss, éditions Lynks

Résumé : C’est bientôt Noël et les enfants Soler ont déménagé à Paris. Mais entre cartons et fantômes, les vacances de Matéo ne vont pas être un cadeau. Ce n’est pas comme si une âme affamée particulièrement puissante l’avait convoqué au cœur de l’été 41, en pleine occupation nazie. Pas comme si cette âme, incontrôlable, jetait des ponts à travers le temps, pour l’envoyer en mission dans sa propre époque auprès d’une camarade de classe pas comme les autres. Pas comme si cette dernière avait aux trousses des types dangereux. Non vraiment, Matéo n’est pas prêt de se reposer. Et ça, c’est sans compter un ennemi bien plus banal et insidieux qui menace sa propre sœur…

Mon avis : Je n’ai pas pu trouver d’exemplaire pour le mettre dans ma PAL du Pumpkin Autumn Challenge malgré une forte envie de le lire. J’avais déjà chroniqué le tome 1 : Le journal et le serpent et j’étais restée sur ma faim. Je vais pouvoir à nouveau retrouver Matéo, ses fantômes, ses voyages dans le temps grâce au tome 2 trouvé à la bibliothèque pour ce challenge ! Je pense que la lecture ne sera pas facile au vu des sujets abordés déjà dans le tome 1 (= discrimination envers les gitans, père violent, décès de la mère et de la soeur), mais je suis prête à prendre le risque.

Village en fête ( Un livre qui vous en mets plein les yeux : Illustrations, roman graphique, visuel…)

Le manuel du steampunk, Jeff Vandermeer, Bragelonne

Résumé : Il a suffi de quelques années au mouvement rétrofuturiste du steampunk pour devenir une source d’inspiration majeure dans les domaines de la Fantasy et de la science-fiction. Beaucoup attribuent sa popularité à son caractère artisanal et à ses créations aux antipodes de la technologie et de l’esthétique minimaliste de notre société. Fondamentalement, le steampunk consiste à fabriquer quelque chose de ses mains, à s’inspirer du passé en gardant un esprit innovant. Conçu par deux spécialistes du genre, Desirina Boskovitch et Jeff VanderMeer, cet ouvrage superbe et très complet offre de nombreux conseils et sources d’inspiration aux lecteurs souhaitant explorer cette culture riche et fertile. A travers des chapitres consacrés à l’art, la mode, l’architecture, l’artisanat, la musique, aux spectacles et à l’écriture, le manuel steampunk est un guide théorique et pratique destiné à motiver et à impressionner les passionnés débutants tout comme les créateurs acharnés.

Mon choix : J’ai ce livre dans ma PAL depuis au moins 6 ans, mais je n’ai jamais pris vraiment le temps de le lire vraiment. C’est un documentaire pratique et esthétique sur le mouvement steampunk dans son ensemble. J’ai souvent feuilleté les pages car c’est un très beau livre : il est rempli d’illustrations splendides, la couverture et la tranche sont dorées, la reliure est au fil. J’ai même son grand-frère : la Bible du Steampunk qui subit le même sort. Le fait est que je fais partie du mouvement steampunk depuis 8 ans et qu’il était temps de réparer cette infamie ! Par ailleurs, j’ai un projet en lien avec ce livre dont je parlerai ultérieurement, donc je n’ai pas le choix. Je vais devoir mettre mes goggles et m’atteler à cette lecture !

Feu d’artifice de fin d’année (un roman explosif : romance, guerre, post-apo, fusée, coup de coeur, etc…)

Brexit Romance, Clémentine Beauvais, éditions J’ai lu

Résumé : Juillet 2017. Marguerite Fiorel, 17 ans, jeune soprano française, se rend à Londres avec son professeur Pierre Kamenev, pour chanter dans Les noces de Figaro. Ils croisent Justine Dodgson, créatrice d’une start-up secrète nommée Brexit romance dont l’objectif est d’organiser des mariages blancs entre Français et Anglais, afin que ceux-ci obtiennent le passeport européen.

OU Les chevaliers du tintamarre, Raphaël Bardas, éditions Mnémos

Résumé : Silas, Morue et Rossignol rêvent d’aventures et de grands faits d’armes tout en vidant chope de bière sur chope de bière à la taverne du Grand Tintamarre, qu’ils peuvent à peine se payer. Alors que Morguepierre devient le théâtre d’enlèvements de jeunes orphelines et que des marie-morganes viennent s’échouer sur ses plages, les trois compères se retrouvent adoubés par un vieux baron défroqué et chargés de mener l’enquête. Les voilà lancés sur les traces d’un étrange spadassinge, d’un nain bossu et d’un terrible gargueulard, bien décidés à leur mettre des bâtons dans les roues… et des pains dans la tronche.

Mon choix : Je sais. Tu te dis que je me suis trompée. Il y a deux livres dans cette catégorie. Le fait est que je n’arrive pas à me décider entre ces deux pépites humoristiques. Entre la romance et le médiéval fantastique mon coeur balance. Donc je me suis dit, soyons fous ! Allons y pour deux livres et advienne que pourra ! Et si je n’ai pas lu l’un des deux, j’aurai au moins validé la catégorie.

Noël à 200%

Deck the Hall (Un livre avec une couverture rouge ou verte)

Age tendre, Clémentine Beauvais, Sarbacane

Résumé : La présidente de la République ayant décidé que tout élève doit accomplir une année de service civique entre sa troisième et sa seconde, Valentin a posé ses voeux. Malheureusement pour lui, ils n’ont pas été respectés et l’adolescent est envoyé dans un centre pour personnes âgées atteintes d’Alzheimer, situé dans le Pas-de-Calais, conçu pour ressembler à un village des années 1960.

Mon choix : Encore Clémentine Beauvais ? Oui, Madame ! Je découvre l’auteure, donc j’ai décidé de lire plusieurs de ses bouquins pour le challenge. Et franchement, le résumé donne envie de se taper des barres de rire, non ?

Mon beau sapin (un livre avec un sapin sur la couverture)

Noël à la petite boulangerie, (tome 3 de La petite boulangerie du bout du monde), Jenny Colgan, éditions Prisma

Résumé : Polly Waterford ne voit pas le temps passer… Sa petite boulangerie l’occupe du matin au soir, au désespoir d’Huckle, son compagnon, qui rêve de profiter d’une simple grasse matinée avec elle. À l’approche des fêtes de fin d’année, Huckle rêve aussi d’un Noël en amoureux, bien au chaud dans leur grand phare, avec leur petit macareux Neil. Mais quand Kerensa débarque à Mount Polbearne pour dévoiler à sa meilleure amie un terrible secret sur son passé, Polly voit soudain son avenir s’assombrir. D’autant que la révélation de Kerensa menace la belle histoire qu’elle a construite avec Huckle. Jusqu’à présent, Polly a toujours réussi à surmonter les épreuves en cuisinant. Pourtant, cette fois-ci, préparer de bons petits pains risque de ne pas suffire à la sortir d’affaire. Polly est-elle prête à affronter son passé ? Réussira-t-elle à remettre sa vie sur de bons rails pour passer un joyeux Noël auprès de ceux qu’elle aime ?

Mon avis : Difficile de trouver un roman avec un sapin sur la couverture ! Il me fallait du roman feel good dans ma PAL, donc j’ai opté pour Jenny Colgan, où miracle, il y a un sapin sur le tome 3 de sa série La petite boulangerie du bout du monde. Je pense lire les deux premiers tomes si j’ai peur d’être larguée. En plus cela va parler de pâtisseries…

Le royaume du Père Noël (un conte/ une légende de Noël)

Le Solstice spécial de William Longway, Morgan of Glencoe (nouvelle de Noël extraite de l’univers du roman Dans l’Ombre de Paris, lu par l’auteure).

Mon choix : ce n’est pas un roman papier, ni un ebook, mais un conte de Noël en vidéo sur plusieurs épisodes que l’auteure Morgan of Glencoe a publié l’an dernier en décembre comme un calendrier de l’Avent. J’avais trouvé que c’était une bonne idée mais je n’avais pas tout écouté. Je vais pouvoir rattraper mon retard. L’histoire se déroule dans l’univers de la trilogie Dans l’Ombre de Paris et peut spoiler certains éléments pour ceux qui ne l’ont pas lus. Mais pour ceux qui l’ont déjà lu, c’est une bonne manière de rester dans l’univers sous un autre format, genre lecture au coin du feu. J’ai chroniqué le premier tome et je vais bientôt chroniquer le second, si cela t’intéresse. 😉

Love is all around (une romance de Noël)

Noël et préjugés, collectif Teamromcom, éditions Charleston

Résumé : Noël, cette fête qu’on adore détester ou qu’on déteste adorer ! Réunion familiale ou tête-à-tête ratés, de Paris à New-York en passant par l’Italie, on peut y vivre des crush ou des clash, qu importe ! Et si la figure tutélaire de Jane Austen vient y apporter sa petite touche de magie pour faire basculer les situations les plus inextricables, l’esprit de Noël promet d’être au rendez-vous !

Mon choix : Encore des nouvelles de Noël de la TeamRomCom… mais autour de Jane Austen ! Je suis faible, ma passion pour l’auteure anglaise m’a emportée. J’espère que cela sera aussi amusant que l’autre tome de ma PAL semble l’être.

Voilà pour ce challenge et ma PAL. J’espère t’avoir donné des idées si toi aussi tu participes au Ho ho ho challenge ! N’hésite pas à m’indiquer en commentaire si tu connais certains titres ou lesquels tu aurais choisi pour ce challenge.

Sucre d’orge et pain d’épice,

A.Chatterton

Publié dans On joue ?

Bilan final de mon Pumpkin Autumn Challenge 2020

Ce challenge d’automne touche à sa fin, il est temps pour moi d’évaluer le nombre de mes lectures et de tirer des conclusions pour recommencer l’année prochaine…

Un bilan mitigé

Contrairement à l’an dernier où je débutais le challenge avec un livre par menu pour me faire une idée, j’ai voulu être ambitieuse cette année et m’essayer au challenge complet, soit 12 livres.

Mon ambition ne s’arrêtant pas là, j‘ai aussi voulu essayer le challenge du Mois Américain qui avait lieu en septembre, en même temps que le Pumpkin Autumn Challenge. J’ai donc commencé le PAC en novembre en me disant que j’allais rattraper mon retard.

Erreur fatale ! J’ai perdu du temps sur les deux challenges, d’autant que j’avais mal équilibré ma PAL du PAC 2020 avec un peu trop de romans et pas assez d’autres genres comme de la BD ou des Beaux-Livres.

Autre erreur : j’ai accepté un roman en service presse en Octobre qui ne rentrait pas dans le challenge, ce qui m’a retardé mes lectures également, alors que je m’étais promis de ne plus en demander.

Ajoutons à cela que la crise sanitaire m’a sapé le moral pour fêter Halloween, et je me suis retrouvée à ne pas vouloir lire les romans adultes et young adult spécial frissons, par envie de lectures légères et cocooning. Du coup, j’ai changé ma PAL pour des livres jeunesse en lien avec le Challenge.

Bref, j’en tire des leçons pour l’an prochain : pour un challenge réussi, évitons de nous surcharger d’autres challenges ou lectures imposées, diversifions notre PAL et restons à l’écoute de nos besoins en choisissant peut-être le Challenge Cocooning Automnal. L’important est de s’amuser après tout !

Les livres lus et mes préférences

Voici la PAL des livres que j’ai vraiment lus pendant ce challenge et vous constaterez, au vu de la PAL initiale, qu’il y a eu des remplacements. Pour information, chaque titre de livre souligné renvoie à mon avis dessus, sur le blog.

Automne frissonnant

Je suis Médée, vieux crocodile ! (trahison, thriller, policier, horreur, épouvante)

Félin, recueil de nouvelles, collectif, Yby éditions

Mon choix : Alors oui, je sais, c’est un peu déroutant car ce n’est pas un recueil d’épouvante à proprement parler et je l’avais déjà placé dans une autre catégorie. Mais il contient une nouvelle policière et une nouvelle qui fait un peu flipper. J’ai joué sur ces deux mots pour l’inclure ici. Pour la petite histoire, c’est un recueil collectif bien équilibré qui parle de chats, d’inclusion LGBT et qui mélange différents genres littéraires. C’est un service presse que j’avais reçu en Août et dont je souhaitais absolument parler. Un joli moment de lecture.

Les chimères de la Sylve rouge (gothique, vampire, créature de la nuit)

Série Nixi Turner contre les Croquemitaines, Tomes un, deux, trois, Fabien Clavel, éditions du Chat Noir

Mon choix : J’ai joué sur le côté créature de la nuit et vampire car dans l’une des histoires, on rencontre une Goule qui se nourrit de la vision déformée qu’ont les jeunes filles de leur corps. Une jolie découverte pour cette série jeunesse dont j’ai encore deux tomes à lire. Les trois premières histoires évoquent des problèmes de société comme le Harcèlement scolaire, l’Anorexie et les maladies incurables auprès de collégiens, avec une héroïne digne descendante de Buffy Contre les Vampires. Un beau coup de coeur jeunesse.

Les supplices de la Belladone (livre à couverture noire)

Trois contes de fantômes, Guy de Maupassant, illustré par Camille Garoche, éditions Soleil

Mon choix : Alors, je sais que la couverture n’est pas tout à fait noire mais on va dire que oui ! Ce livre est une de mes deux grosses déceptions du Challenge, évoqué dans mon bilan à mi-parcours. J’ai beaucoup accroché aux illustrations de Camille Garoche mais les nouvelles de Maupassant m’ont semblées bien fades à côté de celle du Horla du même auteur.

Esprit es-tu là ? (fantôme, fantôme du passé, famille, historique, classique)

Phantom Manor, L’attraction décryptée, Jérémie Noyer et Mathias Dugoujon, éditions Euro Disney Associés

Mon choix : Un beau-livre qui explique l’histoire et la construction d’une attraction de maison hantée, je dis oui. C’est court à lire, les illustrations sont top et j’en ai appris un peu plus sur le parc Disneyland. Pourquoi n’y ai-je pas pensé plus tôt ?

Automne douceur de vivre

Il fait un temps épouvantail ! (Halloween, Samhain, Automne)

C’est un flop ! Pas de livre lu pour cette sous-catégorie !

Siroter un chocolat chaud sous les saules (anthropomorphisme, Enfance, feel good, cocooning)

Feux follets, Mandragore et cadavre frais, Ariel Holzl, (Fingus Malister tome 1), Rageot jeunesse

Mon choix : Je me suis focalisée sur le terme Enfance pour cette lecture qui était sympathique mais qui m’a légèrement déçue. J’espérais retrouver le mordant d’Ariel Holzl présent dans Les soeurs Carmines, mais cela n’a pas été le cas. Un bon moment de lecture, plutôt court mais sans plus.

Fafnir ton assiette sinon pas de piécette ! (Créatures légendaires et fantastiques, petit peuple, féérie, conte, légende, Mythe)

Moi, Ligia, Sirène, Sylvie Baussier, éditions Scrineo

Mon choix : L’histoire des sirènes de la mythologie grecque par elles-mêmes, il fallait y penser ! La collection « La mythologie vue par les monstres » est une jolie découverte dans le cadre de ce challenge et j’ai hâte de lire l’histoire du Minotaure. Pour ce tome-ci, j’ai trouvé le concept intéressant mais l’histoire de Ligia assez triste. Je reste un peu mitigée dessus.

A window to the past (Sorcier, sorcière, magie, SFFF)

L’héritage du rail, La dernière Geste, Deuxième Chant, Morgan of Glencoe, éditions ActuSF

Mon choix : il s’agit du tome deux du roman Dans l’Ombre de Paris (que j’avais lu et chroniqué pour French-Steampunk.fr). C’est LE service presse qui m’a fait prendre du retard dans mes lectures du challenge car son univers est très riche, ses personnages très intéressants et il fait presque 500 pages. A ce jour, je n’ai pas encore terminé ma lecture mais cela ne devrait pas tarder. Je sais que c’est un peu de la triche, mais tant pis. Je l’ai inclus dans cette catégorie car on y parle de magie, de mécanique et de légendes celtes. Bref, ce sera certainement un coup de coeur.

Automne des enchanteresses

Les rêves d’Aurore (LGBTQI+, militantisme)

Le prince et la couturière de Jen Wang, éditions Akileos

Mon avis : Une BD qui me faisait de l’oeil depuis sa sortie, à propos d’un prince qui aime mettre des robes et d’une couturière qui adore en créer pour faire ressortir la personnalité de ses clientes. Une jolie histoire sur le paraître, le transgenre, le regard des autres. Un autre coup de coeur de ce challenge.

Sarah Bernardt, monstre sacré (Dramaturgie, pièce de théâtre, Arts)

Grimoire de sorcièresBenjamin Lacombe et Sébastien Perez

Mon choix : Ah, Benjamin Lacombe ! Que dire de plus face à ces illustrations magnifiques et à ce beau livre-objet ? Bien plus encore ! Sébastien Pérez, auquel s’est à nouveau acoquiné mon illustrateur préféré, fait encore preuve d’un grand talent en mélangeant des thèmes féministes à des histoires remaniées de sorcières célèbres. Et c’est plutôt réussi ! Le petit bonus : ce livre est un livre trouvé par une petite fille dans le grenier de sa grand-mère… qui est une autre histoire de notre duo de choc ! Je suis heureuse d’avoir lu l’histoire de ce super album qui prenait la poussière dans ma PAL depuis un peu trop longtemps.

Les écailles de mélusine (Féminisme, transformation, Métamorphose)

Peau d’Homme de Hubert et Zanzim, éditions Glénat

Mon avis : Une belle découverte BD que j’avais vu passer sur Instagram et encore un coup de coeur. L’histoire d’une jeune fille qui souhaite découvrir son futur mari avant les noces en enfilant une Peau d’Homme, transmise de mères en filles. Sous une Italie à la Renaissance où les femmes perdent peu à peu leurs droits face à la religion, c’est un beau message d’espoir LGBT et féministe derrière un objet imaginaire et fantastique. A découvrir sans tarder.

Nausicäa de la vallée du vent (nature writing, écologie, nature, Post-apocalyptique

Sauvage de Jamey Bradbury, éditions Galmeister

Mon avis : Un flop complet déjà évoqué dans mon bilan à mi-parcours du challenge. Autant j’ai accroché aux descriptions de la forêt et du travail de Musher (= entraîneur de chiens pour des courses de traineaux), autant l’histoire avec l’héroïne principale m’a semblé très étrange et la fin m’a profondément déçue. Je pense que j’ai un problème avec les auteurs de Nature Writing américains en général, donc je choisirai mieux mon livre l’année prochaine pour ce thème.

Résultats du challenge

Pour ce challenge 2020, j’ai ajouté 5 livres en cours de route et j’en ai échangé 7, soit en gardant un livre et en changeant sa catégorie, soit en en remplaçant par des nouveaux. J’ai privilégié des ouvrages courts, parfois de jeunesse ou des bande-dessinées afin de valider des catégories et lire un peu quand même !

Il me reste encore ces livres à lire, mais ce sera pour le challenge de l’an prochain :

Je termine ce challenge avec une seule sous catégorie non-validée et 12 livres lus ce qui me fait atteindre mon objectif initial. Je trouve que c’est plutôt réussi.

Et toi, as tu réalisé ce challenge ? Es-tu parvenu(e) à lire tous les livres de ta PAL cette année ? Est-ce que comme moi, tu as éprouvé des difficultés de lecture ? Dis-moi tout en commentaire. 😉

Tasse de chocolat chaud et squelettes,

A.Chatterton

Publié dans Veille littéraire du net

And my watch begins #23

Au sommaire de cette veille littéraire du net : un article détaillé sur la place des autrices dans les prix littéraires de l’imaginaire, un site de BD gratuites, un podcast sur Disney, deux concours pour gagner des livres, deux challenges littéraires d’hiver et un marché de Noël steampunk virtuel.

L’article de la semaine

L’article de la semaine provient du blog Chut maman lit ! Rédigé par la blogueuse Anne-Laure, il évoque la place des autrices dans les Prix littéraires de l’Imaginaire en France et à l’Etranger et part de ce constat : Pourquoi les femmes apparaissent en minorité parmi les nominés des Prix ? Est-ce parce qu’elles écrivent moins bien que les hommes ou existe-t-il une discrimination que l’on ignore à ce sujet ?

J’ai beaucoup apprécié la lecture de cet article car il est extrêmement bien documenté. Anne-Laure a passé du temps à étudier les principaux prix littéraires de l’imaginaire français, britanniques, belges et américains entre 2000 et 2019. Elle a établi des statistiques à partir du nombre d’auteures présentes dans chaque prix et à partir de ces constats a proposé des hypothèses. L’article est ouvert à la discussion et invite à la réflexion. S’il t’intéresse, je t’invite à aller le lire en détail. Peut-être auras-tu d’autres hypothèses à proposer ?

Un article du même genre sur la place de la littérature noire ou LGBTQI+ serait aussi intéressant à lire pour se rendre compte des disparités. Si tu en connais un, je suis preneuse !

Le site d’ebook gratuit à aller consulter

Je suis abonnée aux newsletters d’Actualitté et hier, un article évoquait un site qui met en avant les publications de bande-dessinées tout en soutenant les auteurs de bd qui ne trouvent pas de maison d’édition pour être publiés en version papier. Il s’agit de Bayday. Le site reverse 70% du prix des oeuvres présentes dans leur catalogue aux auteurs, ce qui est assez généreux comparé à une maison d’édition classique.

J’ai visité le site, et j’y ai trouvé des bande-dessinées payantes.. et des gratuites, qui sont facilement consultables sur ordinateur, tablette ou smartphone. Le site a dernièrement procédé à des ajustements techniques pour rendre la lecture plus fluide.

Les auteurs du catalogue possèdent des styles et genres très différents, mais pour lire ou télécharger les BD, il te faudra créer un compte. Pour autant, on peut regarder les trois premières pages de chaque livre pour se donner une idée du contenu, ce qui est top. Je trouve que ce concept est une initiative formidable pour soutenir les auteurs et je t’invite à aller y faire un tour si tu es en panne de lectures. 😉

Le podcast du moment

Dans mon club lecture, on parle de livres… mais aussi de Podcasts ! Il y a peu, j’évoquais mon dernier achat de Phantom Manor à la Boutique Disney avec Babitty du blog Histoire Naturelle de Bibliophile et membre du club. Elle m’a parlé d‘un podcast consacré aux fans de Disney et leur communauté et j’ai eu envie d’en savoir plus…

Ce podcast intitulé Community Manager et présenté par Guillaume Natas, propose à chaque épisode de présenter une communauté à la marge qui a un fonctionnement et des règles assez particulières. Il existe déjà plusieurs épisodes dont un sur les fans d’Indochine, de poupées Reborn, de Second Life, etc…

Pour revenir au podcast Disney Fans, un monde à parcs, j’ai appris un tas de trucs sur : la manière dont la grande firme américaine propose un marketing, des accès privilégiés et un voyage différent à sa communauté, des fans qui sont vraiment très documentés sur le parc et les films, des collections de pin’s improbables, des passages secrets dans le parc connus seuls des fans… Bref, on part d’un livre sur une attraction de manoir hanté et on se retrouve à plonger au coeur d’une communauté de passionnés… tout ça pour expliquer pourquoi ce foutu livre est souvent en rupture de stock !

Sinon, j’ai passé 28 minutes passionnantes et pour le coup, cela m’a donné envie de retourner à Disneyland, juste pour vérifier des trucs énoncés dans le podcast… 😀

Les concours instagram de la semaine

Les éditions Mnémos te proposent de gagner un exemplaire du tome 2 de la série Charlotte Bousquet Shahra intitulé Les voiles d’Azara jusqu’à dimanche 29 novembre. Le concours est en ligne sur la page Facebook, le compte Instagram et le compte Twitter de Mnémos. Il suffit de s’abonner à un de leurs compte, de liker la publication et d’inviter deux amis en commentaire pour participer. Je te conseille de réaliser l’opération sur les trois comptes, si tu en possède trois, afin d’optimiser tes chances. 🙂

Sur le compte Instagram de Les lectures de Morgane, tu peux remporter un roman de Noël format poche jusqu’au 2 décembre. Pour gagner, il faut s’abonner à son compte, inviter des amis en commentaire sur sa publication et partager son concours en story en l’identifiant. Bonne chance à toi ! 🙂

Les challenges littéraires de la saison

On arrive en Hiver et la saison des fêtes de Noël. Et en ce moment mon coeur balance entre deux challenges littéraires :

Il y a le Cold Winter Challenge repris par la blogueuse l’Enluminée pour cette année 2020, centré sur l’Hiver en général, qui aura lieu du 1er décembre au 28 février. Il comprend 5 menus dont un menu bonus. Chaque menu comprend 3 sous-catégories. Il se valide par paliers en fonction du nombre de ses lectures. Au programme : du cocooning, de l’Hiver, de la romance de Noël, de la mythologie, du féminisme, de l’écologie, du thriller, etc… Il existe un groupe Facebook de discussion pour le challenge et un salon Discord. Si tu souhaites plus de détails, je te renvoie vers la vidéo de présentation de l’Enluminée.

Si tu préfères rester dans la thématique de Noël, tu peux essayer le tout nouveau Ho Ho Ho Challenge créé par les blogueuses A book and a cup et Disorder Reef, qui aura lieu aussi du 1er décembre au 28 février. Il comprend 3 menus avec 4 sous-catégories. Au programme : de l’Hiver, du thriller, du Nature Writing, du cocooning, du folklore de Noël, du beau-livre, des couleurs de Noël, du conte de Noël, de la romance de Noël, des films de Noël, de la cuisine de Noël… Le challenge comprend des actions à réaliser en lien avec Noël en plus des lectures. Il existe un compte Instagram spécialement dédié au challenge où tu peux retrouver les menus. Un concours sera organisé pour gagner 50 euros de livres sur ce compte Insta en lien avec tes lectures. Si le challenge t’intéresse, je te renvoie vers la vidéo de A book and a cup pour les détails. 😉

Je n’ai pas encore décidé lequel de ces challenges je vais essayer. C’est la première fois que je réalise un challenge en Hiver et j’hésite vraiment entre les deux. Je proposerai une PAL quand je me serai décidée dans ma publication de mercredi. 😉

L’évènement virtuel du weekend

Je ne sais pas si tu te souviens, mais je suis fan de littérature Steampunk. Or, ce weekend aura lieu le premier salon de Noël Virtuel steampunk organisé par le site Steampunk.fr !

Pendant deux jours, un live Facebook est organisé sur la page de l’évènement avec pleins d’activités : émissions littéraires sur romans et bd steampunk, jeux steampunk en direct, présentation de créateurs steampunk, et même un concert !

J’avais déjà évoqué les jeux steampunk dans ma veille #10, si tu souhaites en apprendre un peu plus avant le live, sur la manière d’affronter quelqu’un avec une tasse de thé ou une ombrelle. Ce sera l’occasion peut-être de voir des démonstrations en vidéo.

Une bonne manière de découvrir l’univers et des créateurs pour envisager quelques cadeaux de Noël !

Voilà, ma veille est terminée. N’hésite pas à m’indiquer en commentaire tes propres trouvailles pour la beauté du partage. Si tu as raté mes autres watch, tu peux les retrouver ici.

Bonnet de Noël et tasse de thé,

A.Chatterton

Publié dans Lectures

Félin, Collectif, Yby éditions

Un recueil de nouvelles dont le thème principal est le chat, ça vous tente ? Moi, j’ai craqué littéralement pour la couverture très manga et les nouvelles inclusives LGBT+ de Félin. Voici mon retour sur ces histoires, très différentes les unes des autres.

Résumé : Miaou miaou miaou ! Pour ceux·elles qui ne parlent pas le chat, et n’ont donc pas compris Fripon, ceci est un recueil de nouvelles polyfélin. Cet ouvrage ne contient pas de croquettes. Vous y trouverez, en revanche, un seigneur dragon, une poisse incommensurable, des griffons guerriers, un shamisen mélodieux, des sorcières féministes, un détective en Marilyn Monroe, des souvenirs perdus, des dieux égyptiens en colère, une réincarnation inattendue, des ocelots aux yeux vairons et des croissants sur un banc. Les héros·ïnes de ces histoires, félidés ou non, vous emmèneront dans des aventures à vous hérisser le poil, qui vous feront peut-être feuler d’angoisse, mais surtout ronronner de plaisir. Miaou ! Fripon vous souhaite une bonne lecture.

Mon avis :

Mon avis général sur le recueil

Le recueil comprend 11 nouvelles, illustrées chacune par 11 illustrateurs différents dont le fil conducteur est le félin sous différentes formes. Le niveau d’écriture est de qualité et homogène. L’ensemble est agréable à lire et cohérent. On sent un travail de mise en forme réfléchi qui apporte de la fluidité à l’ensemble malgré des univers totalement éloignés. Cela a été un vrai plaisir de se plonger dans chacune de ces histoires et je ne me suis pas ennuyée à un seul instant.

Ici, le thème du félin est exploité sous toutes ses formes : un chat a un rôle important dans l’histoire ou il ne fait que passer, un humain peut se changer en chat, le chat est vénéré par les autres protagonistes, ou il sert les intérêts des humains… Les auteurs ont vraiment déployé toute leur imagination.

Les éditions Yby sont spécialisées dans l’inclusif LGBT+. Par conséquent, la plupart des nouvelles proposent une romance homosexuelle ou un personnage parfois non genré, ce qui m’a changé de mes lectures habituelles et de manière très positive. Par ailleurs, les détails concernant les scènes de sexe ne sont pas crus mais plutôt doux. On sent une pudeur dans les récits, favorisant l’évocation plus que le côté pornographique, ce que j’ai beaucoup apprécié.

Si le chat et le LGBT+ sont mis en avant, des thèmes assez intéressants le sont aussi dans toutes les nouvelles : La timidité, le terrorisme, l’espoir, l’amour, la jalousie, la solitude, le féminisme, l’affirmation de son genre ou de sa sexualité. Certains récits poussent à réfléchir, d’autres à la contemplation ou à l’amusement.

Le recueil comprend aussi 11 illustrateurs avec des styles différents. Ici encore, la cohérence dans le choix des illustrations est soignée, comme celles des récits, et elle n’est pas purement gratuite. Les illustrations enrichissent les histoires et permettent de se figurer certains personnages. Une touche de qualité supplémentaire même si, l’ayant lu en ebook sur ma Kobo, je n’ai pas pu en voir les couleurs.

Quelques détails sur mes nouvelles coup de coeur

Chaque nouvelle est différente et assez bien conçue, même si j’ai une préférence pour certaines selon les sujets. J’en évoquerai seulement trois en détail pour vous laisser découvrir le reste.

Tout d’abord, Panthère et Paillettes de Kalo, illustré par Aki m’a fait hurler de rire. On y croise une espèce de tueur à gages au genre non défini (c’est lui/elle qui le dit), qui engage un détective Drag Queen pour retrouver un chaton kidnappé. Le bagout du détective et les joutes verbales entre lui et notre tueur sont un pur délice. Et c’est le premier récit que je lis avec un personnage non genré, ce qui m’a beaucoup plu car cela déconstruit les stéréotypes que l’on associe généralement à un personnage masculin ou féminin.

J’ai également beaucoup apprécié la sérénité et le mystère du Jardin de Hayashi de Roger Raynal, illustré par Clays où le moine Hayashi se laisse gagner par l’amour au fil des pages jusqu’à un dénouement inattendu. Certaines phrases méditatives, tels des poèmes, m’ont touchée, comme :  » Sur le point de perdre conscience, j’aperçois dans son regard doré le reflet chatoyant de notre monde sensible ». La plus belle description d’un chat et de son regard sur le monde que j’ai pu lire jusqu’à présent.

Pour finir, la première nouvelle intitulée Mauvais sort, écrite par Gabyle et illustrée par Euyevair m’a marquée vis à vis de son sujet. Sous couvert de la persécution des sorcières et de ceux qui les aident dans une uchronie du XIXème siècle, il y est clairement question de la condition de la femme dans une société patriarcale et de la construction d’une cellule terroriste en réponse à cette oppression. Cela est abordé à travers deux personnages féminins forts : une sorcière recherchée par la police pour terrorisme et une gardienne de pension pour chat qui cache un passé d’oppression.

D’autres nouvelles tout aussi géniales mériteraient que l’on s’y attarde : Dans les geôles de la terreur pour son ambiance de jeu vidéo médiéval fantastique, Philae pour ses descriptions magnifiques des temples égyptiens, Timide pour son côté bizarre qui m’a fait penser au Pigeon de Suskind, Sept jours avec les ocelots pour son final complètement renversant, etc… Mais je ne peux pas vous décrire tout sous peine de spoiler une bonne partie des intrigues !

Enfin, quelques nouvelles donnent envie de découvrir la suite de l’univers développé par l’auteur comme Dans l’antre du Dragon qui laisse quelques éléments en suspens à la fin du récit. Cela laisse un peu sur sa faim, mais qui sait ? Peut-être qu’un roman du même auteur sera public aux éditions Yby et me permettra de retrouver ce personnage de changeforme-chat ainsi que tous les autres ?

En conclusion : Un recueil de nouvelles original et hétéroclite, autour de la figure du félin et des romances LGBT+, qui trouve sa cohérence grâce à un travail soigné de sélection. On ronronne de plaisir devant ces récits de qualité et leurs magnifiques illustrations et on espère une plus grande mise en lumière de cette maison d’édition qui mériterait d’être mieux connue.

Publié dans Lectures

Moi, Ligia, Sirène, Sylvie Baussier, éditions Scrineo

« La mythologie vue par les monstres », c’est la nouvelle collection lancée par Scrineo pour un public jeunesse amateur de mythologie grecque. J’ai voulu essayer ce concept innovant et original avec beaucoup d’enthousiasme et j’ai tenté ma chance avec l’histoire de Ligia la sirène, le deuxième titre de la collection après Moi, le Minotaure…

Résumé : Je m’appelle Ligia, et je donnerais tout pour redevenir celle que j’étais avant que la déesse Démeter me transforme en sirène : une jeune fille insouciante. Mais je vis désormais sur un rocher perdu en pleine mer et je guette les bateaux qui s’en approchent. Comment cela a-t-il pu arriver ? Voici mon histoire…

Mon avis :

L’Histoire des sirènes, par les sirènes

Pour peu qu’on se souvienne de nos cours de mythologie de collège, les sirènes sont des créatures à corps d’oiseau (et non de poisson) et visage de femme que croisent Ulysse lors de son retour à Ithaque, ainsi que les Argonautes pendant leur voyage. De nature cruelle, elles charment les humains par leur chant mélodieux et les attirent dans l’eau pour se noyer. Elles se repaissent ensuite de leur chair et attendent le prochain bateau pour recommencer.

Ici, il sera question de ces sirènes, mais surtout de deux en particulier : les soeurs Ligia et Leucosia. Jeunes filles insouciantes, enfants du Fleuve Acheloos et de la Muse Melpomène, elles sont transformées en sirènes par la déesse Démeter pour les punir de ne pas avoir retrouvé sa fille Coré, enlevée par Hadès. Accrochées à un repaire rocheux en mer dont elles sont plus ou moins prisonnières, elles vivent désormais leur destin cruel de monstres en se remémorant avec nostalgie leur passé.

Un monstre ou une victime ?

Dans ce court roman de 100 pages, Ligia nous raconte ses malheurs quotidiens, ses souvenirs joyeux d’autrefois et son dilemme pour se nourrir.

L’auteure fait apparaître le caractère injuste de cette transformation en sirène, un châtiment motivé plus par la colère et l’impuissance à retrouver son enfant, qu’une punition pour un crime établi. Les deux soeurs ont cherché en vain Coré, mais comment deviner qu’elle était sous terre ? Elles ne sont pas responsables de son enlèvement. On voit bien là que les Dieux font ce qu’ils veulent sur Terre et que la vie de tout humain peut basculer sous leurs caprices.

Sur leur rocher dont elles ne peuvent trop s’éloigner sans se fatiguer, les deux soeurs sont obligées de se nourrir d’humains qu’elles attirent avec leur chant. Ces repas cruels font partie de la punition et sont nécessaires à leur survie, mais leur part humaine éprouve toujours un dégoût après chaque festin.

Leurs rencontres avec les Argonautes, puis avec Ulysse vont les démoraliser complètement quant à leur capacité à charmer les hommes pour s’en nourrir, ou à être assez puissantes pour séduire le plus intelligent des mortels.

La fin du récit est un joli clin d’oeil à l’autre des versions des sirènes que l’on connaît, et popularisée par Disney : celle des femmes-poissons. Une fois de plus, Ulysse aura démontré sa ruse ou les deux soeurs auront trouvé un destin plus en adéquation avec leur part humaine. Qui sait ?

Un roman parfait pour la jeunesse

Le livre se présente en plusieurs parties : une introduction des personnages comme dans une pièce de théâtre afin de rappeler l’identité de chacun, le récit de Ligia, une partie documentaire sur le mythe des sirènes par l’auteure et ses choix d’écriture pour ce récit, et enfin quelques pages de jeux sur la compréhension sur le texte.

En cela, il est parfait pour un enfant à partir de 10 ans et répond à toutes les attentes en termes de lecture et documentation. Pour ce qui est d’un public adulte, j’ai trouvé l’idée d’adopter le point de vue du monstre très intéressante. Cependant, du point de vue du récit, j’ai noté quelques longueurs et répétitions, ainsi qu’un ton un peu déprimant. J’attends de lire les autres récits de la collection pour voir si cela est le cas pour tous afin d’adopter une opinion plus tranchée.

En conclusion : Un roman court, parfait pour la jeunesse, qui démontre que l’on peut encore être original en évoquant les récits mythologiques grecs. Sylvie Baussier nous dépeint des sirènes fatiguées de manger les humains et nostalgiques de leur vie terrestre, au lieu de monstres sanguinaires charmeurs de marins. Une vision rafraîchissante, quoique pas très joyeuse du mythe. Vivement la lecture des autres tomes de la collection !

Publié dans Lectures

Le Père Fouettard, Nixi Turner contre les Croquemitaines T3, Fabien Clavel, éditions du Chat noir

De retour à Paris pour affronter un nouveau monstre associé à la dépression et à la mise en danger de soi, Nixi doit récupérer des informations sur les forces qu’elle combat. Mais retourner chez elle comporte des risques, surtout quand ses amis lui collent aux fesses…

Résumé : Ce sont les vacances de Noël. Chora vient d’apprendre qu’elle a une grave maladie de coeur. La jeune fille vit très mal la situation, ce qui attire vers elle le Père Fouettard. Heureusement, Nixi et ses amis sont là.

Un croquemitaine associé à Noël… et aux attitudes téméraires

Ce troisième tome va nous faire découvrir le personnage de Chora, une collégienne un peu casse-cou qui se met délibérément en danger car elle cache un secret : elle est atteinte d’une maladie mortelle. Et depuis qu’elle en a eu connaissance, un croquemitaine vient la hanter pour la pousser à faire des choix inconsidérés ou qu’elle se mette fin à ses jours.

Figure opposée au Père Noël, le Père Fouettard invite les enfants à faire des bêtises, et plus sérieusement à la dépression et au suicide. Chora pense être plus forte que son monstre intérieur et réussir à le combattre seule, sans l’aide de Nixi. Elle ira même jusqu’à semer le doute dans l’esprit du Scooby Gang sur les motivations de Nixi a être leur amie. Pour elle, la chasseuse n’est présente parmi eux que pour tuer les Croquemitaines, pas du tout leur porter secours.

Suite au départ précipité de Nixi de sa fête d’anniversaire pour retourner chez elle glaner des informations, Chora verra rouge et voudra en savoir plus sur la chasseuse… à ses risques et péril !

Dans cet opus, Fabien Clavel nous met à la place d’une petite fille effrayée devant sa maladie mortelle et nous interroge sur nos choix : est-ce que comme Chora, nous allons céder à une pulsion de mort et à la dépression ou au contraire profiter du temps qu’il nous reste à vivre pour réaliser des choses merveilleuses ? L’auteur développe un sujet plus sensible que dans les précédents tomes, mais sans pour autant proposer des personnages qui s’apitoient sur leur sort. On en ressort l’esprit positif, malgré le drame qui pourrait arriver un jour ou l’autre. Et c’est émouvant et fort.

Une chasseuse de croquemitaines face à des choix

Dans ce tome 3, Nixi retourne chez elle et on découvre enfin ses origines et celles des croquemitaines. Cependant, rien ne va se passer comme prévu ! Face à un événement inattendu, elle va devoir choisir entre secourir sa famille ou ses amis.

Et ce sera un dilemme complexe… car la chasseuse s’est attachée aux collégiens, malgré l’incompréhension de sa mère. Un dialogue magistral entre les deux personnages donnera sens au sentiment de solitude qui habite Nixi et dont elle souhaite désormais se débarrasser.

Elle va devoir prouver qu’elle peut concilier les deux aspects de sa vie tout en continuant sa mission. Pas si facile sans aide…

Une équipe qui se renforce

Le Scooby gang de notre tueuse miniature va profiter de cette aventure pour renforcer ses liens et faire émerger les personnalités.

Hugo va se révéler un atout (intello) très précieux dans sa compréhension orale du grec ancien et ses nombreuses connaissances sur la mythologie… surtout quand il a peur !

Imane saura agir en gardant la tête froide et de manière perspicace face aux dangers qui les entourent. Elle montrera aussi un côté geek peu avouable mais fédérateur.

Kylian va révéler un côté sensible et leur donner un coup de main dans l’ombre, rachetant par là son attitude de tortionnaire envers Hugo et Nawel dans le premier tome de la série.

Chora va faire douter le groupe…pour mieux le ressouder.

Le final sera épique et nous donnera envie de vérifier s’il existe une porte mystérieuse en forme de pyramide dans les réserves du Musée du Louvre, permettant d’accéder à la maison de Nixi…

En conclusion : Dans cet opus, Fabien Clavel manie avec habileté la mythologie avec encore plus de brio que d’habitude en remettant au goût du jour les civilisations anciennes avec son gang de collégiens digne du Scooby Gang de Buffy contre les vampires. Il traite aussi d’un sujet peu joyeux : les enfants ayant des maladies graves, mais de manière positive sans pour autant manquer d’empathie.

Envie de connaître mon avis sur les précédents tomes ?

Clique ici pour le tome 1 : Baba Yaga

Clique ici pour le tome 2 : La Goule

Publié dans Lectures

La Goule, Nixi Turner contre les Croquemitaines T2, Fabien Clavel, éditions du Chat noir

Je continue sur ma lancée de la série Nixi Turner avec la lecture du tome 2 où l’on en apprend un peu plus encore sur notre héroïne aux cheveux blancs et sur un nouveau croque-mitaine en lien avec l’anorexie…

Résumé : Après les vacances de la Toussaint, Nawel retrouve ses amis et découvre qu’Imane a perdu beaucoup de poids. Elle commence à s’inquiéter pour elle, mais Nixi ne s’y trompe pas, c’est certainement l’oeuvre d’un Croquemitaine. Armée de son épée, la chasseuse est prête à reprendre le combat !

Mon avis :

Quand un croque-mitaine cache un problème d’anorexie

Aperçue dans le tome 1 sur Baba Yaga, Imane, la déléguée de classe de Nawel et Hugo, va être le personnage mis en lumière dans ce deuxième opus de la Chasseuse de monstres. Elève brillante, très exigeante envers elle-même, on ne devine pas derrière son masque hautain qu’elle a des problèmes.

Dans cet épisode, Fabien Clavel aborde le sujet de l’anorexie avec ce personnage, représenté par la Goule qui dévore la jeune fille à chaque fois qu’elle se regarde dans un miroir. Plus grave encore, au lieu de combattre le Croque-Mitaine, Imane l’attends et sacrifie volontiers son corps aux appétits du monstre car elle a une vision d’elle-même déformée, grosse, horrible que la Goule rectifie à coups de crocs.

L’auteur décrit parfaitement les petits riens qui amènent la jeune fille à basculer : déménagement, perte des amis, départ de son frère adoré, disputes entre ses parents, et surtout régime qui n’en finit pas comme une solution à tous ses autres problèmes, et ses stratégies pour faire croire qu’elle mange. On visitera même pour l’occasion une unité de soins pour jeunes filles atteintes du même mal aux allures de cadavres.

Heureusement pour Imane, l’arrivée de Nixi va changer la donne. Mais il faudra que la jeune fille accepte de se faire aider pour que tout revienne dans l’ordre. Et ce ne sera pas évident. L’appui de ses autres camarades sera décisif pour cela.

Une chasseuse qui doute

Dans ce nouvel opus, Nixi va découvrir qu’évoluer parmi les mortels est plus complexe que prévu et qu’il faut parfois faire preuve d’empathie pour améliorer ses relations amicales.

Alors que son Scooby Gang s’élargit avec l’arrivée de Chora et d’Imane en plus d’Hugo et Nawel, Nixi commence à s’attacher aux collégiens, et ce n’est pas une bonne idée car cela la détourne de sa mission.

D’esprit pragmatique, elle va devoir faire appel à Nawel qui approche Imane pour des cours particuliers afin de débusquer le nouveau Croque-Mitaine. Mais cela tourne vite au vinaigre : entre la peur de Nixi de perdre une amie au profit d’une autre, et le fait qu’elle utilise les mortels comme des appâts, la pilule passe mal auprès de Nawel.

La tueuse de monstres va se sentir dépassée et perdre la confiance de ses amis. Elle fera appel à une aide maléfique extérieure plus ou moins efficace pour se débarrasser de la Goule…

Dans ce deuxième tome, on devine les points de fragilité du personnage qui apparaît plus humain qu’on ne le pense. Nixi reste une petite fille capable d’éprouver de la peur et surtout meurt d’envie de rentrer chez elle auprès de ses parents. On sent aussi chez elle une grande solitude, que ses amis mortels semblent combler. Et l’ambivalence de ses sentiments envers eux : la nécessité de les protéger quand ils veulent l’aider dans sa mission et… les empêcher de l’aider pour ne pas la gêner justement. C’est un point central qui risque de revenir dans les tomes suivants.

En conclusion : Un tome deux centré sur les faiblesses de la chasseuse de monstres et sur un nouveau problème d’adolescence sous couvert d’un monstre mythologique. Fabien Clavel sait trouver les mots justes pour décrire l’anorexie du point de vue d’une jeune fille malade et nous toucher par la même occasion. Il nous invite également à nous interroger sur la figure de l’héroïne qui, pour réussir sa mission, doit embrasser son côté humain, et surtout accepter l’aide qu’on lui propose.

Envie de connaître mon avis sur les autres tomes ?

Clique ici pour le tome 1 : Baba Yaga

Clique ici pour le tome 3 : Le Père Fouettard

Publié dans Veille littéraire du net

And my watch begins #22

Au sommaire de cette veille littéraire du net : une attestation de déplacement très Potterienne, 2 projets de financement participatifs sur les femmes écrivains façon pulp ou sur un grimoire abominable, un appel à texte spécial frissons, un événement live sur l’homoromance, des fonds d’écrans gratuits issus de collections patrimoniales, deux concours pour gagner des livres, une nouvelle série inspirée de l’univers de Jane Austen et une créatrice de mignonneries

Les cadeaux de la semaine spécial confinement

Marre des attestations de sortie ? Fan d’Harry Potter ? Laisse-moi te proposer une attestation de déplacement magique réalisée par Hermione Granger elle-même ! Créé sur Potterland, disponible sur Poudlard.org, à toi les sorties validées par la ministre de la Magie ! Tu pourras justifier des déplacements suivants : pour effectuer des achats de première nécessité au chemin de traverse, pour aller à Sainte Mangouste suite à des problèmes de santé, pour déposer ton enfant au Poudlard express, ou tout simplement pour aller jouer Quidditch ou promener ton Hippogriffe… Un peu d’humour fait du bien en cette période et je ne saurais remercier le créateur de cette petite merveille. Par contre, j’aimerais bien voir la tête des policiers si c’est celle-ci qu’on leur présente plutôt que l’officielle… 🙂

Peut-être travailles-tu depuis chez toi depuis le début du confinement et qu’à l’occasion, tu pratiques la réunion par visioconférence… Si jamais tu souhaites cacher ton bordel apparent situé derrière toi pendant lesdites réunions, le blog de Gallica, associé à la BNF te propose de télécharger des fonds d’écran gratuits… issu d’illustrations présentes dans les collections patrimoniales. Il suffit de faire un clic droit pour télécharger l’image. En revanche, si l’idée est bonne, je n’ai toujours pas trouvé comment l’intégrer comme fond derrière moi pendant la visio. Si jamais tu es un petit génie dans ce domaine, fais-moi signe ! :p

Pendant le premier confinement, j’ai pris 4 kilos. Et si on profitait de ce nouveau confinement pour essayer de nouvelles recettes et essayer de manger équilibré pour une fois ? La blogueuse de Salut les Confinés te propose de télécharger gratuitement son ebook de recettes de cuisine. Tu y trouveras des conseils pour réaliser des repas simples et équilibrés, des recettes de Batch Cooking, des idées de listes de courses avec des recettes sans four, pour la majorité végétariennes. Si tu souhaites le télécharger, c’est ici. 😉

L’appel à textes du moment

…provient des éditions Gulf Stream ! Profitant du confinement, certains se sont mis à écrire un roman (c’est d’ailleurs mon cas). La maison d’édition surfe sur la vague en cherchant des textes destinés aux 13 ans et +, sans contrainte de genre, pour inaugurer leur nouvelle collection jeunesse intitulée Spooky : des livres pour trembler. Le texte doit comprendre au minimum 270 000 caractères, avec les espaces, et au maximum jusqu’à 500 000 signes. La date butoir pour rendre son texte est le 31 janvier 2021. Pour envoyer ton manuscrit, rend-toi sur la page contact de la maison d’édition en renseignant « Spooky » dans la case des thèmes. Plus de renseignements ici pour les détails de l’appel à texte.

La nouvelle série à découvrir

Bande annonce VF de la Chronique des Bridgerton (Netflix)

Netflix va sortir pour le 25 décembre une nouvelle série historique intitulée La chronique des Bridgerton, basée sur les romans de Julia Quinn. Il s’agit d’une romance sur fond de saga familiale oscillant entre l’univers de Jane Austen et celui de la série Gossip Girl. Nous suivrons les aventures de Daphné Bridgerton, jeune fille de bonne famille qui se cherche un mari mais aussi l’amour. Elle va rencontrer le Duc d’Hastings, parti très convoité. Mais dans l’ombre, une certaine Lady Whistledown dévoile les secrets les plus vils de la Haute-Société anglaise, et s’acharne sur les deux jeunes gens via un journal à scandale.

Une première saison de 8 épisodes de 60 minutes pour le moment est prévue et donne déjà envie. Entre l’identité secrète de Lady Whistledown, la romance qui semble poindre entre les deux héros et une très libre adaptation de l’époque Régence, j’attends avec impatience sa sortie ! Fan de romance ? Je te donne rendez-vous le 25 décembre pour regarder avec moi sur Netflix cette nouvelle série. 😉

L’évènement de la semaine

Dimanche 22 novembre, à partir de 15h, rendez-vous sur Twitch avec l’association Event Yaoi pour parler …d’homoromance lycéennes ! Autrement dit, des romances homosexuelles dont l’action se déroule dans un lycée. En dépit de l’annulation de leur évènement IRL la Y/con , l’association te propose 3h30 de tables-rondes, d’interviews, de surprises… Deux conférences ont retenu mon attention dans leur programme : Les romances lycéennes BL et GB : reflet d’une réalité ou fantasme ? Et Ecrire une romance lycéenne quand on n’est plus au lycée. Les détails de la programmation sont disponibles sur leur page facebook, mais sache qu’ils recherchent déjà des chroniqueurs littéraires pour produire de courtes vidéos pour présenter un coup de coeur. Alors tenté(e) ? 🙂

Les concours instagram du moment

J’ai noté deux concours intéressants cette semaine pour gagner des livres :

Sur la page Instragram de Itsmylifebook, tu peux gagner le roman L’année de grace de Kim Liggett paru chez Casterman, etdont j’ai déjà entendu beaucoup de bien. Il s’agit d’une dystopie où les jeunes filles sont bannies à l’âge de 16 ans en forêt pour une année, afin d’évacuer leur « magie » et pouvoir réintégrer la communauté. Rien que le résumé est intriguant. Pour ce concours, il te faudra t’abonner à la page instagram de la blogueuse et celui de la maison d’édition, commenter la publication en invitant un à deux amis et partager le post en story en identifiant la blogueuse. Le concours est ouvert jusqu’au 22 novembre et le tirage au sort du gagnant aura lieu le lendemain en story.

Si tu préfères les romances de Noël, sur la page Instagram de Chromopixel, tu peux gagner le roman Les étoiles brillent plus fort en hiver de Sophie Jomain aux éditions Charleston… ou un roman poche de ton choix. Pour participer, il faut s’abonner à la page insta de la blogueuse, commenter en publication le lot que tu préfères. Le concours s’arrêtera le 21 novembre minuit. Bonne chance ! 🙂

Les financements participatifs de la semaine

Ils avaient déjà remporté un vif succès avec leur première campagne de publication de l’Abominable, innommable grimoire. Les illustrateurs Arsenic et Boule de Gomme reviennent avec une seconde campagne pour te permettre d’acquérir à nouveau cet affreux (et ô combien magnifique !) artbook autour des monstres sur Ulule en version augmentée. Si tu es fan de créatures de l’imaginaire effrayantes, ce financement participatif est fait pour toi ! A découvrir : un fabuleux livre de 208 pages regorgeant d’illustrations magnifiques et horrifiques. Le premier pallier est à 46 euros pour un livre relié et au-delà, tu peux acquérir une version luxe et des goodies. Le premier pallier te permet d’accéder aussi à une loterie pour gagner d’autres lots. Pour lire un extrait ou découvrir les goodies qui accompagnent ce bel objet, rends-toi sur la page Ulule du projet. Le projet est encore disponible pendant 30 jours. Et si tu ne connais pas encore l’univers d’Arsenic et Boule de Gomme, je t’invite à visiter leur site internet.

Un autre projet sur Ulule est en cours et tout aussi passionnant : L’édition d’une nouvelle Saison de l’étrange intitulée La ligue des écrivaines extraordinaires, La Relève. Inspiré des Pulp, des comics, des séries B, des récits d’aventure et d’horreur, on te propose de participer à la publication de romans mettant en scène des écrivaines ayant existé, mais sous la forme de super-héroïnes.Virginia Woolf, Renée Dunan et SelmaLagerlöff devront ainsi lutter contre différentes forces diaboliques. Les 3 romans sont écrits par des femmes : Laurianne Gourrier, Sushina Lagouje et George Spad ce qui change de ce type d’histoire et pourra apporter un nouveau point de vue littéraire sur les personnages féminins. Les paliers débutent à 20 euros pour la version numérique des trois romans puis 30 euros pour la version papier. Le projet prend fin dans 27 jours et est lancé par les éditions Les Moutons électriques qui ont déjà réalisé les campagnes précédentes : La ligue des écrivaines extraordinaires avec en vedette Jane Austen, les soeurs Brontë, Mary Shelley, mais aussi Les saisons de l’étrange, Les saisons de l’épouvante… Des projets qui sortent de l’ordinaire avec des couvertures chatoyantes et la mise en valeur d’auteures. Moi je fonce !

La créatrice de la semaine

Mandragore de bibliothèque

J’adore les objets mignons et Nelimae propose des créations qui me ravissent toujours. Depuis 2014, cette charmante créatrice réalise des bijoux, des petites figurines, des objets de décoration et des badges avec toujours un esprit kawaï et geek. C’est chez elle que j’ai trouvé ma mandragore de bibliothèque (qui tient compagnie à ma souris et ma limace de bibliothèque). A des prix très abordables, et souvent réalisés en pâte polymère ou en résine époxy de très bonne qualité, il y a toujours un cadeau à faire ou à se faire chez Nelimae. Ses influences ? Harry Potter, les films de Miyazaki, la Fantasy, l’imaginaire Geek, les mangas…

Pour découvrir un peu plus son univers, je t’invite à visiter sa page Instagram, sa page facebook et son compte sur Ungrandmarché.fr pour passer une commande. J’espère qu’elle fera des figurines spéciales pour Noël cette année. Ce serait un beau cadeau sous mon sapin !

Voilà, ma veille est terminée. N’hésite pas à m’indiquer en commentaire tes propres trouvailles pour la beauté du partage. Si tu as raté mes autres watch, tu peux les retrouver ici.

Attestation et mignonneries,

A.Chatterton