Publié dans On joue ?

Challenge lecture Spécial Sherlock Holmes sur toute l’année

Depuis toujours, je suis une grande fan du célèbre détective anglais. Quoi de mieux que de participer à un challenge le concernant ? De son vrai nom « Les irréguliers de Baker street »,  créé sur le blog de Rhapsody in Books, et repris ensuite par Cannibal Lecteur, ce challenge n’a pas de limite de temps, ce qui enchante particulièrement la tortue de lecture que je suis. Envie d’en savoir plus ? Suivez le guide !

J’aurais dû dans l’idéal commencer ce challenge en janvier, car il est parfait pour se fixer des objectifs de lecture pour l’année. Mais il est toujours possible de le prendre en cours de route et d’y incorporer certaines lectures déjà réalisées. En décembre, il me permettra de dresser un bilan annuel.

Les règles du jeu 

Le challenge a une durée illimitée et peut se cumuler avec d’autres challenges.

Chaque catégorie validée vaut un point. Seul les romans sont acceptés.

Pour valider une catégorie, le roman doit correspondre à la consigne donnée. Il n’est pas nécessaire qu’il soit un roman policier.

5 jokers existent si l’on sèche sur une catégorie :

  • lire une aventure de Sherlock Holmes des livres originaux de Arthur Conan Doyle
  • lire un livre issu de la paralittérature holmésienne
  • lire un livre dont l’action se déroule à l’époque victorienne
  • visionner une adaptation télévisée/cinématographique de Sherlock Holmes

Il n’est pas possible de cumuler les jokers du même type.

Pour valider les menus, il faut se connecter au forum dédié à ce challenge sur Livraddict.

Les menus et mes choix de livres pour ce challenge 

J’ai indiqué en bleu les catégories que je compte remplir avec ma PAL actuelle. Si vous voyez que le livre correspondant est coloré également, cela signifie que j’ai déjà réalisé une chronique à son sujet. Je mettrai à jour régulièrement ce tableau jusqu’en décembre et qui sait ? Peut-être que je remplirai l’ensemble des 60 catégories. Les titres des items sont issus des romans d’Arthur Conan Doyle. Cannibal Lecteur les a détaillés par la suite pour simplifier le challenge. On se rend compte qu’il ne s’agit pas d’un challenge uniquement centré sur le roman policier mais sur les romans en général.

  1. Une Étude en Rouge : lire un livre dont la couverture est à dominante rouge – La trilogie de la lune de Johan Heliot.
  2. Le Signe des Quatre : lire le quatrième tome d’une saga – Miss Peregrine et les enfants particuliers, la carte des jours, de Ransom Riggs.
  3. Le Chien des Baskerville : lire un livre dans lequel un chien est mis en avant Soul of London de Gaëlle Perrin-Guillet.
  4. La Vallée de la Peur : lire un livre du genre « Horreur »
  5. Un Scandale en Bohème : lire un livre dont l’intrigue se déroule en Allemagne
  6. La Ligue des Rouquins : lire un livre dans lequel un personnage est roux – Contes et récits du Paris des Merveilles de Pierre Pevel
  7. Une Affaire d’Identité : lire un livre dont le personnage principal est amnésique – The Rook, au service surnaturel de sa majesté, de Daniel O’Malley.
  8. Le Mystère du Val Boscombe : lire un livre se passant à la campagne
  9. Les Cinq Pépins d’Orange : lire le cinquième tome d’une saga
  10. L’Homme à la Lèvre Tordue : lire un livre dans lequel le personnage principal a une déformation physique – La 25e heure de Feldrik Rivat.
  11. L’Escarboucle Bleue : lire un livre se passant à la période de Noël – Le passageur 2, le Journal et le Serpent, de Andoryss
  12. Le Ruban Moucheté : lire un livre dont le titre comporte un mot se référant à la mode
  13. Le Pouce de l’Ingénieur : lire un livre du genre « Steampunk » – Le baron noir d’Olivier Gechter
  14. Un Aristocrate Célibataire : lire un livre se passant dans l’aristocratie – Emma de Jane Austen
  15. Le Diadème de Béryls : lire un livre comportant un vol de bijoux
  16. Les Hêtres Rouges : lire un livre avec un ou des arbre(s) sur la couverture – Walden ou la vie dans les bois de Henry David Thoreau
  17. Flamme d’Argent : lire un livre se déroulant dans le monde hippique
  18. La Boîte en Carton : lire un livre dans lequel tout commence par une lettre/un colis – Cendres de Johanna Marines
  19. La Figure Jaune : lire un livre dont la couverture est à dominante jaune – L’empire du Léopard de Emmanuel Chastellière.
  20. L’Employé de l’Agent de Change : lire un livre dans lequel de grosses sommes d’argent sont brassées
  21. Le Gloria Scott : lire un livre se déroulant en partie sur un bateau – Des horizons rouge sang de Scott Lynch
  22. Le Rituel des Musgrave : lire un livre comportant une chasse au trésor/une énigme à résoudre
  23. Les Propriétaires de Reigate : lire un livre dans lequel les personnages sont en vacances
  24. Le Tordu : lire un livre débutant par un assassinat – Le quadrille des assassins de Hervé Jubert
  25. Le Pensionnaire en Traitement : lire un livre dans lequel les personnages vivent en colocation
  26. L’Interprète Grec : lire une histoire se déroulant en Grèce
  27. Le Traité Naval : lire un livre dont l’intrigue est en partie politique – Dead zone de Stephen King
  28. Le Dernier Problème : lire un livre qui est le dernier tome d’une saga – Sénéchal 3, de Grégory Da Rosa
  29. La Maison Vide : lire un livre dans lequel une demeure abandonnée est au centre de l’intrigue – Le phare au corbeau de Rozenn Illiano
  30. L’Entrepreneur de Norwood : lire un livre se passant dans une grande ville, avec beaucoup d’immeubles
  31. Les Hommes Dansants : lire un livre appartenant au genre « Jeunesse » – L’imparfé de Johan Heliot.
  32. La Cycliste Solitaire : lire un livre dans lequel l’héroïne pratique le vélo
  33. L’Ecole du Prieuré : lire un livre se déroulant dans un pensionnat – Dolorine à l’école de Ariel Holtz
  34. Peter le Noir : lire un livre avec de la piraterie
  35. Charles August Milverton : lire un livre dont le titre comporte un nom et un prénom
  36. Les Six Napoléons : lire un livre du genre « Historique » – Les larmes de Brunehilde, de Jean-Louis Fetjaine.
  37. Les Trois Étudiants : lire un livre se passant à l’université
  38. Le Pince-Nez en Or : lire un livre comportant un objet en or sur sa couverture – L’étrange cas de l’homme mécanique, Mark Hodder
  39. Le Trois-quart Manquant : lire un livre se déroulant dans le monde du sport
  40. Le Manoir de l’Abbaye : lire un livre dans lequel la religion est un sujet important – Royaume de vent et de colères de Jean-Laurent Del Socorro.
  41. La Deuxième Tache : lire le deuxième tome d’une saga – Sénéchal 2 de Grégory Da Rosa
  42. L’Aventure de Wisteria Lodge : lire un livre dont l’intrigue se passe majoritairement la nuit – Les nocturnes de Tess Corsac
  43. Les Plans du Bruce-Partington : lire un livre se passant en temps de guerre – Je suis fille de rage de Jean-Laurent Del Socorro.
  44. L’Aventure du Pied du Diable : lire un livre comportant des démons – Le testament d’Involution, le Bâtard de Kosigan 4, Fabien Cerutti
  45. L’Aventure du Cercle Rouge : lire un livre avec un cercle sur la couverture ou avec le mot « cercle » dans le titre
  46. La disparition de Lady Frances Carfax : lire un livre traitant de la disparition d’une personne – Lyon des cendres de H.Laymore
  47. Le Détective Agonisant : lire un livre dans lequel un personnage est gravement malade/meurt au début du livre – La fille qui tressait les nuages de Céline Chevet.
  48. Son Dernier Coup d’Archet : lire un livre dans lequel la musique a une place importante
  49. La Pierre de Mazarin : lire un livre se déroulant à l’époque du Cardinal Mazarin (XVIIe siècle) – Les lames du Cardinal de Pierre Pevel.
  50. Le Problème du Pont de Thor : lire un livre en rapport avec la mythologie nordique
  51. L’Homme qui Grimpait : lire un livre se déroulant dans un environnement montagneux
  52. Le Vampire du Sussex : lire un livre du genre « bit-lit » – Sans âme de Gail Carriger.
  53. Les Trois Garrideb : lire le troisième tome d’une saga
  54. L’Illustre Client : lire un livre dont le titre contient le nom d’un personnage célèbre
  55. Les Trois Pignons : lire un livre dont la couverture comporte trois objets identiques – Les mystères de Larispem de Lucie Pierrat-Pajot
  56. Le Soldat Blanchi : lire un livre dont la couverture est à dominante blanche – Opération Sabines de Nicolas Texier (épreuves non corrigées).
  57. La Crinière du Lion : lire un livre se passant en Afrique
  58. Le Marchand de Couleurs Retiré des Affaires : lire un livre dont le titre comporte le nom d’une couleur – Le Chrysanthème noir de Feldrik Rivat
  59. La Pensionnaire Voilée : lire un livre se déroulant dans le monde du cirque – Tragic Circus de Cécile Guillot.
  60. L’Aventure de Shoscombe Old Place : lire un livre du genre « Policier » – La fille du train, de Paula Hawkins

Vous l’aurez remarqué, certains titres de mon précédent challenge (L’épreuve des Alliés) sont à nouveau présents. C’est parce que je n’ai pas eu l’occasion de les lire au vu de la durée impartie. J’espère être au moins terminer ma PAL d’ici le mois de Mai avant d’acheter de nouveaux livres.

Si vous êtes intéressés par ce challenge, n’hésitez pas à me faire vos retours en commentaires ou à vous inscrire sur le forum de Livraddict pour compter vos points et discuter de vos livres avec les lecteurs y participant.

Je vous laisse avec Benedict Cumberbatch pour clore ce long article…

Marque-page et tampon-encreur,

A.Chatterton.

Publié dans Questions existentielles

Comment s’occuper pendant la mise en quarantaine du Coronavirus ?

Après la publication de mon dernier article Que lire pendant la mise en quarantaine du coronavirus ?, je me suis demandée ce que j’allais vraiment faire de mon temps en cas de quarantaine prolongée. En y réfléchissant, j’ai pensé que cela pourrait être utile de vous partager ce que j’ai prévu, au cas où vous manqueriez d’idées et surtout pour rester zen face à la situation de crise que nous vivons.

Alors, pour contextualiser, je vis en couple avec un chat dans un appartement de 70m2. Je n’ai pas d’enfants donc vous ne trouverez pas d’idées pour les occuper dans cet article.

Je suis partie du principe que je n’allais pas céder à la panique et que j’allais profiter du temps que nous avons, et de notre bonne santé pour faire des choses que je ne prends pas le temps de faire habituellement.

1. Du ménage à fond

Cela fait deux jours que je suis chez moi et mon appartement est plus clean qu’il ne l’a jamais été. En plus de la routine habituelle, j’en ai profité pour laver les vitres, nettoyer les traces aux murs,  les plinthes, les tissus des canapés et les poignées de porte. Ajoutez à ça la lessive des plaids et des housses des taies d’oreillers, et je pense avoir fait le tour. Ah, attendez ! Je pourrais aussi nettoyer mon four, le frigo, l’intérieur des placards…et les semelles de mes chaussures !

2. Du rangement et du tri

C’est le moment de sortir son guide La magie du rangement de Marie Kondo ! J’avais déjà commencé à trier mes fringues trouées, j’ai terminé ça en moins d’heure, direction la benne à recyclage de tissus au bout de ma rue. Bon, là c’est un peu mort pour virer les trucs qu’on jette à la déchetterie si on ne peut pas sortir, mais quand c’est possible de les mettre directement à la poubelle sans passer par la phase recyclage, pourquoi pas ?

Sinon, une autre option que j’envisage est le tri numérique : trier mes emails, mes photos, mon google drive et tout ce qui prend de la place inutilement sur mon ordinateur et dans le cloud.

3. Téléphoner à mes proches

Je n’ai jamais autant appelé ma famille et mes amis que maintenant. J’ai même pour projet de lire des histoires via Skype à mes nièces. Il est important de maintenir le lien, pour avoir des nouvelles, pour échanger des anecdotes, pour rire aussi, parce que ce n’est parce qu’on est en quarantaine qu’on doit ressasser des idées sombres dans son coin.

4. Ecrire, écrire, écrire

Je profite de ce temps pour préparer des articles pour le blog, mais aussi avancer sur l’écriture d’une nouvelle d’un atelier auquel je participe, tenir mon journal pour apaiser mon cerveau… et avancer sur mon roman personnel. Si vous n’êtes pas du genre à manier la plume, peut-être qu’un journal de quarantaine pourrait vous aider à tenir le choc, même en vidéo, via un Vlog.

5. Lire ma PAL en cours

J’avais déjà beaucoup lu dans le cadre de plusieurs challenges ces derniers mois, mais aussi dans le but de terminer mes livres déjà présents dans ma bibliothèque avant d’en acheter de nouveaux aux Imaginales. La quarantaine m’a permis de relancer le projet en me demandant ce que je pourrai lire une fois ma PAL terminée. On n’y est pas encore, mais j’ai quelques idées dont je vous ferai part ultérieurement. Ceci dit si vous avez des livres non lus chez vous, c’est le moment de vous lancer.

6. Jouer

A la maison, j’ai plusieurs jeux de société qui se jouent à deux, mais aussi quelques jeux-vidéo. Quand avec mon ours (= conjoint),  nous décidons d’arrêter d’hiberner chacun de notre côté, on se retrouve autour d’une partie de Splendor ou de 7 wonders duel. On joue parfois en ligne aussi avec d’autres amis.

Je prends aussi le temps de jouer avec mon chat, qui ne comprend pas trop ce qui se passe, mais qui est bien content de nous avoir tous les deux à la maison.

7. Jardiner

Cela faisait un moment que je devais rempoter certaines plantes de mon balcon, à cause de moisissures (je les arrose trop faut dire !). J’ai prévu cette semaine de changer la terre de certaines, arroser d’autres et voir si je n’aurais pas des graines qu’il est possible de planter à cette saison. Dans tous les cas, je sais que c’est une activité qui me détend et en plus je fais du bien à mes plantes. Quoi de mieux ?

8. Faire du sport à la maison

Habituellement, je vais à une salle de sport à deux pas de mon appartement pour m’entretenir un peu, environ deux fois par semaine. Cela ne fait que trois jours que je suis confinée, et je ressens déjà le besoin de me dégourdir les jambes à cause de ma mauvaise circulation sanguine, mais aussi parce que j’ai l’impression de passer mon temps à manger. La journée est rythmée par les repas peu dépensés à cause de l’inactivité physique. Alors faire le ménage peut être une option, mais personnellement cela ne me suffit pas. Ajoutez à cela que j’ai besoin de ma dose d’endorphine, sinon je ressemble à un Pitbull, et vous aurez un tableau assez complet de ma petite personne. Je suis donc partie à la recherche de vidéos youtube pour des cours de cardio (sans matériel), pour me dépenser un peu, ou de relaxation pour apaiser mon mental. Côté relaxation, j’ai téléchargé l’application déjà connue Petit Bambou. Côté sport, je me suis tournée vers …Tibo in shape. Alors, oui c’est pas la folie, mais ça reste efficace. Si je trouve d’autres choses ou que vous avez des idées, n’hésitez pas à mettre un commentaire. 😉

9. Regarder des films ou des séries

A la maison, nous avons Netflix et Amazon Prime. Regarder des séries ou des films fait déjà partie de notre pratique quotidienne en soirée. Ceci dit, j’ai élaboré il y a peu une liste des films et séries que je n’ai jamais pris le temps de regarder et j’en ai profité pour me les procurer. Si jamais internet est limité en bande passante à cause du télétravail, je vous conseille de faire des provisions de DVD.

10. Pratiquer un loisir créatif

J’ai décidé de me remettre à l’aquarelle si la situation tend à se prolonger. Si vous pratiquez un loisir créatif et que vous repoussez constamment le moment de vous y mettre alors que vous avez tout le matériel nécessaire, lancez-vous ! Sinon, il est possible de se mettre simplement au dessin, la photo ou au montage vidéo en suivant des tutoriels sur youtube, avec peu de matériel. Même alimenter ses tableaux d’inspiration sur Pinterest, ça peu occuper 😉

11. M’inscrire à un cours en ligne pour se cultiver.

Comme je l’évoquais dans ma première Watch (= veille littéraire), il existe de nombreux cours en ligne gratuit auxquels il est possible de s’inscrire. Il s’agit des MOOC. Personnellement, je me suis inscrite à celui sur la Science-Fiction, mais il existe pleins d’autres cours sur fun-mooc.fr.

12. Réaliser des soins esthétiques

J’ai l’habitude de repousser certaines choses comme le masque pour cheveux, ou encore la manucure. Je me suis dit que c’était le moment ou jamais de prendre soin de moi. Au choix, vous pouvez : vous épiler, réaliser une pédicure-manucure, un masque exfoliant, ou hydratant pour la peau ou les cheveux, essayer une teinture pour cheveux, etc… Et si vous êtes dans la logique Zéro Déchet, vous pouvez aussi fabriquer vos propres soins à la maison avec des produits naturels. Je vous réfère au livre de Béa Johnson Zéro Déchet et aux sites du même nom pour cela.

13. Cuisiner, faire une détox

C’est le moment d’essayer de nouvelles recettes ! Vous savez ce livre de cuisine ou ces recettes prises en note sur internet qui dorment dans un coin, attendant sagement que vous sortiez de votre routine alimentaire… Sinon, si vous vous sentez de faire un peu de détox au vu du mode de vie sédentaire qui nous attend, vous pouvez aussi. Attention toutefois à ne pas affaiblir votre organisme en cas de maladie.

14. Alimenter mon compte Vinted, Leboncoin… pour l’après-Covid

J’ai fermé mon compte Vinted il y a un an parce que ça me gonflait sévère de discuter les prix avec les acheteurs. J’ai décidé de le réouvrir il y a peu, car je déménage d’ici juin (enfin, on va voir comment que ça se passe), et je dois me débarrasser de jeux ou de livres. En effet, Vinted a ouvert une section livres ! Pour le reste, cela se fera sur Leboncoin. Entre prendre les photos et écrire les annonces, ça va m’occuper un peu. En revanche, côté livraisons, on attendra quand ça se sera calmé au niveau virus. Parce que entrer en contact avec des gens pour une vente, ou pouvoir livrer si La Poste ou Mondial Relay est fermé, ça limite un peu le commerce, mais surtout la contamination.

15. Soutenir ceux qui sont touchés par la crise sanitaire au niveau économique

Je vois passer de nombreux messages d’artisans, de libraires, d’éditeurs qui sont touchés de plein fouet économiquement par le virus. Avec l’arrêt des Salons, festivals, conventions, ils subissent un réel manque à gagner. Alors, j’ai commencé à acheter des livres pour soutenir certains, passer des commandes auprès d’autres. J’ai même été regarder les financements participatifs en cours. Certes, ce n’est pas grand chose, mais cela peut les aider à se relever de cette crise qui nous attend. Et si la Poste ne livre plus, il reste toujours l’achat de livres numériques. 😉

16. Garder le sens de l’humour

Parce qu’il faut garder le moral, je regarde des comédies, mais aussi certains sites internet comme 9gag ou les comics de David Berry. Quoi de mieux que l’humour pour aller mieux ?

Je vous aurais bien mis aussi : faire du shopping en ligne, mais au vu de l’évolution de la situation, je pense que La Poste et tous les systèmes de livraisons non-prioritaires vont être bloqués d’ici peu. J’ai réussi à me faire livrer 5 livres et un jeu de société au moment où j’écris cet article, mais jusqu’à quand ?

Si vous avez d’autres idées, n’hésitez pas à les mettre en commentaire.

J’apporte mon soutien à tous ceux qui luttent contre le virus au quotidien, ceux qui sont touchés par la maladie, leurs proches, ceux qui n’ont pas de toit pour se protéger, ceux qui doivent travailler pour assurer un service minimum à la population.

Bon courage à tous, gardez le moral, nous allons nous en sortir.

Masque respiratoire et gel hydroalcoolique,

A. Chatterton

Publié dans Lectures

And my watch begins #1

Quoi de neuf en matière de littérature sur internet ? Telle une patrouilleuse de la Garde de Nuit, j’inaugure une nouvelle rubrique consacrée à mes découvertes littéraires sur la toile, à l’image de Babitty Lapina et de sa série « La littérature s’empare du net » sur son blog Histoire naturelle de bibliophiles.

Peut-être as-tu vu passer certains sujets que je vais évoquer, ou pas ! Pour ce premier opus, j’aborde la liberté d’expression, la Science-Fiction et bien d’autres choses.

Littérature et politique : Une bibliothèque de livres censurés sur Minecraft

01_Uncensored_Library_island2

Quoi de mieux que d’utiliser un jeu vidéo pour faire circuler des livres censurés dans d’autres pays ? C’est le pari qu’à lancé Reporter sans Frontières en créant une bibliothèque de livres censurés sur Minecraft, en libre-accès. On peut évoluer à l’intérieur du bâtiment et lire quelques articles en anglais représentés dans chaque pièce par des pictogrammes « i » pour Information. Un article du Monde décrit un peu plus les origines de ce projet si cela  t’intéresse. Pour ma part, j’ai trouvé la visite interactive très ludique et le concept novateur pour ce qui concerne la liberté d’expression.

Monde littéraire : La Fantasy Gay 

rainbowtheque logo

Le Monde diplomatique propose un article sur le roman d’Ellen Kushner intitulé A la pointe de l’épée, remettant en cause le héros masculin viril et… hétérosexuel ! L’article est un peu creux, mais il m’a fait réfléchir sur le sujet, et je me suis interrogée sur le nombre romans de fantasy gay qui existaient. Coïncidence, j’ai découvert peu après la Rainbowthèque, un site participatif qui recense l’ensemble de la littérature LGTBT en français. De belles découvertes en perspective ! Et si tu veux allier l’utile à l’agréable, tu peux proposer de nouveaux titres que tu connais au site pour gagner des livres. Un concours est organisé jusqu’au 1er avril. 😉

L’instant artistique : Les Paysages de papier d’Ayumi Shibata

Ayumi-shibata

Bewaremag.com consacre un article sur l’artiste japonaise Ayumi Shibata qui réalise des paysages de papier époustouflants. Une approche artistique mais aussi spirituelle du papier car au Japon, dans la religion Shinto, il est considéré comme un matériau sacré. Une invitation à la méditation mais aussi à une dimension poétique du papier. Si tu veux en savoir plus, je t’invite à visiter son site internet, qui bien qu’en anglais et japonais présente de multiples photos de ses réalisations.

Fiction Audio : La chaîne du Stryge

Parce qu’il n’y a pas que les livres papiers dans la vie, laisse moi te faire découvrir la chaîne youtube du Stryge, un mec qui écrit, raconte, crée les bruitages et monte des histoires audio, dans le style des romans-feuilletons du XIXème siècle. Pour le moment, j’ai découvert sa première histoire en 24 vidéos de 12 à 15 minutes : Votre grâce est sur les dents, une enquête policière mêlant vampires et section secrète de police sur le paranormal dans un Paris Belle-Epoque / steampunk. L’auteur propose deux autres séries tout aussi intéressantes : La Tour de Nesle et Le Titanic en Troisième Classe. Personnellement, j’écoute ses histoires dans le métro ou à la salle de sport, ce qui me permet de me cultiver tout en passant le temps. Je dis ça, je dis rien 😉

Le podcast du mois : SF, une littérature de genre ?

Image par <a href="https://pixabay.com/fr/users/024-657-834-51581/?utm_source=link-attribution&amp;utm_medium=referral&amp;utm_campaign=image&amp;utm_content=3010309">024-657-834</a> de <a href="https://pixabay.com/fr/?utm_source=link-attribution&amp;utm_medium=referral&amp;utm_campaign=image&amp;utm_content=3010309">Pixabay</a>

Peu après la journée de la femme, France Culture a développé un Podcast consacré à la Science-fiction féministe, interrogeant la place de la femme dans ce genre si masculin au départ. Le podcast s’intitule : SF, une littérature de genre ? Il dure 58 minutes et regroupe trois autrices interrogées sur l’évolution du genre : Jeanne A Débats, Ian Larue et Catherine Dufour. Le débat est assez intéressant, expliquant comment la femme est passée de cruche sans cervelle proche d’un robot, à celle d’un personnage à part entière qui ne soit pas décrit de façon sexiste. Même si le sujet concerne la littérature de Science-fiction, il vaut le détour vis à vis des autres genres littéraires. Je te conseille de passer directement à la 14ème minute pour éviter le journal scientifique du jour, qui n’a aucun rapport avec le podcast.

L’instant éducatif : Un Mooc consacré à la littérature de Science-Fiction

mooc Science-fiction université artois 2020

Si tu souhaites découvrir ou approfondir tes connaissances sur la littérature de Science-fiction, je te conseille le Mooc gratuit intitulé La Science-Fiction, explorer le futur au présent. Il est organisé par l’université d’Artois et débute le 28 avril. Il suffit de s’inscrire avant le 12 juin. Une page facebook est en ligne pour se tenir au courant des dernières actualités. J’avais déjà participé à celui d’avant que j’avais trouvé très intéressant et assez ludique. Je me suis déjà inscrite pour ce dernier volet, notamment parce qu’il aborde l’uchronie (entre autres). Un bon moyen de découvrir la science-fiction du point de vue littéraire et scientifique, depuis chez toi, avec des professionnels des deux secteurs.

Voilà pour cette première Watch, j’espère que tu as découvert des trucs intéressants.

N’hésite pas à m’indiquer tes trouvailles du mois en commentaire. 😉

Grumpy et Lolcat,

A.Chatterton

Publié dans Lectures

Le bâtard de Kosigan (T3), le marteau des sorcières, Fabien Cerutti, éditions Mnémos

Un Inquisiteur, des sorcières, un troll aux couilles géantes, le tome 3 des aventures du chevalier-mercenaire commence bien !

Résumé : 1341, sur les traces de son passé, le Bâtard de Kosigan et sa compagnie s’enfoncent dans les profondeurs de l’Empire germanique au service d’un puissant seigneur du Rhin. Les mystères s’épaississent, mêlant complots, magie et religion, sur fond de chasse aux sorcières. Le chevalier devra naviguer avec prudence sur des eaux redoutables où l’Inquisition rôde et où il est parfois difficile de distinguer amis et ennemis. À quelques siècles d’intervalle, Kergaël de Kosigan tente d’élucider les interrogations soulevées par les écrits de son ancêtre. Mais remuer les secrets de l’Histoire s’avère périlleux et la vérité a toujours un prix.

Mon avis :

Cologne, son climat, son Inquisition, son cénacle de sorcières…

Fin du tome 2, on quittait un Bâtard fuyant la France pour l’Empire Germanique où l’Humal Gunthar Von Weisshaupt lui avait acquis des planques, loué ses mercenaires et s’était infiltré au sein du pouvoir germanique.

On le retrouve désormais la compagnie dans son ensemble à Cologne où Pierre s’est engagé sur trois contrats : Délivrer une sorcière prisonnière du Grand Inquisiteur Juan Gines de Las Casas pour le compte du Cénacle de sorcière le MundKreises qui lui offrira des renseignements sur ses origines; mettre en déroute le Mundkreises pour le compte du l’Herzog de Cologne et enfin, découvrir qui est derrière les raids menés contre les marchands de la ville et nuit à l’économie de la ville.

Par ailleurs, le Bâtard n’est plus trop en odeur de sainteté auprès des cours royales depuis que Charles V lui fait porter le chapeau pour le meurtre de son père Philippe VI de Valois (cf Le Fou prend le Roi, tome 2). Et cela ne va pas lui simplifier la tâche.

Autant dire que comme d’habitude, le mercenaire joue sur plusieurs tableaux et essaie d’en tirer profit un maximum. Mais c’est sans compter un Grand Inquisiteur, aussi malin et dangereux que lui et un cénacle de sorcières retords. Un vrai nid de vipère en somme.

Dans ce tome, Pierre va miser gros et perdre beaucoup sur certains plans, pour notre plus grand (dé)plaisir. Même si on salue son intelligence, on a envie de lui donner des claques pour l’empêcher de commettre des erreurs qui lui coûtent cher.

Où l’on apprend un peu plus sur les origines du Bâtard…ou pas !

La quête de Pierre à Cologne concernant aussi ses origines magiques, nous aurons la chance de découvrir de nouvelles créatures telles que des Orcs, des kobolds, un troll aux parties monstrueuses (qui feront l’objet d’un combat épique), une dryade et surtout des sorcières.

Dans les tomes précédents, on découvrait que la mère du Bâtard était sans doute associée aux sorcières. Dans le Marteau des Sorcières, nous en avons confirmation, néanmoins, cela s’arrête là.

En effet, le roman se termine sur deux cliffhanger à la fois sur Pierre de Kosigan, mais aussi sur Kergaël son héritier, qui vont se trouver tous les deux dans de fâcheuses postures. On attend avec impatience la suite (parce qu’il faut bien l’avouer, le suspense est insoutenable et c’est un crime de nous laisser dans un tel état !)

Pendant ce temps, au XIXème siècle…

Fabien Cerutti réutilise le même principe d’écriture que dans les tomes précédents concernant son récit : l’alternance entre une plongée dans le Moyen-Age avec les écrits de Pierre de Kosigan, et des passages épistolaires datant du XIXème siècle entre son héritier Kergaël et ses amis.

Tout comme dans les tomes précédents, cela donne un rythme au récit et permet au lecteur de reconstituer certains fragments de l’intrigue à travers ce puzzle, voire d’anticiper sur certaines actions. Ce qui est très positif, car à la manière d’un enquêteur, il participe de ce fait à la construction du récit.

Cependant, les passages concernant Kergaël ne sont pas assez développés au contraire du Bâtard et restent bien une intrigue secondaire qui peut s’avérer frustrante par moments. Sa présence est pourtant importante car elle renforce le côté uchronique du récit.

De même, là où Pierre prend toute sa dimension de personnage dans le récit, Kergaël semble quelque peu effacé au profit de ses compagnons. On en sait peu sur lui, sinon qu’il est aussi malin et tête brûlée que son ancêtre.

Néanmoins, celui-ci va avancer un peu plus dans la découverte de ses origines ainsi que sur la disparition de la magie au sein de l’Histoire avec ses amis professeurs en trouvant de nouveaux indices à Cologne, là où notre Bâtard poursuit en parallèle son récit.

Il mettra à jour l’existence de deux sociétés secrètes opposées qui lui veulent plus ou moins du bien et qui oeuvrent l’une contre l’existence de la magie, l’autre pour son maintient caché. L’uchronie prend alors toute sa dimension dans les révélations qui lui seront faites et l’imbrication de tous les éléments disséminés dans les tomes précédents feront sens.

En conclusion : On retrouve avec autant de plaisir les aventures du Bâtard, avec encore plus de mystères et un récit au rythme encore plus haletant au bout duquel on ne peut que crier « Encore » et se morfondre dans son coin pour mieux attendre la suite.

Envie d’en savoir plus sur le dernier tome ? Venez lire mon interview de l’auteur avant la publication de ma critique du Testament d’involution.

Cet article a été originellement publié par mes soins sur le site Portdragon.fr

Publié dans Questions existentielles

Que lire pendant la mise en quarantaine du Coronavirus ?

Coronavirus par-ci… Covid-19 par là… Certains font des provisions de PQ ou de pâtes. Moi j’ai décidé, plutôt que de céder à la panique, de me prévoir une petite sélection de livres au cas où je serais mise en quarantaine (ou quatorzaine comme ils disent). Après tout, c’est similaire à être sur une île déserte, non ?

Des romans ou BD humoristiques

Pour dédramatiser un peu ce contexte anxiogène, rien de tel qu’une bonne tranche de rire.

Maudit Karma, David Safier ( et les livres de David Safier en général) : L’histoire d’une nana affreuse qui se réincarne en fourmi… et doit accomplir de bonnes actions pour espérer atteindre une forme animale plus sympathique !

Comment enseigner l’Histoire à un ado dégénéré en repoussant les assauts d’une nymphomane alcoolique, Tom Sharpe : Si vous aimez l’humour anglais et les personnages persécutés, plongez dans les livres de Tom Sharpe et de son personnage Henry Wilt, un professeur d’Histoire souvent pris pour un dindon. Il s’agit ici de sa cinquième aventure. Si vous avez accroché, je vous invite à découvrir les autres.

Le magasin des suicides, Jean Teulé : Un peu d’humour noir ne peut pas faire de mal et quoi de mieux qu’un univers où une famille gère un magasin proposant des méthodes de suicide ? Sauf que survient un ennemi à ce commerce : La joie de vivre

De bons présages, Neil Gaiman et Terry Pratchett : Et si on alliait Science-fiction et humour ? Voilà un livre sur l’Apocalypse avec un grand A actuellement adapté en série au Amazon Prime, avec un ange et un démon obligés de faire équipe pour retrouver l’antéchrist et enfin démarrer la destruction prévue sur Terre. Oui, mais ces deux là se sont habitués à la terre et l’antéchrist… ce n’est pas celui prévu au départ. Des aventures désopilantes sur fond de cataclysme, écrites à quatre mains par deux virtuoses de l’humour et de la SF.

Des livres de développement personnel 

Pour prendre du recul sur soi et envisager l’avenir sereinement, un roman de développement personnel est idéal.

Le philosophe qui n’était pas sage, Laurent Gounelle (et les livres de cet auteur en général) : On a tué sa petite-amie chercheuse partie en Amazonie rencontrer un peuple primitif, alors Sandro plaque tout et part sur les lieux du crime pour la venger de la plus vile des façons. Il va faire découvrir les dérives de la civilisation à cette peuplade qui ne l’a jamais connue. Un conte qui nous fait réfléchir sur notre mode de vie et la société en général.

Mange, Prie, Aime d’Elizabeth Gilbert : Adapté au cinéma, déjà très connu, mais pour ceux qui seraient passé à côté ce roman évoque le voyage initiatique de l’auteure pour se retrouver, sur une année. Elle ira en Italie redécouvrir le goût des bonnes choses et apprendre l’italien, en Inde pour méditer et finira à Bali auprès d’un vieux sorcier. Une réflexion générale de façon romancée sur ce qu’est le bonheur pour soi, et comment devenir soi-même.

L’alchimiste de Paulo Coehlo : Santiago, jeune berger espagnol rêve d’un trésor enfoui au pied des pyramides. Un jour, il plaque tout et décide d’aller trouver ce trésor. Le voyage sera semé d’embûches et l’issue inattendue. Un conte philosophique pour trouver le bonheur en soi et apprécier le voyage qui y mène.

Du Post-Apocalyptique :

Pour envisager un scénario catastrophe et dédramatiser de notre situation actuelle.

Silo, Hugh Howey : Dans un univers de chaos, les survivants s’entassent dans un Silo, société souterraine de 144 étages. Mais on ne peut y concevoir d’enfants que si on possède un ticket de loterie… récupéré suite à la mort d’un survivant. Si vous enfreignez cette règle, vous êtes condamné à l’exposition des airs toxiques de l’extérieur. Les condamnés doivent avant de mourir nettoyer les capteurs d’images donnant sur la l’extérieur. Peu à peu le doute s’installe : et si l’extérieur n’était pas ce qu’il semblait être ? et si l’origine de cette destruction n’était pas celle que l’on croit ? Un roman de SF fort sur la théorie du complot, la destruction de la planète et la survie dans un espace confiné.

Je suis une légende, Richard Matheson : Adapté au cinéma, le roman évoque une épidémie qui transforme les gens contaminés en pseudo-vampires. Robert Neville est le dernier survivant sur la terre et doit s’adapter chaque jour et chaque nuit à sa vie solitaire. Échapper aux infectés, trouver de la nourriture, ne pas sombrer dans la folie…Comment réagiriez-vous à sa place ? Un roman qui fait réfléchir sur les limites de l’humanité.

Le fléau, Stephen King : Suite à une catastrophe bien humaine, un virus se répand sur terre et c’est le chaos. Super-méchant, camps de survivants qui s’affrontent et pointe de fantastique sont au programme pour un récit-fleuve qui vous tiendra bien éveillé la nuit. Une véritable épopée manichéenne, sur fond de critique de la culture américaine à ne pas rater en contexte de crise.

Voilà pour ma PAL spéciale Coronavirus.

J’ai proposé cette sélection pour vraiment mettre de la distance vis à vis de la panique autour du virus. Cet article n’est donc à pas à prendre au sérieux (avis aux haters !)

Cependant, si vous voulez vraiment tenter un guide de survie sérieux vis à vis de la maladie, ça existe sur Amazon : Le Manuel de survie du Coronavirus de Wuhan 

Mais je ne vous garantis pas la qualité… 😉 

Niveau mesures préventives, je vous réfère au site du gouvernement et n’oubliez pas que le savon est aussi efficace qu’un gel hydroalcoolique en rupture de stock !

Sinon, vous pouvez aussi me mettre en commentaire votre sélection en cas de mise en quarantaine  😉

Gel hydroalcoolique et masques anti-infection,

A.Chatterton

Publié dans On joue ?

Bilan du Challenge lecture « L’épreuve des alliés » : mon expérience de jurée PLIB2020 #6

Un dernier challenge lecture en duo et l’annonce des 5 finalistes pour cet épisode des coulisses du PLIB2020.

L’épreuve des alliés : un challenge express en duo 

Je suis repartie pour un dernier challenge lecture dans le cadre du PLIB 2020, mais cette fois ci accompagnée d’un binôme désigné par le hasard des inscriptions, sur une durée de 15 jours.

Pour le récapitulatif des règles de cette Epreuve des alliés, si cela vous intéresse, je vous renvoie à mon article précédent.

J’ai réalisé ce challenge avec Shury, qui n’est pas un juré du PLIB, mais un grand lecteur désireux de participer à ce challenge court et qui partage ses lectures sur son compte intagram.

Après avoir fait connaissance sur le tchat Discord de l’Epreuve des alliés, nous avons échangé nos PAL respectives. A des fins tactiques, j’ai proposé de réduire aux livres de moins de 500 pages afin d’en lire un maximum pendant cette brève période de 15 jours.

Au terme de deux jours de réflexion, nous avons envoyé à l’autre la liste qu’il allait lire.

Il a choisi pour moi les titres suivants, issus de ma PAL :

Et j’ai choisi ces titres issus de la sienne :

Nos deux lectures communes pour gagner des points bonus sont :

 

L’avantage du challenge lecture en duo 

Pour l’équipe des mages, il s’agit d’accumuler le plus de points afin de battre les deux autres.

A titre individuel, je souhaitais faire baisser ma PAL avant le Festival des Imaginales, pour acheter de nouveaux livres.

Mais ce que j’ai appris le plus avec ce défi en duo, c’est que lorsque quelqu’un d’extérieur t’oblige à lire des livres de ta PAL, cela créé de l’inattendu, du suspense dans ton quotidien de lecteur.

En plus, tu découvres d’autres livres dans sa PAL à lui, et cela te donne de nouvelles idées de lecture (donc tu agrandis ta PAL… !).

Et surtout tu rencontres une personne qui aime autant lire que toi, et tu peux échanger avec elle sur tes lectures communes ou les autres, et c’est vraiment cool.

Le bilan du défi 

J’ai lu 3 livres et Shuri 4 (bon d’accord  2 et demi et 2 +2 et demi…) en 15 jours.

J’ai passé un bon moment à discuter avec mon binôme et à me mettre enfin à lire des romans qui étaient depuis un moment dans ma pile à lire. J’ai été déçue de Je suis Fille de Rage, et au contraire, très emballée par La 25e heure (mais j’en reparlerai via mes retours de lecture).

J’ai flippé sur la dernière ligne droite comme d’habitude en accélérant la cadence, mais aussi au début du défi : Bien que je l’ai commencé dans les temps, j’ai voulu lire en premier Je suis fille de rage de Jean-Laurent Del Socorro, emprunté à la bibliothèque qui est… un pavé ! Entre la peur de ne jamais en venir à bout et celle de rendre le livre dans les temps, cela n’a pas été facile. (et je me dis que je suis trop à fond dans les défis…)

Avec le recul, je pense que les défis courts ne sont pas pour moi, car j’aime prendre mon temps pour lire, surtout si le livre est intéressant. 15 jours est un délai beaucoup trop restreint.

Finalement, après deux défaites consécutives mon équipe, celle des mages, a gagné ! Il fallait bien qu’on réussisse une fois avant la fin des défis 😉

Retour sur les 5 finalistes du PLIB 2020

Le 22 février, à l’issue des votes des Jurés du Prix, ce sont les titres suivants qui ont remporté les suffrages pour aller en finale :

 

Sur les 5 romans sélectionnés, je n’ai que Je suis fille de rage en commun avec ma propre sélection, donc je suis assez déçue.

Tous les jurés sont à présent lancés dans la lecture des 5 finalistes jusqu’à août, pour écrire les critiques de chacun des livres et surtout voter pour le vainqueur.

Autant dire que lire des livres qui ne m’intéressaient absolument pas à la base ne m’enchante pas, mais c’est le jeu. Et peut-être qu’il y aura de bonnes découvertes. Comme je le disais plus haut, j’ai été un peu échaudée par Je suis fille de rage après lecture, car je pensais qu’il serait aussi bien que les deux romans précédents de l’auteur. Mais cela n’a pas été le cas.

Je ferai un nouveau pronostic après lecture de l’ensemble des livres. Je pense qu’à présent, il n’est plus possible de se fier à ses intuitions avant d’avoir lu le livre.

La vie d’un juré de prix littéraire est bien difficile 😉

Poils de chats et crin de licorne,

A. Chatterton

Publié dans Questions existentielles

Mes héroïnes de roman préférées

En cette journée internationale du droit de la femme, j’ai eu envie de partager avec vous mes six héroïnes de prédilection rencontrées au fil de mes lectures. Peut-être avons nous les mêmes ? A vous de me le dire…

Joséphine March, Les quatre filles du Docteur March de Louisa May Alcott.

J’ai toujours apprécié le personnage de Jo March (alias Joséphine March) pour son côté impétueux, sa volonté farouche de s’émanciper à une époque où les femmes sont reléguées à la maison, et son envie d’écrire. Malgré un caractère bien trempé qui lui vaut des déconvenues, elle se fiche pas mal de ce qu’on pense d’elle et fait preuve d’une grande générosité. Quand elle va jusqu’à sacrifier ses cheveux pour récolter de l’argent pour sa famille ou qu’elle envoie des piques à sa vieille tante riche, j’envie son culot et sa bonté. On ne peut pas dire que ses convictions lui facilitent la vie mais elle est entière et c’est ce qui me plaît le plus chez elle.

Hermione Granger, Harry Potter de J.K Rowling.

Hermione est l’archétype d’une Mademoiselle Je-sais-tout entre son intelligence vive et son besoin (peut-être inconscient) de connaître tout de la magie, elle qui vient d’une famille sans pouvoirs. Malgré son côté agaçant, elle reste une amie fidèle envers Harry et Ron, fait preuve d’un immense courage vis à vis des dangers qui les guette et surtout se bat pour une cause qui n’a pas de valeur aux yeux des magiciens pur sang : la défense des créatures magiques. Si on la transposait dans notre monde moderne, elle serait une militante de la cause animale. C’est un personnage qui évolue au fil de la saga Harry Potter, passant du statut de première de la classe respectueuse des règles et mal dans sa peau, à une jeune fille épanouie et consciente que le monde ne consiste pas à respecter ces règles. Pour moi, elle reste un personnage féminin qui a marqué une génération de lectrices.

Dolorine Carmine, Dolorine à l’école, Les soeurs carmines tome 3 de Ariel Holtz.

Dolorine à l'école ariel holtz

Dolorine Carmine est la benjamine des soeurs Carmine. Accompagnée de son doudou Monsieur Nyx (une poupée faite de chaussettes ayant appartenu à des condamnés à mort), elle évolue dans le monde de Grisaille pleins de zombies et de fantômes avec son regard d’enfant un peu naïf mais tout de même intelligent. Ce qui est fascinant avec ce personnage, est qu’elle comprend souvent les choses de travers et cela occasionne des scènes hilarantes, et une lecture à double niveau du récit par le lecteur. Dolorine est aussi une petite fille particulière : elle voit les fantômes mais parle peu aux gens vivants. Pour se faire des amis, cela reste compliqué. Monsieur Nyx reste son ami préféré même s’il lui demande de tuer des gens, ce qu’elle ne fait pas car elle a bon fond. Elle reste un personnage féminin qui sort de l’ordinaire, essayant de sortir de l’enfance et de trouver sa place dans sa famille et le monde qui l’entoure.

Irène Adler, Un scandale en Bohème de Arthur Conan Doyle

Seule femme aimée par Sherlock Holmes, escroc d’une beauté renversante, uniquement intéressée par son profit personnel, Irène Adler reste un personnage emblématique, et envié pour son indépendance vis à vis des hommes. Ma version préférée reste celle incarnée par Rachel McAdams dans le film de Guy Richie : Sherlock Holmes, jeux d’ombres. On y retrouve une Irène pétillante, mutine et joueuse devant un Sherlock qui en perds ses moyens. La version dominatrice de la série Sherlock de Mark Gatiss est très bien trouvée également, rappelant qu’elle utilise les hommes sans s’y attacher. Malgré ses manigances, on ressent son côté fragile, désireux de s’assurer un avenir, comme tous les cambrioleurs, même si l’adrénaline et le danger sont ses amies. Une bad girl détestable comme on n’en fait plus en littérature.

Sarah Crewe, La petite princesse de Frances Burnett

La « petite princesse » comme la surnomment ses camarades, a vécu bien des tourments depuis son enfance avec le décès de sa mère pour commencer, puis la disparition de son père qui la plonge dans un profond dénuement. Ce qui me plaît dans ce personnage, est son regard positif envers la vie, sa générosité et son côté humble. Quand elle est riche, elle n’en devient pas hautaine. Quand elle devient pauvre, elle reste charitable. Une petite fille courageuse qui sait évoluer au fil des aléas de l’existence. Un exemple à suivre. Une Cendrillon d’un autre temps.

Emma Woodhouse, Emma de Jane Austen

Emma, soucieuse d’aider ses amies mais aussi pour lutter contre l’idée du destin réunissant les couples, a décidé de jouer les entremetteuses. Au final, cela s’avère catastrophique pour elle comme les autres. Avec ce personnage, on évoque une jeune aristocrate qui a peur d’aimer, dans la société anglaise de la Régence plus soucieuse de marier ses filles par intérêt que par amour. Mais… Emma est complexe. Elle apparaît comme un être capricieux, parfois méchant par ennui, et très imbu de sa personne. Elle pourrait passer pour une féministe de son temps, refusant de se marier pour céder aux intérêts familiaux, mais l’histoire va plus loin. Son orgueil de petite fille gâtée doit être corrigé et elle doit se rendre compte qu’on ne peut pas tout diriger comme on l’entend. Pour moi, Emma reste une héroïne particulière dans l’univers de la littérature et celui de Jane Austen. Elle marque par sa présence, mais on a envie de lui donner des claques afin qu’elle ne passe pas à côté de l’amour par pure conviction personnelle.

J’en ai terminé avec mes héroïnes préférées. Qu’en as-tu pensé ? As-tu retrouvé les tiennes ? Si oui, dans lesquelles te retrouves-tu le plus ? Si non, quelles sont tes héroïnes littéraires de prédilection ? Dis-moi tout en commentaire ! 😉

Amour et roses des prés,

A.Chatterton.