Publié dans Ateliers d'écriture, On joue ?

Concours d’écriture : la nouvelle policière

Depuis trois ans déjà, je soutiens une manifestation littéraire appelée Les Rencontres littéraires du polar et du roman noir du Deschaux ou plus simplement L’Automne sera noir. Il s’agit d’une journée organisée dans le village de Le Deschaux dans le Jura, autour de la littérature policière, qui comprend des dédicaces d’auteurs, une table-ronde littéraire, parfois un jeu, et surtout un concours de nouvelles ! Je me suis dit que l’exercice pourrait peut-être vous intéresser, alors voici le sujet de l’édition 2020…

Qui peut concourir ?

Il est possible de concourir selon 4 types de catégories :

  • Si tu es prof et que tu as une classe de primaire : la rédaction collective d’un texte de 3 pages minimum.
  • Si tu es prof et que tu as une classe de collège ou lycée : la rédaction collective d’un texte de 5 pages minimum.
  • Si tu as moins de 18 ans (catégorie Ado) : la rédaction d’un texte individuel de 5 pages minimum.
  • Si tu as plus de 18 ans (catégorie Adulte) : la rédaction d’un texte individuel de 8 pages minimum

Quel est le règlement du concours ?

Ce concours ne requiert pas de droit de participation à régler. En revanche, il implique le respect du règlement du concours, le fait que tu ne peux te prévaloir d’un droit d’auteur par la suite, sur ton texte et que tu autorises son utilisation à but non lucratif (ex : à des fins pédagogiques, lecture publique…).

Chaque participant doit réaliser une nouvelle originale avec un titre.

La nouvelle doit finir par cette phrase : « Écartant les roseaux, elle sortit de l’eau, puis se mit à courir dans la nuit. » et comprendre les mots suivants : Etang Billedon, Bois des Noues, Les Granges, Le garde champêtre, Chiens, Chevaux, Château. (ce sont pour certains, des quartiers du village de Le Deschaux).

Le texte doit être présenté sous format A4 (21X29.7cm) avec une police de caractère en corps 12, interligne 1.5 et une marge de 2 cm à gauche  et 1.5 cm à droite.

Selon la catégorie dans laquelle tu concours, il faudra indiquer :

  • Pour les enseignants de primaire : Le nom de l’établissement, de la classe et du professeur.
  • Pour les enseignants de collège et lycée : Le nom de l’établissement, de la classe et du professeur référent.
  • Pour les adultes et adolescents en individuel : ton nom, prénom, adresse postale, email et numéro de téléphone. Et ta date de naissance si tu n’as pas 18 ans.

Ta nouvelle est à envoyer par email  au bibliothécaire du Deschaux, Michel Venel à l’adresse suivante : bibliotheque.le.deschaux@gmail.com  

L’email devra comprendre deux pièces jointes sous word : la première pièce-jointe sera la nouvelle, la seconde pour tes coordonnées.

Attention : La date limite de participation  est le 15 juillet 2020 !

Qui délibère pour le vainqueur ?

Le jury est présidé par le Maire du Deschaux, Patrick Jacquot. Il est composé de Michel Venel, responsable du projet et de la bibliothèque du Deschaux, Annick Fontaine, Correspondante du Progrès, Sandrine Kedziora et  Joël Verdelet, Conseillers Municipaux, Virginie Pique, Bibliothécaire à la médiathèque du Grand Dole et Corinne Desies-Dalloz, libraire à Poligny.

La remise des prix aura lieu le Dimanche 06 septembre à 15 h à la salle des fêtes du Deschaux. Tous les participants recevront un courriel le Vendredi 01 septembre pour connaître les résultats.

Tous les textes feront l’objet d’un recueil consultable à la bibliothèque du Deschaux.

Qu’est ce qu’il y a à gagner ?

Selon la catégorie dans laquelle tu concours, le prix sera différent.

Pour les enseignants, l’ensemble de la classe recevra un livre par élève et un par enseignant, au choix parmi les auteurs invités du Salon.

Pour les adultes et adolescents qui concourent en individuel, un lauréat de chaque catégorie recevra trois romans policiers dédicacés de son choix parmi les auteurs invités du Salon.

Pour te donner une idée des auteurs invités au salon, je t’invite à consulter la page facebook de l’événement où Michel, le bibliothécaire du Deschaux, publie régulièrement les noms des invités. Les années précédentes, le salon a accueilli 17 auteurs dont : Gaëlle Perrin-Guillet (dont je t’ai parlé avec le roman Soul of London), Guillaume Ramezi, Estelle Tharreau, Michel Embareck, Philippe Koeberlé, Hugues Pagan, Sébastien Lepetit, Eric Martzloff… Certains sont des auteurs régionaux, d’autres d’anciens flics, tous sont passionnés par le roman noir ou policier.

Le mot de la fin…

Cette manifestation est très familiale et c’est toujours un plaisir pour moi de retrouver ce petit monde. Je t’invite à y venir si tu passes dans le Jura. La prochaine aura lieu le dimanche 6 septembre 2020, à la salle des fêtes de Le Deschaux si tout va bien…

Si tu ne souhaites pas participer au concours, tu peux toutefois t’entraîner à cet exercice d’écriture sous contraintes. C’est un bon moyen pour développer tes compétences de novelliste en herbe, surtout si tu débutes en nouvelle policière.

Loupe et relevé d’empreintes,

A.Chatterton

Publié dans Lectures

Une collection d’ennuis, Alex Evans, éditions ActuSF

Que faire si la collection d’objets érotiques que vous venez d’acquérir vous apporte plus d’ennuis que d’argent ? Tel est le dilemme de Vif-argent, une antiquaire de la Cité de Jarta. Mais l’ancienne voleuse a encore de la ressource ! 

Résumé : Vif-argent, une antiquaire raffinée, s’apprête à mettre en vente une collection pour le moins inhabituelle. De plus, un élément du lot semble attirer la convoitise d’individus aussi divers que mal intentionnés. La jeune femme se retrouve obligée de protéger sa marchandise, tout en gérant les problèmes conjugaux de l’un de ses amis et les bourdes de son ado de fils. Heureusement, Vif-argent a plus d’un tour dans son sac…

Mon avis :

Où l’on rencontre une nouvelle héroïne de l’univers d’Alex Evans

Alex Evans a pour principe dans ses récits de mettre en avant ses personnages féminins. Une collection d’ennuis ne déroge pas à la règle en nous présentant Vif-Argent, ancienne voleuse, antiquaire respectable mais aussi mère célibataire d’un ado en pleine crise dans la belle cité de Jarta.

Femme exilée, sorcière en secret, elle ressemble un peu à Padmé de Sorcières et Associées dans son envie de paraître respectable (même confrontée à des gredins en affaires). Elle a malgré tout bon fond car en plus d’être une commerçante douée, elle s’efforce d’aider ses amis.

Après les sorcières-détectives, les archéologues et les scientifiques, avec ce personnage, nous abordons un aspect de l’univers de Jarta qui a une grande importance : celui des antiquaires. Car souvent la magie réside dans des objets ou reliques, et c’est par eux qu’ils transitent. Il s’agit donc d’un métier potentiellement dangereux, surtout si l’objet en question attire des convoitises peu ordinaires, ou que vous l’avez acquis malhonnêtement.

Une intrigue pleine de rebondissements et d’humour

Une collection d’objets ayant peut-être appartenu à la grand-mère de Padmé (hypothèse personnelle, peut-être erronée) arrive dans la boutique de Vif-Argent et c’est le début d’un bon pactole mais aussi de pas mal de problèmes.

Entre un objet possédé et un autre convoité par plusieurs personnes mal intentionnées, Vif-argent va en voir de toutes les couleurs.

Les éléments de l’intrigue sont jetés ça et aident à maintenir le suspense. Le lecteur, comme l’antiquaire, va devoir mettre les choses bout à bout pour venir à bout de ce puzzle.

Quelques surprises sont à prévoir, mais aussi des passages hilarants avec notamment un chef d’équipage épuisé par sa femme nymphomane (mais soucieux qu’elle lui soit fidèle), un prêtre possédé et surtout un fils en pleine crise d’émancipation.

La pauvre Vif-Argent va devoir faire preuve de sang-froid pour concilier vie professionnelle et personnelle et cela ne sera pas de tout repos.

En conclusion : Une nouvelle amusante qui introduit la caste des antiquaires, auprès d’une héroïne très maline mais dépassée par son fils. Encore une fois, Alex Evans nous propose un personnage féminin qui essaie de se construire une nouvelle vie dans une ville multiculturelle, en partant de rien. Une belle leçon de vie.

Si toi aussi tu as envie de lire cette nouvelle, c’est possible ! Elle est disponible gratuitement sur le site des éditions ActuSF. N’hésite pas à me faire un retour en commentaire 😉

Publié dans Veille littéraire du net

And my watch begins #10

Au sommaire de cette watch : un forum dédié à la littérature anglaise, une visite virtuelle d’un musée japonais d’animation très connu, deux concours pour gagner des livres, un podcast d’histoires glaçantes sur les yokai, des jeux steampunk, un article sur ma chaîne de musique préférée, un salon du livre virtuel LGBT et des livres-maisons…

Le site internet de la semaine

whoopsy daisy

Tu l’auras remarqué au fil des watch, je suis fan de littérature anglaise. Entre J.K. Rowling, Beatrix Potter, Jane Austen, les soeurs Brontë et Arthur Conan Doyle, mon petit coeur s’emballe assez rapidement pour le continent britannique. Et je vais te dire un secret : j’y ai même travaillé pendant un an ! Mais c’est une autre histoire…

Le site que je te présente aujourd’hui regroupe un peu tous mes auteurs britanniques préférés et bien d’autres, mais aussi une communauté active sur le sujet. Il s’agit de Whoopsy Daisy. 

Ce site est un forum participatif très large sur la littérature anglophone, principalement britannique mais aussi américaine. Tu peux y réaliser des challenges de lecture, y trouver des conseils de livres selon différentes thématiques ou genres,  ou débattre sur ton film préféré.

Le design reste celui des forums des années 2000, et il faut un peu de temps au début pour se repérer, mais cela en vaut la peine. Les Whoopsy Daisiennes sont très dynamiques et accueillantes et tu peux lancer tes propres sujets tout en respectant la charte de bonne conduite du forum bien sûr. En bref, un super espace de discussion et de découverte pour tout amateur de culture anglophone qui se respecte. 😉

La visite virtuelle du mois

Cette fois-ci, je t’emmène… au Musée Ghibli ! Situé à Mitaka, dans la banlieue de Tokyo au Japon, le musée est fermé au public depuis le début du confinement. Ils ont donc décidé de réaliser des vidéos pour présenter le parc et de les présenter sur leur chaîne Youtube. Certes, il n’est pas possible de visiter le musée dans le cadre d’une véritable visite virtuelle comme sur Google maps ou avec un module de vidéo en 360°C, mais c’est toujours un premier pas pour découvrir ce musée de plus près.

Moi qui suis fan des films d’animation de ce studio, je retrouve avec plaisir la mignonitude  des intérieurs mi-japonais mi-européens fantasmés,  tout en restant dans mon canapé, et cela me fait voyager un peu à défaut de partir en vacances. Le bémol ? La visite est un peu courte : 6 vidéos de 1 minute chacune. J’aurais préféré un plus grand tour, mais le musée publie quand même régulièrement des vidéos. Qui sait ? D’ici l’été, nous verrons peut-être un peu plus l’intérieur du parc ? J’ai trouvé une vidéo d’une youtubeuse sur les extérieurs si cela t’intéresse, pour patienter. Visiblement, filmer à l’intérieur n’est pas autorisé pour les visiteurs du musée…

Deux concours pour gagner des livres

Cette semaine, je suis tombée sur deux concours pour gagner des livres sur les réseaux sociaux :

Le premier est organisé par la romancière Elodie Serrano, auteure de Cuits à point aux éditions ActuSF. Il s’agit de remporter un exemplaire de son livre en allant sur sa page auteur Facebook. Si tu ne connais par l’intrigue, je t’invite à relire ma chronique sur le sujet. Le concours se terminera le 25 mai à 18h.

Le second concours a lieu sur le compte Instagram des éditions Snag et en partenariat avec le PLIB 2020. Tu peux remporter un exemplaire de La cité des Chimères de Vania Prates, une des finalistes du Plib 2020, ou carrément un swap réalisé par l’auteure (avec un exemplaire dédicacé de son livre et pleins d’autres trucs). Le concours se terminera le 29 mai. Tu trouveras un résumé du livre en cliquant sur le titre pour te donner une idée de l’intrigue. 😉

Le podcast de la semaine

téléchargement

Il y a peu, j’ai rejoins un club lecture sur Discord avec qui j’échange beaucoup (ce qui fera l’objet d’un article pour t’en parler) et cela m’a permis de découvrir de nombreux podcasts dont celui de La librairie Yôkai. Il est écrit et réalisé par Amandine Coyard, une créatrice de contenus qui réside à Tokyo. Il y a deux formats : Les histoires glaçantes, épisodes courts de 4 minutes où elle propose une histoire qu’elle a écrite autour d’un Yokai. Et les formats plus longs de type émission où elle raconte des histoires vraies et des légendes sur un Yokai en compagnie de Mathieu de Mensetsu. Les podcasts des émissions sont en accès libre sur le site d’Amandine, et aussi sur Spotify. Ceux sur les Histoires glaçantes sont accessibles sur la plateforme Badgeek. Un podcast idéal pour en apprendre un peu plus sur la culture japonaise mais évite tout de même les histoires glaçantes le soir avant d’aller dormir… 😉

Les jeux de la semaine

Les beaux jours reviennent et j’ai la nostalgie des conventions et des festivals geek et littéraires auxquels je me rends d’habitude. Alors j’ai décidé d’amener le festival à toi en te proposant des jeux steampunk qui sont habituellement présents lors des manifestations. J’en connais actuellement trois :

Le Duel de thé consiste à s’affronter à deux autour d’une tasse de thé et d’un biscuit à thé. Le but est de manger son biscuit trempé de thé avant l’autre, sans qu’il tombe non plus, au top-départ de l’arbitre. Attention à ne pas le faire tomber dans ton thé ou sur toi, sinon gare aux pénalités !

Le Duel d’ombrelle reprend les codes du chifoumi (pierre-papier-ciseaux). On s’affronte à deux comme un duel au pistolet, dos à dos. Et au signal de l’arbitre, on se retourne en réalisant une figure avec son ombrelle. Certaines figures sont plus fortes que d’autres. Il y a en général trois manches. Si tu n’as pas d’ombrelle à la maison, tu peux utiliser un parapluie. 😉

Pour finir, le Teapot-Racing est une course de théières téléguidées. Tu as bien lu ! Les vaporistes (=gens qui font du steampunk) sont des bricoleurs. Une voiture téléguidée toute simple, très peu pour eux ! Ils ont décidé de monter des théières sur des ossatures de voitures téléguidées,  et le must, c’est de l’accorder avec sa tenue steampunk. Tu peux bien sûr faire des courses d’obstacles et inventer des défis chronométrés avec ta création.

L’avantage de ces trois jeux est qu’ils nécessitent peu de matériel (à part le teapot-racing) et que tu peux y jouer en intérieur comme en extérieur (si, si, même dans ton salon !)

Si tu souhaites connaître les subtilités des règles pour ces trois jeux, je t’invite à lire l’article d’Arthur Morgan à ce sujet. Et si tu veux aller plus loin, il existe la Fédération Française de Duel de thés, la Fédération Française de Duels d’ombrelles et la Teapot-racing France. D’autres jeux existent certainement, d’autres sont à inventer, dans tous les cas, le but est de s’amuser, de bricoler et de socialiser, le tout avec distinction bien sûr !

L’article de la semaine et la chaîne de radio qui l’accompagne

La semaine dernière, j’ai lu un article de Traxmag concernant la musique Lo-fi hip-hop  qui m’a marquée. En effet,  je croyais être une des rares personne à écouter ce genre de musique sur internet. En fait, j’ai découvert que nous sommes des millions et l’article explique très bien les origines de cette musique, et surtout quelle population elle regroupe.

Pour résumer, c’est un style créé fin années 90-début années 2000 mélangeant plusieurs genres musicaux, qui rassemble des adolescents fans de dessins animés japonais et de communautés en ligne. Une musique idéale pour réviser à la maison seul dans sa chambre, loin du tumulte extérieur, mais parfois aussi teintée de solitude et de tristesse. Dans l’article, tu apprends qu’une des vidéos les plus populaires a dû être archivée par Youtube lui-même pour qu’elle continue d’exister, car le créateur de la chaîne a cessé d’émettre en dépit de millions de vues. Tu apprends aussi qu’une autre vidéo a fait l’objet d’une campagne de prévention contre le suicide…

Bref, tout cela ne semble pas très gai même si la musique en soi est plutôt sympa. Par ailleurs, il faut mettre un peu de distance sur ce qui est raconté dans l’article vis à vis de son public par exemple. Même si je suis fan de culture japonaise et de communautés en ligne, je ne suis pas une ado ! Ceci dit, j’ai été contente de savoir que je n’étais pas la seule à être fan de Lo-fi hip hop et je t’invite à lire cet article fort intéressant si toi aussi tu en écoutes.

Pour aller plus loin,  j’en profite pour te faire découvrir ma chaîne de Chill préférée : Lo-fi Hip hop radio. Je l’écoute souvent pour écrire mes articles car cela m’apporte une ambiance sereine de travail. J’apprécie aussi l’animation réalisée sur la vidéo avec le raton-laveur et les changements de saison ou les rythmes de la journée derrière la fenêtre. Bref, ouvre la vidéo et tu comprendras. 😉

Un salon du livre virtuel

yby éditions

 

Les éditions YBY, spécialisées dans la littérature LGBT ouvrent un salon virtuel littéraire qui aura lieu les 4 et 5 juillets prochains. Il se nomme Y/Books et aura lieu sur Discord avec pour le moment les auteurs de cette maison d’édition dont Emrys que je t’avais déjà présentée avec la chronique sur sa nouvelle Derniers battements. Toutes les informations sur l’Événement sont à retrouver sur le site de la maison d’édition et sa page facebook. Il est déjà noté au programme des tables-rondes, des rencontres d’artistes et des surprises à gagner. Alors, retiens la date, en plus tu n’auras pas à bouger de ton canapé ! 🙂

L’artiste du moment

Connais-tu les miniatures Book Nooks ? Si le nom ne t’évoque rien, tu auras certainement vu passer ces photos sublimes sur Bored Panda de livres aménagés dans des bibliothèques comme des mini-maisons miniatures pour des habitants invisibles. Cela te revient ? Cette semaine, j’ai découvert un article détaillé en anglais du blog Messy Nessy Chic qui explique un peu comment sont nés ces livres-maisons-miniatures.

75367547_167008714497645_4536328930023187881_n-930x698

Visiblement, une importante communauté de créateurs de ces maquettes peu ordinaires est présente sur Reddit.com. Il y a une forte entraide avec un mode d’emploi pour les débutants et une partie exposition où chacun montre sa dernière création. Pour quelques créateurs, l’engouement a été tel de la part du public qu’ils ont commencé à vendre leurs créations sur Etsy… avant d’être vite dévalisés ! Maintenant, ils ne produisent que sur commande car créer ce genre de projet prend énormément de temps, mais tu peux encore en trouver à la vente. Compte en moyenne entre 100 et 200 euros pour une reproduction d’une rue japonaise, ou du Chemin de Traverse…

Pour ma part, j’ai tenté de réaliser une maison-livre pour Marmouset, ma souris de bibliothèque, mais le résultat est très loin de ce que font les Book-Nookers, car je n’ai pas leur talent… 😦

Miss Chatterton cliché par Anais Nannini

Voilà, ma veille littéraire de la semaine est terminée. N’hésite pas à m’indiquer en commentaire tes propres trouvailles pour la beauté du partage. Si tu as raté mes autres watch, tu peux les retrouver ici.

Miniatures et musique zen,

A.Chatterton

ps : le dernier cliché est d’Anais Nannini

Publié dans Lectures

Love in 56K, Clémence Godefroy, éditions du Chat noir

L’amour est souvent au coeur des romans de Clémence Godefroy. Dans Love in 56K, il en sera question mais pas seulement : amitié, problèmes d’adolescence et quête de soi seront également au rendez-vous. Bienvenue dans les années 1998 !

Résumé : A la rentrée de septembre de Westbridge High, Erika Schmidt est bien déterminée à faire de cette année scolaire 1997-1998 la meilleure de sa vie : de bonnes notes, de bons moments avec ses deux meilleures amies, et une place dans la rédaction du journal du lycée, voilà tout ce qu’elle désire. C’était sans compter sur Scott Peterson, qui est devenu hyper craquant en l’espace d’un été, et tous les déboires qui s’ensuivent quand on est plutôt timide avec les garçons et plutôt vue comme une nerd par les élèves populaires du bahut. Heureusement, Erika vient de commencer une nouvelle série de livres, Les Sorciers de Bellwood, qui lui fait oublier ses problèmes. En attendant le prochain tome, elle trouve sur Internet un forum de fans, puis des sites de fanfic, et bientôt sa connexion 56K est à la fois son seul réconfort et son secret le mieux gardé…

Mon avis :

Bienvenue dans un lycée américain

J’ai commencé ce livre sans jeter un oeil au résumé.  Ce qui m’a surprise le plus pendant les premiers chapitres, a été la sensation de lire un roman se déroulant en France, jusqu’à ce que des détails viennent perturber l’intrigue : aucun lycéen français ne possède  de voiture pour se rendre en cours avec ses amis !

Clémence Godefroy est française, mais elle a recrée avec brio cette ambiance lycée américaine qui regroupe pas mal de clichés, et qu’on retrouve dans certaines séries tv. Cependant, elle y a ajouté sa touche personnelle pour que ces clichés ne nuisent pas à la qualité de l’intrigue.

Par exemple, au niveau des personnages, on retrouve les différents groupes typiques : les nerds du club d’informatique, l’équipe de sport (basket, football), les pom-pom girls populaires, la peste de service, la bande de copines intellos, le meilleur ami gay.

Les nuances interviennent dans la construction des personnages. Ainsi, dans l’équipe de basketball, Scott est aussi un geek qui a du mal à s’intégrer;  dans le club informatique,  on compte une future diplômée de grande université très sûre d’elle, … Chacun n’est pas celui qu’il semble être et c’est ce qui fait la richesse de ce récit.

L’auteur aborde plusieurs sujets sur cette période charnière de Première-Terminale propres aux américains : les fêtes entre élèves, le souci d’aller s’inscrire ou non dans une université après la remise des diplômes, les virées au centre-commercial, les jobs d’appoint, le sous-sol aménagé en antre d’ado, le fait d’avoir ou non une voiture, et surtout la sexualité naissante.

Tout contribue à recréer cette époque de liberté surveillée, de désir d’émancipation, de rêves à venir de ces adolescentes américaines mais qui s’étend aussi aux françaises sur certains points comme la sexualité.

Premiers émois amoureux dans la vie d’une lycéenne

Erika est le personnage principal de cette histoire. cette année, elle a décidé avec sa bande de copines qu’elle se montrerait plus adulte. Mais voilà, elle a développé une passion pour une saga littéraire empruntée à sa  petite soeur. C’est un secret honteux qu’elle préfère garder pour elle. Et il est d’autant plus honteux car elle écrit de la fanfiction dessus ! Ses amies ont aussi des secrets, mais on les découvrira plus tard…

Clémence Godefroy sait évoquer avec finesse, à travers le portrait de ces trois amies, les interrogations sur ce qu’est grandir, les expériences sexuelles et amoureuses, le bouillonnement intérieur hormonal, la métamorphose de son corps, la peur d’être soi face au regard des autres et les hobbys honteux.

A travers l’histoire d’Erika surtout, elle propose une ode au courage d’être soi, la volonté d’aimer et de vivre ses passions, ce qui n’est pas donné à tout le monde. Car le lycée est impitoyable : on abordera le harcèlement scolaire, la timidité amoureuse et ses maladresses, la jalousie maladive.

Le seul bémol que j’ai pu trouver est une fin de roman qui m’a semblée un peu abrupte ou du moins, j’aurais apprécié un récit  plus long.

Une ode à la fin des années 1990

Ce roman est destiné à deux publics, je dirais : l’adolescent lambda qui découvre des sujets qui le touchent mais dans le contexte de la fin des années 90. Mais aussi, l’adulte qui a vécu cette période et se remémore la saveur de certains détails (ce qui est mon cas).

L’auteure a parfaitement réussi, par petites touches à nous plonger dans la vie d’un ado de cette période. On aborde le style musical très pop, la mode un peu flashy par moments, les débuts d’internet et des connexions incertaines, les cours d’éducation sexuelle foireux, les boybands, le coût important d’un ordinateur, la quasi absence des téléphones portables, et surtout la saga des sorciers de Bellwood qui ressemble un peu à celle d’Harry Potter.

Le plus gros clin d’oeil réside dans les forums de fanfiction, véritable refuge pour les timides, nerds, intellos de l’époque, où l’on peut échanger autour d’un sujet qui vous passionne sans être jugé et retrouver des gens intéressés par les mêmes centres d’intérêts. Pour certains, c’est aussi un moyen de développer leurs talents d’écrivain.

En conclusion : un roman Young adult mode d’emploi sur comment avoir le courage d’être soi au lycée, qui traite également avec finesse le sentiment amoureux. Un petit bijou à découvrir autant pour les ados que pour les nostalgiques de la fin des années 90.

 

 

 

Publié dans Ateliers d'écriture

Atelier d’écriture #6 : développer sa créativité avec Rory’s Story Cubes

Depuis peu, j’ai découvert un moyen de lutter contre l’angoisse de la page blanche mais aussi une façon de développer ma créativité : j’utilise le jeu Rory’s Story Cubes ! Laisse-moi t’expliquer comment ça marche et ce que j’en retire…

Rory’s Story-Cubes, c’est quoi ?

Il s’agit d’un jeu de dés créé en 2004 par quelqu’un appelé Rory qui a découvert que l’observation d’images suscitait l’imagination. L’idée lui est venue d’en faire un jeu de dés incluant des dessins au lieux de numéros, pour créer des histoires sous le nom de Rory’s Story cubes. Le jeu a été racheté par la suite en 2016 par l’éditeur de jeux Asmodée et le studio Zygomatic, qui le déclinent maintenant en plusieurs versions : le set classique, celui sur la fantasy, les héros, la préhistoire, les voyages, etc…

Personnellement, je travaille avec le set de base (orange) et j’ai été agréablement surprise de découvrir qu’il existait des versions différentes de dés.

Comment fonctionne ce jeu ?

Rory’s Story cubes est un jeu de 9 dés qui peut s’utiliser seul ou à plusieurs, à partir de 3 ans. Ses règles sont assez simples à comprendre et tu peux créer tes propres variantes.

Selon les règles officielles, si tu joues à plusieurs, chaque joueur doit lancer ses dés et inventer une histoire en commençant par la ritournelle « Il était une fois »…

Si vous avez des difficultés à commencer, il est possible d’utiliser les trois premiers dés pour la mise en place de l’intrigue, les trois suivants pour le développement, et les trois derniers pour le dénouement.

Tu peux aussi t’aider des mots de liaison présentés dans la vidéo de présentation d’Asmodée afin de structurer ton récit : Il était une fois, un…, puis, soudain, ensuite, heureusement, mais, après, enfin, fin.

Pour l’inspiration, c’est très libre : contes, séries tv, livres, vie de tous les jours… peuvent être utilisés.

A plusieurs, il est aussi possible de se lancer des défis comme inventer une histoire drôle ou effrayante. Si tu as plusieurs set de dés, tu peux les mélanger pour créer des récits inédits.

De mon point de vue, je trouve qu’il s’agit d’un outil très intéressant à utiliser pour des groupes d’écriture créative ou des soirées avec des amis écrivains en herbe.

Comment je l’utilise pour écrire ?

Tu l’auras compris, j’utilise ce jeu seule pour l’écriture. C’est en quelque sorte un stimulateur de créativité anti-page blanche. Les images données par le tirage des dés font appel à des images mentales dans mon esprit et m’aident parfois à me débloquer, parfois à m’amuser. J’en ai tiré deux méthodes :

Méthode 1 : quand je sèche sur un passage d’un récit en cours

En pleine écriture de roman, il m’arrive de bloquer pour trouver la fin d’une histoire ou un nouvel élément. Alors je sors ma boîte de dés, je les lance et je regarde si les images suscitées me donnent des idées. Je peux dériver sur des histoires parallèles au récit principal et complètement fantasques… qui aboutissent à des idées probantes ou pas. Cela dépend des jours. Sinon, je prends une pause et je pense à autre chose, histoire de faire maturer la suite du récit.

Méthode 2 : quand je veux me changer les idées et inventer une histoire juste pour le fun

Parfois, j’ai envie d’une récréation créative. Alors, je me lance des petits défis pour m’amuser avec ce jeu.

Je lance, puis classe mes dés. Et j’écris en incluant dans l’ordre les images qu’ils suscitent en moi, en essayant de garder une cohérence dans l’histoire conçue.  Vient parfois le moment où il faut ruser pour inclure dans son récit certains dés car ils n’ont pas de lien avec l’histoire du départ. C’est une très bonne gymnastique créative qui m’oblige à trouver des solutions avec ces munitions peu idéales. Quant au texte, parfois il est farfelu, parfois il est cohérent, mais dans tous les cas j’ai passé un bon moment créatif sans pression.

Qu’est-ce que cela donne niveau texte ?

Si tu veux essayer une récréation créative, munis toi de tes dés et lance les/toi ! En fonction de ton tirage, ton histoire pourra être plus ou moins facile à écrire. N’hésite pas à partir dans de l’invraisemblable si tu sèches, c’est toujours plus amusant.

Pour première cube story, j’ai obtenu les dés d’inspiration suivants :

Rory's story cubes 1

Je les ai classés dans cet ordre pour mon histoire :

Rory's story cubes

Cela a donné ce conte :

Le scarabée d’argent

Dans un château, il y a longtemps, vivait un roi à l’humeur changeante. Tantôt il était joyeux, tantôt il était triste mais jamais au bon moment. Personne, jusque là n’avait découvert la cause de sa maladie, et cela lui causait du tort dans ses fonctions royales. Par une nuit de sans lune, alors que le roi se lamentait seul, assis sur le rebord d’une fontaine de son jardin, il découvrit à la lueur de sa lanterne, un scarabée d’argent. L’insecte était tombé dans l’eau est essayait vainement d’en sortir, alourdi par sa carapace. Ebloui par la beauté de l’insecte, le roi le repêcha et le déposa sur le bord de pierre. Alors, le scarabée se dressa sur ses deux pattes arrières et se mit à lui parler :

“ô roi, je te remercie de m’avoir sauvé d’une mort affreuse et mouillée. En guise de remerciement, laisse moi t’exaucer un souhait. “

“J’aimerais, dit le roi, pas du tout perturbé par un scarabée qui parle, être joyeux quand je suis joyeux, et triste quand je suis triste. Ma vie en serait grandement améliorée, et je ne paraîtrai pas aux yeux de mes sujets comme un monstre.”

Alors, le scarabée fit apparaître une montre étrange qu’il présenta au roi. Sur le cadran, à la place des numéros figuraient des smileys avec des expressions différentes.

« Voici, votre altesse, une montre magique. A chaque fois que vous aurez un doute sur l’émotion à adopter, il vous suffira de la consulter et elle vous indiquera quoi faire.”

Le roi remercia le scarabée, et il rentra dans son château.

Quant il se fût un peu éloigné, l’insecte fit apparaître par magie un téléphone portable et contacta un certain “L”.

“ Ouais Lagrenouille, c’est moi. Ton truc pour rencontrer une nana en tombant dans l’eau d’une fontaine, ça marche pas. J’ai rencontré un vieux tout moisi complètement schizophrène. Bon, j’avais pas de balle dorée, mais j’ai réussi à lui refourguer ta montre Dora l’exploratrice, c’est déjà ça. Mais plus jamais tu me parles de tes plans pourris comprenant de l’eau. Mets-toi à la page vieux, on est au XXIème siècle, pas dans un conte de Grimm…”

FIN

 

Voilà, j’espère t’avoir donné envie d’écrire, même des trucs bêtes avec ces dés et surtout t’avoir montré qu’on peut facilement booster sa créativité avec pas grand chose. Là, c’est un jeu de dé, mais d’autres outils existent et feront l’objet d’un autre article.

Je te souhaite d’écrire de belles histoires. Tu peux en publier quelques unes en commentaires si tu le souhaites. Cela me fera très plaisir.

A bientôt !

ps : je précise qu’il ne s’agit pas d’un article sponsorisé par la marque Asmodée, mais d’une envie de ma part de vous faire découvrir un outil d’écriture.

Publié dans Lectures

Les cambrioleurs rêvent-ils de dinosaures mécaniques ? Damien Snyers, édition ActuSF

Et si on embauchait des voleurs pour protéger une oeuvre de musée ? Tel est le point de départ de cette nouvelle de Damien Snyers dans le même univers que La Stratégie des As.

Résumé : Les voleurs faisant les meilleurs gardiens, James se retrouve engagé par l’un des plus redoutables d’entre eux pour garder un tableau dans le musée des Beaux-Arts de Nowy-Krakow. Mais peut-on faire vraiment confiance à une équipe uniquement composée de cambrioleurs ?

Mon avis :

Où l’on présente James, elfe voleur

James est un voleur, mais pas n’importe lequel : c’est un très bon voleur. Il est rapide, intelligent, distribue bourre-pifs comme personne et il est surtout très doué pour repérer les failles dans les systèmes de sécurité.

L’argent qu’il récolte lui sert à … ne rien faire. Un grand luxe quand on ne mange pas tous les jours à sa faim dans la ville de Nowy-Krakow. James est donc un voleur hédoniste et il opère seul. Il a aussi une forme de code d’honneur. La nouvelle se déroule avant La stratégie des As et à ce moment de son histoire, il ne peut compter que sur lui-même.

Aussi, alors qu’il fait trempette aux bains publics et qu’il laisse traîner l’oreille, il entend parler d’une affaire de protection de tableau dans un musée. Le voilà sur le coup, même si cela implique de bosser pour le pire des voleurs : Jaroslaw, un bulgare taré, brutal, vicieux et surtout féru d’art.

Une intrigue qui introduit La stratégie des As

L’idée est simple : le conservateur du musée recrute une bande de voleurs pour protéger un tableau hors de prix. Car qui de mieux qu’un voleur pour déceler les failles de protection ? Et surtout, qui de mieux que le pire des voleurs pour s’assurer qu’aucun autre gredin malintentionné ne se risque à le doubler ou même tenter quoi que ce soit ?

Jaroslaw a des méthodes de recrutement et de management un peu douteuses, mais efficaces. Bien entendu, rien ne va se dérouler comme prévu car on ne peut pas faire confiance à des voleurs. Des rebondissements sont quand même au programme, avec un côté grec mais je n’en dirai pas plus.

Avec cette nouvelle, on met un pied dans La Stratégie des As sur un thème particulier : le statut des voleurs dans la ville. Considérés comme des êtres en marge, très peu dignes de confiance et surtout beaucoup discriminés, même dans des tâches de sécurité (cf la réaction de la commissaire d’exposition). Par ailleurs, le récit également met en avant le côté impitoyable de la ville de Nowy Krakow : sauver sa propre peau, coûte que coûte quitte à la jouer solo. Les moins intelligents se feront bouffer…

En conclusion : Une nouvelle très divertissante, quoiqu’un peu courte, qui permet de découvrir James avant la création de sa bande de La stratégie des As. A quand d’autres nouvelles sur ses autres compagnons ?

NB : Si vous souhaitez découvrir vous-même cette nouvelle et vous faire votre avis personnel, elle est téléchargeable gratuitement sur le site des éditions ActuSF.

Publié dans Lectures

Tu es belle Apolline, Marianne Stern, éditions du Chat noir

Fan des autres romans steampunk de Marianne Stern, j’ai essayé avec confiance cet énième opus plutôt young adult avec une héroïne qui casse les codes. Et je n’ai pas été déçue…

Résumé : Les filles de ma classe rêvent de vivre dans une grande villa et de posséder un dressing rempli de robes de créateurs et d’escarpins vertigineux, de connaître les feux de la rampe, le succès, le Champagne et les paillettes. Ou plus modestement, de séduire Arnaud, le beau gosse de la classe. En ce qui me concerne, j’habite dans une demeure de luxe, ma mère mannequin nous l’a offerte. Quant à Arnaud, il a jeté sur moi son dévolu suite à un malheureux concours de circonstances. Et dans son sillage, la jalousie des pouffes ; tout ce qu’il manquait encore à ma petite vie parfaite. En apparence. Grattez un peu, et le rêve se change en cauchemar. Une guerre perpétuelle contre les calories. Ma silhouette fil-de-fer entretenue avec une obsession malsaine. Quant à ma mère, la célèbre Ornella Romanovska, elle juge plus important de se consacrer à ses défilés, shootings et soirées privées qu’à moi, sa fille. Sans oublier ce manque terrible qui m’habite quand je songe à mon père, un inconnu dont ma génitrice refuse de parler. Alors, si vous me dites tu es belle Apolline, j’aurai du mal à vous croire.

Mon avis :

Apocalypse, un personnage principal d’enfer

Le roman est centré sur Apolline alias Apocalypse, une ado de 17 ans, rebelle sur les bords qui adore écouter du métal, voue une passion sans limites pour l’Allemagne et s’habille comme une punk à chien. Vivant avec sa mère célibataire et top-model dans une propriété remplie plus par le personnel de maison que par une vraie famille, elle s’élève toute seule entre l’alcool, les joints et surtout sa phobie du gras qui la rend très maigre.

Malgré deux amis fidèles au lycée, elle subit le harcèlement scolaire de sa classe qui passe son temps à la traiter de sac d’os ou de nazie. Sa seule défense, c’est l’attaque et parfois ses provocations l’entraînent à réaliser de mauvais choix, surtout en matière de garçons. Son seul réconfort au lycée sont sa prof d’allemand à qui elle voue un culte et son prof de français qui joue dans un groupe de métal. Cependant, par paresse ou par ennui, elle sèche souvent les cours, malgré une grande intelligence.

Bref, vous l’aurez compris, notre héroïne casse un peu les codes habituels avec son mode de vie et son tempérament, mais malgré tout on s’y attache vite.

Ajoutez à cela une relation compliquée avec sa mère gothique similaire à une copine, qui ne montre pas le meilleur des exemples, et une grand-mère catholique intégriste et vous aurez une version trash de Gilmore Girls.

Au vu du résumé, on aurait pu croire qu’il s’agit d’un récit sur une pauvre petite fille riche, mais c’est plus complexe que cela.

Une critique du milieu de la mode en demi-teinte

La mode est un thème récurrent dans ce roman young adult, du fait du personnage d’Ornella, alias Mutti, la mère d’Apolline.

Alors qu’Apolline déteste ce milieu parce qu’il l’empêche principalement de profiter de la présence de sa mère, Ornella l’adore, et cela nous dessine les deux facettes du métier.

Marianne Stern nous propose une mannequin trash et capricieuse, aux airs de diva, plus obsédée par ses robes que par sa fille et surtout bien décidée à maintenir sa carrière tant qu’elle le peut avant d’être trop vieille pour les défilés.

Mais ce mannequin doit embaucher des agents de sécurité pour se protéger des paparazzis, ne rien avaler à part du céleri et du jus de citron, supporter un agent particulièrement casse-pieds, courir à chaque shooting, et réfléchir à un plan B (autrement dit, harponner un vieux riche) pour s’assurer une fin de carrière confortable.

Seules consolations :  son dressing est rempli de robes fabuleuses, elle a été égérie pour Karl Lagarfeld et les podiums lui apportent gloire, argent et bonne estime d’elle-même, et souvent des jeunes trentenaires à mettre dans son lit.

Derrière les paillettes se cachent donc de grands sacrifices. La seule chose qui rapproche les deux personnages est leur amour pour les belles robes. Car malgré un look de punk à chien, Apolline est fan du style pin up et n’hésite pas à piquer des robes à sa mère et à se découvrir femme à travers ces vêtements.

Une analyse fine du problème de l’anorexie

Apolline nous raconte sa vie et ses déboires à la première personne dans ce roman young adult et se dessine peu à peu tous ses problèmes, dont le plus important : l’anorexie.

Plutôt que de jouer la carte moralisatrice, Marianne Stern a préféré nous montrer comment une adolescente vis son rapport au corps et à cette maladie, jusqu’au déclic où elle admet qu’elle a un problème et besoin d’aide. J’ai trouvé que c’était très bien amené, car le fait de se glisser dans la peau du personnage nous rendait plus lucide sur l’anorexie et plus empathique envers les gens qui en sont touchés.

Tous les éléments de la dégradation physique de l’adolescente apparaissent, comme des signes avant-coureur de sa chute lente : maigreur, mais aussi perte des cheveux, absence de sommeil, déchaussement des dents, vertiges, manque d’énergie, maux de ventre après absorption de nourriture, sentiment perpétuel d’être laide ou inexistante, mutilations, absence de règles… Rien ne nous est épargné mais en même temps, on apprend beaucoup sur comment l’adolescente vit cette maladie.

Elle ne veut pas se soigner par peur d’être catégorisée de folle, internée dans un hôpital et gavée de nourriture par des médecins et au lieu de chercher de l’aide, elle s’enfonce de plus en plus dans des comportements à risques.

Autour d’elle, on suit également comment son entourage réagit à son attitude, ce qui donne une palette complète des émotions humaines : la grand-mère lucide sur la maladie mais moralisatrice, la mère qui ignore le problème, les amis qui essaient d’aider mais sans brusquer les choses et dans la limite de leurs capacités, le personnel de maison qui reste indifférent ou s’implique trop, les profs qui ont conscience du problème sans trop savoir comment l’aborder…

Par dessus-tout, on comprend que cette maladie déclenchée chez la jeune fille est un condensé de plusieurs de ses problèmes et que ce n’est pas uniquement lié à son poids : absence du père, harcèlement scolaire, absence d’éducation de sa mère, solitude, peur de ne pas être aimée… De ce fait, Marianne Stern élargit le propos et nous montre qu’il ne s’agit pas uniquement d’une maladie liée à l’image que l’on a de soi.

Sans vouloir spoiler la fin, apprenez qu’elle apporte une solution plutôt fine et bien menée à Apolline, mais aussi aux jeunes lecteurs qui pourraient avoir le même problème.

En conclusion : Un roman young adult décoiffant, avec une héroïne au caractère bien trempé faisant face à de nombreux problèmes dont l’anorexie, mais dont la présentation est fine et empathique. Un vrai coup de coeur de lecture sur fond de musique Heavy metal !

Publié dans Veille littéraire du net

And my watch begins #9

Au sommaire de cette veille : Des personnalités te racontent des histoires, la dernière adaptation au ciné de Jane Austen, un podcast sur la Fantasy historique, un challenge instagram, le retour du Naheulband, et une artiste un peu barrée…

Les initiatives littéraire du mois 

Depuis le début du confinement, Josiane Balasko raconte des histoires (contes surtout) tous les soirs depuis sa cuisine, en live sur son compte instagram à  17h30. Pour avoir assisté à plusieurs live, je trouve que cela la rend plus proche du public. Elle y apparaît au naturel, avec son franc-parler et ses cheveux aussi décolorés que les miens à l’heure actuelle. Tu as l’impression de prendre rendez-vous avec ta grand-mère pour qu’elle te raconte des histoires et c’est vraiment sympa. Si tu rates son live de 17h30, saches qu’il est en replay la journée sur sa story.

Autre initiative du même type, Daniel Radcliffe et quelques acteurs des films du sorcier ou des animaux fantastiques, te lit des chapitres du livre Harry Potter depuis un site internet créé pour l’occasion. Il y a aura 17 épisodes, un par semaine sur 17 semaines, en anglais. L’occasion de retrouver les aventures de Poudlard en VO depuis chez soi. Le site comprend aussi des activités et des quizz en anglais si tu veux mesurer tes connaissances !

Le film du mois

Emma, réalisé par Autumn de Wilde avec Anya Taylor-Joy (vue dans Split) est sorti en catimini avant le confinement. Il s’agit de l’adaptation du roman Emma de Jane Austen, dont j’ai déjà parlé dans mon article sur mes héroïnes de roman préférées. Comme les cinémas sont fermés depuis la crise sanitaire et qu’ils ne sont pas encore prêts de réouvrir, je désespérais de ne pas pouvoir le voir… jusqu’à ce que je tombe sur l’offre de location Youtube à 17.99 euros. Et là ! ô joie, j’ai pu assouvir ma curiosité.

A l’inverse de la version dramatique de 1996 avec Kate Beckinsale dans le rôle principal, la version 2020 ressemble à première vue à une comédie… et ça l’est vraiment, mais tout en gardant l’essence du livre. Emma est surtout un film centré sur une jeune fille riche et capricieuse qui veut faire le bien autour d’elle mais par pur orgueil, quitte à commettre des erreurs qui font du mal aux autres. Les costumes sont magnifiques (je ne m’aventure pas sur leur authenticité car je ne suis pas assez calée), les décors à couper le souffle, le casting impressionnant avec une pléiade d’acteurs britanniques et le décorum Régence très fan-service. Surtout, Anya Taylor-Joy apporte un côté encore plus peste au personnage d’Emma tout en montrant sa grande sensibilité. Une version qui dépoussière les autres et que je te conseille fortement si tu es fan de Jane Austen ou de réflexion sur la condition féminine à l’époque Régence et d’Angleterre.

Le podcast de la semaine

Après les conférences en replay des Imaginales, je suis tombée sur celles des Utopiales sur le site de Actusf. Parmi les nombreux sujets, j’ai dégoté un podcast intéressant sur la Fantasy Historique sous forme de questions réponses avec Jean-Laurent Del Socorro qui date de 2019.

En 30 minutes, l’auteur définit ce qu’est la Fantasy Historique, la différence avec le roman historique et explique comment il écrit ses romans. Un bon moyen de découvrir ce genre et cet auteur. Si tu ne connais pas Jean-Laurent, je t’invite à lire mes chroniques sur ses livres : Je suis fille de Rage  et Boudicca. Il a également écrit Royaume de vent et de colères que je suis actuellement en train de relire dans le cadre du Bingo du Plib. 😉

Pour plus de confort lors de l’écoute, je t’invite franchement à bien monter le son, car les questions du public sont parfois peu audibles. 😉

Le challenge littéraire insta du moment

En ce moment, le challenge #Bookspinepoetry ou #Trancheslittéraires cartonne sur instagram. Il consiste à réaliser un poème ou une phrase à consonance poétique avec les titres des livres de sa bibliothèque. Une manière détournée de faire de la prose sans le savoir comme Monsieur Jourdain dans le Bourgeois Gentilhomme de Molière. Mais aussi, de voir sa collection autrement que pour son contenu et d’en faire part aux autres. J’ai réalisé quelques essais sur le compte instagram du blog. Pour une fois, c’est un challenge assez simple et si tu as des enfants, tu peux les faire participer. 😉

La vidéo marrante de la semaine

Naheulband, le groupe qui a réalisé le livre audio et la BD Le donjon de Naheulbeuk et connu pour ses parodies de musiques médiévales-geek, a profité du confinement pour réaliser une vidéo amusante intitulée L’album confiné. Tu y retrouves tous les membres du groupe, ou presque, reprenant leurs tubes mais avec de nouvelles paroles ou des créations. C’est beaucoup plus savoureux quand on connaît le groupe et les chansons originales, mais cela reste drôle quand même, voire même absurde par moments. Si tu ne connais pas la saga audio, je t’invite fortement à l’écouter. C’est une parodie de Donjon et Dragons, avec des personnages un peu barrés qui galèrent à accomplir leurs quêtes. (cf liens du titre).

La visite virtuelle de la semaine

bronte sisters wikipedia

Si tu es fan de littérature anglaise, Google Art et Culture te propose de réaliser un circuit des lieux qui ont inspiré les soeurs Brontë, et ceux où elles ont vécu dans une visite virtuelle incluant google maps. En plus de voir des paysages anglais magnifiques et des jolies maisons, tu peux déambuler dans la rue ! Si tu ne connais pas les soeurs Brontë, peut-être auras-tu entendu parler de Jane Eyre ou des Hauts de Hurlevent ? La littérature des soeurs Brontë diffère de celle de Jane Austen dans le sens où les personnages sont plus cruels, la nature plus sauvage, l’influence du romantisme allemand très présente. Néanmoins, elles ont des points communs : Filles de Pasteur, vivant dans la campagne anglaise, très pauvres, mortes prématurément et/ou célibataires, n’ayant que peu connu de succès de leur vivant, passionnées par l’écriture. Bref, je t’invite une nouvelle fois à revenir en Angleterre mais fin époque Régence-Début de l’époque Victorienne. Et cela te fera sortir dans la lande britannique sans quitter ton canapé ! 😉

L’artiste du moment

Comme évoqué dans ma watch précédente, je me suis mise à écouter des livres audio parce que j’en ai un peu marre des écrans en ce moment (ils me piquent les yeux !). Et cette semaine, je suis tombée sur un article de Bored Panda intitulé : Quand j’écoute des livres audio, je peins. suivi des oeuvres d’une artiste bulgare un peu barrée qui s’appelle Irina Pandeva.

Irina explique que les livres audio influent en quelque sorte sur son art car cela l’inspire. Elle a réalisé plusieurs tableaux en fonction des livres qu’elle a lu et mentionnés dans l’article. J’ai trouvé cela amusant et été voir son site internet par curiosité. Elle a aussi réalisédes tableaux proches du style de Picasso dans sa période cubiste pendant le confinement. Et c’est assez saisissant !

Suite à cette découverte, je me suis demandée à quelles activités s’adonnaient les gens qui écoutent des audio-livres. Peut-on rester tranquillement assis à écouter un livre ? Personnellement, je peins ou je réalise des coloriages, mais je reste curieuse de ce que font les autres… Si toi aussi, tu écoutes des audio-livres, dis-moi ce que tu fais en même temps en commentaire. 😉

Voilà, ma veille littéraire de la semaine est terminée. N’hésite pas à m’indiquer en commentaire tes propres trouvailles pour la beauté du partage. Si tu as raté mes autres watch, tu peux les retrouver ici.

Angleterre et tasse de thé,

A.Chatterton

Publié dans Questions existentielles

Bilan premier trimestre 2020 : des changements en perspective sur le blog

Cela faisait 4 mois que je n’avais pas fait de petit bilan concernant mon blog pour vous tenir au courant de ce qui se passe en coulisses. Il me semble important de maintenir un lien avec vous, même ponctuel. Aussi, au vu d’un récent événement personnel, je me suis dit que c’était le moment d’avoir une petite conversation avec vous sur le sujet…

Grosse annonce : je retourne travailler en bibliothèque !

Pour ceux qui n’auraient pas suivi (cf mon premier bilan du blog), je vis actuellement à Lyon et je suis en année sabbatique de mon métier de bibliothécaire depuis juin 2019… pour rejoindre mon homme (L’Ours) qui réside à Lyon, mais aussi prendre du recul sur mon métier et développer des projets personnels. Cela a été une année formidable à redevenir une simple lectrice, une blogueuse à mi-temps,  et surtout me chercher un autre métier. Mais les voies de la bibliothèques étant impénétrables, je me suis rendue compte que j’aimais toujours autant être bibliothécaire. Donc, j’ai postulé à plusieurs offres sur Lyon et autour de Lyon et je vais bientôt commencer un nouveau travail… en Ardèche ! Beaucoup de changements en perspective (dont encore un déménagement), mais quand on vient du Jura, l’Ardèche c’est plus sympa et surtout plus ensoleillé ! Je ne regrette pas mon choix de retourner vivre à la campagne, car même si Lyon est une ville géniale, pleine de bon restaurants, de supers librairies, de jardins, et avec un côté familial où il fait bon vivre… je ne supporte plus la pollution, la chaleur estivale et surtout le bruit incessant. Je ne suis pas bibliothécaire pour rien !

Des statistiques de fréquentation qui grimpent…

Depuis janvier 2020, la fréquentation du blog est en nette hausse. Il faut dire que je publie assez régulièrement.

Je m’étais fixée et j’ai tenu l’objectif de deux articles par semaine : un le mercredi et un le samedi. Avec le confinement, je suis passée à trois articles (mercredi, samedi et dimanche) parce que je ne travaille plus depuis un mois et que je me consacre entièrement au blog.

J’essaie de varier les sujets : une chronique littéraire, un atelier d’écriture, un article polémique, un partage de texte, etc… afin que vous trouviez votre bonheur. Depuis le départ, je ne voulais pas me cantonner à des chroniques littéraires car j’ai le rythme de lecture d’une tortue (si, si !) et puis j’avais envie de parler d’écriture et de sujets autour de la littérature.

Visiblement cela vous plaît, car en six mois, nous sommes passés de 6 à 44 abonnés sur wordpress, 120 à 177 abonnés sur Facebook, et en deux semaines avec l’ouverture de mon compte instagram, 51 abonnés insta. La fréquentation du blog est en moyenne de 100 visiteurs par semaine et je trouve ça top pour un début !

Il faut dire que depuis le confinement, j’ai lancé un article un peu spécial intitulé « And my watch begins » qui est une veille littéraire hebdomadaire regroupant des trucs sympas que j’ai lus, vus, testés durant la semaine en littérature, écriture, salon littéraire virtuel, artiste qui manie le papier… bref, du partage de mes petits coups de coeur, un peu comme si vous étiez des amis à qui j’envoyais des infos par messenger, mais en condensé et en mode public. Parce que j’aime bien partager, je me suis dit pourquoi ne pas le faire avec le blog ? Et visiblement cela vous plaît, vu que j’explose les statistiques de fréquentation chaque samedi avec ce type d’article.

C’est bien beau les stats, mais est-ce que mon nouveau travail va changer des choses sur le blog ?

Alors oui…et non.

J’ai bien réfléchi ces derniers temps à comment j’allais gérer mon retour à la vie professionnelle et la vie du blog et j’ai pris deux décisions :

Tout d’abord, je vais revenir à deux publications par semaine (mercredi et samedi), parce que je ne pense pas pouvoir tenir le rythme de trois publications.

Pour entrer dans les détails, quand j’écris un article, en moyenne cela me prends deux bonnes heures entre l’écriture, la relecture, la mise en forme et parfois la recherche d’informations. Plus particulièrement, pour mes chroniques littéraires, j’essaie de bien les construire et de donner un avis un peu précis sur les livres. Dès le départ, cela a été un de mes objectifs car j’avais envie d’aller plus loin qu’un « j’aime bien, c’est cool » ou un énième résumé du résumé du livre. Les chroniques littéraires me prennent plus que deux heures, car tel Haruki Murakami, j’écris mon texte, je le laisse reposer, et je reviens dessus quelques jours après. Donc, c’est lent et long ! Pour être honnête, ces derniers temps, cela m’a un peu fatiguée alors j’ai moins pris le temps. Je pense que cela doit s’en ressentir. Bref, vous savez tout.

Deuxièmement, je pense publier ma veille littéraire du net  tous les 15 jours en fonction des informations intéressantes que j’ai à vous partager, au lieu de toutes les semaines.

Depuis le lancement de ce type d’article, je récupère des trucs intéressants sur mes sujets de prédilection : le féminisme, les romancières, Harry Potter, Sherlock Holmes, Jane Austen pour vous en parler. Avec le confinement, Facebook et tous mes canaux de veille sont saturés de ressources numériques à vous proposer, et je trouve cela génial. Mais je pense qu’après le confinement, je risque d’avoir moins de propositions et je devrai prendre un peu plus de temps pour chercher. Or, je risque d’en manquer. Alors, plutôt que d’arrêter ce type d’article qui semble vous plaire, je vais réduire un peu sa fréquence.

Tout cela va entrer en vigueur après le 11 mai, je pense. En ce moment, comme je suis encore en congés, j’écris des articles d’avance pour maintenir mon rythme de publication afin de ne pas être prise au dépourvu. 😉

Pour le reste, rien ne va changer sur le fond, mais sur la mise en page du site, j’ai prévu quelques modifications.

Quelques modifications sur le site à venir

 

Comme je publie au gré de mes envies concernant les sujets, et que j’ai une tendance à la dispersion… l’inévitable s’est produit : je vais devoir revoir l’organisation des rubriques du blog. 

C’est en réflexion, mais en ce qui concerne mes deux projets d’écriture : Le roman de Miss Chatterton, et Dialogues avec mon chat, vont faire l’objet d’une rubrique « Projets d’écriture ». Par ailleurs, je souhaite créer une rubrique pour la veille littéraire car jusqu’à présent, vous ne pouvez retrouver ces articles que dans la rubrique Lecture ou via le mot-clé Andmywatchbegins dans le nuage de tag de la page d’accueil. Je ne trouve pas cela très pratique. Bref, vous l’aurez compris, quelques rubriques vont changer, mais c’est pour votre bien !

Je dois aussi changer ma biographie sur le site que je trouve personnellement trop longue et pas assez précise.

Enfin, je dois intégrer un module vers mon compte instagram. Oui, vous avez bien entendu, j’ai un compte insta !

J’ai ouvert un compte instagram… mais je ne suis pas super douée !

Tout est parti de l’envie de voir une interview en live avec un de mes auteurs préférés. Il était organisé lors de la semaine des éditions du Chat Noir, organisé par les blogueuses Recto Verso, dans le cadre de l’opération Une semaine, une maison d’édition, une mobilisation (je vous conseille d’ailleurs d’aller faire un tour sur leur page facebook à ce sujet, c’est un chouette projet). Mais ce live si génial était… sur Instagram !

Cela m’a un peu ennuyée d’ouvrir un compte insta juste pour voir un live, alors que j’ai déjà un compte Facebook et que cela me suffit. Par ailleurs, je comptais ouvrir un compte instagram, mais plutôt l’an prochain, après avoir réfléchi à ce que j’allais mettre dessus. Bref, tiraillée entre mes plans et l’envie de voir ce live, j’ai cédé à la pression et ouvert un compte insta…

Et bien… ce fut compliqué mes amis ! J’ai eu l’impression pour une fois dans ma vie d’être un dinosaure du net. Vous allez rire, mais je pensais que l’on pouvait poster des publications depuis son ordinateur sur insta… Que nenni ! uniquement avec son smartphone. Bref, un gros coup de vieux et en plus, l’impression de me disperser niveau communication (= donc de perdre du temps). Parce que gérer déjà le site sur wordpress, la page facebook et le compte Babelio, depuis mon ordinateur c’était confortable. Mais ajouter le smartphone, OMG !

En plus, pendant le fameux live, je n’ai pas saisi comment poser des questions par messages à ma romancière préférée. J’ai compris plus tard que j’avais un souci de connexion. Bref, des débuts peu concluants…

Après cette expérience du live,  je me suis dit que j’allais quand même essayer de faire des photos et de les poster pour voir comment ça marche. Alors, les premières sont supers, hein, mais j’ai mis beaucoup de temps à les faire. Je ne sais pas comment font les autres bookstagrameuses, mais je n’ai pas pleins de trucs de déco en lien avec la thématique de mon livre pour les mettre en scène. Et puis, je n’ai pas non plus de liseuse/tablette pour mettre en valeur les livres numériques car je les lis sur mon smartphone (qui est aussi mon appareil photo). Donc, jusque là, quand j’ai un livre numérique, je reprends une photo de l’éditeur (ce qui n’est pas top niveau droits) et j’essaie de la recadrer pour la poster. Je ne trouve pas ça génial. Mais voilà, vous saurez tout de mes déboires instagram…

Comme on dit, c’est en forgeant que l’on devient forgeron et je vais m’améliorer avec le temps mais aussi j’ai envie de proposer des choses différentes du facebook sur ce nouveau média. Si vous avez un compte, vous pouvez aussi m’y suivre. 😉

Voilà, je suis désolée du gros pavé, je vous mets un gif sympa pour me faire pardonner. 😉

Si vous avez des questions, j’y répondrai avec plaisir en commentaire. A bientôt !

Châtaignes et cailloux,

A.Chatterton

ps : si vous aimez la photo qui illustre cet article, elle est de Anaïs Nannini, une amie photographe qui réalise un travail formidable. 😉

PS2 : oui, aujourd’hui pas de veille littéraire numérique. Ce sera pour demain. Pour patienter, rendez vous dans la nouvelle rubrique veille littéraire du net pour revoir les articles précédents. 😉

 

Publié dans Ateliers d'écriture

Les conseils d’écriture de… Pierre Gaulon et Fred Ernotte : Ecrire à quatre mains

Suite à la conférence sur l’écriture à quatre mains donnée par Virtua’Livres ce 25 avril 2020 sur Discord, réunissant Pierre Gaulon et Fred Ernotte sous la direction de Taiki Sensei, j’ai décidé de vous réaliser un petit article de conseils à ce sujet, au cas où l’aventure vous tenterait…

Comment démarrer un projet d’écriture à quatre mains ?

Trouver son partenaire d’écriture

Les deux auteurs ne se connaissaient pas personnellement avant leur projet commune d’écriture. Ils ont lu par hasard les romans de l’autre avant de démarrer leur partenariat. Puis, l’un a proposé à l’autre d’écrire un roman avec lui en se basant sur leur styles d’écriture. Pierre est français, Fred est  belge. Tout leur travail s’est fait à distance, principalement à l’écrit.

Si vous vous lancez dans une aventure similaire, ils insistent l’un comme l’autre sur le fait de bien connaître l’univers littéraire de son binôme. Tous deux écrivaient des thrillers, ce qui a été plus facile d’en écrire un à deux, même si Fred a tendance à introduire une touche de fantastique, au contraire de Pierre.

Il est également important de bien s’entendre avec la personne avec qui l’on va travailler afin de faciliter la communication et l’écriture.

Bien se connaître

Pour s’engager dans un tel projet avec un autre auteur, il faut avant tout connaître ses propres points forts et ses points faibles en écriture. Cela permet de mieux avancer en équipe. Par exemple, quand l’un éprouvait des difficultés à écrire un chapitre ou un passage, il le proposait à l’autre, permettant ainsi de faire progresser le récit.

Développer une méthode de travail à deux

Pierre et Fred se sont rendus compte dès le départ qu’ils n’avaient pas la même méthode de travail pour écrire un livre. Là où le premier avait besoin d’un plan détaillé, le second préférait les grandes lignes et parfois aimait dévier de sa trajectoire. Il a fallu trouver ensemble une méthode commune afin de faciliter cette collaboration. Chacun a dû faire des concessions et s’adapter à l’autre. Un plan a été réalisé, mais souvent discuté quand une meilleure idée était proposée.

Les deux auteurs ont surtout communiqué à l’écrit pendant cette aventure, par email ou en utilisant Google Drive. Sur le Drive, ils ont rédigé un énorme pense-bête complété par l’un et l’autre, pour conserver la cohérence de leur récit. Ce pense-bête comprenait : le fameux plan détaillé, des fiches personnages des fiches sur les lieux de l’intrigue, mais surtout pas le récit principal.

Concernant ce dernier, ils se sont envoyés les chapitres rédigés par email, et ont discuté ensemble des points à améliorer.

Les avantages de l’écriture à quatre mains

Vivre une expérience enrichissante 

Comme Haruki Murakami l’évoque dans son livre Profession romancier, le métier d’écrivain est un métier solitaire. Or, dans un projet d’écriture à quatre mains,  il s’agit d’un travail d’équipe. Pierre et Fred ont expérimenté un dialogue constant dans le processus d’écriture, mais aussi une relecture pendant la création au lieu d’une relecture globale auprès de l’éditeur.

Cette émulation a aussi induit une forme de sérieux dans l’écriture, sans être pour autant une contrainte. Chacun a essayé de faire de son mieux pour faire progresser l’histoire mais aussi ne pas décevoir l’autre.

Progresser dans son travail d’écrivain

A partager sa méthode d’écriture et à en inventer une nouvelle à deux, Pierre et Fred ont amélioré leur technique personnelle. Par exemple, Fred réalise maintenant un peu plus de travail préparatoire avec un plan détaillé et des fiches personnages pour ses romans et Pierre s’est relâché un peu en utilisant des grandes lignes directrices au lieu d’un plan pour écrire les siens.

Les contraintes de l’écriture à quatre mains

Bien s’entendre avec son binôme

La complicité est important au sein d’un duo d’écrivain mais aussi l’humilité. Si le caractère de l’un prend le pas sur l’autre, la collaboration peut s’avérer être difficile et cela conduit à des projets inachevés. Cela n’a pas été le cas pour Pierre et Fred qui ont développé une écoute importante de l’autre pendant toute la durée de la création. Ils se sont même lancé des challenges comme commencer un paragraphe que l’autre doit terminer.

Rendre l’histoire fluide

Il existe plusieurs types de livres à quatre mains. Pour certains duos d’écrivains, il s’agira d’écrire chacun de son côté, un récit sous forme d’échange épistolaire. Par exemple, le roman Et je danse aussi est un échange entre Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat.

Ce n’est pas le choix qu’ont effectué Pierre et Fred. Ils ont pris le parti d’écrire le roman à deux, en fusionnant leurs styles. L’idée était que le lecteur ne reconnaisse pas l’écriture de l’un ou de l’autre en rendant le récit aussi fluide que possible. Cela a occasionné de nombreuses relectures pour repérer les tics de langage de l’un et de l’autre par exemple.

La lenteur d’écriture

A parler de ce que l’on va faire, au lieu de le faire, le projet n’avance pas. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, écrire à deux prend pas mal de temps car il s’agit d’un dialogue entre les deux auteurs, de nombreuses relectures, des essais, des abandons. Pour écrire Comme des mouches, il aura fallu deux ans d’écriture à Pierre et Fred !

Le contrat d’édition

Pour monter un projet d’écriture à quatre mains, il faut trouver un éditeur qui accepte le projet. Puis, viendra le contrat d’édition où tout devra être discuté entre l’éditeur et les deux auteurs, ce qui peut prendre plus de temps que d’habitude. Par ailleurs, les revenus dégagés par le livre seront scindés en deux pour les auteurs. Ne vous attendez pas à gagner beaucoup avec un tel projet en terme d’argent. En revanche, l’expérience humaine sera très enrichissante.

La communication autour du livre

En lien avec le contrat d’édition, la communication du livre est à prendre en compte s’il y a deux auteurs. Par exemple, difficile pour Pierre qui habite Paris, d’aller à des salons en Belgique où réside Fred, et inversement. Il faudra s’entendre à chaque fois sur le salon où les deux auteurs peuvent être présents, où si l’un vient sans l’autre.

Pierre Gaulon et Fred Ernotte, leur vie, leur oeuvre 

comme des mouches

Pierre Gaulon est un écrivain français, auteur d’environ 16  romans noirs et séries de Science-fiction pour les adultes et enfants. Il se reconnaît à son style posé, sa pointe de fantastique et son suspense haletant. Il est publié chez les éditions Lajouanie, Aconitum, Mnémos, Fleur Sauvage et City éditions.

Quant à Frédéric Ernotte, il est belge et a publié à ce jour trois thrillers adultes aux éditions Lajouanie et Avant-Propos. Il se démarque de Pierre par une construction du récit minutieuse, la maîtrise totale des retournements de situation, et son humour noir.

Le roman écrit à quatre mains par les deux compères, et dont cet article fait l’objet, s’intitule Comme des mouches. Il s’agit d’un thriller publié aux éditions Lajouanie, mettant en scène deux jeunes filles qui, désabusées suite à une rupture amoureuse, décident d’organiser un jeu sur un site de rencontre. Le gagnant remporte un rendez-vous avec une femme dont elles ont créé un profil fictif. Mais l’affaire va se corser quand les candidats disparaissent dans des circonstances mystérieuses… Critique de notre société ultra-connectée, enquête palpitante, ce roman ne vous laissera pas indifférent. Si vous souhaitez le lire, vous pouvez le retrouver en format numérique ici.

J’espère vous avoir donné envie d’écrire à quatre mains et de découvrir l’univers de ces deux auteurs très sympathiques.

Loupe et Deerstalker,

A.Chatterton