Hollywood monsters, Estelle Faye et Fabien Legeron, Gulf Stream éditeur

Une enquête policière sous le signe de l’horreur et au milieu d’un plateau de tournage, cela vous tente ? Bienvenue dans Hollywood Monster où le monstre du film pourrait avoir rejoint la réalité…

Résumé : L’angoisse et l’horreur planent sur la cité des anges ! Au cœur des studios d’Hollywood, le tournage du Nécromant est frappé par une cruelle malédiction qui transforme tous ceux qui y travaillent en zombies. Doris Chamberlain, la jeune star du film, et Malachi, un modeste accessoiriste, vont former un improbable duo pour percer ce mystère. Tous deux soupçonnent en effet la plus grande vedette du cinéma d’épouvante d’être derrière cette sombre calamité : l’énigmatique Feodor Varazslo. Se pourrait-il que les abominations qu’il joue sur grand écran aient pris vie dans la réalité ?

Mon avis :

Une plongée dans le cinéma des années 30

C’est une véritable plongée dans le cinéma américain des années 1930 que nous proposent les deux auteurs, avec ses bons et ses mauvais côtés.

De manière générale, l’ensemble du roman est très bien documenté avec le vocabulaire spécifique aux plateaux de tournage et un glossaire en fin de livre pour aller plus loin. On sent une volonté de renseigner le public sur les débuts du cinéma hollywoodien qui se mêle parfaitement avec l’intrigue générale.

On y apprend également les conditions de travail des actrices avec Vivien qui doit jouer de ses charmes dans les fêtes organisées par la production pour garder les investisseurs des films. Seul son statut de fille issue d’une bonne famille lui permet d’être indépendante financièrement. A l’opposé, Doris, actrice-enfant est considérée comme un meuble docile et se constitue un personnage hors-scène afin de parvenir à ses fins. Malgré un succès grandissant, elle se fait exploiter par son agent et sa famille, et sa vie est plutôt difficile et solitaire. Leurs carrières tranchent avec celle de Feodor Varazslo fortement inspiré de l’acteur Bela Lugosi, qui s’est constitué un personnage hors-scène avec des artifices et inspire le respect auprès des producteurs et du public. On sent une grande différence de traitement entre hommes et femmes, qui laisse à penser que les femmes sont victimes de sexisme et moins bien payées que les hommes, à travail équivalent.

Ce côté négatif s’incarne dans le personnage du producteur Kaine, soucieux de la rentabilité des films, immonde avec ses employés et un peu pervers vis à vis des actrices.

Seul Malachi nous tient éveillé vis à vis de la beauté du cinéma, des trucages, et la magie qui peut s’en dégager. Il représente tous les jeunes venus d’autres Etats pour faire fortune à Hollywood en tant que petites mains sur les plateaux de tournage. Grâce à lui, nous avons accès à l’envers de ce décor qui n’est pas si rose.

Enfin, la couverture du roman est une sorte de mise en abîme de l’intrigue mais fait aussi penser à une affiche de film des années 1930. C’est une assez grande réussite.

Tous ces éléments donnent envie après lecture de se plonger dans les films des années 1930 pour découvrir leur esthétique particulière. Personnellement, j’ai eu envie de regarder Frankenstein avec Boris Karloff en rôle principal ou, Dracula avec Bela Lugosi.

Une enquête policière

L’ambiance du film d’horreur tourné au début du livre va influer grandement l’enquête policière. En effet, les victimes sont retrouvées sur le tournage, tétanisées mais pas tout à fait mortes, et sont envoyées en hôpital psychiatrique. Une légende va naître autour de ce tournage qui serait maudit et le producteur va l’utiliser à ses fins pour en faire de la publicité.

Malachi et Doris vont faire équipe plus ou moins malgré eux, afin de découvrir qui se cache derrière ces « morts-vivants ». Cette enquête va les emmener hors des plateaux de tournage dans des univers liés au vaudou et à la magie, et dans des quartiers pauvres mal famés qui sont à l’opposé de la magie cinématographique. Le rythme est assez effréné car de nouvelles victimes s’ajoutent à chaque chapitre ou presque. L’écriture est assez fluide, et je ne me suis pas ennuyée une seule seconde.

Pour autant, l’enquête n’est pas très difficile à résoudre, au vu du public (jeunesse/young adult) visé. Tout indique qu’une personne en particulier serait le coupable, mais est-ce vraiment le cas et pour quelles raisons ?

Personnellement, j’avais une idée du vrai coupable, mais j’ai été surprise par le ton que prend le récit dans la dernière partie, ainsi que sa résolution. Les auteurs ont su me surprendre malgré tout, et dans le bon sens.

Une pointe de fantastique

A la moitié du récit, les auteurs nous font sortir de l’enquête policière pour nous emmener dans les communautés vaudou d’Hollywood. Ici la magie aura son importance ainsi que la sorcellerie, avec un personnage sinistre tiré d’un film d’horreur. Mais il y aura aussi des consonnances plus positives avec le personnage de Madame Monique tout droit sortie de la Nouvelle Orléans.

Les auteurs mélangent plusieurs types de magie venues de différents continents : golem de boue, vaudou, magie des pays de l’Est, magie du sang, vampires, zombies… Mais l’ensemble reste fluide et cohérent.

On frissonne quelque peu avec l’arrivée du méchant et l’on se demande comment les héros vont finir par s’en débarrasser, eux qui n’ont aucun pouvoir. Le final est plutôt adroit et fait un clin d’oeil à la magie du cinéma.

Le seul bémol que j’aurais à reprocher au livre est de ne pas avoir assez parlé de la famille de Doris qui semble embarquée dans du recel malgré elle pour rembourser une dette à leur égard. A mon sens, un deuxième tome permettrait d’explorer un peu plus de personnage malgré un épilogue qui dévoile quelques détails supplémentaires.

En résumé : Hollywood Monsters est un roman policier et fantastique qui rend un très bel hommage au cinéma américain des années 1930. J’ai beaucoup apprécié me plonger dans l’univers plus ou moins reluisant des plateaux de tournage de films d’horreur et découvrir des horreurs bien humaines derrière la magie des écrans. Un joli roman young adult/ jeunesse à découvrir porté par un duo d’enquêteurs improbables. Une belle réussite écrit à quatre mains que je vous recommande.

Ce livre fait partie de ma pal d’automne 2022 pour le mois de septembre. N’hésite pas à aller jeter un oeil sur mon article de PAL pour avoir des idées de lecture automnales !

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s