Hairos et cie, Eric Lysoe, illustré par Radioactive Taiga, éditions Yby

Et si Cupidon prenait sa retraite et engageait un tueur pour le remplacer ? Tel est le début de l’histoire que je vous propose de découvrir aujourd’hui. Je remercie les éditions Yby pour l’envoi de ce service presse qui me permet une fois de plus d’ajouter la lecture d’une nouvelle pour le Projet Ombre.

Résumé : Fraîchement reconverti à la photographie, Stéphane s’est décidé à abandonner sa vie de tueur à gages. C’était sans compter sa rencontre avec Mme Hairos – prétendument déesse de l’amour – et son angélique disciple. La proposition de contrat est simple : jouer à Cupidon en perçant d’une flèche unique les cœurs des amoureux. Tâche aisée pour Stéphane – et philanthropique même, se dit-il ! Du moins, c’est ce qu’il avait cru comprendre.

Mon avis :

Un policier façon fantastique

Tenter une reconversion n’est jamais facile et notre héros va en faire les frais : lui qui souhaitait raccrocher de sa vie de tueur à gages accepte un dernier contrat pour prendre un nouveau départ artistique. Mais bien sûr, le contrat va s’avérer plus complexe qu’il n’y paraît…

Humour face à l’incrédulité de Stéphane qui pense avoir affaire à un canular, désarroi quand il s’avère qu’il a bien été engagé par le Dieu de l’amour en personne pour mener sa mission, Stupeur quand il découvre qu’il peut tuer une fois sur deux à cause de ses flèches les amants non compatibles…

Eric Lysoe nous propose ici une nouvelle policière avec un tueur à gage au profil de détective privé. L’ambiance est tantôt sombre comme dans un polar, tantôt teintée d’humour. De nombreux rebondissements sont à prévoir dans cette histoire avec un personnage principal clairement déconcerté par sa mission.

Par ailleurs, le mystère plane sur l’identité de l’acolyte de Cupidon et sa mission auprès de Stéphane, ce qui va nous amener à devenir nous-même des enquêteurs…

Une nouvelle teintée d’érotisme inclusif

Dès le début, Stéphane annonce qu’il préfère les femmes. Il n’est clairement pas attiré par la gent masculine qui l’indiffère. Mais sa rencontre avec l’angelot, va changer la donne : iel est hermaphrodite, moitié femme en haut, moitié homme en bas.

Stéphane, seulement attiré par le côté féminin de l’ange, va se laisser peu à peu séduire sans pour autant succomber aux délices de la chair. Mais l’idée va faire peu à peu son chemin dans son esprit jusqu’à prendre un tournant inattendu.

A travers cette nouvelle, l’auteur nous invite à réfléchir sur l’humain et l’amour au-delà de la sexualité. Si la chute du récit m’a laissée songeuse, elle met en avant une chose : son personnage principal souhaite tester ses sentiments pour l’ange, peu importe son sexe. Une jolie leçon de vie en somme.

En conclusion : Eric Lysoe signe ici une nouvelle entre polar et érotisme, avec une bonne touche d’humour. Les amateurs d’histoires inclusives LGBTQIA+ y trouveront une jolie romance trangenre au dénouement inattendu.

4 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s