Publié dans Veille littéraire du net

And my watch begins #29

Au sommaire de cette veille littéraire du net : Un documentaire sur les maisons traditionnelles japonaises, un couple américano-japonais qui te fait découvrir la culture japonaise de l’intérieur, les challenges littéraires de mai, des appels à textes sur des nouvelles, un projet de photographie pour voyager sans bouger de chez soi, un événement pour mettre en avant l’auto-édition.

Les challenges littéraires du moment

Avril et mai ont été prolifiques en challenges car en plus des Challenges consacrés au Japon (Un mois au Japon et le Hanami Book Challenge évoqués dans ma veille précédente), j’ai noté aussi les défis suivants :

Le mois de la fantasy organisé par la booktubeuse Pikiti Bouquine, qui propose 3 menus avec 4 catégories chacun pour dégarnir ta PAL de tous ses livres de fantasy. En vidéo, sa présentation du challenge :

Et si tu préfères un challenge avec des défis en plus, le bingo du Plib revient, organisé par le Prix Littéraire de l’Imaginaire Booktubers. Pour y avoir participé l’an dernier, j’ai trouvé ça très chouette car il associe lectures et actions autour du livre, sur le principe du bingo. Par contre, malgré mes recherches, je n’ai pas réussi à trouver beaucoup plus d’infos que ce qui est publié que le compte de Chrisbookine. Je suppose que pour y participer et avoir les détails, il faut s’inscrire sur le site du PLIB. Mais rien qu’avec ce visuel, il y a de quoi s’amuser. 🙂

Le documentaire du mois

Sur Arte, l’émission Invitation au voyage m’a emmenée à Kyoto pour découvrir les maisons traditionnelles : les Machiyas et l’art de vivre qui y est associé.

Construites en bois et papier depuis l’ère Edo, elles sont majoritaires à Kyoto, l’ancienne capitale japonaise et une des rares villes qui a su résister à la modernité.

Le reportage insiste sur les éléments qui la composent et comment on y vit : les parois de papier qui absorbent l’humidité l’été, une ventilation naturelle adaptée aux saisons, la fonction des pièces qui change en fonction de la température ou les transformations liées à leur usage.

Traditionnellement, ce sont des maisons en longueur à cause de taxes sur la largeur des habitations. Elles disposent d’un puit de lumière au centre, un commerce à l’avant et un petit jardin à l’arrière. Elles ne sont pas construites pour durer et doivent être fréquemment rénovées ce qui permet souvent de modifier leur structure intérieure, faite en grande partie de bois (plutôt que de pierre comme en occident).

Le reportage te fait visiter une maison habitée dans Kyoto et une maison avec commerce ancien totalement rénovée qui comporte aussi une partie habitation.

Il t’emmène aussi visiter la maison de l’écrivain Junichirô Tanizaki, une maison secondaire dans le style traditionnel des maisons en bois située à l’écart de la ville de Kyoto et datant de 1911. La maison est nichée au coeur d’un jardin extraordinaire, parfaite symbiose entre humain et nature où tout est pensé pour profiter du jardin depuis l’intérieur de l’habitation.

Le documentaire est disponible gratuitement sur arte vidéo jusqu’au 26/06/2021. La partie sur les machiyas se situe de la minute 18.29 à 32.22, si tu ne souhaites pas regarder l’ensemble de l’émission. 😉

La chaîne youtube du moment

Il existe de nombreux blogueurs/youtubeurs étrangers qui vivent au japon et/ou mariés avec un japonais. J’en connais peu qui cuisinent pour leurs chats et qui ont autant d’énergie que Rachel et Jun !

Rachel est américaine et Jun et japonais. Ils proposent plusieurs vidéos sur leur quotidien, leurs visites de l’archipel nippon, la cuisine et ont quatre chaînes youtube : Jun’s kitchen où Jun cuisine et bricole pour ses chats, Rachel and Jun sur leur quotidien et la culture japonaise, Rachel and Jun’s aventures quand ils voyagent et Jun Yoshizuki où cette fois Jun cuisine pour eux.

Le ton est sympa et dynamique. J’adore le côté loufoque de Rachel, et je ne peux que baver devant les plats préparés par Jun. En plus, ils sous-titrent la plupart de leurs vidéos en français (à moins que cela soit Youtube ?) ce qui est sympa quand on n’est pas familier avec l’anglais. Et ai-je parlé de leurs chats trop choupis !?

J’ai choisi de te montrer la vidéo où Jun cuisine des sushis pour chats, mais j’adore aussi celle où Rachel découvre les appareils à tirettes (= Gashapons en japonais) où on peut acheter des chapeaux pour chats en forme de fruits et légumes ! Bref, un bon moyen de découvrir la culture nippone de l’intérieur, vues par une occidentale. 🙂

Appel à textes du mois

Ce mois-ci, je suis tombée sur pas moins de trois appels à textes qui m’ont beaucoup intéressée, mais qui ne tournent pas forcément autour du Japon.

Tout d’abord, les éditions Projet Sillex connue pour ses publications en financement participatif, propose un nouvel appel à textes pour des nouvelles autour du thème de l’Isekai. L’Isekai est selon leur définition « un sous-genre dans lequel un ou plusieurs personnages de notre monde se trouvent plongés dans un autre univers, qu’il s’agisse d’un véritable monde parallèle (à la manière de la saga Ewilan, de Pierre Bottero) ou d’un monde alternatif, tel qu’un jeu-vidéo, rendu réel ou se superposant à la réalité ». La nouvelle doit comporter entre 40 000 et 80 000 signes espaces comprises. Elle est destinée aux adultes, et doit être envoyée avant le 15 octobre 2021. Si tu souhaites plus de détails, je te renvoie à la page facebook de l’éditeur.

Les éditions Oneiroi spécialisés dans la littérature Steampunk recherchent des nouvelles sur le thème de « Inventions et jeux de pouvoirs » d’ici le 31 décembre 2021. L’objectif est de publier un quatrième recueil de 4 nouvelles steampunk tout aussi qualitatif que les précédents. La nouvelle doit comporter entre 30 000 et 60 000 signes espaces comprises et est destinée à un public adulte. Pour soumettre ta nouvelle ou obtenir plus d’informations, je te renvoie vers le site de la maison d’édition. Je ferai prochainement un focus sur leurs livres dans le cadre de mon projet Parlons Steampunk.

Enfin, les éditions Rageot organisent un concours d’écriture de nouvelles du 10 mai au 30 juin 2021 autour du thème de nos identités « celles qu’on nous impose et celle qu’on cache », à destination d’un public jeunesse de 12 ans et +. La nouvelle doit comporter 25 000 signes maximum et sera choisie par un public composé de trois auteurs-ambassadeurs de la maison d’édition. Pour plus d’informations, je t’invite à consulter le site internet de l’éditeur.

Personnellement, je suis assez intéressée par l’écriture des nouvelles. Je trouve que cela reste un bon exercice si l’on souhaite s’entraîner car c’est du format court. Par contre, cela n’est pas toujours facile si l’on a tendance comme moi à écrire des pavés ! 🙂

L’évènement littéraire à venir

Samedi 29 mai prochain, Lucie Bernard du blog Recto-Verso termine son programme 1 weekend, 1 mise en avant, 1 mobilisation visant à mettre en valeur de petits maisons d’éditions. A cette occasion, elle propose une série de conférences sur l’auto-édition en partenariat avec l’auteure et blogueuse Audrey Weisseldinger (du blog La tasse ébréchée) dont tu trouveras le programme détaillé ci-dessous.

C’est l’occasion de découvrir les rouages de l’auto-édition ainsi que des auteurs présents ! Si tu souhaites plus de détails, je t’invite à consulter la page instagram de Audrey Weisseldinger. 😉

L’artiste du mois

A cause de la pandémie, le photographe français Jonathan Bertin n’a pas pu aller au Japon. Il lui est alors venu une idée : pourquoi ne pas envoyer des appareils photos au pays du soleil levant pour que d’autres le fassent voyager ?

Sur les 30 appareils envoyés, seulement 4 lui sont revenus avec des photos prises par des japonais de leur quotidien pendant le covid. Il en a fait une exposition virtuelle en ligne et un documentaire qui sont accessibles sur son compte Instagram, en partenariat avec Flying Blue.

Un documentaire émouvant de trois minutes sur une manière de réaliser son rêve grâce à des inconnus et de découvrir un pays à travers leurs yeux. Et l’histoire n’est pas finie, car d’autres appareils continuent d’arriver…

J’ai trouvé la démarche de cet artiste très culottée et aussi un poil désespérée devant son impossibilité de voyager. Néanmoins, je comprend sa frustration. Moi aussi je n’ai pas pu voyager depuis un an et cela me manque !

Quant au résultat, il se dégage des clichés un Japon différent, un quotidien que l’on n’a pas l’habitude de voir, presque mélancolique ou issu d’un autre temps.

Je t’invite à regarder l’exposition qui ne cesse de grandir sur le site internet qui lui est dédié, histoire de voyager un peu toi aussi, en attendant que cela soit à nouveau possible pour tous. 🙂

Voilà, ma veille est terminée. N’hésite pas à m’indiquer en commentaire tes propres trouvailles pour la beauté du partage. Si tu as raté mes autres watch, tu peux les retrouver ici.

Thé au macha et gyozas,

A.Chatterton

Auteur :

Bibliothécaire IRL, j’ai eu envie de partager mes lectures avec d’autres amoureux de la littérature, mais aussi jouer avec les livres à travers des challenges ou encore désacraliser l’écriture avec des ateliers pour les écrivains en herbe. Je vous invite également à développer votre imaginaire avec mes projets d’écriture autour d’une bibliothécaire de l’extrême qui voyage à travers les livres mais a du fil à retordre avec son chat… Bienvenue dans mon univers et surtout bonnes découvertes littéraires ! Amélie

2 commentaires sur « And my watch begins #29 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s