La panne de lecture : Quelle en est l’origine ?Comment y remédier ?

Il y a quelques temps, j’ai expérimenté la « panne de lecture », ce moment où il est impossible d’ouvrir un livre, ou de regarder sa PAL sans un haut le coeur. Ce phénomène est de plus en plus courant dans la blogosphère littéraire, comme chez les simples lecteurs. Aussi je me suis demandée quelles pouvaient en être les causes et comment y remédier. Voici ce que j’ai trouvé...

Que l’on soit blogueur ou simple lecteur, il peut nous arriver d’être fatigué de lire. Cela peut être associé à un seul facteur, comme la lecture régulière d’un flux Instagram qui nous sursollicite de nouvelles découvertes littéraires. Mais cela peut aussi résulter de plusieurs raisons qui, mises bout à bout, saturent notre envie en l’assimilant à une tâche impossible à accomplir ou un travail au lieu d’une activité plaisante.

Voici un petit classement non exhaustif de ces raisons, qui pour certaines me sont propres. Vous pouvez ajouter les vôtres en commentaire. 🙂

L’arrivée du printemps

Nous arrivons au printemps et à la fin de cette année de confinement, et si vous êtes comme moi, vous avez passé presque tout votre temps à lire parce qu’il n’y avait que ça à faire. Mais voilà, les beaux jours sont là et les livres, plaisant compagnons de solitude, sont devenus des éléments moins attractifs, associés peut-être à cette période d’enfermement. Vous avez envie de sortir voir l’extérieur, profiter du soleil et de vos amis. Donc, il est normal de laisser tomber ses livres pour d’autres activités.

Ce genre de panne est souvent temporaire. En tant que bibliothécaire, je l’assimile souvent au retour du jardinage chez les lecteurs qui sont lassé des activités d’intérieur. Pour cette panne, pas de panique, ce n’est pas si grave. Vous reviendrez à la lecture en hiver peut-être, quand il fera froid…

Des lectures successives décevantes

En février, j’ai enchaîné trois lectures qui semblaient prometteuses mais se sont avérées très décevantes. D’habitude, j’ai du flair pour repérer les livres qui vont m’intéresser, mais à ce moment là, la magie n’a pas opéré. Un sentiment d’abattement m’a envahi : à quoi bon lire si c’est pour être déçu ? Heureusement, j’ai pris un peu de recul et trouvé une nouvelle perle rare par la suite.

Je pense qu’il faut être attentif à son état d’esprit vis à vis de l’importance que l’on accorde à ses lectures. Au fond, pourquoi lit-on ? Si c’est pour se distraire, n’importe quel livre fera l’affaire. Mais si on est un peu déprimé, mieux vaut privilégier des lectures amusantes. Enfin, si l’on a trop d’attentes vis à vis d’une lecture, mieux vaut tempérer ses ardeurs et envisager la possibilité que ce sera moins bien que prévu. Cela évitera d’être déçu et d’y accorder trop d’importance…

Un roman excessivement long

On a tous un livre que l’on n’a pas terminé dans sa bibliothèque. Dans la mienne, il s’agit des Piliers de la Terre de Ken Follett. Pourquoi n’ai-je pas terminé ce livre ?

Non pas qu’il était inintéressant, j’ai beaucoup appris sur la construction des cathédrales et les personnages m’étaient sympathiques. Mais je me suis assez vite découragée devant son rythme lent et le nombre impressionnant de pages (d’autant que j’ai la version poche, écrite en tout petits caractères). J’ai donc abandonné, ne me sentant pas le courage d’en venir à bout. Ce qui a occasionné une période de panne de lecture dont j’ai réussi à venir à bout grâce à des lectures courtes, puis des plus importantes.

Le fait de terminer un livre a un enjeu psychologiquement plus ou moins important, peu importe sa longueur, que l’on sous-estime assez souvent. Il correspond à un sentiment d’accomplissement personnel, une sorte de petit défi avec soi-même, qui s’il n’est pas atteint, peut nous déprimer.

Il ne faut pas culpabiliser d’abandonner un livre à cause de la longueur du récit, surtout si vous ne pensez pas avoir le courage de le finir. S’il vous intéresse toujours, vous pouvez y revenir plus tard, le lire de manière fractionnée, ou acheter les tomes séparés s’il s’agit d’une intégrale. Et s’il ne vous plaît plus, mais que vous ne souhaitez pas avoir un sentiment d’inachevé, lisez la fin ! Cela me semble un bon compromis entre l’abandon total et partiel. 🙂

Une Pile A Lire trop importante

Tout le monde a également dans sa bibliothèque des livres qu’il a amassé mais pas pris le temps de lire. Chez moi, cela représente deux rayonnages de ma bibliothèque.

Ma technique consiste à réaliser une PAL tous les mois que je dispose sur ma table de chevet afin de penser à lire ces livres, vu qu’ils sont sous mon nez. Sauf que… je l’ignore complètement pour emprunter d’autres livres à la bibliothèque. Ou je me retrouve désemparée devant la pile, ne sachant pas pas quel livre commencer. Et il m’arrive d’en commencer plusieurs sans réussir à en finir un seul.

Ma technique n’est donc pas infaillible car elle me met la pression pour lire cette fichue Pile à Lire. Or, la lecture doit rester un plaisir et ce n’est pas en me forçant à lire des ouvrages mis de côté à un instant donné que je vais avoir envie de les commencer.

Je pense que l’idéal est de trier de temps en temps sa Pile à Lire et de n’avoir qu’un livre à lire sur sa table de chevet. Car qu’est-ce qu’une PAL ? Un amas de lectures dont vous aviez envie à un moment, mais peut-être que ce moment est passé ? Par ailleurs, un seul livre en cours reste la garantie de ne pas se mettre la pression pour le terminer afin d’enchaîner par un autre. Et surtout, suivez votre envie de lecture du moment, c’est plus facile pour choisir son livre !

Un challenge littéraire

L’année dernière, j’ai participé à 5 challenges littéraires dont le but est justement de venir à bout de sa PAL. Je n’ai pas lu tout ce que j’avais prévu et j’ai même rajouté des lectures !

Mais je me suis surtout rendue compte pour le dernier challenge, que le défi était trop difficile pour moi : impossible de lire ce que j’avais prévu dans le temps imparti. Je n’étais plus intéressée par certains livres et j’ai jugé que je me mettais une pression inutile. J’ai échappé à la panne de lecture cette fois là en prenant du recul, mais je pense que cela arrive à de nombreux lecteurs qui participent aux challenges.

Cela rejoint ma réflexion vis à vis des romans inachevés : on cherche à s’imposer des défis qui nous sont parfois insurmontables par excès de confiance. Et on se déçoit de ne pas réussir. Donc la lecture devient associée à quelque chose de décevant et frustrant.

Pour y remédier, il est nécessaire de participer à des challenges de manière moins engagée, et de connaître ses propres limites.

Ainsi, lors de ma participation à des challenges littéraires cette année, j’ai préféré lire du format court (BD, roman graphique, récits de voyage, romans courts) ou carrément des nouvelles. Cela me permet de valider mon challenge en ne m’imposant pas des lectures trop longues qui vont saper ma confiance en moi et retarder la lectures d’autres livres.

Et surtout, quand la fin du challenge approche, je regarde la liste des livres que j’ai lu avec bienveillance et satisfaction, plutôt que de me concentrer sur celle des livres pas ouverts. Je me félicite de ce que j’ai accompli au lieu de me focaliser sur mes échecs.

Une autre solution si l’on ne souhaite pas se mettre la pression dans ses lectures est de ne pas participer à des challenges tout simplement. Après tout, ce n’est pas obligatoire !

Des lectures obligatoires

Que cela soit pour ses études, ou dans le cadre d’un projet personnel, on peut être amené à lire des livres par obligation. Lorsque j’étais étudiante en lettres, j’ai lu des livres « de travail » dans le cadre de mes cours mais ce n’était pas avec la même attention que des lectures « loisir ». C’étaient des lectures en diagonale avec pour objectif l’étude du texte, sans plaisir.

Dernièrement, dans le cadre de mon projet Parlons Steampunk pour le blog, je me suis imposée deux à trois romans steampunk les deux dernières semaines de chaque mois. L’objectif était d’écrire à chaque fois un article sur les différents aspects de la littérature steampunk. Les trois premiers mois, j’ai réussi à tenir le rythme, mais depuis avril, je n’y arrive plus. Pourquoi ? Parce que je suis arrivée à un moment où ce que je devais lire pour écrire mon article ne m’intéressait pas.

S’en est ensuivi une longue semaine sans lire, et quelques interrogations. Que faire face à ces lectures obligatoires ? Comment venir à bout de ma panne ? Comment écrire ce fichu article ?

J’ai finalement décidé de modifier mon programme steampunk pour un sujet plus intéressant et des lectures plus courtes. Car je suis seule maîtresse de mon blog. Qui va me juger pour cela à part moi-même ?

Je me suis aussi octroyée un break de lectures plaisir, parce que j’en avais besoin. Il faut savoir souffler de temps en temps.

Mon cas de blogueuse ne parlera peut-être pas à étudiant qui a des lectures obligatoires. Aussi, je lui conseille d’avoir sous la main des lectures plaisir pour s’octroyer des pauses quand étudier la littérature devient trop difficile.

Il est également nécessaire de faire des pauses sans lecture pour supporter des livres que l’on n’apprécie pas. Se promener, pratiquer une autre activité, voir ses amis est important sinon on s’enferme dans une sphère négative difficile à surmonter.

Un problème médical

Lire peut s’avérer problématique quand on souffre d’un problème médical particulier.

La position que l’on prend le plus souvent dans le cadre de la lecture est allongée avec la tête relevée vers son livre, ou assise, la tête penchée. Ce n’est pas non plus une position favorisant l’exercice physique.

J’ai expérimenté depuis le début du confinement des soucis médicaux liés à une position assise trop prolongée pour mon travail : douleurs aux cervicales et jambes lourdes à cause d’un manque d’exercice.

La lecture est devenue difficile à un moment donné car peu importe la position que je prenais, cela devenait inconfortable. J’ai donc dû arrêter de lire quelques temps et m’efforcer de réaliser une promenade quotidienne pour aller mieux.

Cela était très frustrant car lire est un de mes hobbys préférés. J’ai donc développé un second hobby à cause de ces problèmes : le jardinage, plus physique et meilleur pour ma santé. Et j’ai essayé de lire à des plages régulières plus courtes, et en faisant des pauses pour me dégourdir les jambes.

J’ai évoqué mon cas personnel, mais il existe d’autres troubles comme l’arthrose ou les tendinites qui empêchent de tenir un livre trop gros, les troubles de la vue nécessitant une loupe ou l’utilisation de livres audios…etc…

Je ne dis pas que lire est mauvais pour la santé, mais il ne faut pas la négliger pour autant, et surtout la préserver quand l’activité de lecture provoque un inconfort physique.

Des solutions de lecture existent pour presque tous les cas et les éditeurs réfléchissent de plus en plus à inclure certaines troubles comme la dyslexie afin de répondre à la demande. Ceci dans le but de pouvoir continuer à lire malgré des problèmes de santé…

Pour les blogueurs #1 : Un nombre trop important de services presse

Par le passé, j’ai été trop gourmande en demande de services presse auprès d’éditeurs dans le cadre de mon blog. Attirée par la perspective de nouveaux livres, j’avais accepté à un moment donné 6 romans dont la chronique était à rendre pour les mêmes délais.

Autant dire que cela s’est avéré compliqué et que j’ai dû faire beaucoup d’efforts pour tout rendre en temps et heure. La lecture n’a pas été une partie de plaisir non plus.

Depuis, j’ai appris de mes erreurs, et j’accepte peu de services presse pour cette raison (entre autres).

Ce type d’erreur est courant quand l’on débute un blog ou que l’on ignore son rythme de lecture. Et cela peut mener à la panne de lecture assez facilement : on se met la pression pour rendre un avis et ne pas décevoir l’éditeur. On veut paraître sérieux auprès de ses partenaires, même si on n’a pas anticipé le temps de lecture ou qu’on survole le livre.

Mon conseil est de connaître son rythme de lecture (= le temps qu’on met à lire un livre en moyenne), et surtout de limiter ses services presse, en choisissant des livres qui nous intéressent vraiment. Sinon, on a vite l’impression de « travailler » pour l’éditeur et on se met la pression.

Et si le livre ne vous convient pas mais que vous devez quand même rendre un avis, vous pouvez en parler à l’éditeur et envisager avec son accord de ne rien rendre. Cela m’est déjà arrivé, et ce n’est pas si dramatique.

Pour les blogueurs #2 : La pression du blog

A mes débuts de blog, j’étais très ambitieuse et je voulais être innovante en matière d’articles sur les livres. Avec le temps et l’expérience, je me suis rendue compte qu’il fallait surtout trouver son style et ne pas se mettre trop de pression. Sauf si vous souhaitez en vivre, mais ce n’est pas mon cas.

Par exemple, je souhaitais chroniquer chaque livre lu. Or, pour certains je n’avais rien à dire ou ils ne valaient pas la peine qu’on parle d’eux. Et la liste des articles à écrire à commencer à s’allonger au fil des lectures, rendant impossible leur rédaction à moins de faire du blog à temps plein !

J’ai voulu quand même essayer en proposant trois articles par semaine, parce que je suis plutôt obstinée. Mais je me suis vite épuisée à la tâche, et surtout, je ne vivais que pour le blog, négligeant ma famille, mes amis et mes autres loisirs. Cela m’a dégoûtée de la lecture pendant plusieurs semaines.

Pour résoudre ce problème, j’ai donc décidé de ne pas parler de livres qui ne m’avaient pas plu, à moins qu’ils ne soient des services presse. Pour les autres livres, j’ai commencé des articles sous forme de mini-chroniques, pour proposer des avis courts sur des romans dont je n’aurai pas parlé dans un article de 2000 signes.

Tout ça pour dire que lorsque vous tenez un blog littéraire, il est important de trouver un moyen pour faire coïncider vos envies et leur réalisation. Tenir compte du temps que vous souhaitez investir dans votre blog, trouver votre rythme, réfléchir à des solutions créatives…

Car un loisir qui devient un travail peut parfois vous dégoûter de ce loisir. 🙂

Je n’ai peut-être pas réuni toutes les raisons qui peuvent vous pousser à la panne de lecture, mais j’espère vous en avoir fourni les essentielles et que mes conseils vous seront profitables.

N’hésitez pas à m’indiquer en commentaire vos anecdotes de panne de lecture et vos techniques pour reprendre goût à la lecture. 🙂

Pile A Lire et livre entamé,

A.Chatterton

11 commentaires

  1. Voilà un article qui me parle beaucoup ! Récemment j’ai décidé d’arrêter définitivement les SP pour reprendre le contrôle de ma vie de lectrice car, comme tu l’as dit dans tes points 1 et 2 sur les blogueurs, je me mettais trop de pression, j’acceptais trop en voulant faire plaisir et finalement je ne prenais plus vraiment de plaisir à lire… Pour m’en sortir, je me suis profondément remise en question et je pense être sur la bonne voie aujourd’hui. J’ai baissé mon nombre d’article à 2 par semaine et je m’y tiens, parce que comme tu le soulignes, le blog est un plaisir, un hobby, il doit absolument le rester. J’ai aussi arrêté de parler de tout ce que je lisais. Parfois, j’ai juste envie de lire un bouquin sans me demander « bon sang qu’est-ce que je vais écrire dessus? ». Personne n’attend désespérément de lire mon prochain article, faut redescendre sur terre et c’est ce que je m’efforce de faire. J’espère que ça continuera de m’apporter du positif !
    C’est chouette que tu parles de ces soucis en proposant des solutions possibles ! Tu rends tout ça très concret avec ta propre expérience.

    Aimé par 1 personne

  2. Je trouve ton article très intéressant.
    Pour ma part, j’ai toujours été assez raisonnable quant aux services presse, même si j’en accepte encore trop puisque je n’ai pas le temps de faire baisser ma propre PAL. Par contre, je ressens une pression non pas sur la quantité d’articles à publier, mais sur la qualité des chroniques. Quand je commence un SP, j’ai toujours peur de ne pas savoir quoi en dire ou de ne pas savoir bien en parler et ça, ça me conduit souvent à des mini-pannes de lecture…
    Et je me retrouve complètement dans ton paragraphe sur la pile à lire trop importante !

    Aimé par 1 personne

  3. Ton article est super intéressant ! C’est bien que tu évoques les problèmes de santé empêchant de lire – cela est arrivé autour de moi récemment et le passage à la liseuse a été la solution au problème, malgré une légère protestation au début pour cause d’attachement au livre papier.
    Quant aux SP … C’est une question épineuse et je suis contente de voir les blogueurs/blogueuses l’évoquer à cœur ouvert, car c’est un système à mon sens malsain qui doit être remis en question.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s