Publié dans Lectures

Sans foi ni loi, Marion Brunet, éditions PKJ

Lu dans le cadre du Mois Américain, je me suis lancée avec envie dans ce one-shot Young adult encensé par le Salon littérature de jeunesse de Montreuil en 2019. Et je n’ai absolument par regretté mon choix. Entre l’ambiance western, la condition de la femme au Far West mise à nu et l’interrogation des notions de bien et de mal, j’ai eu un vrai coup de coeur. Voici mon retour …

Résumé : Ouest américain, années 1920. La cavale d’une hors-la loi avec l’adolescent qu’elle a kidnappé. Lorsqu’une hors-la-loi débarque chez lui et le kidnappe, Garett est terrifié. Pourtant Ab Stenson, cette femme indomptable, est celle qui lui ouvrira les portes d’un avenir moins sombre, loin de son père violent.
Fasciné par sa ravisseuse, Garett découvrira ses plus grands secrets, ceux qu’on ne révèle qu’à ses plus proches amis. Dans son sillage, il rencontrera l’amour et l’amitié, là où il les attendait le moins. Jusqu’au bout de la route, où Ab lui offrira le plus beau des destins : la liberté.

Une course-poursuite haletante

Le point de départ de cette histoire est l’enlèvement de Garett, fils de Pasteur et plutôt craintif, par Abigaïl Stenson, une hors-la-loi dure à cuire qui vient de braquer une banque. L’enjeu du récit sera de savoir si Stenson va libérer Garrett ou non, et si au bout du compte, elle se fera capturer par le Marshall pour l’agent qu’elle a volé.

Au cours de leur fuite, les deux personnages vont traverser des forêts, la montagne, un désert, des villes. Ils rencontreront d’autres protagonistes qui nous permettront d’esquisser un portrait de l’Amérique en 1920 : un pays raciste, injuste envers les faibles, coincé entre le puritanisme et la prostitution, dominé par la violence et où une femme qui s’habille et se comporte en homme n’a pas sa place.

Marion Brunet instille du suspense, de la réflexion à travers les yeux de Garett. Et même si l’on devine l’issue de cette chasse à l’homme, on se laisse quand même emporter par l’esprit rebelle de Ab et la naïveté du jeune garçon face au monde qu’il découvre.

Une ode à la femme forte

L’auteure nous dépeint un Far West où la femme a dû mal à trouver sa place. Les fondements d’une société patriarcale sont toujours en vigueur et cela ne leur offre que trois possibilités : l’épouse bigote soumise à son mari, la putain de saloon et…Ab Stenson.

Abigaïl Stenson est une femme qui s’habille en homme, se comporte en homme, se fait respecter. Elle s’affranchit de toutes les règles dans un univers où ce sont les hommes qui font régner la loi. Et cela fait grincer des dents la gent masculine qui ne sait pas comment réagir face à cette femme hors normes.

Curieusement, ce n’est pas le fait qu’elle ait dérobé de l’argent dans une banque et qu’elle ait enlevé un gamin pour se protéger qui dérange. C’est qu’elle soit une femme qui bouleverse un ordre bien établi. Et c’est ce qu’on lui fera payer : l’humiliation d’être battu par une femme qui ne sait pas rester à sa place, la peur de l’exemple qu’elle pourrait donner aux épouses et putains en mal d’émancipation.

Mais Ab a ses fêlures. Ironiquement, elle a été épouse et mère mais ne sait pas construire un foyer. Elle a la bougeotte, le besoin d’action dans le sang. Le modèle n’est donc pas si parfait : à trop vouloir se conduire comme un homme, elle est devenue le cliché du cowboy solitaire, à la poursuite de chimères et d’aventures.

Un véritable roman d’apprentissage

Garett a été enlevé, mais est-il vraiment prisonnier de cette femme hors la loi ? Au fil des pages, un lien va se nouer entre l’adolescent et la criminelle. Pas vraiment du syndrome de Stokholm, plutôt un lien de confiance, une complicité, du respect mutuel.

En partant, Garett pensait échapper à son père tortionnaire. Ce voyage lui fait découvrir bien plus : le courage, la détermination, l’ouverture d’esprit, l’amitié, l’amour même. Il apprendra à tirer, à tuer. Il découvrira le vrai sens du mot « Justice ». De jeune garçon, il deviendra homme et dans tous les sens du terme.

Et quand la course-poursuite prendra fin, il faudra réaliser un choix : retourner chez soi ou partir à l’aventure, comme Ab. Cet enlèvement lui aura changé son existence, et dans le bon sens. Sans cette aventure, il serait resté à la merci de son père, à vivre dans la peur avec ses frères et sa soeur dans la ferme familiale, pour une vie de misère et d’hypocrisie. Désormais, il peut décider de sa vie. Et c’est une très jolie perspective.

En conclusion : Un roman coup de poing sur le Far west qui aborde la condition de la femme sans détours avec un personnage hors du commun. Mais aussi un roman d’apprentissage pour un jeune garçon qui découvre le monde ainsi que le sens du mot Justice. Une vraie claque !

Auteur :

Bibliothécaire IRL, j’ai eu envie de partager mes lectures avec d’autres amoureux de la littérature, mais aussi jouer avec les livres à travers des challenges ou encore désacraliser l’écriture avec des ateliers pour les écrivains en herbe. Je vous invite également à développer votre imaginaire avec mes projets d’écriture autour d’une bibliothécaire de l’extrême qui voyage à travers les livres mais a du fil à retordre avec son chat… Bienvenue dans mon univers et surtout bonnes découvertes littéraires ! Amélie

2 commentaires sur « Sans foi ni loi, Marion Brunet, éditions PKJ »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s