Publié dans On joue ?

Bilan de ma participation de jurée du PLIB 2020 : vis ma vie de jurée #9

Le Prix Littéraire de l’Imaginaire Bookuber 2020 se termine doucement et nous aurons bientôt les résultats des votes. En attendant, je souhaitais revenir sur ma première participation en tant que jurée, vous donner mes impressions sur cette aventure et surtout vous expliquer pourquoi je ne renouvelle pas cette expérience l’an prochain.

Une sacrée aventure

J’ai beaucoup appris cette année en tant que lectrice mais aussi blogueuse avec le PLIB.

Le Prix m’a aidé à rencontrer d’autres amoureuses des livres jurées ou non, et à faire grandir la communauté de mon blog. J’ai trouvé un espace de bienveillance et de créativité que je ne connaissais pas auparavant. Et cela a été très appréciable.

J’ai également découvert de nombreuses lectures et quelques pépites comme L’arrache-mots de Judith Bouilloc, ou encore L’imparfé de Johan Heliot, que je n’aurais peut-être pas lus sans le PLIB. Cela m’a fait sortir de ma zone de confort en général, et je lis beaucoup plus de romans Young Adult qu’avant.

Par ailleurs, la radine que je suis a bien apprécié bénéficier d’ebook gratuits pendant l’aventure… ce qui m’a aussi forcée à lire en numérique, chose que je ne faisais pas avant !

Le Prix m’a fait gagner en technicité en découvrant les serveurs de discussion sur Discord. Il m’a aussi poussée à ouvrir mon compte Instagram pour le blog.

Enfin, j’ai beaucoup apprécié l’ensemble des challenges lecture organisés par l’équipe du prix et particulièrement le Bingo, qui m’a montré que l’on pouvait s’amuser avec les livres et pas qu’en les lisant ! L’équipe réalise un travail énorme d’animation sur ce prix, ce qui le rend vivant et dynamique, contrairement à d’autres prix littéraires.

Quelques bémols

La sélection était large avec de jolies pépites, mais les votes ont réduit considérablement la marge de manoeuvre, excluant de bon romans adultes au profit de young adult parfois médiocres. Et je ne me suis pas retrouvée du tout dans les 5 finalistes, malgré la présence de Jean-Laurent Del Socorro avec Je suis Fille de Rage.

Pour rappel, les 5 finalistes sont : Félines de Stéphane Servant, La Cité des Chimères de Vania Prates, Les Brumes de Cendrelune de Georgia Caldera, Mers mortes d’Aurélie Wellenstein et Je suis fille de rage de Jean-Laurent Del Socorro mentionné plus haut. (Tu peux retrouver les chroniques de chaque livre en cliquant sur le lien associé au titre)

J’ai eu l’impression que le prix, même s’il ne veut pas choisir entre romans adultes et Young Adult, a quand même une tendance pas assumée de Young adult. C’est du moins l’image qu’il donne de l’extérieur. Et je ne suis pas la seule à le penser (cf l’article de Manon d’ombrebones).

Alors certes, c’est le jeu des votes. Mais pour le coup, je  pense que la communauté n’est pas de mon âge ou ne reflète pas mes goûts, d’où cette sensation de décalage permanent.

J’ai voté donc par défaut car je n’étais satisfaite d’aucun livre, et cela a été une réelle contrainte. Même Jean-Laurent, qui m’avait habitué à un style incisif et un format nouvelle très élaboré avec Boudicca et Royaume de vent et de colères, m’a un peu noyée avec son roman fleuve historique sur la Guerre de Sécession. Pour certains, cet auteur n’avait pas sa place dans la sélection car pas assez fantastique. Pour moi, c’était l’inverse, et j’aurais apprécié plus de romans adultes dans les finalistes.

Une autre contrainte m’a déplu, même si je connaissais les engagements de jurée dès le début :  écrire des chroniques sur des livres que je n’ai pas aimés. Cela a été très difficile. Alors,  j’ai envisagé cela comme un exercice de style pour me motiver. Mais cela est resté très difficile à réaliser avant la date fatidique de fin de vote. J’ai écris des articles qui m’ont semblé médiocres car pas assez aboutis, pour lesquels je n’ai éprouvé aucun plaisir et qui ne m’ont pas beaucoup apporté d’audience. Malgré la volonté de terminer correctement ce défi de jury, j’ai surtout eu l’impression d’avoir perdu mon temps.

Par la suite, je n’ai pas du tout apprécié le choix des responsables du prix de faire participer le public extérieur aux votes des finalistes. Quand on est juré et que l’on doit écrire 5 chroniques obligatoires pour que son vote soit pris en compte, la pilule a du mal à passer. Même si je comprends l’envie d’ouverture du Prix au public, hors jury afin de le rendre plus populaire.

Ce qui m’a également fait grincer des dents reste le fait de se débrouiller pour récupérer/acheter/télécharger les livres des 5 finalistes. Sur 5, seulement 2 avaient été généreusement donnés par les maisons d’édition partenaires en format électronique. Un service de livre voyageur avait été aussi mis en place par le PLIB afin de faire tourner les exemplaires papiers, mais ce n’était pas suffisant au vu du nombre total de jurés. J’ai la chance de travailler en bibliothèque et d’avoir assez d’argent pour acheter mes propres livres ce qui m’a permis d’acquérir et d’emprunter les manquants. Mais pour les jurés étudiants ou sans revenus, cela n’a pas dû être facile. Peut-être que certains se sont découragés à cause de cela. J’ai noté en suggestion d’amélioration une proposition de partenariat à approfondir peut-être avec les éditeurs des romans finalistes au lieu d’un apport massif d’ebook en début de prix. Je ne sais pas si cela est possible, mais il ne me semble pas aberrant que lorsque  200 personnes vont lire et chroniquer gratuitement votre livre, il est envisageable de le fournir en format électronique ?  A moins que le prix ne soit trop jeune et ne bénéficie pas de l’aura que je lui attribue ? A voir pour l’édition 2021…

Le Prix regroupe de nombreux bénévoles qui font un travail formidable mais les soucis techniques du site du PLIB restent un écueil important dans l’organisation. Il a planté plusieurs fois et moi, comme d’autres blogueuses, avons rencontré des problèmes qui ont perduré pendant toute l’année, malgré un SAV réactif. Pour aller dans le détail, j’ai réalisé 23 chroniques pour le PLIB sur des livres et mon expérience de Jurée et seulement 8 apparaissent dans mon espace jurée, alors que j’ai techniquement fait ce qu’il fallait. Les 15 articles restant apparaissent sur les pages des livres du Prix. Parfois même, certains de mes articles sans lien avec le PLIB sont présents parmi les chroniques de certains livres alors qu’ils ne sont pas référencés comme tels. Vis à vis de mon espace juré, cela  donne l’impression que je n’ai que peu participé alors que ce n’est pas le cas mais aussi la sensation d’un site désorganisé. Par conséquent, je ne me suis pas concentrée sur le site du PLIB pour la communication et j’ai utilisé mes propres relais afin de mettre en avant mes articles. Ceci dit, je trouve dommage qu’une vitrine aussi jolie marche aussi mal. J’espère que l’équipe trouvera plusieurs techniciens bénévoles pour l’édition 2021 afin de rendre plus attractif leur site internet.

Par ailleurs, j’ai aussi eu du mal à suivre le dernier challenge pendant l’été. Outre un agenda de lectures personnelles chargé, cela a été le challenge de trop. J’étais déjà en train de préparer le Pumpkin Autumn Challenge et le Mois Américain ! Difficile de participer à tout. Je me suis concentrée sur mes articles en cours et j’ai laissé les autres jurés s’amuser sans moi.

Pour finir, j’ai beaucoup aimé la communauté Discord au début du prix, mais nous étions trop nombreux à communiquer sur le forum. Avec mon adhésion au club lecture de Jasmin étoilé, lui aussi sur Discord, j’ai délaissé les lectrices du PLIB pour un plus petit comité.  Et cela m’a été plus profitable pour mon enrichissement personnel. J’avoue me sentir perdue dans la foule…

Pour résumer, je ne pense pas renouveler mon expérience de jurée pour l’édition 2021 car de manière générale, j’ai trouvé ce prix vraiment trop chronophage et contraignant pour moi, en plus des détails mentionnés plus haut. En revanche, j’irai consulter la sélection des ouvrages proposés et je participerai aux challenges qui sont assez amusants. En gros, je garde le fun sans la contrainte. 🙂

Si tu veux te faire ta propre expérience…

Ce n’est pas parce que mon expérience du Prix est mitigée que tu ne devrais pas t’intéresser au Prix. Moi-même, j’ai déjà repéré une vingtaine de livres déjà présents sur ma wishlist dans la sélection 2021 (=romans publiés en 2020), et j’en ai déjà chroniqué certains comme Les Hurleuses d’Adrien Tomas.

Si tu aimes la littérature de SFFF, le Young adult ou le roman jeunesse, et que tu es influenceur littéraire, laisse toi tenter par l’aventure en toute connaissance de cause. 🙂

La session 2021 du PLIB est lancée depuis peu, aussi tu peux proposer ta candidature en remplissant ce formulaire et en n’oubliant pas de lire le règlement intérieur du prix.

En plus d’une riche expérience, cela peut t’aider à gagner en visibilité pour ton blog et te permettre de rencontrer d’autres passionnés de littérature comme toi.

Voilà, mon retour sur ce Prix littéraire est terminé. Je vais à présent me concentrer sur Le Mois américain, avant d’enchaîner avec le Pumkin Autumn Challenge. Tu peux cliquer sur les liens pour voir mes PAL associées aux challenges.

Urne de vote et tampon encreur,

A.Chatterton

Auteur :

Bibliothécaire IRL, j’ai eu envie de partager mes lectures avec d’autres amoureux de la littérature, mais aussi jouer avec les livres à travers des challenges ou encore désacraliser l’écriture avec des ateliers pour les écrivains en herbe. Je vous invite également à développer votre imaginaire avec mes projets d’écriture autour d’une bibliothécaire de l’extrême qui voyage à travers les livres mais a du fil à retordre avec son chat… Bienvenue dans mon univers et surtout bonnes découvertes littéraires ! Amélie

8 commentaires sur « Bilan de ma participation de jurée du PLIB 2020 : vis ma vie de jurée #9 »

  1. Comme celui de Manon, ton article est intéressant et permet de voir une autre perception du prix 🙂
    Pour le côté YA, je pense vraiment que ce n’est pas une volonté du prix, mais que cela résulte de la répartition du jury parce qu’en ayant regardé rapidement les membres, ce sont surtout les personnes lisant du YA qui ont postulé et je m’inclus dedans. Je n’ai pas l’impression que le prix inspire les blogueurs/booktubeurs plus orientés SFFF adulte, ce qui du coup, fausse le jeu.
    Si contrairement à toi, je n’ai pas trouvé le prix chronophage par rapport à mon expérience pour un autre prix, je te rejoins sur quelque chose qui m’a quand même assez étonnée (voire choquée) : la non gratuité des 5 finalistes. Il me semble assez délicat de demander à des gens de s’investir pour un prix littéraire sans au moins fournir « l’outil de travail ». Proposer les livres en version numérique me semblerait donc une bonne idée, voire un minimum.
    Cela n’enlève rien au travail titanesque des organisatrices du PLIB !

    Aimé par 1 personne

      1. Pour le YA, ce n’est que mon interprétation… Peut-être que d’autres personnes auront une autre opinion.
        J’avais participé au Prix des auteurs inconnus, une formidable expérience humaine, mais ce prix peut se révéler très chronophage…

        Aimé par 1 personne

  2. Merci pour ton retour d’expérience 🙂 Je trouve ton article très bien, très honnête et positif parce que tu cherches à apporter des solutions aux problèmes que tu soulèves en restant bienveillante. Tu as bien fait de publier ce retour !

    J’ai envie de rebondir sur deux points :
    Le premier concerne les partenariats avec les éditeurs. En règle générale j’ai pu observer que les plus grosses structures sont frileuses à donner des livres numériques parce que ces derniers se retrouvent sur des plateformes de téléchargement illégal. Je me souviens l’année dernière avec le roman de Cindy Van Wilder, l’éditeur avait donné un pdf (même pas un epub :/) et chaque page était marquée en travers (en plein sur le texte !) « exemplaire presse » ou quelque chose comme ça. C’était assez… pénible à lire, même si à force j’ai fini par ne plus le voir. Je pense que beaucoup d’éditeurs doivent se remettre en question et accepter qu’à l’ère du numérique, on ne peut pas éviter le piratage. En tant qu’autrice, ça ne me fait pas plaisir que mes romans soient disponibles en téléchargement gratuit mais je fais avec parce qu’on n’y peut rien. De toute façon, les gens qui piratent n’achèteront pas au format papier mais avec un peu de chance, ils parleront du livre autour d’eux et achèteront les suivants s’ils ont aimé. Bref ça, c’est un autre souci.
    J’ai donc du acheter les livres, Mers Mortes je l’avais déjà parce que je suis l’autrice mais pas Félines et j’ai énormément regretté cet investissement… Par contre trois éditeurs ont offert les ebooks il me semble, non ? J’ai lu je suis fille de rage en numérique mais c’était peut être via mon partenariat, je ne sais plus. En tout cas je suis sûre pour Chimère et Cendrelune.

    Le prix du public m’interpelle aussi, je dois avouer que je ne comprends pas trop l’intérêt d’être membre du jury et de s’imposer toutes ces contraintes si derrière n’importe qui peut voter après sans même avoir lu le roman. En comparaison je ne pense pas que ça pèse énormément dans la balance toutefois l’auteur avec une grosse communauté est avantagé et c’est très dommage.

    Bref je comprends que tu ne souhaites pas continuer l’aventure, nous sommes plusieurs dans ce cas et des raisons identiques reviennent à chaque fois. J’espère que tous ces billets permettront à l’organisation de s’interroger sur l’avenir de manière proactive et bienveillante ! Parce que leur initiative est vraiment chouette et leur investissement à souligner.

    Aimé par 1 personne

    1. Salut! Merci de ton retour 😉
      Pour avoir vérifié les ebooks partagés, sauf erreur de ma part, il n’y a que deux ebooks proposés sur les 5 finalistes. Je suis fille de rage n’en fait pas partie.
      J’ai dû acheter Mers mortes, j’ai emprunté je suis fille de rage au boulot et une amie m’a fourni Felines car je ne voulais pas l’acheter.
      Je comprends le sentiment détestable d’acquérir un livre qu’on n’aime pas dès le départ.
      Pour ce qui est des éditeurs frileux avec les ebooks et l’histoire du piratage, à mon niveau, quand j’achète des ebook, c’est principalement pour tester le livre quand je suis moyennement emballée, S’il m’a plu, je l’achète ensuite en version papier. Mais tout le monde ne procède pas ainsi.
      Je ne reviens pas sur le prix du public.
      J’ai omis des remarques sur la communication sur le dernier challenge pour éviter un pugilat en commentaire au vu des réactions que j’ai pu avoir sur Discord.
      Oui, je reste bienveillante parce que l’objectif est d’améliorer un outil génial pas de critiquer gratuitement. Je préfère apporter des solutions, c’est plus constructif. L’équipe fait un travail de dingue et j’espère que ce prix va perdurer. J’ai déjà prévu une bibliographie avec l’édition 2021 pour participer mais de loin. 😎😁

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s