Publié dans Questions existentielles

Comment j’ai créé mon blog et son organisation au quotidien

Pour mieux vous expliquer ce qui se passe en coulisses, je me suis dit qu’un petit article sur ma manière de fonctionner serait le bienvenu. Et qui sait, peut-être que vous pourrez glaner quelques conseils si vous êtes blogueur débutant. 🙂

Petit préambule

Dernièrement, une collègue de travail m’a fait remarquer que mon blog était un travail à part entière. Elle n’a pas tout à fait tort.  Bien que je défende l’idée que mon blog doit rester un loisir et non pas un deuxième emploi, je ne manque pas d’y apporter du sérieux et de la rigueur.

Parce qu’en tant que lectrice de blogs, j’estime qu’il est important de ne pas trouver de fautes d’orthographe dans les articles, tout comme bénéficier d’une publication régulière et d’articles intéressants. C’est ce qui m’attire moi, donc je pense que cela doit être le cas pour d’autres personnes.

Définir les contenus

Quand j’ai commencé ce blog l’année dernière, j’ai d’abord constitué une liste des sujets que je souhaitais aborder dessus. Une sorte de brainstorming géant, sur google drive.

Une fois terminé, j’ai essayé de regrouper les idées par thème afin d’en dégager des catégories.

Il est vite apparu 5 catégories principales : les chroniques littéraires, les essais d’écriture, les interviews d’auteur, les questions sur le quotidien littéraire, les challenges. Ce sont devenues mes catégories présentes sur le blog, même si des intitulés ont évolué.

J’ai repris mes idées d’articles et formalisé un google document sur mon Drive en les classant sous chaque catégorie. C’est un outil que j’utilise encore au quotidien pour noter mes nouvelles idées : j’ai google drive sur mon smartphone. Cela évite ainsi de me disperser dans divers cahiers, applications de notes, post-it, etc…

Je fais de même pour ma PAL et ma wishlist pour noter directement les titres des livres que je souhaite lire ou que je dois lire en priorité.

Déterminer son public

Une fois que mes catégories ont été déterminées sur les grands thèmes abordés de mon blog, je me suis demandée pour qui j’écrivais et quand ce public était disponible pour lire mes articles.

J’ai supposé qu’il s’agissait de lectrices, entre 18 et 40 ans, célibataires ou avec des enfants, et qui aimaient les mêmes lectures que moi ou qui se questionnaient sur la littérature. Je n’ai pas utilisé d’outil pour cela, juste une supposition, ce qui m’a permis d’affiner par la suite le ton de mes articles en plus du calendrier de publication ( sur lequel je reviendrai plus tard).

Ecrire les articles

C’est le plus gros du travail et ce qui est le plus chronophrage. Mais ce temps consacré à l’écriture dépend de l’article en question.

Pour les critiques littéraires, je prends des notes sur ma lecture encore fraîche, une fois le livre terminé. Auparavant, c’était sur un carnet de notes. Maintenant je crée directement un brouillon d’article sur wordpress. Dessus, je rédige les titres des parties principales et j’inclus de manière ordonnée un premier jet de notes au sujet du livre.

Pour la veille littéraire du net, je constitue un squelette avec des catégories régulières : podcast, documentaire, article intéressant, artiste, jeux, concours, etc… Pendant 15 jours, quand je réalise ma veille, le matin ou le soir, j’utilise un google document pour noter les liens vers les articles ou les idées que j’ai rencontrées. Ensuite, je les classe en fonction des catégories. S’il n’y en a pas assez, je réalise des recherches complémentaires sur certains sites de prédilection.

Pour les interviews, je m’y prends en avance car la rédaction dépend du temps que l’auteur met à me répondre. Il s’agit toujours d’un auteur dont j’ai apprécié le livre et que je contacte par email pour proposer des questions. Il envoie ses réponses par écrit et je réutilise cette matière pour constituer mon article.

Pour les challenges, l’article se décompose en trois parties : explications du challenge, PAL, et indications à rejoindre une communauté. Ce qui me prend le plus de temps est la PAL.

Enfin, concernant les articles sur la vie de blogueuse ou le blog, je n’ai pas de schéma précis. J’écris mon article au feeling en essayant d’organiser mes parties et j’agrémente avec des gifs pour alléger les pavés de texte.

En moyenne, l’écriture d’un article me prend 1h30 à 2 heures en incluant la relecture et l’illustration.

Cela peut être plus long pour certains sujets comme les critiques littéraires car j’essaie de soigner mes introductions et conclusion en incluant des phrases d’accroche qui pourraient être reprises par les éditeurs afin d’optimiser la visibilité de mon blog.

Mes créneaux d’écriture se situent le weekend ou en soirée en fonction des publications programmées. Parfois, je termine tard, et le lendemain je m’aperçois de coquilles sur l’article après qu’il ait été publié… que je m’empresse de corriger en espérant que personne n’ait remarqué…

Illustrer ses articles et formaliser

Une fois le texte en place, je prends environ 30 minutes pour relire l’article, corriger les fautes, revoir la syntaxe, déplacer des paragraphes et surtout alléger mon style. J’ai un gros défaut que vous aurez peut-être remarqué : j’écris des phrases à rallonges !

En plus de simplifier, j’abuse d’une petite astuce apprise en atelier d’écriture pour enrichir le texte : j’utilise des synonymes pour éviter les répétitions et j’essaie autant que possible de remplacer le verbe être par d’autres verbes.

Après la correction, vient le moment de relâche ou j’illustre mon article. J’ai trois sources à ce sujet :

  • Giphy.com pour les Gif animés
  • Pixabay.com qui propose des images libres de droit pour mes images à la une d’articles.
  • Babelio ou les sites éditeurs pour les couvertures de livres.

Je cite systématiquement mes sources dans les légendes des photos mais, de manière générale, je préfère utiliser mes propres photos vis à vis du droit d’auteur.

Pour l’anecdote, je passe parfois plus de temps à réaliser des photos pour Instagram qu’à écrire mes articles. Par exemple, pour mes photos Instagram du Pumpkin Autumn Challenge 2020, j’ai passé près d’une heure à tenter d’obtenir une composition correcte.

Cela tient au fait que je ne maîtrise pas ce média et que j’apprends encore à cadrer des photos. Comme je n’ai pas suivi de cours sur le sujet, j’essaie d’être observatrice d’autres comptes. Le seul élément commun à mes photos sur Instagram pour le moment est l’utilisation du même filtre (=Sierra), afin de créer une atmosphère cohérente sur le compte. Mais je trouve personnellement que mes photos sont plus sympas à regarder individuellement que dans leur ensemble.

Déterminer son calendrier de publication du blog

Partant de mon public-cible, et de mon expérience sur deux autres blogs, j’ai décidé de publier trois jours par semaine :

  • le mercredi car c’est le jour où les lycéennes ont le plus de temps disponible. C’est aussi le milieu de la semaine, ce qui en terme de statistiques, permet de faire remonter la fréquentation de son blog.
  • le samedi et le dimanche, car c’est le weekend, donc le moment où l’on a le plus de temps libre.

Pour les horaires, je publie toujours à 7h du matin car je pars du principe que mes lectrices font comme moi : elles lisent des blogs sur leur smartphone en prenant leur petit déjeuner ou les transports en commun.

Les statistiques de WordPress m’ont donné tort récemment, en m’indiquant que l’heure de fréquentation la plus importante de mon blog est le samedi à 11h….Normal ! En général on se lève plus tard le weekend. (Vous pouvez retrouver ce genre de données sur la partie statistique/tendance de votre module wordpress, si le sujet vous intéresse.)

Cependant, l’habitude étant prise, je continuer à programmer dans le module de wordpress une publication à 7h, car cela est devenu un rendez-vous avec les abonnés.

Concernant les sujets des articles,  j’avais décidé de constituer en avance un calendrier de publication les premiers temps, en indiquant mois par mois ce que j’allais publier. Mais cela n’a pas tenu très longtemps car j’ai tendance à choisir mes sujets au gré de mes envies sur ma liste d’idées d’articles. Trop d’organisation tue la créativité…

J’essaie néanmoins d’alterner les sujets : chronique littéraire, sujet sur la littérature ou le blog, veille littéraire… pour éviter de lasser le lectorat, ou moi-même. Cela me permet aussi de prendre le temps de lire ou de réaliser des recherches pour rédiger un article de fond.

Il m’arrive également de préparer des articles en avance pour les programmer plus tard, quand je sais que je ne pourrai pas tenir les publications aux jours que je me suis fixés. Et en général, j’ai tendance à culpabiliser un peu quand je n’y arrive pas…

Dans ces cas-là, je programme des vacances de blog, histoire de faire autre chose de mon temps libre comme jardiner, me promener ou lire tout simplement. Et je préviens mes abonnés car j’estime que c’est toujours plus poli que de faire le mort.

Communiquer sur ses articles

Après chaque publication à 7h, au petit-déjeuner, je réalise la communication de mon blog. Cela me prend environ 15 minutes.

J’écris un post sur la page facebook du blog, rédigé au gré de mon inspiration. Puis,  je copie et colle le lien de l’article et poste.

Je copie ensuite le texte que je réutilise pour mon post sur Instagram accompagné d’une photo que j’ai préparé en amont.

A chaque fois, j’essaie d’indiquer des Hashtags pertinents et relatifs au sujet. S’il s’agit d’une critique littéraire, je tague l’auteur et la maison d’édition. S’il s’agit d’un service presse, je vais aussi envoyer le lien de l’article en message sur facebook à la maison d’édition. Pour les veilles littéraires, je taggue tous les sujets/personnes concernées.

Il m’arrive de publier tardivement sur Instagram parce que je n’ai pas trouvé de photo adéquate pour illustrer mon sujet du jour. Dans ce cas, je publie autour de 18h sur ce média.

Une fois par mois, je vais recopier en partie mes critiques littéraires sur le compte Babelio du blog et j’invite les lecteurs Babelio à lire la suite sur mon blog en ajoutant le lien redirectionnel. Cela peut paraître un peu injuste pour eux, mais c’est une façon détournée d’obtenir des visiteurs sur le blog. Cela s’est avéré payant d’ailleurs :  certains abonnés Babelio se sont aussi inscrits par la suite pour me suivre sur WordPress.

J’utilise peu la Story sur Facebook ou Instagram car je ne maîtrise pas encore le sujet. Je me borne pour le moment à communiquer des informations intéressantes vues sur d’autres blogs pour en faire de la pub.

Si le sujet si prête, je vais parfois publier mes articles sur certains groupes facebook comme les critiques littéraires de livres steampunk ou celles concernant des challenges ou le PLIB2020 afin de leur donner une meilleure visibilité.

Je n’ai pas développé d’autres outils pour le moment au niveau communication car cela impliquerait que je les étudie et que je les utilise (ex : twitter, Booknode, Livr’addict).

Or, le temps est ce que j’ai de plus précieux en dehors du blog. Je préfère l’utiliser pour autre chose que la communication.

Faire du Benchmark et / ou de la Veille 

La créativité, cela se cultive. Aussi, je suis abonnée à de nombreux blogs sur wordpress,  Facebook et Instagram pour mon plaisir personnel mais aussi faire évoluer le blog.

C’est là que je trouve de nouvelles idées, nourris mes articles de veille littéraire du net, crée des compositions de photo sur Instagram…

Quand je découvre un nouveau challenge, article, critique intéressant sur les réseaux sociaux, je le mets en signet sur Instagram ou je le publie sur mon compte personnel en mode privé sur Facebook afin de le lire plus tard.

Il m’arrive parfois de constater qu’il n’existe pas d’article sur un sujet en particulier. Alors, je le note sur ma liste d’idées afin de réfléchir à en écrire un moi-même.

Depuis peu, j’ai en projet d’utiliser un agrégateur de flux RSS comme l’auteur Lionel Davoust, afin de limiter mon temps (chronophage) passé sur les réseaux sociaux, et me concentrer sur des lieux d’information moins pollués. Mais je n’ai pas encore pris le temps de mettre cela en place.

Pour terminer sur la recherche, j’utilise également Google Alert afin d’avoir un envoi d’email régulier sur des mot-clés associés à des sujets de prédilection comme Jane Austen ou Sherlock Holmes. Mais j’ai réduit dernièrement les envois et mots-clés car je ne lisais pas les informations envoyées.

Il faut savoir aussi doser son niveau d’information pour ne pas devenir chèvre…

Un blog, ça évolue… comme un Pokémon

En un an, j’ai revu certaines rubriques et j’en ai créé une nouvelle pendant le confinement : La veille littéraire du net. A la base, je souhaitais réaliser une newsletter mensuelle. Mais j’ai finalement opté pour une rubrique avec une publication plus régulière (tous les 15 jours) afin de partager mes découvertes personnelles en dehors du blog.

Je me suis également aperçue que je délaissais certaines rubriques au profit d’autres comme mon roman sur Miss Chatterton. Parce que le blog me prend tout mon temps pour le moment, je n’ai pas encore acquis de rythme de croisière pour créer des sessions d’écriture dédiées au roman. C’est en projet pour 2021.

J’ai essayé de réaliser une vidéo booktube, mais j’ai tellement peu apprécié le résultat malgré une formation sur le sujet, des heures de préparation de décor et de tournage, et un temps considérable passé sur le montage… que j’ai pour le moment délaissé cette option si je veux apporter quelque chose de qualité. J’y reviendrai certainement sous une forme plus réduite ou en audio quand je me serai décidée sur la formule.

J’ai des envies de millions de projets sur le blog, mais j’essaie d’y aller par étapes afin de rester motivée. Le principal est de s’amuser, sinon à quoi bon ?

Voilà, j’espère que cet article t’aura un peu mieux éclairé sur le fonctionnement de mon blog et peut-être sur la construction d’un blog en général. N’hésites pas à me laisser un commentaire sur ton propre fonctionnement pour me donner une idée, ou pour me poser des questions si tu en as.

Stylo plume et tampon encreur,

A.Chatterton

Auteur :

Ex-Bibliothécaire, j’ai eu envie de partager autre chose que des chroniques littéraires à travers ce blog en invitant les lecteurs à se plonger au quotidien dans l’imaginaire pour leur apporter un peu de magie et de fantaisie. Vous trouverez matière à réflexion à travers mes projets d’écriture principalement comme mon roman dédié à Miss Chatterton, une bibliothécaire de l’extrême qui passe son temps à voyager dans les livres ou mes discussions avec mon chat. Comme on ne se refait pas, je vous propose également des coups de coeur lecture détaillés ou des interview d’auteurs. Et parfois, je me laisse aller à quelques réflexions du quotidien… Je vous souhaite une jolie lecture. Bienvenue dans mon univers !

4 commentaires sur « Comment j’ai créé mon blog et son organisation au quotidien »

  1. Hello !
    Super article très intéressant. Il est vrai qu’écrire et tenir un blog prend du temps. Même si nous avons tous/toutes des organisations différentes selon nos objectifs/envies, j’aime toujours lire ce type d’article. On y trouve toujours de bonnes idées ! 🙂
    Merci pour ce partage et à bientôt.
    Maëlle

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s