Publié dans Questions existentielles

La battle entre le livre papier et le livre numérique

Et si le Livre Papier et l’Ebook s’affrontaient pour savoir qui était le meilleur ? Cela donnerait probablement ce petit dialogue que je vous ai concocté aujourd’hui. Bonne lecture 🙂

Le livre papier : « Salut l’ebook ! Comment ça va ? T’as vu, j’ai une nouvelle couverture avec tranche dorée. Elle est top, hein ?

L’ebook : ça va, ça va. Oui, elle est belle ta couverture. Moi, j’ai pas droit à autant d’égards. Si je suis sur le smartphone, on voit ma couverture en couleur, mais sur la liseuse, c’est en noir et blanc. C’est pas terrible. Je ne suis pas exhibé comme toi « objet-livre », mais au moins je ne m’abîme pas. C’est ça le progrès.

Le livre papier : Le progrès… mouais. J’ai entendu dire que notre lectrice galérait à te charger dans sa bibliothèque numérique. Parfois tu zappes même la première de couverture. A la place, il y a un dossier gris tout moche. Il est pas très beau le progrès…

L’ebook : Euh… je ne vois pas de quoi tu parles. Et puis, moi au moins, je ne pèse pas 8 kilos dans la valise quand elle part en voyage ou qu’elle prend le métro. Elle me sort sur son téléphone et hop, c’est parti pour une lecture infinie !

Le livre papier : Une lecture infinie ? Tu parles de moi là ! Je te signale que le smartphone ou la liseuse qu’on utilise pour te lire nécessite une  batterie qui n’est pas inépuisable. Au contraire, moi je suis vraiment inépuisable. Je suis peut-être lourd, mais il existe des versions allégées de ma personne : les poches. Et j’ai un autre avantage : je favorise le sommeil. Toi, tu fatigues les yeux à cause de l’écran mais ça n’aide pas à dormir après.

L’ebook : Ouais, mais moi je coûte pas cher. En moyenne, il faut débourser entre 2 et 15 euros pour m’avoir. C’est loin des 30 euros que tu atteins parfois ! Notre lectrice réalise des économies avec moi.

Le livre papier : Peut-être que je coûte cher, mais quand elle a besoin de me relire, de retrouver un chapitre ou un détail pour écrire sa chronique littéraire, je suis plus facilement manipulable que toi.

L’ebook : C’est parce qu’elle ne sait pas encore utiliser les marque-pages et les signets sur smartphone quand elle me lit. C’est tout. Pour revenir à mon prix, tu as conscience que toi et tes copains les livres papiers vous êtes moins nombreux que nous les ebooks ? La bibliothèque numérique de notre lectrice est 10 fois plus fournie que celle de papier car elle se laisse plus facilement tenter par notre stockage facile et notre prix.

Le livre papier : Certes, les nombreux déménagements te donnent raison sur notre stockage. Mais nous sommes rassemblés en un seul lieu. Est-ce que tu peux en dire autant ? Tu cumules plusieurs bibliothèques numériques entre Google livres, la bibliothèque kindle fire et la bibliothèque Kobo. Ce n’est pas très pratique pour retrouver un livre. Il faut déjà savoir dans quelle bibliothèque numérique il se trouve. Et puis soyons réalistes, tu ne fournis pas toutes les publications papier actuelles. Par conséquent, je suis toujours aussi indispensable.

L’ebook : Oui, mais parmi mes congénères se trouvent des livres qui n’ont même pas été édités en format papier. Les livres auto-édités ! Notre lectrice fait de belles découvertes et plus, sur Amazon, la rémunération des auteurs en auto-éditions est plus importante qu’en maison d’édition classique.

Le livre papier : Moi je suis le fruit d’une réflexion d’éditeur, Môssieur, gage de qualité. Peu de livre auto-édités dans ma famille. Alors, certes l’auteur gagne moins en passant pas une maison d’édition, mais il ne se cogne pas toute la publicité et acquiert une forme de légitimité. Par ailleurs, on peut me prêter très facilement. Est-ce que tu peux en dire autant avec tes DRM et les autres extensions multiples qui existent ? Il n’y a aucune harmonisation de ton format chez les éditeur ! Moi j’existe en poche, grand format… ce n’est pas très compliqué.

L’ebook : Oh ça va ! Fais pas ta snob. Les livres auto-édités, il en existe des très bien. Tu as conscience de faire partie d’une structure d’édition archaïque, qui a peur du changement ? Je serais toi, je me méfierais de notre suprématie à venir. Alors oui, effectivement, notre système de prêt est quasi impossible avec l’histoire des DRM dans le privé. Mais c’est possible en format Epub. Par contre, dans les bibliothèques, j’admets que c’est encore plus compliqué de nous prêter. Entre le nombre d’ebooks prêtés simultanément, ou disponibles à l’achat pour les bibliothèques, et surtout la technicité que requiert notre emprunt, il faut être motivé. Mais je ne perds pas espoir. Un jour, nous dominerons le monde, tu verras. Regarde : on fabrique des housses de protection pour tablettes et liseuses comme pour les livres maintenant. Si c’est pas un signe…

Le livre papier : Mouais, pas sûre. On peut me dédicacer et me mettre de jolis marque-pages. Tu vois un auteur signer un smartphone ? ça me fait bien rire. En tout cas, on se rejoint au moins sur un point l’ebook.

L’ebook : Ah ? Lequel ? Tu ne fais que me critiquer depuis tout à l’heure. Je suis curieux de savoir ce que tu as en tête.

Le livre papier : Nous ne sommes pas écologiques. Je suis fabriqué à partir d’arbres et toi à partir de composants rares pour le smartphone ou la liseuse, et stockés sur des serveurs qui nécessitent une énergie démentielle pour lire ta petite personne. Nous sommes un loisir polluant. »

L’ebook : Oui, nous sommes un loisir polluant, Livre Papier, mais en même temps, comment pourrait-on se passer de nous ?

Vous l’aurez compris, j’ai repris quelques points qui m’interpellent quand j’utilise un livre papier ou un livre numérique.

Si l’impact de la lecture sur l’écologie vous intéresse, je vous invite à lire l’article du RSE magazine sur le sujet. Il vous éclairera un peu plus sur la pollution surtout liée aux livres numériques.

Pour ma part, je trouve que les deux lectures se complètent bien car elles sont le reflet de pratiques différentes. L’ebook me convient pour les voyages, je dirais qu’il a un côté nomade. A l’inverse le livre papier relève de la lecture à la maison et de la collection avec ses belles couvertures.

Et vous, êtes-vous team papier ou team numérique ? Dites-moi tout en commentaire ! Peut-être ai-je oublié des arguments… 😉

Arobase et marque-page,

A.Chatterton

Auteur :

Ex-Bibliothécaire, j’ai eu envie de partager autre chose que des chroniques littéraires à travers ce blog en invitant les lecteurs à se plonger au quotidien dans l’imaginaire pour leur apporter un peu de magie et de fantaisie. Vous trouverez matière à réflexion à travers mes projets d’écriture principalement comme mon roman dédié à Miss Chatterton, une bibliothécaire de l’extrême qui passe son temps à voyager dans les livres ou mes discussions avec mon chat. Comme on ne se refait pas, je vous propose également des coups de coeur lecture détaillés ou des interview d’auteurs. Et parfois, je me laisse aller à quelques réflexions du quotidien… Je vous souhaite une jolie lecture. Bienvenue dans mon univers !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s