Publié dans Dialogues avec mon chat

Changement d’heure et confinement

Ou quand Amélia essaie d’expliquer à son chat des notions bien humaines…

4h30 du matin. Le chat Gimli gratte la porte de la chambre d’Amélia en miaulant à s’en faire péter les cordes vocales :

« Esclave ! Réveille toi ! J’ai faim ! Et puis, ton réveil n’a pas sonné. »

Amélia dans le coaltar, grogne du fond de son lit :  » Va te recoucher, c’est pas l’heure. »

Gimli, énervé : « Comment ça, c’est pas l’heure ! C’est comme ça que tu me remercies ? De te réveiller alors que tu as oublié de mettre ta machine musicale pour le faire ? Tu vas être en retard au travail, je te signale ! Et moi, j’ai faim. »

Le chat reste planté sur ses pattes et fixe le lit d’un air résolu.

Amélia râle :  » Non, il est 4h30. Je ne vais pas être en retard, j’ai encore une heure devant moi. C’est normal si mon réveil n’a pas sonné »

Le chat, déterminé à avoir raison, continue, sûr de son fait : « Mais non, il est 5h30. C’est l’heure des croquettes. M’embrouille pas. »

Amélia répond d’un ton agacé : « Gimli, cette nuit c’était le changement d’heure, on a reculé d’une heure. »

Gimli en reste la bouche ouverte, choqué : « C’est quoi ce délire ? Sous prétexte d’une invention d’esclave, je mange une heure plus tard ? Je m’en fous, pour moi il est 5h30. C’est l’heure des croquettes. J’attends humaine, que tu me serves en bon esclave que tu es. Si on a une heure de plus, ça te fait du temps en plus pour t’occuper de moi… »

Amélia soupire : « Et tu peux pas faire comme tout le monde ? Profiter d’une heure de sommeil en plus ? »

Gimli répond d’un air catégorique: « Non, je suis un chat, je dors quand ça me chante.”

Puis, plissant les yeux, il ajoute : “ Mais comme je vois que tu n’es pas réceptive à ma demande, je te laisse dormir exceptionnellement une heure de plus. Tu vois, je suis un Maître magnanime. »

Amélia  :  » Fort aimable ». Elle se retourne dans sa couette.

Il s’éloigne de la porte à pas feutrés.

2 minutes plus tard, le réveil sonne.

Le chat est de retour à l’entrée de la chambre : « Humaine, j’ai faim ! Donne moi des croquettes. C’est l’heure maintenant ».

Amélia le toise, d’un air circonspect : « Avoue, tu matais l’heure pendant qu’on discutait. « 

Gimli entreprend de se nettoyer les oreilles. Il prend un air indifférent avant de lui répondre :  » Je suis un chat, je ne sais pas lire l’heure, je te signale… ».

 Il continue plus bas : « Par contre, je sais l’estimer avec le soleil »

Amélia la tête dans mon oreiller, se redresse d’un bond : « Tu as dit quoi ? »

Gimli, retient un sourire : « J’ai dit qu’aujourd’hui, on allait avoir du soleil… Bon tu te lèves ? »

Amélia, le toise d’un oeil noir :  » Mouais, je me lève, tu ne perds rien pour attendre. »

Gimli, d’un air narquois se dirige vers sa gamelle : « Je préfère… »

La jeune fille sort péniblement de son lit, va servir une large ration au chat, puis retourne me recoucher.

Gimli dévore sa ration, puis se plante à nouveau à l’entrée de la chambre : « Esclave !? »

Amélia, très agacée d’être réveillée à nouveau, essaie de le rembarrer : « Quoi encore ? C’est bon t’as eu à manger. Tu veux quoi de plus ? »

Gimli, interrogatif : « Pourquoi tu vas te recoucher ? Tu ne dois pas aller travailler ? »

Amélia, d’un ton docte : « Non, c’est le Confinement Gimli, je fais du télétravail. Et à partir de 8h. Donc, je peux encore dormir un peu, si tu me laisses tranquille. »

Gimli, perplexe :  » C’est quoi le confinement et le télétravail ? Je ne comprends rien. »

Amélia reprend :  » Cela veut dire que je ne dois pas sortir dehors parce qu’il y a une maladie en ce moment et que je peux utiliser mon ordinateur pour travailler à la maison »

Gimli, soulagé : « Ah d’accord, c’est comme un weekend alors ? »

Amélia, hésitante, lève un sourcil :  » Comment ça, c’est comme un weekend ? »

Gimli, d’un air suffisant : « Bah tu restes au lit, tu vas sur l’ordinateur et tu ne sors pas. »

Amélia, gênée : « Euh…oui, si on veut »

Gimli, blasé : « Vous humains, vous avez vraiment des mots compliqués pour expliquer les choses… Bon bah à dans une heure, alors ! »

Amélia, interrogative : « Comment ça, à dans une heure ? »

Gimli, pédant : « Bah oui, si c’est comme le weekend, notre accord tacite tient toujours : je viens réclamer de l’attention toutes les heures. »

Amélia, se massant les tempes : « Je sens que le confinement ne va pas être facile… »

Auteur :

Bibliothécaire IRL, j’ai eu envie de partager mes lectures avec d’autres amoureux de la littérature, mais aussi jouer avec les livres à travers des challenges ou encore désacraliser l’écriture avec des ateliers pour les écrivains en herbe. Je vous invite également à développer votre imaginaire avec mes projets d’écriture autour d’une bibliothécaire de l’extrême qui voyage à travers les livres mais a du fil à retordre avec son chat… Bienvenue dans mon univers et surtout bonnes découvertes littéraires ! Amélie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s