Publié dans Lectures

Les nocturnes, Tess Corsac, éditions Lynks

Coup de coeur non sélectionné dans les 5 finalistes du PLIB 2020, Les nocturnes nous emmène dans un pensionnat étrange dans lequel les élèves ignorent la raison de leur présence en ces lieux…

Résumé : 125 Rouges. 125 Verts. 250 amnésiques. Et combien de Nocturnes ? Nous avons cherché par tous les moyens à découvrir pourquoi nous étions enfermés ici. Si seulement nous avions su… Aurions-nous quand même été jusqu’au bout ? Nous avons cherché par tous les moyens à découvrir pourquoi nous étions enfermés ici. Si seulement nous avions su… Aurions-nous quand même été jusqu’au bout ? Un nom, un bloc, une couleur d’uniforme : Rouge ou Vert. Ce sont les seules informations dont disposent les deux-cent-cinquante pensionnaires de la Croix d’If, entrés dans l’institut sans le moindre souvenir et sans opportunité de sortir. Natt Käfig est un Rouge du bloc 3A. Il est le dernier à avoir vu Laura, une Verte, avant sa mystérieuse disparition. Il se fait approcher par un groupe d’élèves… Qui sont ces  » Nocturnes  » qui ont besoin de son aide et qui pensent que Laura avait découvert les raisons de leur présence dans l’institut ? Rouges et Verts vont devoir collaborer pour percer le secret de la Croix d’If et échapper à l’administration. Y parviendront-ils en apprenant qu’ils sont prisonniers pour des motifs différents ?

Mon avis :

Difficile de parler de ce roman sans en dévoiler trop. Aussi vous trouverez une section Spoilers en fin d’article après la conclusion. 😉

Une ambiance de pensionnat

Dès les premières lignes, Tess Corsac nous fait entrer dans le quotidien des élèves de la Croix d’If. A travers les yeux de Natt, nous découvrons le fonctionnement du pensionnat. L’atmosphère y est plutôt bon enfant au départ, malgré les gardiens et le couvre-feu. Les élèves sont répartis en deux couleurs, puis par blocs selon leur âge. Les enseignants maintiennent une opposition entre les deux équipes, même si les élèves n’en tiennent pas vraiment compte. Il y a un peu de Poudlard dans cette histoire.

Cependant, des élèves, les Nocturnes, se réunissent en secret la nuit tels des Disparus de Saint-Agil ou des membres du Cercle des poètes disparus. Mais ce n’est pas pour l’amour de la poésie qu’ils bravent le froid : ils fomentent une rébellion envers ce système qui les maintient captifs.

On sent que derrière les cours, les entraînements, les séances de thérapie, ces élèves ne sont pas là pour rien. Leurs enseignants et le personnel médical leur promettent un retour à la vie normale, mais… chose étrange, les élèves ne se souviennent pas de leur vie avant l’entrée au pensionnat. Et quand ils se rebellent un peu trop, ils sont emmenés au Sous-Sol, lieu obscur où leur mémoire est effacée. Une ambiance particulière qui rappelle le livre de Kazuo Ishiguro : Auprès de moi toujours, à la différence près que l’écrivain britannique décrit des personnages conscients de leur présence dans ce pensionnat. Ce n’est pas le cas de Natt et des autres Nocturnes déterminés à le découvrir.

Une intrigue digne d’un thriller

Natt va mener l’enquête sur la disparition de Laura malgré lui au départ, puis de façon plus déterminée suite à sa rencontre avec une fille nommée La Chouette. Elle est la leader des Nocturnes et n’a pas de nom. De fil en aiguille, le mystère du pensionnat sera résolu en 40 pages. Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Elle ne fait que débuter.

Que faire de ce secret ? Comment le recevoir soi-même ? Comment les autres vont-ils le recevoir ? Mille questions se posent aux Nocturnes d’autant qu’une taupe est peut-être parmi eux, à travailler pour les psychiatres qui les ont enfermés. Même Natt est suspect…

Rythmé par un suspense haletant, le récit va basculer brutalement du pensionnat sympa aux Hunger Games. On ne sait plus qui croire. On ne sait pas qui l’on est. Il faudra du courage et de la ténacité pour sortir plus ou moins indemne de cette expérience, si jamais il y en a la possibilité…

Tess Corsac réussit le tour de force de nous tenir en haleine sur le devenir des personnages et leurs actions suite à la découverte du Secret. Une vraie prouesse !

Une expérience en poupées russes

Le point de vue de Natt prédomine le récit, à travers ce dont il se souvient, ou semble se souvenir, ce qui rend la narration cotonneuse, comme sa mémoire et celle des autres élèves. Cela induit chez le lecteur une forme de méfiance envers lui dès le départ, et ce, malgré la bonne foi du personnage qui ignore tout de son identité.

Vers la moitié du roman, l’auteur alterne passages narratifs et extraits des dossiers médicaux des élèves. Cela va rendre le lecteur à la fois voyeur, juge des actions des personnages et le place dans la position des médecins qui les ont étudiés. Le lecteur devient donc celui qui observe cette expérience dans son ensemble, comme une mise en abyme du récit. C’est une situation quelque peu inconfortable et qui pourra déranger certains, mais sacrément ingénieuse de l’auteure.

En conclusion : Un roman Young adult digne d’un vrai thriller, qui m’aura fait réfléchir sur l’éthique, la science et l’origine de la violence. Un vrai coup de coeur sur fond de pensionnat.

.

.

.

.

.

.

.

.

Criminalité et éthique (SPOILERS)

Un sujet que je n’ai pas abordé dans les paragraphes précédents pour ne rien saborder est la question de la criminalité et de l’éthique.

Le sujet traité par Tess Corsac est la violence dans son ensemble mais surtout la capacité humaine à devenir un criminel. Dans ce roman, les uns sont des victimes, les autres sont des délinquants ayant commis un meurtre non prémédité. Toute l’expérience repose sur l’idée qu’il est possible de rendre les faibles plus forts et les forts plus responsables. Mais dans l’ensemble, ce sont tous des ados paumés.

Cependant, l’expérience tourne court au vu des différentes réactions des élèves face à la nouvelle : peur de côtoyer un meurtrier, peur d’être un meurtrier, culpabilité de connaître son histoire et ce qu’elle a engendré… Certains sombrent dans la folie, le suicide. D’autres ne souhaitent rien savoir, d’autres encore sont dans le déni.

Certes, l’expérience est condamnable au niveau éthique, mais elle révèle aussi beaucoup du genre humain : on peut passer de victime à agresseur par exemple, comme Léo. Derrière, il y a la question du passif-agressif, une autre forme de violence plus sournoise.

Mais il est surtout question de savoir comment on envisage son avenir au vu de ses actions passées. Comment faire face à la culpabilité de ses actes et vivre une vie normale quand on a été agresseur ? Et comment cesser d’être une victime pour les autres ?

Face à l’opposition entre les groupes, la lutte pour sa survie révèle les vraies personnalités des élèves, en dehors de leur passé, ou peut-être à cause de leur passé.

A travers ses personnages percutants et cette expérience scientifique effroyable, Tess Corsac nous offre une véritable leçon de réflexion qui s’étend au-delà de la fiction.

Auteur :

Ex-Bibliothécaire, j’ai eu envie de partager autre chose que des chroniques littéraires à travers ce blog en invitant les lecteurs à se plonger au quotidien dans l’imaginaire pour leur apporter un peu de magie et de fantaisie. Vous trouverez matière à réflexion à travers mes projets d’écriture principalement comme mon roman dédié à Miss Chatterton, une bibliothécaire de l’extrême qui passe son temps à voyager dans les livres ou mes discussions avec mon chat. Comme on ne se refait pas, je vous propose également des coups de coeur lecture détaillés ou des interview d’auteurs. Et parfois, je me laisse aller à quelques réflexions du quotidien… Je vous souhaite une jolie lecture. Bienvenue dans mon univers !

6 commentaires sur « Les nocturnes, Tess Corsac, éditions Lynks »

  1. Tu m’as trop donné envie de le lire. Je l’avais déjà repéré mais tu sais ce que c’est, les livres qui s’accumulent dans la PAL… Mais là c’est décidé, je vais m’y mettre!
    Merci pour ce post super intéressant et la petite analyse à la fin!

    Aimé par 1 personne

      1. En fait, pour être honnête, je connaissais déjà l’histoire mais j’ai pas résisté à l’envie de lire ce que tu en ressortais… je suis trop curieux et je me spoile les livres, les séries… et j’en tire quand même du plaisir 😉

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s